LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Le Deal du moment :
Jeux en promotion pour Nintendo Switch : -50%
Voir le deal

L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Anonymous
Invité
Invité

  L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT Empty L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Message par Invité Mer 18 Fév 2015 - 8:35

Ce texte est une bonne introduction et en souligne les points important. La préparation de la mort est, beaucoup plus qu'on ne le croit, au centre de l'enseignement bouddhiste. Il présente aussi une particularité, c'est de "soigner" le décédé après sa mort, pour l'aider dans son passage, et cela est décrit dans le "livre des morts tibétain". Cela pose-t-il un problème pour le prélèvement d'organes ? (pour ma part, j'ai décidé que non: aider d'autres personnes est plus important qu'une hypothétique vie après la mort)

De la vie comme préparation à la mort
et de la mort comme récapitulation de la vie


Si la mort et l'après-mort dépendent de la qualité de nos actes antérieurs, il est capital d'acquérir de bonnes habitudes et de maîtriser, si possible, notre esprit et nos actes durant cette vie-ci. Ainsi raisonnent les bouddhistes, qui considèrent cette existence comme une préparation. Selon le Bouddha, la cause de la souffrance est l'ignorance de notre véritable nature. Ne sachant pas qui nous sommes, nous nous identifions à notre sentiment du "moi", lequel, pour survivre, manifeste diverses émotions. Ces émotions nous poussent à agir égoïstement et donc à créer du karma, le germe de notre souffrance à venir. Sachant cela, le pratiquant s'efforce de s'abstenir d'actes nuisibles par la discipline de l'éthique. Il apprend à mieux se connaître en se tournant vers l'intérieur pour observer et maîtriser son esprit dans la pratique de la méditation. Enfin, il étudie les enseignements du Bouddha, y réfléchit et les applique dans sa pratique, développant ainsi la sagesse. Il peut espérer ainsi mener une bonne vie et donc avoir une bonne mort, garante d'une meilleure renaissance ou, mieux, de la libération définitive de la souffrance s'il atteint l'Éveil, qui est dissipation de tous les conditionnements, apaisement de toutes les émotions perturbatrices et épanouissement de toutes les qualités de notre être véritable. Tel est l'enjeu de cette vie, la mort étant le fidèle miroir de ce qu'aura été notre existence. Le moment de la mort est crucial : en lui se récapitule la totalité de la vie qui vient d'être vécue. D'où l'importance de régler litiges, dettes, rancœurs et conflits avant le dernier instant et d'aborder en paix et sans regret le grand passage.

(...)
Les pratiques rituelles de l'après-mort

Comme nous venons de le voir, on ne considère pas que le processus de mort soit achevé à l'arrêt du cour, mais qu'il se prolonge jusqu'après la claire lumière, quand la conscience va enfin quitter le corps. Cette période importante peut durer habituellement de quelques heures jusqu'à trois jours (ou plus pour les grands pratiquants). Il est donc souhaitable de ne pas manipuler le corps pendant cette période afin de ne pas perturber la sortie de la conscience. Celle-ci peut s'effectuer en divers lieux du corps, le meilleur étant le sommet de la tête. Pour des méditants chevronnés qui meurent en posture méditative, la région du coeur peut demeurer chaude plusieurs jours, voire une semaine ou plus après la mort clinique. Puis le corps s'affaisse, signe que leur méditation dans la claire lumière est achevée. On ne dispose du corps qu'à ce moment.

Pour un défunt plus ordinaire, pendant les trois jours, moines et pratiquants laïcs proches du défunt exécutent auprès du corps soit le p'owa (dès la cessation de la respiration externe), soit des prières-guides pour rappeler à l'esprit du mourant les instructions de pratique, soit des prières de purification avec des offrandes de lumière aux Bouddhas faites au nom du mort, soit encore les trois à la fois. Le but est d'éviter à la conscience de renaître dans de mauvaises destinées où la souffrance est intense.

SOURCE
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 84
Messages : 3999
Localisation : l'univers donc nulle part

  L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT Empty Re: L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Message par geveil Mar 12 Mai 2020 - 10:21

Invité a écrit:Le but est d'éviter à la conscience de renaître dans de mauvaises destinées où la souffrance est intense.
Tant mieux, car comme je tente de le démontrer ci-dessous, il n'y a pas de sommeil éternel, comme le croit notre cher Gaston.

On dit que la mort est un sommeil éternel, «       Ici repose       » est-il écrit sur les tombes, «       Il dort de son dernier sommeil       » dit-on .  Erreur fatale, car le sommeil est le sommeil de quelqu’un. Or, dans une dépouille mortelle, il n’y a plus personne hormis quelques milliards de cellules et de bactéries pour autant qu'on puisse dire d'une bactérie que c'est quelqu'un. La mort n'est pas un sommeil, c'est la perte de conscience définitive de ton individualité, c’est l’anéantissement d’une vie, c’est-à-dire d’un ensemble de souvenirs, de perceptions, d’émotions, de sentiments.
Plusieurs possibilités se présentent en théorie  :
- Il existe une âme individuelle qui s'échappent du corps et
- soit cette âme survit éternellement, avec toutes les caractéristiques du corps qu'elle habitait, c'est-à-dire de goûts, des désirs, des aversions, etc. Mais cette éventualité me paraît peu probable car dans ce cas, à quoi bon une vie avec un corps  ?  Ceci dit, je n'explique pas les sorties de corps des personnes en mort clinique, en fait, le cœur s'est arrêté de battre, le cerveau d'émettre des ondes, mais il n'est pas détruit, et le patient est capable de voir et entendre tout ce qui se passe autour de  lui.  Serait-ce le cas si le cerveau était détruit  ?

Soit elle n'a pas de personnalité et rejoint le grand Tout dans une sorte de plénitude qui n'attend plus rien, peut-être ce que les bouddhistes qualifient d'éveil. Mais cette plénitude, c'est encore de la vie, ce n'est pas un sommeil.

- Il n'existe pas d'âme individuelle.
Mais hors de ta structure il existe des myriades et des myriades d’autres structures susceptibles de vivre, c’est-à-dire d’éprouver quelque chose. Tant que la SQEM ( Structure qui écrit ces mots) fonctionne je n’accède pas à ce qu’elles vivent, mais, à l’instant de l'arrêt du fonctionnement de la SQEM, deux particules fusionneront dans un orgasme, ou un atome sera brisé dans la douleur ou un spermatozoïde pénétrera dans un ovule, un papillon sortira de sa chrysalide ou un bébé du ventre de sa mère , peut être cela dépend-il du karma, comme le pensent les bouddhistes, mais il y aura toujours des sensations, des émotions ou des pensées. Et si les humains font de cette terre un enfer, c'est Moi qui souffrirait, quelle que soit la forme dans laquelle je serai à l'instant de la mort de la SQEM, ce pourra être un dauphin pris dans un filet, un thon empoisonné par le mercure, une abeille tuée par les pesticides, un bébé né avec une déformation, etc. Ce sont donc les humains qui sont en train de préparer l'enfer, certains y vivent déjà d'ailleurs.

Heureusement, il y en a qui veulent préserver cette terre et qui agissent en conséquence. Finiront-ils par gagner ?

Donc, pour résumer, il y a toujours de la vie, il n'y a pas de sommeil éternel.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
gaston21
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 88
Messages : 10338
Localisation : Dijon

  L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT Empty Re: L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Message par gaston21 Mar 12 Mai 2020 - 17:58

Gaston voit la vie partout, et dans la plus infime particule y compris le photon, qui, comme chacun sait, est aussi particule. . Que savait de tout ça Bouddha? Il est donc à mon avis ridicule de ressusciter ce vieux monstre...Laissons-le à ses élucubrations. Le secret intime de la vie et de son organisation plus que fantastique... Pourquoi le père Adrien a conçu un génie comme Gaston et pas un poulet? Mystère complet! Ah oui, les gènes...Mais à part ça? On bute dans un mur. L'enfer? Restons optimistes comme Giscard qui, malgré son âge, sait encore où placer la main...
dan 26
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 16146
Localisation : vallée du vent

  L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT Empty Re: L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Message par dan 26 Ven 15 Mai 2020 - 18:17

gaston21 a écrit:Gaston voit la vie partout, et dans la plus infime particule y compris le photon, qui, comme chacun sait, est aussi particule. . Que savait de tout ça Bouddha? Il est donc à mon avis ridicule de ressusciter ce vieux monstre...Laissons-le à ses élucubrations. Le secret intime de la vie et de son organisation plus que fantastique... Pourquoi le père Adrien a conçu un génie comme Gaston et pas un poulet? Mystère complet! Ah oui, les gènes...Mais à part ça? On bute dans un mur. L'enfer? Restons optimistes comme Giscard qui, malgré son âge, sait encore où placer la main...
il est   bon ce Giscard, dommage   qu'il nous coûte si cher  
pour ce qui est du sujet , c'est bien si ce n'est que toutes les religions et sectes ont des avis différents !!
Cela devrait nous interroger !!

amicalement

Contenu sponsorisé

  L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT Empty Re: L'enseignement bouddhiste sur LA VIE ET LA MORT

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 12 Avr 2021 - 17:02