LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6167
Localisation : France

Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par komyo le Ven 11 Juil - 20:20

Une petite dernière car cela sort progressivement de l’actualité, mais c'est bien résumé et l'on peut difficilement taxer l'auteur d'anti américanisme, C gave étant un libéral convaincu...



A propos de l’ affaire BNP et de mes certitudes
CHARLES GAVE, ECONOMIE 105 COMMENTS

image_pdfimage_print


Les démêlés entre la grande banque Française et les autorités financières et judiciaires Américaines font grand bruit et à mon avis , à juste titre . Derrière cette bagarre émergent en effet toute une série de problèmes qui relient diplomatie , géopolitique. organisation financière internationale , extension du Droit Américain en dehors de ses frontières et donc indépendance nationale de chaque pays par rapport aux USA, futur des libertés individuelles un peu partout…et j’en passe.

Commençons par un petit rappel des faits.

La BNP, par l’intermédiaire de sa filiale Suisse de Genève aurait effectué des paiements en dollar au profit de pays que les autorités Américaines avaient mis sous embargo du style Soudan .

Comme TOUTES les transactions en dollar US se compensent sur le territoire des États -Unis , ces transactions ont du passer a un moment ou à un autre par la filiale US de la BNP qui probablement ne savait même pas qui était le bénéficiaire ultime de ces mouvements, tout devant transiter à l’intérieur du sous compte de la filiale de Genève, secret bancaire Suisse oblige…

Et c’est la que les problèmes commencent.

La BNP et les autorités Françaises font valoir , à juste titre , que les Lois Européennes Suisses et Françaises ont été respectées , ce qui est vrai, et que donc la BNP n’est pas en faute.

Les autorités Américaines font valoir que lorsque la compensation a eu lieu sur le territoire Américain, c’était la Loi Américaine qui s’appliquait et que quelqu’un à la BNP devait donc savoir que c’était illégal, ce qui est vrai aussi.

Mais ce qui est nouveau c’est l’affirmation que des dollars qui sont la propriété d’un ressortissant d’un pays étranger et qui sont versés à un autre ressortissant d’un pays étranger restent sous le contrôle juridique des USA, puisque c’est la que se trouve le système de compensation des dollars et qu’il ne peut pas être ailleurs.

C’est donner un droit de regard au gouvernement Américain sur TOUTES les transactions en dollars qui se font dans le monde pour savoir qui est le bénéficiaire FINAL, ce qui est proprement insensé .

Prenons un exemple: l’Arabie Saoudite dépose ses réserves de change à la banque centrale US. Ce pays décide d’envoyer de l’argent au Soudan pour aider le gouvernement Soudanais. Les réserves de change Saoudiennes seront elles bloquées ?

Et si oui, pourquoi garder ses réserves change à la FED ?

La seule solution pour un pays qui se trouverait dans une situation où ses réserves de change pourraient être bloquées est de les convertir le plus vite possible en Euro ou en renminbi et d’opérer des comptes écrans en dollar dans ces pays pour leurs transactions en dollar, s’ils le peuvent.

Et ici, je pense a la Russie qui pourrait bien se retrouver d’un jour à l’autre avec le Soudan sur la liste des pays « interdits ».

Ce qui explique peut être pourquoi l’Euro et la Livre ont été aussi forts…

De fait, il semble bien que les autorités US aient l’intention, compte tenu de la domination totale qui est la leur dans les domaines de l’informatique, des réseaux de paiements et des réseaux sociaux, de transformer leur droit en un droit dominant qui s’imposera « de jure » aux autres États.

Il s’agit la d’un mouvement extraordinairement brutal et dangereux à terme pour les Libertés Individuelles.

Je ne tiens pas à ce que le gouvernement Américain sache à tout moment ce que je fais de mon argent, pour peu que je le dépense en dollars et je ne pense qu’il soit sain que ce même gouvernement puisse savoir tout ce que fait le gouvernement Français quand il dépense des dollars.

En fait , le gouvernement Américain nous dit qu’il a le droit de savoir TOUT ce qui se passe dans le système des paiements internationaux puisque celui ci est à 80 % libellé en dollar US, ce qui est une régression majeure en ce qui concerne la liberté du commerce international .

Dans toute transaction, à partir de maintenant, il va y avoir celui qui paie des dollars, celui qui en reçoit et le gouvernement US.

Et tout cela au nom de la lutte contre les paradis fiscaux et le terrorisme , dont on voit bien qu’il ne s’agit que de « faux nez » qui ne servent qu’ à dissimuler ce qui n’est en fait qu’une extension injustifiée de la souveraineté de l’État US aux dépens des autres États.



Devant ce « power grab » , quelle a été la réaction des autorités Françaises?

Hélas , et comme on pouvait le craindre, elle a été en dessous de tout.

Il n’y a pas une erreur qui n’a pas été commise.

-D’abord le Président Français s’est cru autorisé à demander l’aide du Président Américain qui lui a immédiatement répliqué qu’aux USA la Justice était indépendante, ce qui est vrai et qu’il ne pouvait donc rien faire. C’était demander de l’aide à celui qui est en train de vous égorger.

-Ensuite, les autorités Françaises compétentes (?), dont le gouverneur de la banque de France se sont précipitées pour « défendre » la BNP , ce qui donne une fois de plus à tout le monde l’impression certainement injustifié (sic), que l’État Français est au service des banques…

En fait, l’interlocuteur des autorités Américaines aurait du être le Ministère de la Justice Française, faisant valoir qu’une telle extension du Droit Américain en dehors de son territoire national était chose nouvelle et qu’il fallait en discuter au cours d’une réunion bilatérale , faute de quoi plainte serait déposée devant une autorité compétente internationale. (ne serait ce que pour définir juridiquement les notions de propriété sur les devises sous jacentes. Après tout, l’état par lequel transite ces devises n’est jamais que le gardien mais jamais le propriétaire mais passons.

Mais les autorités Françaises sont terrifiées parce que leurs homologues US disposent de l’arme de destruction massive: elles peuvent en effet fermer à tout moment la filiale de la BNP en charge des paiements en dollars pour l’ensemble de la banque et de ce fait écrouler en un instant la rentabilité de la BNP à un niveau ou celle ci aurait du mal à survivre…

On voit donc fort bien les deux branches de la pince qui se mettent en place:ou bien vous acceptez l’extension du Droit Américain à l’ensemble du monde, ou bien vos banques vont avoir des problèmes.

Il va donc falloir se soumettre dans le court terme (car se demettre n’est pas une option)

Mais tout cela va laisser des traces.

Déjà Poutine et Xi ont tout compris et essaient de faire monter leurs monnaies en puissance tandis qu’ils mettent leurs réserves de change ailleurs qu’en dollars US et en tous les cas, en dehors de la Fed…

Cela veut dire aussi que la fluidité du commerce international et donc sa croissance va baisser, peut être fortement, ce qui a sans doute commencé dans la mesure ou d’un coté il y aura les transactions autorisées par les USA et les autres qui retourneront à une forme de troc ou qui se feront à partir d’autres monnaies .

La demande pour le « cash » va augmenter avec celle d’autres outils de réserve, peut être du style de l’or et donc la vélocité de la monnaie va baisser et avec cette baisse la croissance ralentira.

Cette politique est très inquiétante car elle est confirmée par toute une série d’affaires montrant que les USA espionnent de plus en plus non seulement leurs citoyens mais aussi les citoyens et les gouvernements des autres pays .

Nul n’a jamais dit de moi que j’étais un anti Américain primaire, bien au contraire.

Mais, depuis 2000, la dérive des autorités US ne cessé de s’accentuer vers toujours moins de liberté, toujours plus de manipulations de marchés, toujours plus de surveillance et d’espionnage, toujours plus d’interventions diverses et variées …

Il est à espérer que monsieur Paul soit élu lors de la prochaine élection tant la marche vers un monde contrôlé par Big Brother semble bien engagée..



J’aurai préféré n’avoir jamais à écrire cela.

http://institutdeslibertes.org/a-propos-de-l-affaire-bnp-et-de-mes-certitudes/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12599

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par loli83 le Ven 11 Juil - 20:28

c'est qui monsieur Paul ?
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6167
Localisation : France

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par komyo le Ven 11 Juil - 21:43

Je pense que c'est "ron paul" un libéral comme lui

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ron_Paul

Mais je n'en suis pas sur à 100%


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 6937
Localisation : Dijon

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par gaston21 le Sam 12 Juil - 10:29

Très on article; très instructif. Ca ne s'appelle jamais que l'Impérialisme américain! Faut-il être surpris?
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6167
Localisation : France

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par komyo le Sam 12 Juil - 10:38

Un socialiste Rocard a écrit aussi un bon article sur ce sujet, au niveau réflexion, ça change de notre gallinacé élyséen... !




Affaire BNP : les Etats-Unis coupables d’abus de pouvoir
par Michel Rocard - 08.07.2014

Dans un monde où la nouvelle économie américaine s’est construite sur le pillage, par les Etats-Unis, des droits incorporels et des données personnelles en Europe et où l’antienne n’était pas ennemie de pratiques corruptives, les Etats-Unis de la manifest destiny (« destinée manifeste » qui prête une mission civilisatrice à l’Amérique) et du puritanisme (cette version anglo-saxonne du protestantisme revu par les hommes de loi), prodiguent les sanctions aux entreprises européennes d’une façon de plus en plus effrénée.

Sur le mode du « moi aussi moi aussi », les politiciens locaux jouent des coudes pour montrer à leurs électeurs qu’ils ont leur part du gâteau et qu’on ne plaisante pas avec les nouveaux cives romani. A cet assaut de démagogie BNP Paribas doit payer 2 milliards de dollarsde plus [que ce que l’on escomptait] pour des infractions, qui, essentiellement fédérales, ont été tordues en tout sens pour en faire émerger un délit de droit commun permettant de satisfaire un Benjamin Lawsky [à la tête du Département des services financiers de l’Etat de New York, qui à lancé la charge contre BNP], jusqu’alors inconnu.
Pour extraire l’impôt des victimes, deux armes de poing sont utilisées : le Foreign Corrupt Practices Act (« loi anti-corruption »), l’International Emergency Economic Powers Act et le Trading with the Enemy Act (« législations sur l’embargo »), toutes deux avec la même dose de mauvaise foi.

Nul n’osera s’opposer à la lutte contre la corruption. Il faut donc du courage, dans ce concert de tartufferie, pour dire ce qui relève néanmoins de l’évidence : dans un système asymétrique où les Etats-Unis disposent de tous les moyens politico-militaires (le « parapluie américain ») pour faire prévaloir leurs entreprises, l’idée qu’il fallait un traité anticorruption pour restaurer une égalité (leveling the playing field) qui aurait disparu au détriment de celles-ci relevait de la farce. Lorsque, sous les prétextes les plus futiles (ainsi un e-mail passé entre le Monténégro et l’Allemagne par un réseau de fibres américaines), Washington prétend déférer à sa justice des affaires de corruption internationale sans le moindre rapport avec les Etats-Unis, les bornes sont dépassées.

LE DOLLAR, COURROIE DE TRANSMISSION AMÉRICAINE

Il en va de même en matière d’embargos. Les Etats-Unis financent leurs déficits aux frais de la planète et utilisent de surcroît la prétendue « monnaie universelle » comme la courroie de transmission de toutes leurs politiques, voire de leurs aversions (Cuba, etc.), qu’ils imposent au reste de la planète. Un embargo est fait pour interdire les contacts entre deux économies : Washington, par ce qui relève d’un véritable détournement de pouvoir international, utilise l’embargo pour empêcher les contacts entre les économies des tiers et celles de ses ennemis. C’est ce qu’ils reprochaient à l’Angleterre de leur faire subir durant la guerre de 1812.

Jour funèbre parce que, quelle que soit la dette de 1944, c’est une autre forme d’occupation que nous voyons se développer. Les moyens de la puissance sont plus subtils à Washington qu’à Moscou (l’économie et non les territoires), mais la finalité n’est pas la défense d’un back yard (« arrière-cour »), somme toute pluriséculaire (l’Ukraine), mais une sorte d’empire universel façon Habsbourg : Americae est imperare orbi universo (« la destinée de l’Amérique est de diriger le monde »).

Funèbre aussi parce que l’Europe n’a pas de Richelieu. Depuis une décennie que ce terrorisme a commencé, pas un homme politique européen n’a élevé la voix. L’Union européenne et la France, sous ses ministres successifs des affaires étrangères, en ont au contraire rajouté sur Washington. Là où la législation américaine laisse au président la flexibilité requise pour accorder des exemptions à tous les entrepreneurs américains qui veulent exporter à Cuba ou en Iran, l’Europe, tombée dans le piège, durcit les embargos à qui mieux mieux, et n’a pas jugé utile d’incorporer cette indispensable soupape de sécurité à son dispositif. Les exportations américaines vers l’Iran n’ont donc cessé de croître tandis que Washington obligeait les Européens à couper les relations économiques et financières avec ce grand pays.

DANS L’AFFAIRE BNP PARIBAS, PARIS TEND L’AUTRE JOUE

Ce qui vient de se passer sonne à terme le glas de l’universalité du dollar. Nous en sommes cependant encore loin et l’urgence du moment est de rappeler les Etats-Unis, au besoin fermement, à la raison. A cet égard, le traitement politique de l’affaire BNP Paribas a donné le spectacle de tout ce qu’il ne fallait pas faire.

Se réveillant au dernier moment (c’était il y a des années qu’il fallait agir), les autorités françaises ont enfourché le mauvais cheval, appelant à la modération, là où c’est pour le principe qu’il fallait se battre. Comment un président des Etats-Unis aussi indifférent à l’Europe que Barack Obama aurait-il senti une contrainte là où le président François Hollande a pu l’entendre, à Washington, menacer les entreprises françaises prospectant l’Iran sans élever la moindre protestation ?

Pis, la France, tendant l’autre joue, a dans l’affaire BNP Paribas mis ses moyens judiciaires à la disposition des Etats-Unis, là où la nature politique des poursuites lui aurait permis de ne pas le faire. Bruxelles, où les Etats-Unis ont compris que le droit est un instrument de pouvoir, a négocié des traités d’entraide empreints d’angélisme et dont les Américains ne conçoivent du reste le fonctionnement qu’à sens unique. Il faut remettre en question ces traités. Il faut se mettre en situation de rendre coup pour coup.

Mais au-delà de la riposte que Washington rend hélas inévitable, c’est aussi notre droit international qu’il faut revoir. Un droit, celui des années 1920 (c’est l’arrêt Lotus), qui laisse chaque Etat libre de définir comme il l’entend sa compétence pénale internationale et de l’asseoir sur le rattachement le plus infime, n’est plus adapté à un monde globalisé où, par les circuits swift ou par Internet, tout transite en permanence à travers les frontières.

Mais, de toute façon, l’essentiel est acquis. Les Etats-Unis viennent de choisir la voie juridique pour annoncer au monde que, dans leur gestion du dollar, ils renonçaient à la priorité « monnaie de transaction internationale assurant la sécurité des opérations de tous ceux qui l’utilisent » au profit de la priorité « monnaie américaine au service des intérêts géopolitiques des Etats-Unis ». Plus de cent nations ont là de quoi s’inquiéter.

Il est donc de toute première urgence de trouver un substitut, une monnaie internationale de transaction garantissant la sécurité absolue de tous les opérateurs qui l’utilisent. Le franc suisse est trop petit, le yen est disqualifié par la crise japonaise. Le yuan chinois n’est manifestement pas prêt. Il n’en est qu’une de possible, l’euro. Il peut jouer ce rôle. Il doit le jouer, c’est une urgence et une nécessité absolues. Il ne le peut que s’il est couvert et garanti par les autorités de l’Union. Ce sera la première tâche de Jean-Claude Juncker et d’Herman Van Rompuy que d’ouvrir ce chantier.

Mais la City est tellement l’alliée de Wall Street dans ces affaires que ce ne sera possible que si la Grande-Bretagne est partie…

Source 1 & 2


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 6937
Localisation : Dijon

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par gaston21 le Sam 12 Juil - 11:06

Une simple remarque; le contribuable français va payer 2,3 milliards d'euros en raison de l'amende infligée à la BNP; une paille! (33% de l'amende). Et qu'a fait notre Gouvernement face à cette amende abyssale? Qui vous savez a changé de lunettes pour ne pas la voir! Dépêchons-nous de signer le fameux Traité!
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6167
Localisation : France

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par komyo le Sam 12 Juil - 14:11



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12599

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par loli83 le Sam 12 Juil - 15:59

komyo a écrit:*un autre point de vue...!


http://www.les-crises.fr/l-affaire-bnp-analyse/

assez long à lire , mais très intéressant , ça explique pas mal de choses en rapport avec cette tragique situation au Soudan

Contenu sponsorisé

Re: Une petite dernière sur la BNP et l'amende américaine...

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 25 Juil - 16:48