LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6509
Localisation : France

Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par komyo le Jeu 20 Fév - 22:32

Fort probable, la croissance démographique est exponentielle, les ressources en matières premières largement entamées et en déclin. Tout ceux qui veulent ne rien voir partent sur des postulats faux : on va trouver d'autres ressources, le gaz de schiste est là, une nouvelle technologique arrivera, (comme si celles ci apparaissaient a la demande).
C'est étonnant cet aveuglement collectif ! Toutes les especes s'auto régulent via l'équilibre qu'induisent les prédateurs. Nous nous n'en avons plus, nous sommes comme des parasites qui en détruisant leur support quand ils sont en surnombre finissent par se saborder collectivement, on est parti pour il me semble !


galadriel 20 février 2014 Ecologie, Reflexion
Accrochez-vous ! Ce que vous allez lire est carrément déprimant. D’autant plus que le présent lui donne raison et apporte la preuve indiscutable de la justesse de ses analyses d’il y a 42 ans. D’après lui, rien ne peut plus arrêter le désastre.

_____________________________________________________

Dennis Meadows est l’un des auteurs de l’étude visionnaire sur « Les limites à la croissance” qui dès 1972 alertait sur le risque d’une crise d’effondrement dans la première moitié du 21ème siècle provoquée par l’épuisement des ressources de la planète.

Voici en exclusivité pour Nœud Gordien la version française de l’interview qu’il accorda à l’occasion des quarante ans de l’étude originelle de 1972.
Le message du septuagénaire n’est pas plus optimiste maintenant qu’à l’époque, et il n’est pas destiné aux petites natures.



Dennis Meadows est l’un des auteurs du fameux livre de 1972 « Les limites à la croissance dans un monde fini« . Partant de l’idée de bon sens que la croissance indéfinie est impossible dans un monde fini, les auteurs, un groupe de scientifiques du M.I.T. américain, utilisaient une modélisation des interactions entre ressources, technologie, pollution et population au niveau du monde entier pour tenter de caractériser des « avenirs possibles » du système économique, de la population humaine et de la planète. Leurs résultats les amenèrent à alerter sur le risque qu’en continuant un développement économique sans limite, l’humanité risquait d’épuiser les ressources de la planète et même de dépasser la capacité de la nature à se renouveler elle-même.

L’étude de 1972 a décrit plusieurs scénarios d’évolution possible de l’économie, de la population et des ressources mondiales, chaque scénario correspondant à des choix différents que l’humanité pouvait collectivement faire à partir de 1972. Leur scénario « On continue comme avant« , qui correspond grosso modo à ce qui s’est passé par la suite, prédisait que l’approche des limites de la planète commencerait à exercer un fort impact sur la croissance à partir des environs de l’année 2010, impact qui irait ensuite croissant, finissant par déboucher d’ici 2050 au plus tard sur un effondrement, c’est-à-dire une baisse précipitée du niveau de vie et peut-être de la population mondiale, dans une situation d’épuisement des ressources et de l’environnement naturel.

Il est certes permis de mettre en rapport cette alerte précoce avec l’augmentation d’un facteur 2,5 du prix du pétrole depuis 2005, la tendance au plafonnement de la production de carburants liquides, les tensions alimentaires qui se manifestent depuis 2007 ainsi qu’avec la crise financière initiée en 2008 et toujours en cours.

Voici en exclusivité pour Nœud Gordien la version française d’une récente interview de Dennis Meadows, accordée au magazine autrichien Format à l’occasion des quarante ans de l’étude originelle de 1972.

Le discours de Meadows est d’un pessimisme frappant. Il est tentant – et il serait rassurant – de le rejeter d’emblée comme extrémiste. Attention cependant, car Dennis Meadows est tout sauf un excité apocalyptique ! Avoir été à l’origine de l’étude visionnaire des « Limites à la croissance » dès 1972 lui confère une très forte crédibilité. Il mérite d’être écouté, que son regard sur les prochaines décennies soit trop sombre ou qu’il soit justifié, et les questions qu’il pose sont quoi qu’il en soit judicieuses, bien que fort dérangeantes.

FORMAT : Introduction

FORMAT interviewe Dennis Meadows, l’un des auteurs de l’étude sur « Les limites à la croissance” il y a quarante ans. Les chercheurs américains y démontraient par un ensemble de modélisations, non la date précise d’une crise d’effondrement, mais le fait qu’au milieu de ce siècle, les ressources de la planète Terre seront épuisées.

Ce livre s’est vendu à 30 millions d’exemplaires et Meadows est aujourd’hui le plus connu au monde des « prophètes du crépuscule« . Rainer Himmelfreundpointner de Format a rencontré Meadows lors d’une visite à Vienne pour une interview exclusive. Le message du septuagénaire n’est pas plus optimiste maintenant qu’à l’époque, et il n’est pas destiné aux petites natures.

Dennis Meadows, 70 ans, a ébranlé la croyance en un progrès durable avec son étude, commandée par le Club de Rome, « Les limites à la croissance » il y a 40 ans. Economiste, il a été directeur du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), conférencier et il a enseigné au Dartmouth College et à l’Université du New Hampshire, où il a toujours un cours.

INTERVIEW :

FORMAT : M. Meadows, selon le Club de Rome, nous faisons face aujourd’hui à une crise du chômage, une crise alimentaire, une crise économique et financière mondiale et une crise écologique mondiale. Chacune d’elles est un signal nous avertissant que quelque chose ne va vraiment pas. Quoi au juste ?

Meadows : Ce que nous voulions dire en 1972 dans « Les limites à la croissance« (1), et qui est toujours vrai, c’est qu’une croissance physique sans fin sur une planète finie est tout simplement impossible. Passé un certain point, la croissance s’arrête. Soit c’est nous qui l’arrêtons… en changeant notre comportement, ou bien c’est la planète qui l’arrêtera. 40 ans plus tard, nous sommes désolés d’avoir à le dire, mais nous n’avons pratiquement rien fait (2)

FORMAT : Dans vos 13 scénarios, la fin de la croissance physique – croissance de la population mondiale, de la production de nourriture, ou de quoi que ce soit d’autre qui se produise ou qui se consomme – commence entre 2010 et 2050 (3). La crise financière est-elle une partie de tout cela ?

Meadows : Vous ne pouvez pas faire ce genre de comparaison avec notre situation actuelle. Imaginez que vous avez le cancer, et que ce cancer cause de la fièvre, des maux de tête et d’autres douleurs. Ce ne sont pas ces maux qui sont le véritable problème, mais le cancer. Pourtant, ce sont les symptômes que nous essayons de traiter. Personne ne peut croire que le cancer est en train d’être vaincu. Des phénomènes comme le changement climatique et la sous-alimentation ne sont que les symptômes d’une maladie de notre Terre, qui mène inévitablement à la fin de la croissance.

FORMAT : Le cancer comme métaphore de la croissance incontrôlée ?

Meadows : Oui. Les cellules saines s’arrêtent de croître à un moment donné. Ce sont les cellules cancéreuses qui croissent jusqu’à tuer l’organisme. La croissance de la population ou la croissance économique, c’est la même chose. Il n’y a que deux manières de réduire la croissance de l’humanité : réduction du taux de natalité ou accroissement du taux de mortalité. Laquelle préféreriez-vous ?

FORMAT : Personne ne veut avoir à décider.

Meadows : Moi non plus. De toutes façons, nous avons perdu la possibilité de choisir. C’est notre planète qui s’en chargera.

FORMAT : Comment ?

Meadows : Continuons à parler du régime alimentaire. Faites le calcul, prenez la nourriture par personne depuis les années 90. La production de nourriture augmente, mais la population croît plus rapidement. Et derrière chaque calorie de nourriture qui arrive dans les assiettes, dix calories de carburants fossiles ou de pétrole sont utilisés pour la production, le transport, le stockage, la préparation et le traitement des déchets. Plus les réserves de pétrole et de carburants fossiles vont diminuer, plus le prix de la nourriture augmentera.

FORMAT : Ce n’est donc pas un simple problème de distribution ?

Meadows : Bien sûr que non. Si nous partagions équitablement, personne n’aurait faim. Mais le fait est qu’il faut des carburants fossiles comme le pétrole, le gaz ou le charbon pour produire de la nourriture. Et ces ressources diminuent. Que les nouvelles réserves de pétrole et gaz de schiste soient exploitées ou non, le pic du pétrole (4) et le pic du gaz (5) sont dépassés. Cela signifie une pression énorme sur le système tout entier.

FORMAT : Suivant vos modèles la population sera en 2050 aux alentours de 9,5 milliards de personnes, même avec une stagnation de la production de nourriture pour les 30 ou 40 ans à venir.

Meadows : Et cela signifie qu’il y aura beaucoup de gens très pauvres. Beaucoup plus que la moitié de l’humanité. Aujourd’hui il y a une grande partie de l’humanité qui n’est pas nourrie correctement. Toutes les ressources que nous connaissons sont sur le déclin. On ne peut que deviner où tout cela nous mènera. Il y a trop de « si » pour l’avenir : si nous sommes plus intelligents, si il n’y a pas de guerre, si nous faisons une percée technologique. Nous en sommes déjà à ce point où nous ne savons plus faire face à nos problèmes, comment le ferions-nous dans 50 ans quand ils seront plus grands ?

FORMAT : C’est notre manière de faire fonctionner notre économie qu’il faut blâmer ?

Meadows : A propos de notre système économique et financier, il y a quelque chose d’important que l’on oublie. C’est un outil que nous avons développé et qui reflète donc nos objectifs et nos valeurs. Or les gens ne se soucient pas de l’avenir, mais seulement de leurs problèmes actuels. C’est bien la raison pour laquelle nous avons une crise de la dette si grave. La dette, c’est l’opposé du souci de l’avenir. Quiconque s’endette dit : je ne m’occupe pas de ce qui arrivera. Et quand pour beaucoup de gens l’avenir ne compte pas, ils créeront un système économique et financier qui détruit l’avenir. Vous pouvez trifouiller ce système autant que vous voulez. Du moment que vous ne changez pas les valeurs dans la tête des gens, ça continuera. Si vous donnez à quelqu’un un marteau et qu’il l’utilise pour tuer son voisin, il ne sert à rien de remplacer le marteau. Même si vous le lui enleviez il resterait un tueur potentiel.

FORMAT : Les systèmes qui organisent la manière de coexister des gens, ça va et ça vient, ça peut changer.

Meadows : Mais l’homme reste le même. Aux Etats-Unis, nous avons un système dans lequel il est acceptable que quelques-uns soient immensément riches et beaucoup soient fichtrement pauvres, et même qu’ils soient mal nourris. Si nous continuons à trouver cela acceptable, changer le système n’aidera pas. On en reviendra toujours aux mêmes valeurs dominantes. Ces valeurs ont beaucoup de conséquences sur le changement climatique. Et qui s’en soucie ?

FORMAT : L’Europe ?

Meadows : La Chine, la Suède, l’Allemagne, la Russie, les Etats-Unis et tous les autres ont des systèmes sociaux différents, mais dans chaque pays les émissions de CO2 augmentent, parce que les gens en réalité ne s’en inquiètent pas vraiment (6). 2011 était le record. L’année dernière (7) il y a eu plus de dioxyde de carbone produit qu’à aucun autre moment de l’histoire auparavant. En dépit du fait que tous veulent que ça décroisse.

FORMAT : Qu’est-ce qui ne marche pas ?

Meadows : Oublions les détails. La formule de base pour la pollution en CO2 se compose de quatre éléments. Premièrement le nombre de gens sur Terre. Multipliez par le capital par personne, donc combien de voitures, de maisons et de vaches par personne, on arrive au niveau de vie mondial. Ceci à son tour multiplié par un facteur d’utilisation d’énergie par unité de capital, c’est-à-dire combien d’énergie il faut pour produire des voitures, construire des maisons ou pour nourrir les vaches. Et finalement, multipliez cela par la fraction de cette énergie qui vient de sources fossiles.

FORMAT : A peu près 80 à 90 pour cent.

Meadows : A peu près. Si vous voulez que les émissions de CO2 déclinent, le résultat d’ensemble de cette multiplication doit décliner. Mais que faisons-nous ? Nous essayons de réduire la part d’énergie fossile en utilisant davantage de sources alternatives telles l’éolien et le solaire. Puis nous travaillons à rendre notre utilisation de l’énergie plus efficace, à isoler les maisons, à optimiser les moteurs et tout çà. Nous ne travaillons que sur les aspects techniques, mais nous négligeons complètement le facteur population et nous croyons que notre niveau de vie s’améliore, ou du moins reste le même. Nous ignorons la population et les éléments sociaux dans l’équation, et nous nous concentrons totalement sur la seule résolution du problème du point de vue technique. C’est la raison pour laquelle nous échouerons, parce que la croissance de la population et du niveau de vie sont beaucoup plus grandes que ce que nous économisons (Cool par l’efficacité énergétique et l’énergie alternative. Donc les émissions de CO2 vont continuer à augmenter. Il n’y a pas de solution au problème du changement climatique aussi longtemps que nous ne nous attaquons pas aux facteurs sociaux qui comptent.

FORMAT : Vous voulez dire que la Terre va prendre les choses en main ?

Meadows : Les désastres sont le moyen de la planète pour résoudre tous les problèmes. Du fait du changement climatique, le niveau des mers s’élèvera parce que les calottes glaciaires fondent. Des espèces nuisibles se répandront dans les zones où elles ne rencontrent pas suffisamment d’ennemis naturels. L’augmentation de la température mène à des vents et tempêtes massives, qui à leur tour affectent les précipitations. Donc, davantage d’inondations et davantage de sécheresses.

FORMAT : Par exemple ?

Meadows : La terre qui aujourd’hui fait pousser 60 pour cent du blé de la Chine deviendra trop sèche pour l’agriculture. En même temps il continuera à pleuvoir, mais ce sera en Sibérie, et le pays deviendra plus fertile là-bas. Il y aura donc une migration massive depuis la Chine vers la Sibérie. Combien de fois ai-je dit cela dans mes conférences en Russie. Les plus vieux étaient inquiets. Mais la jeune élite a seulement dit : « Qu’est-ce que ça peut me faire ? Je veux juste être riche« .

FORMAT : Que faire ?

Meadows : Si seulement je le savais. Nous arrivons à une époque qui nécessite des changements drastiques dans à peu près tous les domaines. Malheureusement on ne peut changer rapidement notre société ni notre système de gouvernement. De toutes façons, le système actuel ne fonctionne pas. Il n’a pas arrêté le changement climatique, ni empêché la crise financière. Les gouvernements tentent de résoudre leurs problèmes en imprimant de l’argent, ce qui entraînera presque certainement quelques années d’inflation très élevée. C’est une phase très dangereuse. Je sais seulement qu’une personne qui vit dans une époque incertaine a le choix entre la liberté et l’ordre, et qu’elle choisit l’ordre. L’ordre n’est pas nécessairement adéquat, ni juste, mais la vie est raisonnablement assurée, et les trains circulent à l’heure.

FORMAT : Craignez-vous la fin de la démocratie ?

Meadows : Je vois deux tendances. D’un côté, la dissociation d’Etats en unités plus petites, comme des régions telle la Catalogne, et de l’autre une superpuissance forte et centralisée. Pas un Etat, mais une combinaison fasciste d’industrie, de police et d’armée. Peut-être y aura-t-il même les deux à l’avenir. La démocratie est en vérité une expérience sociopolitique très récente. Et elle n’existe pas véritablement actuellement. Elle n’a produit que des crises qu’elle ne sait pas résoudre. La démocratie n’apporte en ce moment rien à notre survie. Le système s’effondrera de l’intérieur, non pas à cause d’un ennemi externe.

FORMAT : Vous parlez de la « tragédie des communs » (9)

Meadows : C’est le problème fondamental. Si dans un village tout le monde fait brouter ses vaches sur le pré luxuriant – qu’en Angleterre on appelait « les communs » – le bénéfice de court terme va en premier lieu à ceux qui choisissent d’avoir davantage de vaches. Mais si cela continue trop longtemps, toute l’herbe meurt, et toutes les vaches.

FORMAT : Donc il faut un accord sur la meilleure manière d’utiliser le pré. La démocratie dans ses meilleurs jours peut y parvenir.

Meadows : Peut-être. Mais si le système démocratique ne peut résoudre ce problème au niveau mondial, il essaiera probablement une dictature. Après tout, il s’agit de problèmes comme le contrôle de la population mondiale. Nous sommes maintenant depuis 300 000 ans sur cette planète et nous avons gouverné de bien des manières différentes. La plus réussie et la plus efficace a été la tribu ou le clan (10), non les dictatures et les démocraties.

FORMAT : Est-ce qu’une percée technologique pourrait sauver la Terre ?

Meadows : Oui. Mais les technologies ont besoin de lois, de ventes, de formation, de gens qui travaillent avec – je vous reporte à ce que je disais juste avant. De plus, la technologie n’est qu’un outil, comme un marteau, ou un système financier néolibéral. Tant que nos valeurs sont ce qu’elles sont, nous essaierons de développer des technologies qui répondent à ces valeurs.

FORMAT : Le monde entier voit actuellement son salut dans une technologie verte durable.

Meadows : C’est un fantasme. Même si nous arrivons à augmenter drastiquement le rendement de l’utilisation de l’énergie, à utiliser beaucoup plus les énergies renouvelables, et si nous faisons des sacrifices douloureux pour limiter notre consommation, nous n’avons pratiquement aucune chance de prolonger la vie du système actuel. La production de pétrole sera réduite de moitié environ dans les 20 prochaines années (11), même compte tenu de l’exploitation du pétrole de schiste. Tout va simplement trop vite. De plus, le pétrole permet bien davantage de choses que l’énergie alternative. Et on ne peut faire fonctionner aucun avion avec des éoliennes. Le directeur de la Banque Mondiale – qui juste auparavant était responsable pour l’industrie mondiale du transport aérien – m’a expliqué que le problème du pic pétrolier n’est pas discuté dans son institution, c’est tout simplement tabou. De toutes façons quiconque essaie est viré ou muté. Après tout, le pic pétrolier détruit la croyance en la croissance. Il faudrait tout changer.

FORMAT : Dans les dépenses des compagnies aériennes la part des combustibles fossiles est très élevée.

Meadows : Exactement. Et c’est pourquoi l’ère du transport aérien de masse bon marché se terminera bientôt. Cela ne sera accessible que pour les grands empires ou pays. Si vous avez beaucoup d’argent vous pourrez peut-être vous protéger de la pénurie d’énergie et de nourriture. Mais vous ne pourrez pas vous cacher du changement climatique, qui affecte à la fois les pauvres et les riches

FORMAT : Avez-vous des solutions à ces méga malheurs ?

Meadows : Il faudrait changer la nature de l’homme. Nous sommes aujourd’hui programmés de la même manière que nous l’étions il y a 10 000 ans. Si l’un de nos ancêtres était attaqué par un tigre, lui aussi ne se souciait pas de l’avenir, mais de sa survie immédiate. Mon inquiétude est que pour des raisons génétiques nous ne soyons tout simplement pas capables de maîtriser des choses comme le changement climatique de long terme (12) Tant que nous n’apprenons pas à faire cela, il n’y a pas de moyen de résoudre tous ces problèmes. Nous n’y pouvons rien faire. Les gens disent toujours : « Nous devons sauver la planète« . Non. La planète va se sauver toute seule. Elle l’a toujours fait. Parfois il y a fallu des millions d’années, mais c’est arrivé. Nous ne devrions pas nous inquiéter de la planète, mais de l’espèce humaine.

(1) : « Les limites à la croissance » a été republié en 2004 dans une version mise à jour. Le livre est disponible en français, dans toutes les bonnes librairies.

(2) : L’exemple le plus net d’action commune de niveau mondial couronnée de succès pour changer un comportement dommageable pour l’environnement est l’interdiction des CFC (chlorofluorocarbones), qui a abouti à stopper la dégradation de la couche d’ozone et à laisser les processus naturels la reconstituer. Cet exemple – que Dennis Meadows cite d’ailleurs dans la mise à jour de l’étude en 2004 – mis à part, force est de lui donner raison.

(3) : Des études récentes, telles celle de Charles A. S. Hall et John W. Day (2009) et celle de Graham M. Turner (2012) indiquent que l’économie mondiale suit en effet une trajectoire assez similaire à celle que prédisait le modèle initial des « Limites à la croissance » en 1972.

(4) : La production de pétrole brut a en effet à ce jour été maximale en 2006 et il est tout-à-fait possible que cette année demeurera celle de la production la plus élevée. Le total de production de tous les carburants liquides a continué d’augmenter depuis cette date à rythme lent, mais seulement grâce aux apports du gaz naturel liquéfié, des biocarburants et du pétrole de schiste, ce qui ne saurait continuer bien longtemps ces ressources supplémentaires ayant chacune des limites assez étroites.

(5) : La production de gaz continue d’être en augmentation, même lente. Il est possible que Dennis Meadows anticipe quelque peu sur ce point.

(6) : Les émissions de gaz carbonique (CO2) ont en effet continué imperturbablement d’augmenter, quelles que soient les grandes intentions affichées par les uns ou par les autres.

(7) : Il s’agit de l’année 2011. Cependant, l’année 2012 a vu des émissions encore plus élevées, et 2013 a battu le record établi en 2012.

(Cool : Dennis Meadows fait probablement ici référence au paradoxe de Jevons, qui a pour conséquence qu’une augmentation de l’efficacité énergétique peut paradoxalement résulter en une augmentation de la consommation totale d’énergie.

(9) : Un classique de l’étude économique : en l’absence d’accord mutuel régulant l’utilisation d’une ressource commune limitée, les personnes les plus dépensières utiliseront sans limite cette ressource, jusqu’à l’épuiser ou la dégrader complètement.

(10) : La plus réussie en terme de simple durée : tribus et clans existent depuis des dizaines de milliers d’années, les nations, cités, royaumes et empires seulement depuis des millénaires. Quant aux autres critères de succès, nous nous garderons de suivre Meadows sur ce point.

(11) : Sur le sujet du pic pétrolier, il est utile de consulter le dossier réuni par Matthieu Auzanneau du blog « Oil Man »

(12) : Ni le respect des limites de la nature, ni la planification de très long terme ne sont hors d’atteinte de l’humanité. A preuve la gestion prudente de leurs ressources par la plupart des communautés paysannes traditionnelles. A preuve la forêt de Tronçais plantée au XVIIème siècle sur ordre de Colbert qui s’inquiétait de ce que l’épuisement des forêts priverait la Marine du Roy de bois pour ses bâtiments vers l’année 1900, soit plus de deux siècles plus tard !

La question posée par Dennis Meadows est cependant troublante et difficile car pour gérer prudemment les ressources et l’environnement naturel mondial sur le long terme, c’est à l’échelle de l’humanité qu’il serait nécessaire d’agir, non à celle d’un groupe de villages ou d’une seule nation. Or la coopération internationale a été pratiquement toujours défaillante sur le sujet, et ceci depuis des décennies.



Traduit et reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur. Les notes sont de Nœud Gordien. Toute erreur dans la traduction serait de la seule responsabilité de Nœud Gordien.

La version originale de l’interview est disponible en allemand sur le site de Format.

Une version anglaise est également disponible sur le site Damn the Matrix.

source : Agoravox


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3428
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par geveil le Jeu 20 Fév - 23:16

Je pense que Dan va contrer ces arguments point par point et nous rassurer. D'avance, merci Dan. Smile


Dernière édition par geveil le Ven 21 Fév - 10:19, édité 1 fois


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6509
Localisation : France

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par komyo le Ven 21 Fév - 7:21

Ma foi, si il a des chiffres précis pourquoi pas !  Smile 


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Invité
Invité

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Invité le Ven 21 Fév - 7:40

fastoche: il va dire que le monde va de mieux en mieux, que moins de gens meurent de faim, que ceux qui ne le croient pas sont partisans de la pensée unique pessimiste et qu'ils sont jaloux, et aussi qu'il ne fait pas partie du troupeau.
Mais il va admettre que la France gère mal ses finances parce qu'elle dépense plus qu'elle ne gagne. Wink
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6509
Localisation : France

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par komyo le Ven 21 Fév - 8:02

Leela a écrit:fastoche: il va dire que le monde va de mieux en mieux, que moins de gens meurent de faim, que ceux qui ne le croient pas sont partisans de la pensée unique pessimiste et qu'ils sont jaloux, et aussi qu'il ne fait pas partie du troupeau.
Mais il va admettre que la France gère mal ses finances parce qu'elle dépense plus qu'elle ne gagne. Wink


Il y un fort déni de réalité chez les adeptes du modèle de surconsommation actuelle, de la croissance infinie, adossé au joker qu'est la croyance dans la capacité de la la science a résoudre les problèmes que nous allons rencontrer. Les 5% d'individus dont nous faisons partie qui consommons plus de 30% des ressources mondiales et en leur sein ceux qui profitent au maximum de cette liberté de sur consommer et de détruire le support qu'est la terre, n'ont aucune raison de s'auto limiter.
Ils fonctionnent comme des animaux qui cherchent en priorité a servir leurs instincts.
C'est essentiellement eux qui propagent ces mythes comme quoi tout va mieux. Si l'on est un tant soit peu capable de se projeter dans le futur en analysant les données actuelles, on arrive aux conclusions et au pessimisme de la plupart des chercheurs. Mais ce n'est pas vendeur...!



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Invité
Invité

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Invité le Ven 21 Fév - 9:39

il est clair que cette "pense unique" du monde qui va mieux est propagée par ceux qui ont intérêt à ce que le système corrompu actuel persiste... Ils ne vont quand même pas se tirer une balle dans le pied.

Je reste malgré tout optimiste, parce que dans ces quelques personnes qui prennent le pouvoir dans le monde entier, certains pourraient vivre des événements qui les feront basculer de "l'autre côté", et à ce moment là ils auront en mains un pouvoir énorme de faire changer les choses pour un mieux.

C'est pour cela qu'il est nécessaire de lutter, par les actes et la pensée positive: c'est une énergie qui n'est pas perdue: elle aboutira quelque part. Je crois en la puissance de la pensée.
Non pas l'optimisme béat, qui n'est porteur d'aucune énergie, mais un optimisme constructif, réaliste, concret, qui se traduit dans les actes, le sourire, la douceur, mais aussi la fermeté quand il le faut.

La lutte se passe à ce niveau là, à mon avis. Dans le "mental". Les forces du bien et du mal s'y affrontent, pour le moment le "mal" gagne, mais le "bien" se renforce, se répand et pourrait bien faire basculer la situation. Ce sera sans doute au prix de grandes souffrances, si les forces "noires" résistent et se durcissent. Prions de toutes nos forces pour qu'ils basculent à temps pour éviter ces souffrances (oui, une athée qui dit "prions", faut le faire hein ! Je ne crois pas en Dieu, mais en la prière oui)
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3428
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par geveil le Ven 21 Fév - 10:21

Vive Leela !! cheers 


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12822

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par loli83 le Ven 21 Fév - 20:52

tu m'as fait rire Leela avec ton résumé de la pensée de Dan , c'est tout à fait ça !
vu qu'il ne varie pas d'un iota quoiqu'on lui oppose , on finit par le connaitre par coeur son discours
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Le Repteux le Ven 21 Fév - 21:04

Je n'ai jamais vu personne varier son opinion d'un iota nulle part, prouvez-moi le contraire et je vous nomme chevalier de l'ordre de la Reptation illico! :sourire chevaleresque:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12822

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par loli83 le Ven 21 Fév - 21:15

Very Happy , le premier , c'est toi !

je te cite :

"un coup les hommes font des sous entendus ! un coup ils sont directs !

contrairement aux femmes qui ne font jamais de sous entendus , mais qui ne sont jamais directes "

remarque comme ça c'est moins monotone , mais ça prend du temps , il faut relire car on se dit "c'est pas possible , j'ai mal lu "
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Le Repteux le Ven 21 Fév - 22:21

Voilà qui prouve que tu n'as pas changé d'idée à mon sujet malgré mes explications. Personne ne change d'avis instantanément, voilà pourquoi il ne faut jamais accuser les gens de ne pas essayer de comprendre ce qu'on leur explique, y compris Dan. :sourire tenace:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12822

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par loli83 le Ven 21 Fév - 22:26

ça , on ne pourra pas te reprocher de n'être pas tenace !
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Le Repteux le Ven 21 Fév - 23:23

Merci 


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7331
Localisation : Dijon

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par gaston21 le Sam 22 Fév - 10:47

Je suis d'un naturel plutôt optimiste, mais là, je crois au crépuscule. La Terre se réchauffe et chacun sait que le réchauffement se poursuivra; combien de voitures dans dix ans? ...Et nos ressources naturelles? Et les surfaces cultivables et les forêts qui se réduisent inexorablement? Et la population qui continue à croître? Et les catastrophes naturelles qui semblent de plus en plus fréquentes? Et le problème de l'eau? L'homme va inexorablement vers sa propre destruction .Resteront, je l'espère, les
coelacanthes!
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8158
Localisation : Enfant du Monde

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Dédé 95 le Sam 22 Fév - 11:12

Rien de bien nouveau sur la terre!
Des périodes chaudes il y en a eu 3 depuis 600 000 ans, et l'homme a continué d'évoluer à travers le chaud et le froid!
Quel était la vie dans la période chaude de -180 000 à -120 000, nous n'en savons rien, ou plutôt pas grand chose!
Quelques squelettes par ci par là! Un hasard pur dans les connaissances!
Des suppositions...car qu'y a t il à -3000m sous notre sol ? Nous supposons aucune trace de l'homme, mais nous ne savons pas
!(C.Charroux)
Mon coté optimiste!
De toute façon l'essentiel n'est-il pas le présent?

2 faits divers nous interpellent:
L'Ukraine et...Face book!

HS ? Pas sur....


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
Invité
Invité

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Invité le Sam 22 Fév - 11:48

personnellement, je ne serais pas contre qu'un climat méditerranéen s'installe ici.  Je pense que c'est pour cela que les gens réagissent peu: ils pensent aux avantages et ne voient pas les inconvénients.

D'après des "climatosceptiques", dont beaucoup sont des spécialistes, le réchauffement s'est arrêté depuis une vingtaine d'années.  Il faudra en attendre encore 10 pour être sûrs, puisque 30 ans est la plus courte période caractéristique, mais le fléchissement, voire la stabilisation est visible même sur les graphiques des partisans du réchauffement continu.  Cela appuierait la thèse selon laquelle le réchauffement que nous avons connu est dû à l'activité solaire.  Les partisans de cette thèse prévoyaient il y a 20 ans que le réchauffement s'arrêterait, et les faits leur donnent raison.

Perso, je suis "sceptique tout court", donc j'attends avant d'avoir un avis, mais cela ne m'empêche pas de vivre en respectant l'environnement. Je ne défend donc aucune des deux positions, mais je trouve que les deux doivent être prises en considération comme étant de valeur égale.

http://www.lameuse.be/923297/article/regions/liege/actualite/2014-01-30/liege-luc-trullemans-remet-en-doute-le-rechauffement-climatique
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3428
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par geveil le Sam 22 Fév - 12:05

gaston21 a écrit:Je suis d'un naturel plutôt optimiste, mais là, je crois au crépuscule. La Terre se réchauffe et chacun sait que le réchauffement se poursuivra; combien de voitures dans dix ans? ...Et nos ressources naturelles? Et les surfaces cultivables et les forêts qui se réduisent inexorablement? Et la population qui continue à croître? Et les catastrophes naturelles qui semblent de plus en plus fréquentes? Et le problème de l'eau? L'homme va inexorablement vers sa propre destruction .Resteront, je l'espère, les
coelacanthes!
Tiens, c'est bizarre, dans la discussion sur la conscience, tu es danophile, là, tu serais plutôt danophobe.

Non seulement les surfaces cultivables se réduisent, mais 70% du sol cultivable meurt, devient compact, imperméable à l'air et à l'eau, privé de l'humus nourricier, des vers de terre aérateurs, etc ( Dixit un spécialiste, ce matin sur France Culture ).


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6509
Localisation : France

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par komyo le Sam 22 Fév - 14:26

geveil a écrit:
gaston21 a écrit:Je suis d'un naturel plutôt optimiste, mais là, je crois au crépuscule. La Terre se réchauffe et chacun sait que le réchauffement se poursuivra; combien de voitures dans dix ans? ...Et nos ressources naturelles? Et les surfaces cultivables et les forêts qui se réduisent inexorablement? Et la population qui continue à croître? Et les catastrophes naturelles qui semblent de plus en plus fréquentes? Et le problème de l'eau? L'homme va inexorablement vers sa propre destruction .Resteront, je l'espère, les
coelacanthes!
Tiens, c'est bizarre, dans la discussion sur la conscience, tu es danophile, là, tu serais plutôt danophobe.

Non seulement les surfaces cultivables se réduisent, mais 70% du sol cultivable meurt, devient compact, imperméable à l'air et à l'eau, privé de l'humus nourricier, des vers de terre aérateurs, etc ( Dixit un spécialiste, ce matin sur France Culture ).

Et dans le meme temps la population augmente de façon exponentielle, ce qui fait que la taille de l'humanité devrait avoisiner les 10 milliards en 2050.
Ce n'est pas le gaz de schiste qui va changer quoique ce soit sinon polluer pendant un temps et continuer cette frénésie de surconsommation des ressources.
Pour la révolution verte on voit le résultat, ça contribue surtout a laisser une terre stérile derrière soi et des paysans dans des bidonvilles, je préfère le modèle de développement raisonné.

Anadana
http://kokopelli-semences.fr/semences_frontieres/annadana



source wiki sur la révolution verte
L’impact politique
Pour un grand nombre d'observateurs, l'objectif initial des promoteurs de la révolution verte relevait de préoccupations géopolitiques liés à la guerre froide : il s'agissait de nourrir la population des pays du Tiers Monde afin de maintenir la paix sociale et de diminuer les risques d'une révolution communiste. Le journaliste d'investigation Mark Dowie s'appuie sur des documents internes des deux grandes fondations impliquées pour souligner que la préoccupation de la Fondation Ford semblait supérieure dans ce domaine à celle de la Fondation Rockefeller27.

La révolution verte a eu pour effet d'affaiblir les mouvements socialistes dans de nombreux pays. En Inde, au Mexique, et aux Philippines, ses solutions, présentées comme essentiellement technologiques, se sont substituées aux réformes agraires, dont les objectifs n'étaient pas limités à des préoccupations concernant le niveau de la production. Ainsi, le choix politique qui a constitué à privilégier une option essentiellement technique, a eu des effets sociaux très importants en stoppant dans de nombreux pays le mouvement redistributif28.

Les impacts socio-économiques[modifier | modifier le code]
La transition d'une agriculture traditionnelle vers le modèle prôné par la révolution verte, nécessitant de lourds investissements, a conduit au développement du crédit rural, facteur de fragilisation financière pour de nombreux petits agriculteurs. Au Mexique, les dettes contractées par ces derniers les ont contraints à vendre les terres qu'ils avaient reçues lors des réformes agraires, impulsant une dynamique de re-concentration de la terre29.

De manière générale, la révolution verte a prioritairement profité aux agriculteurs qui possédaient de grandes exploitations et un accès au crédit. Certaines régions ont, pour des raisons climatiques, géographiques ou politiques, adopté plus aisément les principes de la révolution verte. En Inde, elle n'a ainsi été mise en œuvre qu'au Nord-Est et dans quelques enclaves du Sud. La révolution verte a donc souvent conduit à une accentuation des disparités sociales, économiques et régionales et dans certains pays à une accélération de l'exode rural.

Un marché mondial[modifier | modifier le code]
La révolution verte a marqué une étape décisive dans la constitution d'un marché agronomique mondialisé. Des groupes de recherche internationaux, souvent financés par les fondations d'entreprises multinationales (Rockefeller, Ford), en ont été à l'origine. L'émergence de ces nouveaux marchés dans le domaine des semences, des engrais ou des pesticides ont principalement profité à des entreprises agro-pharmaceutiques basées aux États-Unis. Exxon a par exemple largement profité du succès de la révolution verte aux Philippines en y installant un vaste réseau de distribution pour y vendre des semences, des engrais ou des pesticides30.

La révolution verte semble être le modèle de développement le plus efficace dans le Tiers-Monde. L'Inde en est l'exemple le plus connu et évident : en effet, elle a multiplié par 10 sa production de blé, et par 3 sa production de riz. Mais cette efficacité ne l'est seulement qu'à court terme car la révolution verte connaît des limites : les productions demandent beaucoup d'eau, d'engrais, de pesticides (d'éléments chimiques en général), ce qui entraîne des sols moins fertiles, et très pollués. Elle a entraîné un usage excessif de pesticides et un appauvrissement de nombreux sols.

Cette révolution a de nombreux effets non agricoles. Elle a causé de profonds changements culturels : exode rural massif, déperdition du savoir traditionnel agricole. Elle a par ailleurs été accusée de contribuer à réduire la biodiversité et de mettre les agriculteurs sous dépendance de l'industrie agro-pharmaceutique.

Les impacts environnementaux[modifier | modifier le code]
L’augmentation du coût énergétique de la production[modifier | modifier le code]
La révolution verte a engendré une hausse de l'énergie nécessaire au processus productif31. Plus d'un tiers des énergies fossiles consommées par l'agriculture est utilisée par la seule synthèse des engrais. La dépendance accrue de l'agriculture à l'égard des fertilisants chimiques, des pesticides et des herbicides est aussi indirectement une dépendance à l'égard du pétrole32. Les promoteurs de la théorie du pic pétrolier craignent que le déclin futur de la production d'énergie fossile conduise à une chute de la production agricole33 et une hausse importante du prix des produits d'alimentation.

La gestion de l’eau[modifier | modifier le code]
L'irrigation, qui s'est largement développée à la suite de la révolution verte, a été à l'origine d'importants problèmes de salinisation, d'hydromorphie permanente (waterlogging) et de remontée des nappes phréatiques34. La salinisation croissante ne peut être évitée qu'en pratiquant un drainage intense, lui-même est extrêmement consommateur en eau.

Les pesticides[modifier | modifier le code]
La révolution verte s'est accompagnée d'une augmentation de l'utilisation des pesticides. L'usage des organochlorés, un groupe de pesticides qui comprend le DDT et le dieldrin, s'est répandu à cette occasion, bien que ces substances soient difficilement assimilées par l'environnement et s'accumulent dans la chaîne alimentaire.
Les problèmes engendrés par l'usage de pesticides sont l'empoisonnement des terres, la contamination de l'eau (notamment par les nitrates) et l’apparition de souches de moustiques résistantes aux pesticides, la diminution de l'efficacité des programmes anti-paludisme utilisant du DDT35. En Asie du Sud, on estime par exemple que seulement 60 % des nitrates épandus sur les parcelles sont aujourd'hui effectivement utilisés par les plantes, le reste contribuant à polluer les nappes phréatiques36.

La biodiversité[modifier | modifier le code]
En se concentrant sur un petit nombre de variétés, la révolution a induit une perte de biodiversité agricole, notamment dans les cultivars locaux. Certaines propriétés génétiques contenues depuis des centaines d'années dans certaines variétés de céréales étaient menacées de disparaître ; cette homogénéisation de la production alimentaire a nourri des craintes sur les capacités de résistance à l'apparition des nouveaux agents pathogènes. Pour répondre à ces préoccupations, des banques de semences, à l'image de l'Institut international de ressources phytogénétiques (International plant genetic resources institute, IPGRI) devenu le Bioversity International, ont été constituées37.

Les opinions divergent concernant les effets de la révolution verte sur la biodiversité sauvage. Certains avancent qu'en accroissant les rendements, la révolution verte a prévenu une expansion excessive sur des terres non cultivées. La révolution verte s'est cependant souvent accompagnée d'une nette augmentation des surfaces cultivées. L'utilisation des intrants chimiques a aussi fortement perturbé l'équilibre des écosystèmes locaux.

La communauté internationale a clairement reconnu les impacts négatifs de l'expansion et de l'intensification de l'agriculture à travers la signature de la déclaration de Rio, signée en 1992 par 189 pays. Un de ses volets, la Convention sur la diversité biologique, a généré de nombreux plans d'action nationaux de préservation de la biodiversité.

Les alternatives à la révolution verte[modifier | modifier le code]

Le début des années 1990 s'est caractérisé par une montée en puissance des thématiques environnementales concernant les conséquences de la révolution verte. Ces critiques, souvent menées au sein même de la communauté des chercheurs, ont abouti à l'apparition de différents concepts parmi lesquels on peut citer l' « evergreen revolution » promue en Inde par M.S. Swaminathan, l'agriculture raisonnée en France38, l' « écoagriculture » de l'UINC (Union internationale pour la conservation de la nature) ou encore l' « agroécologie » proposée par le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Ce dernier s'est également fait le promoteur du concept plus large de « révolution doublement verte » qu'avait avancé le CGIAR, le principal organisme de coordination de la révolution verte39. Pour ses défenseurs, il « consiste à passer d’une logique de développement agricole fondée sur la maîtrise des milieux à une autre, fondée sur la connivence avec les écosystèmes »40. La révolution doublement verte entend à ce titre ajouter « aux objectifs de la révolution verte ceux du maintien de la diversité biologique et de la résilience des écosystèmes »41. Elle cherche notamment à trouver des solutions aux limites rencontrées par la révolution verte dans les milieux mal pourvus en réserve d'eaux ou à faible densité de population.[/i]


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7331
Localisation : Dijon

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par gaston21 le Sam 22 Fév - 17:17

geveil a écrit:
gaston21 a écrit:Je suis d'un naturel plutôt optimiste, mais là, je crois au crépuscule. La Terre se réchauffe et chacun sait que le réchauffement se poursuivra; combien de voitures dans dix ans? ...Et nos ressources naturelles? Et les surfaces cultivables et les forêts qui se réduisent inexorablement? Et la population qui continue à croître? Et les catastrophes naturelles qui semblent de plus en plus fréquentes? Et le problème de l'eau? L'homme va inexorablement vers sa propre destruction .Resteront, je l'espère, les
coelacanthes!
Tiens, c'est bizarre, dans la discussion sur la conscience, tu es danophile, là, tu serais plutôt danophobe.

Non seulement les surfaces cultivables se réduisent, mais 70% du sol cultivable meurt, devient compact, imperméable à l'air et à l'eau, privé de l'humus nourricier, des vers de terre aérateurs, etc ( Dixit un spécialiste, ce matin sur France Culture ).
Vieux Lion, j'essaie de naviguer au milieu! La chute est au bout du chemin. On sait bien que l'homme est incapable de se
maîtriser; les conférences sur l'environnement ne sont qu'un emplâtre sur une jambe de bois; chacun veut sa voiture et son confort; c'est ainsi. D'un autre côté, la médecine, les vaccins, les OGM etc...freinent les grandes catastrophes sans pour autant  nuire grandement à notre existence, au contraire. Chacun d'entre nous a déjà consommé du soja OGM sans en être pour le moins importuné. L'INRA a longtemps mené la danse; je me souviens des cris d'orfraie poussés par les opposants lors des essais des premiers fraisiers OGM; ils allaient tout empoisonner; j'attends toujours...Pour le moment, les résultats ne sont pas à la hauteur, mais la recherche ne doit pas être proscrite. La génétique nous offre des perspectives exaltantes. J'ai vraiment l'impression que la France a perdu son dynamisme; on met des obstacles de tout genre devant les chercheurs audacieux. Dans la vie, il faut courir des risques.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12822

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par loli83 le Sam 22 Fév - 18:24

mais des risques mesurés , quand les avantages durables apparaissent supérieurs aux inconvénients passagers

ce qui ne va pas , c'est l'inertie et l'interdiction par peur des responsabilités , et tout ça à cause des lois exagérées sur la responsabilité justement
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3428
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par geveil le Sam 22 Fév - 18:54

gaston21 a écrit: chacun veut sa voiture et son confort; c'est ainsi.
Pas chacun, mais beaucoup. N'y -t-il que cela d'intéressant dans la vie ?


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par hokmah le Lun 24 Fév - 2:14

geveil a écrit:
gaston21 a écrit: chacun veut sa voiture et son confort; c'est ainsi.
 Pas chacun, mais beaucoup.  N'y -t-il que cela d'intéressant dans la vie  ?  

Qui sait.... ? What a Face 


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12822

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par loli83 le Lun 24 Fév - 6:31

là , tu fais l'âne volontairement , hokmah ! Very Happy 
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par hokmah le Lun 24 Fév - 6:44

да !


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
mayadevi
Vicomte

Féminin Date d'inscription : 12/01/2014
Messages : 206
Localisation : à l'ouest

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par mayadevi le Lun 24 Fév - 18:48

lola83 a écrit:mais des risques mesurés , quand les avantages durables apparaissent supérieurs aux inconvénients passagers

ce qui ne va pas , c'est l'inertie et l'interdiction par peur des responsabilités , et tout ça à cause des lois exagérées sur la responsabilité justement  

Je suis d'accord avec cette reflexion.

Actuellement, c'est le refus du risque et la victimisation généralisée dans laquelle s'enfonce, hélas, notre société. Une notion résume cette tendance:le principe de précaution.
En mettant en cause ce principe, j'ai conscience de m'attaquer à une valeur en hausse. Dans nos états développés, chaque citoyen a droit d'etre placé à l'abri du risque, ne doit subir aucun préjudice,a le droit en cas de drame ou d'épreuve de devenir une victime et de demander réparation.
Mais la vie est une aventure!!!et l'aventure s'est se résoudre à l'inconnu, donc au risque. C'est la volonté de se sentir responsable et de n'incriminer personne pour ses souffrances, dommages, préjudices. C'est etre actif et non passif, souverain de sa vie et non sujet implorant du maitre tout puissant que serait la société.

Le principe de précaution va contre cela. Refus du risque inhérent à une nouvelle technologie,comme les OGM ou le gaz de shiste, c'est la pénalisation de l'audace du médecin qui tente un traitement nouveau ou un geste therapeutique incertain pour sauver un patient...

Le chemin de fer, l'automobile, l'aviation n'ont pris leur essor qu'au prix de nombreux accidents. Le domaine médical n'a connu d'avancée qu'au prix de sacrifices douloureux.Le domaine spatial a connu tant d' échecs. Il faut voir les premiers engins spaciaux habités, on est affolé de voir leur caractère rudimentaire.
Le rève d'un monde sans risque devient un cauchemar. C'est l'immobilisme, la haine de l'innovation.
Une société victimaire est une société en régression, ou en stagnation.
Il faut défendre le risque volontaire, conscient, maitrisé, plaider pour que la recherche, l'innovation, la découverte soient partout privilégiées. Aujourdhui c'est la tyrannie du droit, la pression de la société, avec la terrible bonne conscience des régimes démocratiques.
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Le Repteux le Lun 24 Fév - 19:09

Il y a deux manières de risquer: risquer pour que ça nous rapporte à nous, et risquer pour que ça rapporte à tout le monde. La recherche scientifique fondamentale est un risque qui rapporte à tout le monde, mais pas nécessairement la recherche technologique si elle nuit à l'écologie, et certainement pas la recherche du profit.


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par hokmah le Lun 24 Fév - 21:56

Le principe de précaution est le pendant de kamikazes de tout poils qui se baladent à travers la planète pour s'éclater.... PTDR Fuite 


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Le Repteux le Lun 24 Fév - 22:15

Je dirais même plus: c'est le contre-pendant! :contre-sous-rire:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7331
Localisation : Dijon

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par gaston21 le Mar 25 Fév - 15:37

maya, nous avons notre vénérée doyenne; peut-être es-tu notre grande prêtresse? J'approuve entièrement ce que tu as écrit. Au nom du principe de précaution, on punit celui qui a osé courir le moindre risque, c'est un non-sens et la stérilisation de tout projet ambitieux.
avatar
mayadevi
Vicomte

Féminin Date d'inscription : 12/01/2014
Messages : 206
Localisation : à l'ouest

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par mayadevi le Mar 25 Fév - 18:51

Merci Gaston, d'etre de mon avis. Je ne suis pas votre doyenne, mème si j'essaie d'etre sage depuis quelques années...je suis encore dans les années sex....et heureuse de l'etre encore un moment.  Bisou 

Contenu sponsorisé

Re: Dennis Meadows le prophète du crépuscule : « Nous n’y pouvons rien faire »

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 17:29