LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


"Châtiments corporels" dans l'éducation

Partagez
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 13:31

je suis contre les punitions par la privation des jeux ou des loisirs ( jeux ou loisirs formateurs bien sûr , comme le sport ou une passion : micromodélisme , jeu d'échecs ou autres )

je trouve cela bien plus grave qu'une fessée , cela revient à de graves brimades et engendre des frustrations qui auront des répercutions dans l'avenir et dans les rapports avec les parents
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mar 11 Mar - 14:06

D'accord avec toi, idem pour la nourriture.
Je pensais par exemple à un jeu vidéo.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 14:25

oui , idem pour la nourriture

ok pour le jeu vidéo , s'il n'est pas très pédagogique

mais les jeux vidéos violents ou porno , je ne les tolérais guère déjà au départ
avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par elaine 23 le Mar 11 Mar - 15:56

Leela fait, plus haut, une distinction entre règle et loi: une règle doit être acceptée par tous les participants . C'est un contrat passé avec les enfants sur ce qu'ils peuvent faire ou non, et pourquoi . La loi est un interdit non contractuel : c'est pour ça qu'elle incite à la transgression .


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 16:03

Quoi qu'en pensent les quelques machos finis de ce forum, nous assistons à une régression du concept d'autorité, car nous savons maintenant qu'il mène directement à la violence, qu'elle soit intra-familiale ou internationale. "Je veux ton bien et je vais l'avoir!" : une absurdité qui en dit long sur le fonctionnement de l'intelligence. Le seul moment où on devrait se permettre de réagir violemment, c'est si on est attaqué physiquement, autrement nous sommes dans une société où on peut se permettre de prendre le temps de laisser retomber la vapeur et de réfléchir. Sur le forum, certains se permettent d'accuser les autres de ne pas dire la vérité, c'est un geste que je trouve violent et que je me permet de relever, mais en m'incluant moi-même dans le processus, en montrant comment nos automatismes à tous ne nous permettent pas d'observer à la fois notre point de vue et celui des autres, et comment nos propres automatismes priment sur ceux des autres. Punir un enfant pour son bien? Vous m'en direz tant!


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 16:20

elaine 23 a écrit:Leela fait, plus haut, une distinction entre règle et loi: une règle doit être acceptée par tous les participants. C'est un contrat passé avec les enfants sur ce qu'ils peuvent faire ou non, et pourquoi. La loi est un interdit non contractuel : c'est pour ça qu'elle incite à la transgression.
Selon moi, Règle et Loi sont synonymes, mais il y en a qui sont imposées de force, et d'autres qui viennent d'un consensus commun et qu'on s'impose nous-mêmes. Malgré le consensus, une règle ne peut jamais satisfaire pleinement tout le monde. Pour s'entendre sur une règle commune, il faut faire des compromis, une sorte de mensonge qu'on se fait à soi-même, parce que nous sommes tous différents et que nous avons tous un point de vue différent sur la même règle. Tant que l'écart n'est pas trop important, la transgression ne sera pas punie, mais gare à celui qui se sent supérieur aux autres. Pour accepter de faire un compromis en vue d'établir une règle, il faut y voir son propre avantage, ce qu'on ne peut pas faire si on se sent supérieur.


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 17:33

eh bien non ,règle et loi ne sont pas synonymes , en plus d'elaine , tu fais toi même la distinction , alors pourquoi écrire cela ?

à moins qu'en français canadien , synonyme n'ait pas le même sens ???
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Mar 11 Mar - 17:40

L'éducation se fait aussi par réaction. Il y a un moment pour agir et un autre pour réfléchir. Il serait souhaitable que... c'est tout ce que l'on peut dire... et peut être n'est-il souhaitable, tout simplement, que ce qui se passe avec toutes les lacunes et erreurs que cela peut comporter.

Toutes nos réflexions se passent dans un "après coup" voire sur des cas théorisés... C'est fou, ce que l'on aime se faire des romans pour tout et n'importe quoi. La vie frappe à la porte... on ouvre... ou pas... de toute façon on ne sait pas ce qu'elle va nous proposer ; si l'on va prendre un coup de poing sur la gueule ou être invité(e) à une soirée...

Les parents découvrent leur enfant qui les découvrent tout autant. Comment feront-ils connaissance ?

Un girafon commence sa vie par une chute de 2 mètres ; un certain nombre y restent... c'est vraiment la chute du paradis....  :mdr: 

Violence et danger sont des paramètres structurant de la vie ; vouloir y échapper me semble totalement contre productif voire surréaliste ; mais on peut toujours gloser, ça ne mange pas de pain... et ça occupe. Il n'empêche que tous discours se brisera sur la brutalité des faits et rejoint le cimetière des vœux pieux. Comme j'avais dit par ailleurs nous ne discutons qu'entre survivants... qui ne peuvent malgré tous leur regrets ou joies, réécrire leurs histoires... tout au plus peuvent-ils en faire une relecture apaisante. C'est comme cela que je conçois les véritables thérapies pour ceux qui en estime la nécessité, car la vie n'est pas une maladie dont il faudrait guérir ; sauf pour certains... mais ils ne sont plus la pour discuter... ils n'y ont pas survécus. Doit on le regretter ?  Dubitatif Je n'en suis pas certain.


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 18:16

lola83 a écrit:eh bien non ,règle et loi ne sont pas synonymes , en plus d'elaine , tu fais toi même la distinction , alors pourquoi écrire cela ?
Je me suis peut-être mal exprimé mais, non, je ne fais pas de distinction entre règle et loi, par contre, j'ai fait une distinction entre règle et loi imposées, et règles et lois obtenues par compromis.

Hokmah,
Tu lis dans ma pensée, sors de là tout de suite! :sourire autoritaire:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mar 11 Mar - 18:24

Dédé 95 a écrit:Une question là aussi: Les bagarres dans les cours de récréation, hier vous ont-elles traumatisées pour la suite? Répondez sincèrement!
pour ma part, oui, et profondément.  Mon enfance en a été gâchée, cela m'a rendue timorée en société, je n'ai eu ma première amie qu'à 12 ans, et elle a été le seule pendant 3 ans, puis cela a commencé à aller mieux.  Il m'a fallu longtemps pour passer au-dessus.
J'ai reçu des coups, peu douloureux (coups de cartables et autres vacheries entre filles), mais c'était systématique, la violence a surtout été psychologique, j'étais le mouton noir, et évidemment j'ai vite cru que je le méritais.

Je crois utile de signaler que les traces que nous gardons sont enfouies dans l'inconscient. Dès qu'elle font surface, on peut le soigner, et on le fait assez facilement. Donc ceux qui vont dire qu'ils ne gardent pas de traces des tapes de leur parents devraient ajouter "conscientes".
hokmah a écrit:Violence et danger sont des paramètres structurant de la vie ; vouloir y échapper me semble totalement contre productif voire surréaliste
tout à fait, mais pour moi il y a une différence entre un danger "naturel" (feu, précipice) ou même les voitures, et une violence reçue d'une personne qu'on aime, et qui est notre modèle, de qui on attend protection.  Je trouve que la violence et les dangers naturels sont déjà bien suffisants pour structurer un enfant, pour qu'il ne soit pas nécessaire d'en rajouter.

Mes réflexions n'ont rien de théorique, que du contraire.  C'est du vécu quotidien depuis une quarantaine d'années puisque j'ai toujours enseigné et j'ai élevé quasi seule deux enfants.

Un bon exemple d'apprentissage de la non violence sont les arts martiaux. Mes enfants y ont été dès l'âge de 4 ans.  Cela les a rendu foncièrement non-violents, la violence étant souvent un réflexe de peur.
L'éducation se fait aussi par réaction.
fort heureusement, c'est grâce à cela qu'on peut briser le cercle vicieux de l'exemple du réflexe non contrôlé, et non réfléchi.  Mais la réaction ne se produit hélas beaucoup moins souvent que l'imitation.  Il faut déjà avoir pris conscience de l'excès.
le repteux a écrit:nous assistons à une régression du concept d'autorité, car nous savons maintenant qu'il mène directement à la violence, qu'elle soit intra-familiale ou internationale.
là je ne suis pas d'accord du tout !  C'est même contre cela que je m'insurge.  L'autorité naturelle n'a nul besoin de violence.  Celui qui a besoin de violence, c'est justement parce qu'il n'a aucune autorité.  Il ne se fera pas respecter, il se fera craindre.

Et je vois encore qu'on revient avec cette notion "regardez la jeunesse actuelle, comme elle est mal élevée".  Je serais curieuse de savoir exactement si "les jeunes" que vous prenez en exemple sont devenus ainsi pour la SEULE raison qu'ils n'auraient jamais eu de gifle.
Je ne le pense pas.  Je crois que c'est pour d'autres raisons, et je crains même que la violence à la maison est peut-être plus fréquente chez eux, qu'ailleurs.

Je trouve aussi dommage de ne pointer du doigt que ceux qui sont "mal élevés".  Si je veux étudier le comportement d'enfants BIEN élevés pour m'en inspirer, j'irai voir des enfants bien élevés: ils existent aussi.  Et comme la mode de "pas de tapes" a été implantée dans mon milieu social très tôt, assortie d'une éducation ferme et structurante, je peux en admirer le résultat, et j'admire aussi la façon dont ils élèvent leurs enfants.  Je vous assure qu'il n'y a rien de commun avec ceux que vous montrez comme exemple.


Dernière édition par Leela le Mar 11 Mar - 18:47, édité 3 fois
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 18:37

Le Repteux a écrit:
lola83 a écrit:eh bien non ,règle et loi ne sont pas synonymes , en plus d'elaine , tu fais toi même la distinction , alors pourquoi écrire cela ?
Je me suis peut-être mal exprimé mais, non, je ne fais pas de distinction entre règle et loi, par contre, j'ai fait une distinction entre règle et loi imposées, et règles et lois obtenues par compromis.


c'est vraiment pas clair , tu le fais peut être exprès , je laisse tomber ...
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 18:40

Leela a écrit:
le repteux a écrit:nous assistons à une régression du concept d'autorité, car nous savons maintenant qu'il mène directement à la violence, qu'elle soit intra-familiale ou internationale.
là je ne suis pas d'accord du tout !  C'est même contre cela que je m'insurge. L'autorité naturelle n'a nul besoin de violence.  Celui qui a besoin de violence, c'est justement parce qu'il n'a aucune autorité. Il ne se fera pas respecter, il se fera craindre.
C'est bien pour ça que je dis que le concept d'autorité régresse, parce que jusqu'à maintenant, l'autorité ne se discutait pas, elle s'imposait sans discussion. Pour le respect c'est pareil, pourquoi respecter ceux qui ne nous respectent pas, et quoi de pire que l'autorité pour ne pas respecter l'opinion des autres.


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 18:42

lola83 a écrit:c'est vraiment pas clair , tu le fais peut être exprès , je laisse tomber ...
Non, je ne fais pas exprès, et pour te montrer ce que ça fait de se faire accuser injustement, je te bannis pour trois jours! :pas de sourire pour augmenter l'effet:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 19:07

je ne t'accuse pas , j'ai dit "peut être"
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mar 11 Mar - 19:16

Le Repteux a écrit:C'est bien pour ça que je dis que le concept d'autorité régresse, parce que jusqu'à maintenant, l'autorité ne se discutait pas, elle s'imposait sans discussion. Pour le respect c'est pareil, pourquoi respecter ceux qui ne nous respectent pas, et quoi de pire que l'autorité pour ne pas respecter l'opinion des autres.[/justify]
ah, OK.

Je pense par contre que tu idéalises le "avant", comme plusieurs autres ici, d'ailleurs.

Il y a... heu... disons deux générations, les gifles, fessées, fouet, coups de règles sur les doigts et autres joyeusetés étaient monnaie courante.  Mes frères ont tous reçus des coups de règle sur les doigts à l'école, très douloureux.  Je me souviens de coups de lattes, avec le plat: pas douloureux..  Il y a une cinquantaine d'années, dans un internat "haut de gamme", pour enfants nobles, tenu par des moines, il était courant de battre les enfants, ou de les laisser agenouillés sur une surface douloureuse (grille), dehors, dans la pluie, pendant des heures.  Ici je parle de la classe supérieure.  A la maison, c'étaient les bonnes ou les gouvernantes qui éduquaient les enfants, la grande mode étant les gouvernantes anglaises, pour qui les châtiments corporels étaient un de leurs outils.  Toujours "pour le bien des enfants", cela va sans dire.  Je vois les résultats: des générations de guerriers, de colonisateurs ayant torturé des milliers d'"indigènes", exterminés d'autres ou utilisés comme chair à canons... ou alors des "nobles" qui exploitaient "leurs" domestiques, et maintenaient les paysans et ouvriers dans une condition misérable.

Du côté du "peuple", l'éducation n'était guère plus brillante: enfants livrés à eux même, les parents étant épuisés par leurs tâches... les coups devaient pleuvoir !
Le monde dans lequel nous vivons, avec cette prise de pouvoir par quelques supers-riches en est le résultat.  Les autres ne rêvent que de devenir comme eux.  

La réaction de fabriquer des enfants rois est tout aussi nocive et a donné l'autre mauvaise catégorie de résultats: des enfants déstructurés, ne respectant plus rien et n'ayant aucun sens des responsabilités.   Ce n'est pas moi, en tous cas, qui les prendrai comme exemple à suivre !

Ce sont les deux extrêmes à éviter à tout prix !


Dernière édition par Leela le Mar 11 Mar - 19:19, édité 2 fois
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 19:17

Lola a écrit:je ne t'accuse pas , j'ai dit "peut être"
Jamais je fais exprès de faire de la peine aux autres, sauf si c'est pour leur bien, bien sûr! Je veux votre bien et je l'aurai, coûte que coûte! :sourire coûteux:


Dernière édition par Le Repteux le Mar 11 Mar - 19:31, édité 1 fois


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 19:29

Leela a écrit:Je pense par contre que tu idéalises le "avant",
Non, je ne l'idéalise pas! Tu oublies peut-être que je suis contre tout châtiment corporel. Mais je suis aussi contre toute intimidation. Pour nous réprimander, ma mère avait l'habitude de nous menacer de nous faire honte devant les invités. Quelle honte de traiter ainsi ses propres enfants! :sourire honteux:


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mar 11 Mar - 19:59

Je n'avais pas oublié Wink
Je suis aussi d'accord avec toi que l'humiliation psychologique peut être pire qu'une bonne fessée.

Je pense qu'on sous-estime tout à fait la capacité des enfants de comprendre des règles.

Je vois mon petit-fils (14 mois) qui en fait l'apprentissage.  Il ne peut pas toucher le chat.  Il l'a compris suite à la répétition d'un "non" ferme de sa mère.  Cela a suffit. Pas besoin ni de discours, ni de claque.
Je précise que sa mère est éducatrice pour des enfants caractériels, elle sait y faire... jamais elle n'utilise la force physique ou les châtiments corporels.
Jamais.  (D'ailleurs en Belgique, elle serait traînée en justice si elle le faisait).
Elle est un exemple d'autorité naturelle.  Du haut de ses 48 kg, elle n'hésite pas à intervenir dans des bagarres dans le métro, entre deux hommes, ou de poursuivre un voleur de sac... avec succès !  Elle a un ton de voix, une façon de s'imposer physiquement, qui incite inévitablement au respect.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 20:15

c'est dingue , n'empêche ces cas d'autorité naturelle ! Shocked  cheers 

j'ai connu aussi une collègue dans ce cas , pas moyen de lui résister , d'ailleurs on ne le souhaitait même pas , j'étais très admirative  Zen 
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 20:45

Pour s'imposer ainsi avec autorité, il ne faut pas douter de soi, mais ce n'est pas pour autant que ces personnes font constamment de meilleurs choix que les autres, bien que ce genre de personnalité serve justement à guider les autres. Suivre un meneur est si avantageux pour un groupe qu'il vaut mieux en avoir un piètre que de ne pas en avoir du tout. L'important pour la survie d'un groupe, ce n'est pas le choix qui est fait puisque nos choix sont incertains par définition, mais la cohésion du groupe.


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mar 11 Mar - 21:12

un piètre meneur ne fait pas long feu ..., sauf s'il s'impose par la force physique , et encore ...

ou par le pouvoir politique qui lui a été donné , et encore ...la révolte guette ...
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mar 11 Mar - 21:17

un "meneur" a un charisme, ce qui n'est pas pour moi la même chose que l'autorité.  Il y a des points communs, bien sûr, mais l'éducateur idéal ne "mène" pas les autres à sa suite ou à son image, il fait en sorte que chacun s'épanouisse selon sa propre personnalité.  Il ne dirige pas: il structure et il révèle.

C'est de ce côté là qu'il faut regarder pour savoir comment éduquer "autrement", regarder ceux qui réussissent: comment ils font, quels trucs ils emploient.  Ces trucs existent.  Un exemple: on fait accepter une règle: l'enfant s'engage à la respecter, et il accepte que s'il ne le fait pas, il sera sermonné ou puni.  Il connaît donc clairement les limites, ce qui lui fera accepter plus facilement la punition.  Certains parents changent les règles d'un jour à l'autre sans en avertir les enfants clairement: un jour ils peuvent caresser le chat, le lendemain ils ne peuvent plus, ils sont alors perdus, toujours incertains de "plaire" aux parents et cela est grave; c'est très important pour eux.  Les parents aussi doivent se tenir aux conventions établies (je préfère "convention" ou "accord" que "règle").

Ca c'est pour le négatif, mais si on s'y limite, on casse l'enfant, on l'étouffe.  Il faut, parallèlement lui fournir des activités qui l'amusent ou l'épanouissent, qui lui donnent envie de continuer à évoluer.   Une convention positive peut être: "si tu te tiens bien à table, on pourra aller au restaurant ensemble".  Ou "si tu es calme au magasin, les courses iront plus vite et on aura le temps après d'aller jouer à la plaine de jeux".

Tout le monde n'a pas l'autorité naturelle, mais tout le monde peut apprendre à éviter les grosses erreurs, et s'améliorer.
Même ceux qui l'ont ne sont pas parfaits pour autant: cette imperfection, les parents comme les enfants doivent l'accepter.


Dernière édition par Leela le Mar 11 Mar - 23:06, édité 1 fois
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5205
Localisation : Val David, Québec

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Le Repteux le Mar 11 Mar - 22:18

Gérard croit que nous naissons tous égaux intellectuellement, moi pas. Je crois même qu'il y a certains caractères qui sont incompatibles. Que peut faire une mère face à un enfant qui développe le contraire de ce qu'elle veut lui inculquer parce qu'il interprète différemment les mêmes événements? Pour que ça fonctionne le plus souvent possible, il faut que les mères soient tolérantes, et qu'elles ne cherchent pas à imposer leurs idées, et c'est justement ce que je crois que les femmes ont de différent des hommes. Malgré ses manières critiquables, ma mère m'a toujours laissé évoluer comme je voulais, sans me critiquer, ce que je serais bien incapable de faire malgré ma bonne volonté.


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Mer 12 Mar - 6:22



A vouloir considérer l'enfant comme un "adulte" ayant toute sa conscience et capacité de compréhension... on pourrait écrire :

"Ce que l'enfant ne veut pas apprendre par la sagesse, il l'apprendra par la souffrance"

En effet, que sommes nous, par rapport à tous ces "maîtres" que nous aimons tant à citer quand ils semblent nous servir, si ce n'est des enfants...?  cyclops


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 7:10

Je ne sais pas si j'interprète bien ton intervention, Hokmah, j'espère qu'elle ne va pas dans le sens qu'il faut nécessairement faire souffrir les enfants pour les éduquer: c'est exactement le genre d'argument que ceux qui battent leur enfant (ou leur femme) emploient pour se justifier.   Vue sous cet angle, je dois avouer que cela me révulse: faire souffrir volontairement un enfant, choisir consciemment cette méthode d'éducation plutôt qu'en chercher une autre ... Et de plus, pour des enfants "avant qu'ils aient leur capacité de compréhension": tu fais fort, là....  pale 
Je peux très bien comprendre la gifle exceptionnelle causée par une grande peur ou colère à un enfant capable de le comprendre, mais pas le choix planifié froidement comme méthode d'éducation.

J'ai été voir qui est ton "maître Melkisédech" waw, quelle référence !  En effet il y a de quoi éclater de rire.  Connaissez-vous le Maître ascensionné Christ'Al Chaya, originaire d'Orion? Il est canalisé par Rosanna Narducci, auteur des Conclave (Ed. Ariane). Son enseignement galactique est en parfaite concordance avec l'émergence de la Nouvelle Conscience de la Terre. Ce Maître Melchisedech qui a eu des vies incarnées (Horus, le prophète Elie, Jean-le-Baptiste) diffuse un enseignement relatif à l'Ascension, à la rédemption, à la transmutation des nos parts involutives, à la guérison spirituelle.
Venez vous connecter à sa vibration d'Amour et de Lumière sur ***
(sorry, je ne mets pas le lien: je ne souhaite pas faire de la pub pour ce genre de secte minable). Par contre on pourrait discuter de cette phrase, qu'il n'a sûrement pas inventée, mais je le ferai dans un contexte qui concerne des personnes conscientes, pas des petits enfants.

Pour ce qui est des enfants "avant leur capacité de compréhension", c'est justement à cette période là qu'il ne faut pas les gifler ou leur donner de fessée, parce qu'ils sont incapables de comprendre la raison de ce geste et il en résultera un sentiment de peur et d'incompréhension.  Cette souffrance là va s'inscrire dans leur subconscient et engendrera des réflexes aberrants plus tard.  

Donc: tout petits: ils sont incapables de comprendre la raison de la gifle, et plus tard: on peut employer d'autres moyens puisqu'ils sont capables de comprendre.

Merci d'avoir apporté de l'eau à mon moulin Wink
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Mer 12 Mar - 8:05

Cerveau reptilien, inconscient collectif, champ morphogénétiques,  mémoires akashiques etc...seraient des banques de données d'un savoir pré-inscrit dans l'humain. Si l'on en croit Freud et nombre de psychanalystes et autres "psychistes spirituels" il y aurait possibilité de communication d'inconscient à inconscient....

L'enfant est "instinctivement" en communication de façon non verbale avec de tels champs, j'imagine qu'en cela il a beaucoup d'éléments pour "comprendre" lorsqu'il se prend une gifle le pourquoi il se la prend. Partant de cette hypothèse on peut penser que toutes nos discussions sur le sujet ne sont rien quant au phénomène qui se passe au niveau inconscient, temple de sagesse ancestrale... En effet, nos discussions se passent au petit niveau de notre pitoyable conscience et ses sensibleries pusillanimes. Dans ce sens je pense que l'enfant se confronte à l'adulte sur un plan d'égalité pour ces deux notions qui deviennent, de facto insensées, englouties qu'elles seraient face à l'abime de ces deux "inconscients" face à face dans une ultime confrontation au delà de tous jugement de valeur.
A ce niveau plus de discours mais des actes dont on ne peut pas dire grand chose... d'où le fait qu'il n'est pas demain la veille ou l'on pourra décréter définitivement ce qu'est une "bonne éducation" et en établir un traité pédagogique. Déclarer que la gifle et éducatrice ou destructrice... réponse de normand, ça dépend... Celui qui en a reçu continuera probablement à continuer de pleurer comme un veau en se posant dans une logique victimaire et tout le discours qui va avec, celui qui en aura dépassé le "traumatisme" qu'en fait il n'aura jamais eu, continuera et éventuellement donnera une tarte de ci de là sans nécessairement être un bourreau d'enfants aux potentialités perverses jamais démenties, par le biais de communication d'inconscient à inconscient qui se connaissent depuis "la nuit des temps" et ne communiquent pas selon les modes éducatives d'une époque qui n'est que provisoire.

J'exprime ici des idées dérivantes ou délirantes qui me viennent "spontanément" dans la galaxie de ma noosphère... pour voir, comme au poker...

Je vous les livre pour une psychanalyse sauvage....  Fuite 


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par elaine 23 le Mer 12 Mar - 8:26

Mais elles résonnent et raisonnent, dans mon propre inconscient . L'humain est grégaire et pourtant il a de grosses difficultés relationnelles . Le seul moyen que  j'aie trouvé pour m'en sortir est de ne considérer que mon bout de la relation . Si je veux qu'elle change, je dois changer, moi . Si j'échoue en tant qu'éducatrice, c'est que je m'y prends mal . Si je me fais sortir de communnautés attractives, c'est que je dois réaliser une erreur d'appartenance ou de comportement . Dans tous les cas, c'est mon cerf volant que j'oriente, sans demander au vent qu'il change .


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 8:33

Hokmah
Je préfère ce ton là Wink

La "logique victimaire", je la vois plutôt ainsi: "j'ai été victime innocente de gifles étant petit, donc ce n'est pas ma faute si j'en donne aussi".  La logique adulte serait "je pardonne à mes parents, mais je suis contre la violence évitable et je cherche d'autres moyens pour éduquer mes enfants dans le respect mutuel".

Prendre comme prétexte une hypothétique réincarnation ou autre théories "spiritualistes" pour ne pas remettre en question une forme de violence physique évitable, ça, je suis contre.  Notre réalité, c'est le monde matériel qui nous entoure.  A partir du moment où nos croyances en l'au-delà nous aveugle à cette réalité, c'est qu'elles sont nuisibles, ou mal comprises.  D'ailleurs, je crois que c'est le but de notre vie matérielle, c'est de mettre en pratique les principes spirituels pour les mettre à l'épreuve de l'expérience, et la "non-violence active" (AHIMSHA) est certainement l'un d'eux, comme dans les arts martiaux pratiquées dans ce sens.  
C'est d'ailleurs aussi dans ce sens que va la phrase attribuée à ton Maître Ascensionné Wink

elaine a écrit:Si je veux qu'elle change, je dois changer, moi
c'est la clef de l'éducation des enfants: ce sont les parents  doivent s'éduquer avant tout, notamment pour contrôler leurs pulsions.  Mais cela, peu le comprennent, parce que cela demande une remise en question permanente et un travail sur soi.


Dernière édition par Leela le Mer 12 Mar - 8:40, édité 1 fois
avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par elaine 23 le Mer 12 Mar - 8:35

C'est vrai dans la relation entre adultes aussi . On ne change pas les autres, mais soi, on peut changer .


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 8:42

tout à fait.

C'est pour cela que ce sujet est si intéressant: la façon dont nous éduquons nos enfants est un miroir assez impitoyable pour lequel nous sommes aux premières loges.  Trop près, peut-être ?  Il faut là aussi savoir prendre du recul.

Pour citer un autre "Maître", Ahivanhov n'a pas donné d'enseignement sur l'éducation des enfants. Il résume en une seule phrase: "ce sont les parents qui doivent montrer l'exemple, et travailler sur eux pour s'améliorer".

avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par elaine 23 le Mer 12 Mar - 10:57

L'auto critique pourrait suffire, mais on ne se voit pas comme les autres nous voient . Cependant, de quel droit juger l'autre ? Si on en a la charge éducative, il faudrait prendre le temps que l'enfant s'aperçoive du travers à corriger ... Chez l'adulte, c'est trop tard et on n'a pas charge éducative à leur égard : faut" faire avec"... et malgré!


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mer 12 Mar - 11:38

nous n'avons pas charge éducative envers les adultes , il est vrai , mais on peut aider tout de même , quand l'aide est acceptée
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 12:16

Éduquer les adultes: non, bien sûr.  Mais dialoguer, comme nous le faisons ici: oui.

Les autorités ont aussi un rôle à jouer, par exemple en favorisant des émissions TV intéressantes, comme celle de "super nanny"*, qui peuvent aider beaucoup  de parents, ne serait-ce que pour qu'ils comprennent qu'ils peuvent améliorer l'ambiance familiale en se faisant aider.  On y voit aussi la nécessité de faire participer toute la famille à l'amélioration: souvent, les parents pensent "comment corriger mes enfants", mais oublient qu'ils doivent aussi être corrigés.



* plusieurs sont disponibles sur internet, je vous conseille d'en voir au moins une.  Le plus souvent, ce sont des enfants à qui on a tout laissé faire et sont devenus ingérables.  L'exemple typique que pointent du doigt ceux qui sont pour les fessées.  Je suis sûre qu'en voyant le comportement de ces enfants au début de l'émission, ils penseront "ils méritent des baffes, les parents sont des faibles...".  
Notamment l'ancien conseil de faire à l'enfant ce qu'il vous fait (mordre, frapper), on voit bien que ce n'est pas nécessaire: IL Y A D'AUTRES MÉTHODES EFFICACES, NON VIOLENTES.

Regardez jusqu'au bout: je suis certaines que la méthode proposée est bonne.   Bien sûr, les résultats ne sont sans doute pas si spectaculaires en réalité, mais si on commence dès le plus jeune âge, je suis sûre que oui.

Un exemple: VIDÉO ICI
Les enfants AIMENT avoir des limites, participer à la vie de la maison.  On voit bien qu'ils se sentent tout de suite plus sécurisés, même par la punition.  Ils ont BESOIN de connaître les limites, et il n'est pas nécessaire de les taper pour les leur faire comprendre: il suffit d'être ferme et de s'en tenir aux conventions.  Leur attitude vis à vis de la coach est typique: ils prennent cela comme un jeu, observez avec quelle attention la petite écoute ! Contrairement à ce que beaucoup croient, elle est déjà capable de comprendre beaucoup de choses. Ils jouent le jeu à fond, et se rendent vite compte des avantages: on voit qu'il apprécient "super nanny", malgré qu'elle leur impose des règles contraignantes.  Avant, c'était aussi un jeu, mais ils étaient malheureux.
Je ne pense pas qui si elle avait distribué des fessées, elle serait arrivée à ce résultat.  L'amour est le plus important: après, les inévitables erreurs sont toujours récupérables.
Ce qui est important aussi, c'est de mettre au point les "conventions" ensemble, et de demander à chacun s'il est d'accord de les suivre.
C'est beaucoup plus facile à (faire) respecter après.

Ces techniques ne sont pas inventées par "super nanny", bien sûr.  Ils sont connus pour tous les apprentissages
- bien définir le but: s'il est trop lointain, le diviser en étapes.
- apprendre les règles ou les conventions pour y arriver
- faire une évaluation ("débriefing") après pour évaluer les acquis et corriger les erreurs, sans jugement, sans le seul but de continuer à progresser.
avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par elaine 23 le Mer 12 Mar - 14:37

C'est un chapitre qu'on devrait aborder à l'école, pour former de futurs adultes responsables .


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 15:33

tout à fait.
Pas sous forme de leçon "comment éduquer des enfants", bien sûr, mais déjà mettre des méthodes de ce genre en pratique à l'école.

Présenter un but est très important pour motiver les élèves.  Quand j'étais à l'école, je ne me souviens pas une seule fois qu'un professeur nous aurait expliqué pourquoi telle matière était étudiée.  On subissait les cours, et personnellement, j'étais totalement démotivée, jusqu'au jour où j'ai eu envie de faire un métier qui exigeait qu'on soit fort dans telle et telle branche.  Du coup, je m'y suis mise.

Il y a des principes très simples qui sont employés pour dresser les chiens, et qui sont aussi applicables pour gérer les tout petits, avant qu'ils ne soit, progressivement, en âge de comprendre.  
Exemple, que j'ai déjà évoqué plus haut:
- n'énoncer qu'un nombre minimum de règles, celles nécessaires pour la sécurité ou la santé
- s'y tenir de façon constante, sans exception (plus tard, quand l'enfant comprendra, on pourra faire des exceptions)
- ne jamais céder aux exigences des enfants: ils comprennent très vite qu'en insistant ils auront gain de causes.  S'ils savent qu'ils insistent en vain, ils n'essayeront pas.

Ces principes ne sont pas du tout appliqués par les parents de la vidéo dont j'ai donné le lien.  Il n'y a même pas de règle, et les enfant pleurent jusqu'à ce qu'ils cèdent à leur caprice, systématiquement.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 6922
Localisation : Dijon

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par gaston21 le Mer 12 Mar - 16:01

Benet, je croyais que l'âge de raison apparaît à sept ans...Alors, raisonner un enfant de quatre ans, ça m'interroge...J'ai quatre ans, ma maman me tient la main le long de la rue; elle me lâche une seconde...Je sais qu'il ne faut pas traverser, mais j'ai la tête en l'air...Et hop me voilà sur la route!
" Mon chéri, tu m'as fait peur! Ne recommence pas...".S'ensuit une charretée de paroles de prudence.
Autre scénario: le gamin sait qu'il ne doit pas aller sur la route; il le fait par distraction...Il reçoit une "avoinée" et une claque sur la fesse... Quel est votre choix?
Premier cas: il n'en a rien à "secouer" et oubliera sans doute le sermon; second cas: sa mémoire sera marquée par la réaction de sa maman et quasi instinctivement restera sur le bas-côté.
Il n'est pas question de massacrer le gamin, mais le châtiment corporel adapté est souvent plus efficace qu'un flot de paroles, et l'enfant le comprend très bien. Comme l'a écrit dede, regardons donc les exploits de nos jeunes...Mais il est vrai qu'à l'époque où on demande Internet et le portable dans les prisons...Bientôt la poulette sur canapé pour que le taulard
ne perde pas le sens social...
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 16:12

Cet exemple apporte de l'eau à mon moulin, Gaston: une maman ne peut pas lâcher la main de son enfant dans la rue là où il y a du danger.  Si c'est la première fois que cela arrive, il n'aura pas encore reçu de gifle, et donc il risque sa vie.  C'est criminel, ça !!!

Le flot de parole: si tu avais regardé la vidéo, tu saurais que ce n'est pas conseillé non plus.  C'est justement une très mauvaise méthode employée par les parents d'"enfants rois".  Les parents négocient pendant des heures, c'est absolument inutile.  Ici, c'est simple, pas besoin d'explication: il ne peut pas traverser.

Tu n'aurais pas un meilleur exemple pour défendre ton point de vue, Gaston ?

Ceci dit, tu rejoins l'exemple de Lola, et je suis d'accord que sur le moment même, dans la peur, une tape sur les fesses est tolérable (au visage, jamais), et à 4 ans, l'enfant est déjà capable de comprendre pourquoi sa maman a eu peur, donc de ne pas en être traumatisé. Ce genre de tape sur les fesses, à travers un pantalon ou un manteau n'est absolument pas douloureux, ni humiliant puisque normalement l'enfant sait qu'il a mal agit...  C'est donc un "moindre mal", mais il aurait mieux valu qu'elle fasse attention elle même !   Wink


NB Je précise que mon but en discutant ainsi n'est pas de "prouver que j'ai raison", mais d'approfondir et de nuancer ma position.  Avec les exemples dont on discute, j'espère affiner pour moi-même ces fameuses autres méthodes que je préconise.  Je ne suis pas une spécialiste, donc je suis ici aussi pour apprendre. Ce n'est que progressivement que j'en suis venue à opter pour la suppression totale de tout châtiment corporel, je dois donc encore soit m'en convaincre, soit revenir en arrière.
Pour les humiliations et privations de dessert ou d'activité utile, je suis convaincue depuis toujours de les exclure: c'est encore pire que les fessées.
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 16:55

Je viens maintenant avec un autre élément très important: les enfants aiment leur parents, aiment les voir heureux et fiers de leurs enfants.  Ils aiment qu'on leur confie des responsabilités et qu'on leur fasse confiance, comme le gamin dans la vidéo qui est tout content de dresser la table.
Cela est un levier très puissant pour faire comprendre aux enfants les conséquences de leur actes.  Leur montrer à quel point cette confiance qu'on peut avoir en eux les rendra plus libres et permettre
une vie plus agréable.

Si un enfant trahit cette confiance, et que le parent se montre triste et met en doute sa confiance, cela les affecte très fort.   Ils ont peur de ne plus être aimés.  Bien sûr il ne faut pas faire de chantage à l'affection !  Ce serait horrible (je préfère encore la fessée douloureuse!).

Dans la vidéo, pour la première fois, la maman sort avec ses enfants, elle va au manège.   Je suppose qu'elle leur a dit "puisque vous êtes sages, on peut sortir ensemble et faire quelque chose d'amusant".  Les enfants, aussi heureux que leur maman, auront envie d'être encore plus obéissants, parce qu'ils auront compris à quoi cela sert.  C'est dans ce sens là que je veux expliquer comment exploiter positivement ce besoin de confiance mutuel: pas dans un sens négatif ni pour faire du chantage, bien sûr.

C'est ce que j'appelle la "prévention" pour éviter d'en arriver à devoir les gifler pour qu'ils obéissent.
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3412
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par geveil le Mer 12 Mar - 19:34

Tes arguments portent, Leela, mais revenons sur l'exemple de mon petit fils ( 4 ans ) .
- Maman est chiante !

1er scénario: Comment oses-tu dire cela? Qui est-ce qui te nourrit, qui te fait des calins, qui te console quand tu es malheureux ?

Crois-tu qu'un enfant de quatre ans peut entendre cela, en prendre conscience? Je ne crois pas, il est dans sa fureur, dans l'instant présent, comme on dit.

Tu me diras peut-être qu'il ne dirait pas cela si l'éducation en amont était bonne, mais à ma connaissance, ma fille élève très bien ses enfants, le problème est peut-être qu'elle vit seule, le père s'en étant séparé, et l'absence d'une autorité masculine en est peut-être la cause.

Alors quelle autre réaction proposerais-tu ?


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 20:25

je le répète: regarde la vidéo.  Je passerais plus de temps à les décrire, que toi à regarder, et en plus, je le répète aussi: je suis ici pour apprendre, pas pour enseigner.  

Ce serait intéressant de discuter des cas précis dans cette vidéo: la situation est est assez simple et très typique, presque universelle pour les "enfants rois".
Il n'y a pas UN truc, c'est tout un ensemble.  La réponse s'y trouve, et je suis sûre que c'est réalisable, ayant moi même expérimenté des techniques de ce genre avec des enfants en visite: ils comprennent très vite les nouvelles règles du jeu, surtout si parallèlement, ils y trouvent un avantage.  


Je peux te répondre par rapport aux injures: si un enfant de 4 ans les emploie, c'est qu'il les a entendues quelque part, et c'est là qu'il faudra agir, c'est à dire souvent... chez les parents eux-même...?  A la TV ?  Si c'est à l'école, il est facile de leur expliquer que le langage des copains n'est pas admis dans la famille.  Ca marche très bien.

Et oui, un parent seul est handicapé pour éduquer ses enfants.  Dans un couple, il y en a toujours un qui a plus d'autorité, et ce n'est pas nécessairement le père.  L'autre est plus doux et les deux se complètent et se compensent (pas toujours, évidemment...).  Il est très difficile de tenir les deux rôles à la fois (je sais de quoi je parle).
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3412
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par geveil le Mer 12 Mar - 22:04

Leela a écrit:je le répète: regarde la vidéo.  Je passerais plus de temps à les décrire, que toi à regarder, et en plus, je le répète aussi: je suis ici pour apprendre, pas pour enseigner.  
Je suis ici pour apprendre et échanger. Je suis allé voir la vidéo, très instructif, par exemple, lorsque mon petit fils a insulté sa mère, il fallait le punir, ce qu'elle a fait en l'asseyant loin d'elle. Mais je crains qu'il ne recommence.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Mer 12 Mar - 22:12

leela a écrit:Cet exemple apporte de l'eau à mon moulin, Gaston: une maman ne peut pas lâcher la main de son enfant dans la rue là où il y a du danger.  Si c'est la première fois que cela arrive, il n'aura pas encore reçu de gifle, et donc il risque sa vie.  C'est criminel, ça !!!

Un peu exagéré, non ? ou alors tu cherches à manipuler par culpabilisation.... !


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 22:26


Ouiiiiiii, bien sûr mon but est de vous manipuler sournoisement  PTDR 
Heu... le problème ets que j'aurais bien du mal à dire dans quel but  Siffle 

 LOL 

Oui, je soutiens que certains parents sont d'une négligence criminelle, et laisser s'échapper un enfant de 4 ans dans une rue dangereuse en est un exemple.
J'en ai vu laisser leurs enfants de 3 à 6 ans partir des heures seuls, sans surveillance, dans un endroit qui était loin d'être sans danger. D'autres qui les laissent se baigner dans une zone non surveillée de la mer alors qu'ils ne savent pas nager, les parents restant à 500m à se bronzer au soleil. Etc etc. Il te suffit de regarder les causes de décès chez les enfants pour te rendre compte qu'il y a des parents vraiment inconscients.

Mais ce n'est pas le sujet du fil Wink
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Mer 12 Mar - 22:35

Même si tu as du mal à dire pourquoi... ça n'est pas innocent...  Suspect


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 22:43

Merci  d'éviter les attaques personnelles, même si elle sont drôles à force d'être ridicules.
Tu dois accepter l'idée qu'on ne soit pas du même avis que toi.


Je trouve, d'une façon générale, que vous idéalisez vraiment les parent moyens.  C'est peut-être cela le problème: vous pensez qu'en général, un enfant n'est pas exagérément frappé par ses parents.  Or, cela arrive encore beaucoup trop souvent.

La maltraitance est "un phénomène de santé publique massif", estime l'épidémiologiste Anne Tursz, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les conséquences sont graves, beaucoup d'enfants souffriront de handicaps, de troubles psychologiques – ou pourront à leur tour se livrer à la violence.
(...)
"Il y a encore un tabou énorme autour de ces questions", affirme Me Agathe Morel, avocate de l'association Enfance et partage,


ARTICLE COMPLET

Et c'est le premier article que j'ai trouvé.  Il y en a beaucoup d'autres.
Il explique que comme la violence légère n'est pas détectable, ils sont obligés de s'en tenir aux cas graves, mais la fréquence de ceux ci permet de craindre qu'il y a beaucoup trop de violence dans une partie importante de la population.
Quand je plaide pour une interdiction claire de tout châtiment physique, c'est à ces enfants là que je pense, pas à celui qui reçois une ou deux claques dans sa vie (même si je pense qu'on devrait arriver à les éviter).

Je le répète: les parents qui frappent leurs enfants ne sont pas conscients qu'ils leur font du mal, ils pensent réellement "agir pour leur bien", ils pensent que ces enfants le méritent.


Dernière édition par Leela le Mer 12 Mar - 23:08, édité 4 fois (Raison : corrections et suppression de doublons)
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mer 12 Mar - 22:44

l'exemple que j'avais donné était celui d'une enfant de 7 ans environ , ce n'était pas mon enfant et manifestement elle n'avait pas été suffisamment prévenue par sa mère , et je ne la voyais pas si souvent , donc le cas est bien différent de celui de Gaston

il n'empêche que dans un cas comme dans l'autre , la gifle ou la fessée était nécessaire ,

que la prévention eut été préférable , on est bien d'accord , dans mon cas je n'y pouvais rien , ce n'était pas mon enfant , mais on me l'avait confié momentanément et je sais que l'ai fait pour son bien et l'enfant le sait aussi

quand à l'émission de super nany , je ne dis pas que c'est une mauvaise émission , elle peut servir à certains , mais ce n'est qu'une émission télé , et pas en direct , donc tout est arrangé , même si le casting est bien fait , avec des gens sincères malgré la manipulation pour partie

de toutes façons , les acteurs pourraient-ils se permettre de donner des claques ou des fessées à la télévision ? il est bien évident que ça ne passerait pas

je préfère prendre des exemples de la vraie réalité
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 22:48

c'est ce que je fais aussi, en parlant notamment d'exemple d'enfants super bien éduqués sans la moindre gifle, dans mon entourage, mais je n'ai pas envie de donner trop de détails, c'est trop personnel.  

Je cite cette émission parce que ce sont ces méthodes là qu'emploient ces parents, mais il n'y avait pas de caméra chez eux.  Wink


Dernière édition par Leela le Mer 12 Mar - 23:02, édité 1 fois
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12594

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par loli83 le Mer 12 Mar - 22:53

je le répète tout dépend des enfants , mon fils ainé n'a jamais reçu de gifle , ni de fessée et il est très bien éduqué de l'avis général

le deuxième aussi , mais par contre il a reçu des fessées car son caractère était différent
avatar
Invité
Invité

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Invité le Mer 12 Mar - 23:23

oui, lola, je n'avais pas oublié Wink
C'est sûr qu'ils sont tous différents, et qu'il faut s'adapter à eux.

Je continue à me renseigner.  Je relis notamment l'article déjà cité de "libération", dont Gaston n'a retenu qu'une ligne: "que 87% des français était pour la fessée", ce qui l'a rassuré.  La suite est pourtant intéressante: En Suède, où la loi a été adoptée il y a trente ans, 70% des habitants étaient initialement contre. Aujourd’hui, 92% sont pour. «Il faut le temps pour comprendre ce que signifie l’interdiction, dit Elda Moreno. Aucun parent n’a été envoyé en prison pour des gifles ou des fessées. Mais en Espagne, si on voit quelqu’un taper son enfant, on peut lui dire : "C’est interdit." En France, c’est permis. Du coup, entre corrections et maltraitances, difficile de savoir où est la limite. Si l’on entend des coups et des pleurs d’enfant chez son voisin, qu’est-ce qu’on fait ?»

«éducation».
Autre explication des résistances, la dimension intime. La majorité des adultes ont déjà reçu une claque ou une fessée (95%, selon l’UFE). «La plupart étaient accompagnées de l’affirmation : "c’est pour ton bien ou tu l’as bien mérité", relève la pédiatre et ex-députée UDI Edwige Antier. Etre contre la fessée, c’est remettre en question son éducation, ses parents.» Difficile aussi de se remettre en cause soi-même lorsqu’on en a administré.

Il y a tout ce discours sur l’insécurité. On nous dit : "les enfants sont de plus en plus violents, on ne peut pas retirer aux adultes un instrument d’autorité", rapporte Edwige Antier. Mais les enfants qui tapent sont presque toujours ceux qui ont été tapés. Et le respect, l’autorité, ne se gagnent pas en levant la main


Un autre article, de 2012

En France, les études sur le sujet manquent. Toutefois, l'Union des familles françaises a établi que 87% des parents ont déjà utilisé ce type de punitions. Dans 50% des cas, elles sont même infligées à des enfants de moins de deux ans. "A cet âge, l'enfant ne comprend absolument rien à ce qu'il lui arrive. Il est simplement tétanisé par le choc",
LIEN

44% des enfants de moins de deux ans ont reçu des gifles ou des fessées !!!! (c'est en Allemagne) Je suis sidérée, c'est encore plus grave que je le pensais !
avatar
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 70
Messages : 3800
Localisation : BULGARIE

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par hokmah le Jeu 13 Mar - 3:47

[quote="Leela"]Merci  d'éviter les attaques personnelles, même si elle sont drôles à force d'être ridicules.
Tu dois accepter l'idée qu'on ne soit pas du même avis que toi.

Je trouve, d'une façon générale, que vous idéalisez vraiment les parent moyens.  C'est peut-être cela le problème: vous pensez qu'en général, un enfant n'est pas exagérément frappé par ses parents.  Or, cela arrive encore beaucoup trop souvent.

Je le répète: les parents qui frappent leurs enfants ne sont pas conscients qu'ils leur font du mal, ils pensent réellement "agir pour leur bien", ils pensent que ces enfants le méritent.[/quote]

Je regrette, Leela,  ça n'est pas parce que tu utilises le "vous" que tu ne fais pas d'attaque personnelle et que, comme par miracle tu te retrouverais dans une sphère générale et distribuant de façon "bienveillante" ton avis. Tu généralises l'attaque personnelle tout en t'en défendant!!! Je trouve cela malhonnête.
Je ne veux pas faire de psychanalyse de comptoir en cherchant des motivations chez toi, je n'en ai rien à foutre, c'est ton problème et je n'en ai pas la solution. Force m'est de constater que tu tournes en boucle avec ta façon de nous considérer de façon quasi obsessionnelle "comme des gens qui estiment que les enfants ont ce qu'ils méritent"   d'où ton rappel récurent : "je le répète...." Nous prendrais-tu pour des cons avec ces répétitions lancinantes ?

C'est a toi de traiter les motivations sous-jacentes qui structurent ton point de vue ; mais s'il-te-plait, cesse de nous tarabuster, je pense que chacun de nous ici, en son for intérieur, a très bien perçu ton point de vue, sait ce qu'il a à faire avec les enfants et point barre.

Tu connais l'histoire de la mouche du coche ? Née d'un coup de queue, morte d'un coup de queue (de vache)...

C'est dit, fais en ce que tu veux, accepte ou offusque toi et assume tes positions. Pourris moi si ça peut te soulager...



_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."

Contenu sponsorisé

Re: "Châtiments corporels" dans l'éducation

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 22 Juil - 16:44