LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Partagez
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8748
Localisation : Dijon

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par gaston21 le Sam 3 Mar - 18:10

Trois camions turcs chargés de chlore...Sans doute pour fabriquer l'acide pour détartrer les WC syriens!
Je doute très sérieusement de ce que nous racontent les medias; encore 400000 syriens dans le quartier de la Goutha. Comme à Alep jadis où il n'y avait quasi plus personne! Et des casques blancs héroïques qui n'ont même plus le temps de se raser la barbe! Des islamistes tout simplement!
Assad n'est pas un enfant de choeur, c'est certain; mais en face de lui, au Nord, je suis sûr qu'il y a pire!
A quand des infos sincères?
Quant au nombre de victimes, c'est vraiment du n'importe quoi!

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/onu-vous-finirez-par-avoir-votre-202022
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 11328
Localisation : Enfant du Monde

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par Dédé 95 le Dim 18 Mar - 14:23

Occident et monarchies en portent la responsabilité : un effroyable crime contre l’humanité en Syrie


Sept ans ! La guerre de Syrie entre aujourd’hui dans son huitième épisode, avec sa cohorte de drames, de morts et ses victimes collatérales. Sept ans après la tragédie syrienne, d’aucuns en sont encore à se demander le pourquoi de ce conflit.

Or, avec les confidences des uns, les aveux des autres – notamment de l’ex-Premier ministre qatari Hamad bin Jassem al-Thani, qui a fait son mea-culpa dans les médias orientaux et occidentaux sur les tenants des évènements en Syrie – on en sait déjà un peu plus sur les commanditaires de ces carnages dans l’ancien pays du Cham. Sept ans où le sang des Syriens n’a cessé de couler, le patrimoine de l’une des plus anciennes civilisations du monde démoli.

Cette guerre a été voulue et planifiée comme le raconte, choqué, à la chaîne parlementaire française LCP, Roland Dumas (ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand). Se trouvant à Londres près de deux ans avant les « événements » de Syrie, des personnalités anglaises lui ont dit qu’il « se préparait des choses » en Syrie avec « des rebelles ». Il est encore surpris qu’on lui ait fait la proposition de prendre part au complot. Roland Dumas assure : « On m’a même demandé à moi d’y participer. Comme ça ! »

Incroyable ! Cela indique surtout, que la guerre contre la Syrie par rebelles, djihadistes et mercenaires interposés était préparée de longue date. Il y avait un obstacle aux plans des nouveaux impérialistes qu’il fallait abattre : le président syrien Bachar al-Assad, dont la tête était mise à prix. Laurent Fabius, encore lui, est allé jusqu’à affirmer que cet « homme ne mérite pas de vivre » [ La phrase exacte est : "M. Bachar Al-Assad ne mériterait pas d’être sur la Terre". Note du GS] cela après s’être félicité du « bon boulot que faisait al-Nosra (branche syrienne d’Al Qaïda) contre al-Assad et il serait difficile de le désavouer » [ En vérité, Fabius n’a pas prononcé exactement ces mots, ce qui permet maintenant à ses amis d’essayer de crier à l’intox. Cependant, dans cette interview où il a parlé d’al-Nosra, dans des interviews précédentes et dans des interviews postérieures, il a été incapable de désigner ce groupe comme terroriste et de condamner ses actions. La phrase qui lui est attribuée résume donc bien sa pensée. Note du GS] . Plus explicite, l’ex-Premier ministre du Qatar, Hamad bin Jassem al-Thani, avouait dans un entretien à la BBC (en octobre dernier) que « dès le début des événements » il est partie en Arabie saoudite où il rencontra le roi Abdallah à la demande de l’émir du Qatar de l’époque Hamad bin Khalifa al-Thani. Ce dernier lui a dit de prendre l’affaire en main « et nous l’avons prise en main. Je ne veux pas donner de détails, nous avons des tas de documents et preuves sur ce sujet. (...) », précisant que « tout ce qui partait (en Syrie) allait en Turquie en coordination avec les forces américaines. Toute distribution (l’ex-Premier ministre ne précise pas en quoi consistaient ces distributions, Ndlr) se faisaient par les forces américaines, les Turcs, nous-mêmes et nos frères syriens (les rebelles, Ndlr) et tous les militaires (??) étaient présents ».

Il affirma par ailleurs, que le Qatar avait cessé de soutenir al-Nosra quand il en avait reçu l’ordre. Qui avait donné cet ordre ? Hamas bin Jassem affirme par ailleurs : « (...) On s’est concentré sur la libération de la Syrie ». Occupée par qui ? Il regrette ensuite les disputes : « Nous nous sommes disputés pour le butin [??]...et le butin s’en est allé et nous continuons notre dispute ». HBJ fait-il référence à la révolution de palais qui détrôna l’émir du Qatar au profit de son fils Tamim ? Il est évident que le cheikh qatarien n’a pas tout dit, même s’il a pu affirmer que le Qatar avait dépensé plus de 137 milliards de dollars pour la « révolution » en Syrie. Les acteurs de la tragédie syrienne sont connus (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Arabie saoudite, Qatar, Turquie et Israël qui tire les ficelles dans l’ombre) qui, à un degré ou à un autre, intervinrent directement ou indirectement dans ce drame, apportant une aide multiforme aux rebelles, aux mercenaires (plus de 80 000, bien armés et bien organisés selon les renseignements occidentaux) et aux djihadistes.

Dès 2013, la France livra des armes lourdes aux rebelles, malgré l’embargo de l’Union européenne. Ce que révéla dans son ouvrage Dans les coulisses de la diplomatie française, paru en 2015, le journaliste français, Xavier Panon, auquel s’est confié l’ex-président français, François Hollande. Un conseiller politique français a indiqué au journaliste que les frappes avaient pour but de « changer l’ordre politique en Syrie » et de « déstabiliser la Russie ». Ce sont les armes françaises, étasuniennes et britanniques et les finances qatariennes et saoudiennes, qui tuent depuis sept ans les Syriens, en particulier les femmes et les enfants. De fait, la Syrie, n’était qu’une étape de ladite « révolution » qui devait induire un bouleversement stratégique de la carte du Moyen-Orient, au bénéfice d’Israël. Ainsi, l’une des cibles avouées – voire les plans étasuniens de dépeçage du Monde arabe – était de mettre fin aux Etats-nations arabes à commencer par la Syrie, l’un des derniers obstacles à la « pax israélienne ». Ce qui est étrange est le fait que ces velléités de raser, de détruire les pays arabes des cartes du monde trouvent des soutiens parmi les pays du Golfe. Une tragédie qui restera le plus effrayant crime contre l’humanité en ce début du troisième millénaire dont l’Occident, qui a fortement aidé la rébellion, les terroristes labellisés « jihadistes » et les mercenaires, en porte l’entière responsabilité.


Karim MOHSEN par Dédéfucius


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 8182
Localisation : France

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par komyo le Dim 18 Mar - 16:42



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 11328
Localisation : Enfant du Monde

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par Dédé 95 le Dim 18 Mar - 17:02

Qui donc a prononcé cette phrase ?

Par ailleurs on sait très bien que les différents gouvernements français se sont fait les fossoyeurs du régime d'Assad et indirectement les complices des militaires syriens rebelles au régime, créateurs avec des irakiens de DAESH.
L'affaire Holcime est une anecdote, mais le fait que les canalisations de pétrole et autres gaz, n'est jamais été touché par la coalition, alors qu'on savait pertinemment que DAESH vendait ce gaz à l'Afrique en particulier, montre qu'ils soutenaient, les groupes islamistes contre Assad.

Pas facile de s'y retrouver .....


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8748
Localisation : Dijon

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par gaston21 le Dim 18 Mar - 17:10

Dédé, c'est le fin mot de l'Histoire. Une guerre meurtrière et terrible, mais dont la responsabilité est à chercher du côté américain et israélien. La politique étrangère de la France est vraiment indépendante!
Du temps de Hollande, elle ne sentait pas la guimauve! Et ça n'a pas changé! La France dressée sur ses ergots face à l'ogre russe! Et des dépenses d'armement de plus en plus effarantes! Et des retraités qui y participent gaiement avec leur CSG!
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 11328
Localisation : Enfant du Monde

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par Dédé 95 le Mer 18 Avr - 14:12

Toc,toc ! Qui c’est ? C’est la frappe chirurgicale.

Jacques-Marie BOURGET
D'être vieux comme un naufrage me vaut d'avoir vécu quelques "représailles" de l'histoire. Ces opérations du genre bistouri à la Kouchner sont toujours des catastrophes qui s'empilent. Souvenirs.

Le 23 octobre 1983 à Beyrouth, à une heure si matinale que les rues ne sont occupées que par des plastiqueurs et les petits marchands de café, l’ami libanais, le frère, qui m’aide dans mon travail me téléphone : « Vite, le PC des français vient de sauter... je viens te chercher ». Je n’ai pas le temps de me raser, mais de faire un tour par le toit-terrasse de l’hôtel Commodore. Le pied à peine posé sur les dalles de bitume, un bruit d’apocalypse et une fumée de diable me bouchent l’horizon. Visiblement une seconde bombe vient d’exploser... Mohamed, mon homme essentiel, est déjà devant l’entrée de l’hôtel avec sa vieille Mercedes bleu ciel, toujours lustrée. Quelques mois plus tard Mohamed sera assassiné par les troupes israéliennes.

Peu de temps après les premiers nous arrivons au Drakkar, immeuble au sud de la ville. « Tu sais qu’ils ont aussi fait sauter les Américains à l’aéroport ? ». « Ben non ! Alors on y va ». Là-bas, un grand bâtiment annexe qui sert au stockage et la maintenance des avions n’est plus qu’un millefeuille très à plat. Etonnant changement de cap, la guerre n’est plus une affaire entre Arabes, entre Israéliens et musulmans, voilà qu’elle liquide les forces vives de la « coalition internationale », des Français et des Étasuniens. Cinquante-huit soldats tricolores meurent au Drakkar, deux cent quarante un GI à l’aéroport. Mitterrand se précipite pour montrer « la détermination de la France », tandis que Reagan ordonne à ses survivants de rentrer au pays

Le 17 novembre suivant dans la Bekaa, en représailles, la France bombarde la caserne Cheikh Abdallah occupée par des Gardiens de la Révolution iranienne et des miliciens du Hezbollah. Bilan deux morts, un berger et son âne.

Quelques temps plus tard, afin de châtier aussi les Syriens – quand on n’aime pas on ne compte pas – c’est le futur commandant Mafart, héros de l’affaire Greenpeace qui dirige à Damas un commando chargé de faire exploser le siège du parti Baas. Manque de lunettes ? L’équipe se trompe d’adresse et envoie au ciel une kyrielle de citoyens sans histoire. Deux ans plus tard, à Beyrouth, la CIA venge elle aussi ses pioupious étoilés, et tente de faire sauter le cheikh Fadlallah, chef caché du Hezbollah... Le religieux n’est même pas ébouriffé par le souffle, mais 80 de ses voisins trouvent la mort.

Tout cela pour vous dire que les représailles, type Macron-Le Drian, et autres experts du biniou, c’est d’abord dangereux pour les équidés et les voisins.

En 1991 les Étasuniens bombardent l’abri d’Amiriya à Bagdad. Là encore c’est un ami indigène qui me sort du lit : « Vite, ils ont bombardé un abri... ». Dix minutes plus tard nous sommes devant le cube de béton chauffé par le feu des missiles. De l’intérieur on va sortir 408 corps d’enfants de femmes et de vieillards. La « bavure » de la « frappe » dite « chirurgicale » est énorme, un crime de guerre. Et je ne suis pas très fier d’avoir en poche un passeport de la Communauté bombardeuse.

Heureusement, depuis ma radio ondes courtes je peux capter la vérité venue de Paris, Londres ou Washington. Les journalistes et experts sont d’accord. L’abri d’Amiriya était un objectif militaire utilisé par Saddam Hussein pour se cacher ! A entendre cela, les oreilles m’en tombent. Même le « Jane’s », le super dico qui vous détaille les outils liés à la guerre, est formel, cet abri de Bagdad est bien un « shelter », l’un des 17 édifices civils qui permettent à la population de la capitale irakienne de se protéger des missiles venus d’Iran. Ici donc ni Saddam ni rien de militaire. Mais pas d’excuses, pas de procès, pas de vengeance... N’est-ce pas une chance que de mourir sous le feu de la liberté et de la justice. OTAN en emporte de vent.

Et pourtant, ça bégaie, sa radote sur les ondes. « Saddam caché entre les femmes et les enfants ». « Bullshit » comme on dit au Texas. L’US Air Force, soit intoxiquée, soit froidement, pour tester un missile face à deux mètres de béton, a cyniquement assassiné 408 irakiens qui, signalons-le, étaient aussi des êtres humains !

En 1998 le grand bombing circus de la Communauté internationale plante sa toile au Kosovo. Allons-y gaiment dans les représailles. Contre des ennemis de BHL et de Pleyel, donc des ennemis de l’Humanité. Près d’un pont voisin de Pristina, dans la nuit, je crapahute dans un pâturage. Là-haut un bus se rendant à Nis a été confondu avec un char serbe (26 morts). Et j’éprouve alors, dans l’herbe, l’étrange sensation qu’il y a à marcher sur le bras arraché d’un enfant.

Autres représailles plus au sud du Kosovo. Cette fois, les pilotes d’élite ont pris une colonne de tracteurs pour un défilé de chars. Les engins agricoles sont réduits en mâchefer et la soixantaine de corps en boulets de charbon. Le principal étant que la démocratie naisse enfin dans la poussière d’uranium enrichi. Ce qui, à la longue, doit donner de bien jolies fleurs.

Jacques-Marie BOURGET


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: Un syrien s'exprime librement sur la Syrie sur RMC

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 15 Aoû - 14:45