LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal

Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Anonymous
Invité
Invité

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par Invité le Mar 25 Juin 2013 - 18:33

Note importante à l'attention de Dan: et NON, ce n'est pas ma jalousie pour les grandes fortunes qui me motive ici.

Les agriculteurs revendent leur produits à un prix dérisoire, mais reçoivent des subventions, qui représentent 40% du budget européen.  Un article à ce sujet

On produit beaucoup trop (pour avoir les subsides?), alors on détruit soit pour faire de l'agro-diesel (l'apellation bio-diesel devrait être interdite), soit pour les détruire (des milliers de tonnes de pommes qu'on détruit pour rester concurrentiel avec les pommes de Nouvelle Zélande !!!) Un article comme tant d'autres, sur ce sujet

Je vais regarder, mais je commence à être malade de tout ce que je découvre à ce sujet...  C'est encore pire que ce que je pouvais imaginer.  Déjà j'étais dégoûtée en écoutant la misère que vivent les petits fermiers en parlant avec les voisins...  Leur viande sur pieds, ils la vendent pour presque rien (depuis la vache folle) mais elle garde ses pris en boucherie: c'est qui qui empoche la différence ???

Et tout à l'avenant...


Ce soir, soirée de documentaires sur ARTE

BIEN MANGER, MAIS À QUEL PRIX ?

Avec 58 milliards d'euros par an, les subventions accordées à l'agriculture représentent le deuxième poste budgétaire le plus coûteux de l'Union européenne. Les intentions de départ étaient vertueuses : aider les petits agriculteurs, stabiliser les prix alimentaires, assurer les approvisionnements et favoriser les exportations. Quelques décennies plus tard, la situation est catastrophique. Les exploitations de taille modeste ne peuvent plus survivre, tandis que les très grosses, qui pratiquent l'agriculture et l'élevage à une échelle industrielle, prospèrent. La qualité des produits s'en ressent, sans parler des conséquences sur l'environnement. Klaus Balzer et Romy Strassenburg ont mené une enquête approfondie sur l'attribution des subventions, notamment pour la production du lait, la pêche et la fabrication du pain..


A QUOI SERT LA PAC ?
DOCUMENTAIRE
La politique agricole commune européenne - PAC - a déjà plus de cinquante ans. Imaginée dans une Europe des Six à la production agricole insuffisante, elle s'élabore aujourd'hui avec peine entre 27 pays aux situations contrastées, à la volonté politique chancelante et au coeur d'une mondialisation risquée. Le 13 mars 2013, le Parlement européen, fort de ses nouvelles prérogatives, refusait le budget de l'Union et les bases de la PAC pour la période 2014-2020. Le débat institutionnel, où les Etats essaient de forcer la main au Parlement, devrait être clos fin juin. Si ce n'est pas le cas, les règlements agricoles actuels devraient être maintenus pendant encore un an. Nicolas Frank est allé à la rencontre d'agriculteurs européens, pour dresser un bilan de la PAC..



J'avais calculé récemment qu'avec le cheptel mondial de bovidé, on pouvait donner 90 gr de viande à tous les habitants de la planète par jour, et plusieurs litres de lait.  Et il y a aussi les poissons, les poulets... et malgré cela, une grande proportion des terriens est mal (ou pas) nourrie ???

Mon fils (spécialiste de la question) me dit qu'on produit largement assez de nourriture pour nourrir toute la planète, il y a donc un gaspillage monstrueux !  C'est inadmissible, intolérable et même criminel.

Cultivons mieux (bio), mangeons surtout des produits locaux de saison, et on économisera énormément d'énergie pour le transport, la réfrigération, le bombardement aux rayons ionisants, la production de pesticides, ...
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3851
Localisation : l'univers donc nulle part

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par geveil le Mar 25 Juin 2013 - 21:10

Oui, Adrienne, mais à part vivre mieux et plus simplement, ne pouvons nous rien faire pour en finir avec ces criminels?  Je suis submergé d'une immense tristesse mais comme je suis vivant, ça tourne à la colère.  Je suis pourtant sur le point de me résigner, si ce doit être la fin, ce sera la fin.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
Anonymous
Invité
Invité

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par Invité le Mar 25 Juin 2013 - 22:10

je passe aussi par ces stades de dégoûts et de colère, de révolte... Mais il ne faut surtout pas "sombrer" ou se désespérer. Il faut agir.

Je suis si contente d'avoir fait le choix de vivre dans cette petite communauté d'idéalistes très réalistes: ils construisent du solide, du concret.

La colère dit aider à construire, mais doit nous porter plus loin, pas nous détruire.


PS le premier reportage était mal fait, je n'ai rien appris, les voisins fermiers m'en avaient appris bien plus que cela... j'ai éteint. Le second, je n'ai donc pas vu.
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3851
Localisation : l'univers donc nulle part

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par geveil le Mar 25 Juin 2013 - 22:32

Adrienne a écrit:je passe aussi par ces stades de dégoûts et de colère, de révolte... Mais il ne faut surtout pas "sombrer" ou se désespérer.  Il faut agir.
Je suis d'accord, Adrienne, et tu sais que je n'ai pas les deux pieds dans le même sabot, mais une lecture d'aujourd'hui m'apprends que les glaces du Groënland fondent encore plus vite que prévu et qu'il faut réduire la production des gaz à  effet de serre TOUT DE SUITE.  Or que font nos gouvernants?  Quoique je ne sois pas favorable à la violence, que je la crois même contre-productive, j'en arrive tout de même à penser s'il ne faudrait pas une révolution armée pour pendre les aristocrates à la lanterne.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
loli83
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Féminin Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 76
Messages : 14686
Localisation : paris et toulon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par loli83 le Mar 25 Juin 2013 - 22:48

pas de désespoir geveil , de l'espoir au contraire 

mais pas dans le système actuel , c'est un "nouveau monde" qu'il nous faut
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3851
Localisation : l'univers donc nulle part

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par geveil le Mar 25 Juin 2013 - 23:07

Mais, Lola, il n'y aura pas de nouveau monde si celui-ci continue ses méfaits.  Sais-tu combien d'espèces meurent du fait de l'homme chaque jour ?  Sais-tu que la mer est polluée au point que les poissons, les dauphins, les baleines meurent, que les icebergs se détachent et fondent, etc, etc ?


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
loli83
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Féminin Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 76
Messages : 14686
Localisation : paris et toulon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par loli83 le Mer 26 Juin 2013 - 0:07

oui , je sais tout ça Geveil 

mais Dieu interviendra avant qu'il ne soit trop tard , j'ai confiance
Anonymous
Invité
Invité

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par Invité le Mer 26 Juin 2013 - 6:35

Le problème du "dieu interviendra", c'est que
1. cela pousse au fatalisme
2. "intervenir" comment: avec un cataclysme qui tue tout le monde sauf les gentils écolos ???

Je crois plutôt que la pollution et les déséquilibres deviendront tellement infernaux, que la population en prendra conscience, que même des patrons avides changeront de cap.
C'est le sens des "indignés", des révoltes, on sent que quelque chose se passe...

Moi c'est à la Terre que je fais confiance: elle a d'énormes capacité de régénération, et une imagination étonnante pour renaître. Peut-être différente, mais elle renaîtra.
loli83
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Féminin Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 76
Messages : 14686
Localisation : paris et toulon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par loli83 le Mer 26 Juin 2013 - 10:19

la terre renaitra oui , comme une toile d'araignée refait sa toile plusieurs fois , mais à la fin elle se lasse

et la terre a des limites de pollution supportables aussi ,

donc un Dieu interventionniste qui lui seul connait ces limites , sait quel sera le moment de son intervention , comme un chirurgien qui prévoit l'opération qui sauvera le malade

oui pourquoi pas les gentils écolos , mais d'autres aussi de bonne volonté

l'Apocalypse prédit que même avec des conditions et des catastrophes épouvantables la majorité ne changera pas , pourtant cela aurait été le souhait de Dieu

elle prévoit aussi que le peuple symbolisé par la mer , se soulèvera pour s'opposer aux dirigeants

je ne suis donc pas surprise par tous les évènements que nous voyons

quand à être fataliste je dirais plutôt sereine et confiante , ce qui n'empêche pas dès à présent de faire le bien et d'éviter le mal
gaston21
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 87
Messages : 10105
Localisation : Dijon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par gaston21 le Jeu 27 Juin 2013 - 18:05

Auriez-vous perdu confiance contre nos dirigeants européens ? Mais voyons, ils n'ont qu'un seul but, notre bien-être, notre épanouissement, la justice, l'égalité et plein de bonnes choses !
Ci-dessous un article de Mediapart, journal uniquement sur Internet qui a sorti des affaires soigneusement cachées comme les tricheries de Cahuzac et de Tapie . Les autres medias obéissent aux ordres, sinon les subventions s'envolent...On a cogné sur la Grèce et on l'a mis à genoux...Le fameux faux bilan avant son entrée à la CEE. Des complicités avec Goldmann Sachs (sans d'ailleurs que personne n'ait jamais été puni !). Il y a "autrement bien pire" avec l'Italie ! Et qui figure en tête des malfaiteurs qui ont truqué honteusement les comptes de ce pays ? je vous le donne en mille ! Et c'est maintenant le patron de la BCE ! J'ai envie de me les arracher avec les dents ! Il est grand temps d'en revenir à la période de la carmagnole. On trouvera bien quelque chose pour remplacer les lampadaires...ou "la petite lucarne donnant sur l'éternité"! Jolie, non, l'expression pour désigner la guillotine!
 
Italie: les finances publiques menacées, Mario Draghi soupçonné  (Mediapart 27-6-2013)
D’un coup, Mario Draghi se retrouve rattrapé par son passé. Après la révélation d’un rapport secret du Trésor italien, publié à la fois par la Reppublica et le Financial Times le 26 juin, le président de la Banque centrale européenne (BCE) se retrouve embarqué dans un scandale de comptes truqués, comme en Grèce, au moment de l’accession de l’Italie dans la zone euro et qui menace aujourd’hui les finances publiques. À cette époque, Mario Draghi était directeur du Trésor et a difficilement pu ignorer ce qui se tramait.  
 
L’affaire a commencé par un rapport secret du Trésor italien. Celui-ci s’y alarme d’une perte potentielle de 8 milliards d’euros pour les finances publiques italiennes, à la suite d’une renégociation de huit contrats de dérivés d’un montant notionnel de 31,7 milliards d’euros. Même pour un État, l’engagement est gigantesque.
 
Les auditeurs s’attardent longuement sur cette renégociation avec plusieurs grandes banques, réalisée début 2012, à un moment où l’Italie est très menacée par la hausse des taux sur sa dette obligataire. Le gouvernement italien cherchait alors à étaler dans le temps le paiement des emprunts. Mais, très affaibli, il a été obligé d’accepter des conditions très défavorables, qui risquent de se traduire par de lourdes pertes dans les finances publiques italiennes.
 
Comment en est-on arrivé là ?, n’ont pas manqué de s’interroger les rapporteurs. S’ils n’ont pas réussi à connaître le nom des grandes banques impliquées dans ces opérations, ils sont parvenus, en revanche, à retrouver l’origine de ces engagements par le Trésor italien : tout remonte à la fin des années 1990, au moment où l’Italie cherchait à rendre ses comptes présentables pour pouvoir adhérer à l’euro.
 
En 1995, rappelle le Financial Times, l’Italie affiche un déficit budgétaire de 7,7 % du PIB, très au-delà de tous les critères demandés par l’Europe. Aucun gouvernement européen, et encore moins la Commission européenne, n’imaginent la création de la monnaie unique sans l’Italie. Tout le monde est donc d’accord pour fermer les yeux sur ce que peut entreprendre Rome pour afficher les bons critères.
 
Dès 1996,  le gouvernement italien dirigé par Romano Prodi, qui deviendra par la suite président de la Commission européenne, a eu recours à de savants habillages (voir Europe : les hommes de Goldman Sachs). Mario Draghi est alors directeur du Trésor italien. Avec l’aide de la banque américaine JP Morgan, les autorités italiennes mettent en place un prêt reposant sur une opération d’échange (swaps) de devises à un taux favorable. Miracle : grâce à cet apport d'argent, le budget italien est en ligne. Comme il s'agit officiellement d'une opération de change, rien n'est inscrit dans les comptes publics. Le mécanisme plaît tellement qu’il sera réutilisé par Goldman Sachs en 2001 pour maquiller les comptes grecs.
 
Mais, manifestement, d’autres opérations ont été menées avec d’autres banques, afin de permettre à l’État italien de faire du hors bilan. Des emprunts sont réalisés, des dettes sont cachées dans des établissements bancaires. Résultat : le déficit italien tombe à 2,7 % du PIB en 1998, juste avant le lancement de la monnaie unique. La chute du déficit italien est spectaculaire. Aucun gouvernement occidental n’a réussi à rétablir aussi rapidement ses comptes. Pourtant, les impôts n’ont pas augmenté, la lutte contre l’évasion fiscale est toujours aussi inexistante et les dépenses n’ont pas ralenti. Mais personne ne se pose de question. Les autres pays européens ont décidé de fermer les yeux.
 
Mais aujourd’hui, l’Italie est rattrapée par ses engagements passés. Le Trésor italien n’a jamais publié un état complet de l’exposition des finances publiques aux dérivés et autres montages. Un rapport parlementaire publié en mars 2012 révélait que le Trésor détenait des dérivés pour couvrir quelque 160 milliards d’euros de dettes, soit environ 10% de la dette publique.
 
En février, la Cour des comptes italienne s’était déjà inquiétée de cette menace financière. « Le dommage causé aux recettes de l’État par les dénouements perdants des contrats dérivés est particulièrement important et délicat », notait Salvatore Nottola, procureur général de la Cour, dans son rapport sur les finances publiques en 2012. Selon les estimations de l’agence Bloomberg, l’Italie a perdu plus de 31 milliards de dollars (23,8 milliards d’euros) sur ses contrats dérivés, en valeur de marché.
 
Aujourd’hui, peu de monde semble connaître exactement l’exposition des finances publiques italiennes et les risques qui pourraient les menacer. Afin d’y voir plus clair, des équipes de la Guardia di Finanzia –  autorité puissante et indépendante, dotée de pouvoirs et de moyens d’enquêtes importants notamment pour lutter contre la Mafia – ont été dépêché dans les locaux du Trésor pour saisir le rapport et des documents sur la dette italienne et les contrats dérivés. Les autorités publiques sont désormais d’autant plus vigilantes sur cette question que ces produits ont été l’origine de la faillite de Monte dei Paschi, la plus vieille banque d’Europe, qui a dû être renflouée dans l’urgence par l’État.
 
La confiance n’est manifestement plus là. Car le Trésor italien ne donne guère l’impression de vouloir s’expliquer sur ses pratiques et ses décisions. Ses équipes, il est vrai, semblent fortement soudées par les secrets passés et présents.
 
Le Trésor est dirigé aujourd’hui par Vincenzo La Via. Celui-ci était responsable de l’agence de la dette – l’équivalent de France Trésor qui conduit toutes les émissions obligataires pour l’État –, quand Mario Draghi en était le directeur général. Parti au début des années 2000, M. La Via a été nommé à la tête du Trésor en mai 2012, « avec le soutien de Mario Draghi », assure le Financial Times. La responsable de l’agence de la dette aujourd’hui, Maria Cannata, était alors haut fonctionnaire chargée des comptes publics et de la dette.
 
Dans l’urgence, le Trésor italien a publié dans la matinée une mise au point. « Il n’y a aucune menace sur les finances publiques » a –t-il d’abord affirmé. Avant d’assurer qu’il n’avait commis aucune infraction au moment de l’entrée dans l’euro. « Il n’y a  jamais eu de recours à des contrats dérivés pour remplir les critères pour entrer dans l’euro. Les contrats dérivés ont tous été correctement enregistrés et ont fait l’objet de contrôle systématique par Eurostat, qui a toujours confirmé leur régularité par rapport aux règles ». Se défendant d’avoir mené une gestion aventureuse pour les finances publiques, il rappelle que «les couvertures ont toujours un coût mais qui est justifié par la nécessité de se protéger contre des risques dangereux ».
 
Dans la foulée, le ministère italien des finances a publié un communiqué pour voler au secours du Trésor italien. Il justifie, lui aussi, le recours aux dérivés pour se protéger de scénarios adverses et assure qu’il n’y a « aucun danger pour les finances publiques ».  Un porte-parole de la Commission européenne en rajoutait, déclarant que « selon les informations disponibles, les chiffres (révélés) ne changent pas nos analyses sur les déficits passés en Italie et bien sûr l’appréciation des déficits futurs ».
 
Bref, tout le monde se mobilise pour circonscrire l’incendie et protéger Mario Draghi. La BCE s’est jusqu’à présent refusé à tout commentaire. Présent à Paris, à la veille d’un nouveau sommet européen, le président de la Banque centrale européenne s’est à nouveau auto-félicité pour son action décisive (OMT) lancée à l’été dernier qui a permis de calmer les marchés financiers avant d’enjoindre les pays européens à « mener les réformes structurelles nécessaires pour retrouver la compétitivité perdue et la croissance ». Mais il s’est contenté du service minimum sur l’affaire italienne, indiquant juste que « le Trésor italien allait publier un communiqué pour faire le point sur les pertes sur les dérivés ».
 
« Monsieur Teflon », comme certains surnomment Mario Draghi – en référence au fait que ce dernier est parvenu à couper à toutes les enquêtes sur son rôle soit comme directeur du trésor, soit comme gouverneur de la banque centrale d’Italie, soit chez Goldman Sachs –,  risque malgré tout de devoir s’expliquer un peu plus longuement dans les semaines qui viennent. Au moment où l’Italie est en pleine récession, que ses comptes publics chavirent,  8 milliards d’euros de pertes potentielles, ce n’est pas une petite somme. Les Italiens auront certainement envie de comprendre.
loli83
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Féminin Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 76
Messages : 14686
Localisation : paris et toulon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par loli83 le Dim 1 Déc 2013 - 18:27

Voilà un moyen de se révolter :

lire cet article et faire ces actions :

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/11/29/semer-partout-les-graines-interdites/

et aussi signer cette pétition :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/mme_le_maire_de_pledran_22la_prefecture_des_cotes_d_armor_nous_vous_appellons_a_renoncer_a_l_expropriation_de_mm_CORLAY_/
hokmah
hokmah
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 73
Messages : 3804
Localisation : BULGARIE

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par hokmah le Dim 1 Déc 2013 - 20:03

Lola, si c'est une cousine à Jeanne Calment y a du souci à se faire.... Tronçonneuse 


_._._._._._._._._._._._


« Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n'est pas encore. »
Epictète alien "Plus on sait moins on affirme."
loli83
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Féminin Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 76
Messages : 14686
Localisation : paris et toulon

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par loli83 le Dim 1 Déc 2013 - 21:18

pour la maire du village ...en effet Very Happy 
komyo
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 10376
Localisation : France

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par komyo le Mar 17 Jan 2017 - 9:26

melenchon sur l'agriculture



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.

Contenu sponsorisé

Agriculture subventionnée, et autres aberrations Empty Re: Agriculture subventionnée, et autres aberrations

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 1 Avr 2020 - 15:46