LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

-40%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – 2019/2020
54 € 90 €
Voir le deal

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Upāsaka
Upāsaka
Chevalier

Masculin Date d'inscription : 09/09/2019
Age : 44
Messages : 96
Localisation : Nanterre

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique Empty Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Message par Upāsaka le Sam 21 Sep 2019 - 7:33

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique F2235310


Kampala (AFP) - Quand la jeune Ougandaise Leah Namugerwa a eu 15 ans en août, au lieu de fêter son anniversaire avec sa famille et ses amis, elle a décidé de planter 200 arbres, pour alerter sur les dommages causés à l'environnement dans son pays.


Jonglant entre l'école, les manifestations, les discours qu'elle prononce dans les capitales de la région pour appeler à sauver la planète, elle fait partie de ces jeunes inspirés par la désormais célèbre militante écologiste suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans.


"Si les adultes ne sont pas prêts à prendre l'initiative, moi et d'autres enfants nous leur montrerons la voie. Pourquoi est-ce que je devrais regarder sans rien faire, quand des injustices environnementales se déroulent sous mes yeux", a déclaré Leah la semaine dernière à Kigali, où son discours sur l'urgence climatique lui a valu une "standing ovation".


De retour à Kampala, elle raconte que l'"inaction" du gouvernement ougandais sur les thématiques environnementales et les sit-in de Greta Thunberg devant le Parlement suédois l'ont incité à organiser des grèves hebdomadaires dans son école.


Leah fait partie du mouvement de jeunes Fridays for Future, initié par Greta Thunberg, qui a reçu cette semaine le prix d'"ambassadeurs de conscience" de l'ONG Amnesty International.


La jeune fille est à l'origine d'une campagne pour inciter la ville de Kampala à interdire l'usage des sacs plastiques, et pour alerter sur les risques de la déforestation et les sécheresses prolongées et inondations attribuées au changement climatique.


"Ce qui m'a fait m'inquiéter et m'a poussée à m'impliquer dans cette campagne, c'est le changement climatique et l'impact qu'il a sur nos vies: les fortes températures, plus élevées que jamais, que nous avons connues; les inondations (...); les maladies qui se répandent", dit-elle.


Elle considère que les jeunes "doivent dire ce qu'ils ont sur le cœur". "Si on ne le fait pas, notre avenir n'est pas garanti. Les dirigeants actuels ne seront plus là, mais nous nous le serons et nous souffrirons des conséquences de leur inaction. Nous devons parler maintenant, pas demain."


- 'C'est réel' -


Originaire du district de Mukono, dont les forêts ont été décimées ces dernières décennies en raison de l'expansion de la capitale ougandaise voisine, elle a organisé toute seule sa première manifestation pour la défense de l'environnement un vendredi en février cette année, dans une banlieue de Kampala.


"Je sentais que je faisais ce qu'il fallait, que j'étais sur la bonne voie, mais pour la plupart des gens, dont des membres de ma famille, ça leur semblait bizarre. Ils me regardaient étrangement, secouaient leur tête comme s'ils n'y croyaient pas, pendant que je tenais mes pancartes", raconte-t-elle.


Maintenant, un groupe de jeunes gens la rejoint chaque vendredi, manquant un jour d'école pour faire grève.


"Des gens m'ont critiquée. Ils disent qu'à mon âge, le vendredi, je devrais être en cours et pas dans les rues à faire grève. C'est une bonne chose que mes parents m'aient soutenue et encouragée", explique l'adolescente dont le père, à la tête d'une société de vente de matériaux de construction, accompagne régulièrement sa fille en voiture pour son action hebdomadaire.


Leah, qui prendra part ce vendredi à des manifestations mondiales sur le thème de l'urgence climatique, est rassurée de voir que l'intérêt pour les questions environnementales augmente en Ouganda.


"On ne donne pas aux problématiques liées au changement climatique la priorité qu'on devrait leur donner (...). Mais grâce à notre campagne, le débat commence à prendre maintenant", remarque-t-elle.


Pour Jérome Mukasa, 15 ans, l'un des jeunes qui l'ont rejointe dans son combat, Leah a ouvert les yeux des jeunes Ougandais sur les crises environnementales qui frappent l'Ouganda.


"Avant, le message sur le climat et l'environnement n'était pas clair pour certains d'entre nous, mais Leah l'a simplifié pour nous, en nous disant que c'est réel et que c'est un danger pour nous tous."


_._._._._._._._._._._._


"Nous portons en nous les souffrances de notre société"
Vénérable Thich Nhat Hanh - Maître Zen vietnamien
Upāsaka
Upāsaka
Chevalier

Masculin Date d'inscription : 09/09/2019
Age : 44
Messages : 96
Localisation : Nanterre

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique Empty Re: Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Message par Upāsaka le Sam 21 Sep 2019 - 7:47

Nous contribuons probablement à accroître et accélérer un processus naturel de changement climatique, qui sans nous aurait été beaucoup plus lent et moins pénible pour l'environnement.


Nos décideurs politiques et économiques, les patrons des grandes entreprises mondiales etc... s'en moquent le plus souvent car les conséquences vraiment pénibles ne toucheront que leurs enfants ou petits enfants ou arrière petits enfants (si ils en ont). Ce qui les intéresse c'est le profit, conserver le pouvoir politique le plus longtemps possible, la jouissance personnelle de leurs riches et/ou de leur pouvoir de manière totalement égoïste, égocentrique et irresponsable. Le sentiment d'une totale impunité joue beaucoup aussi. Un sentiment peut-être justifié. Avec la complicité passive des populations toutefois. En grande partie.


Pourquoi croyez-vous que sitôt qu'une personne médiatique, laïque, religieuse ou scientifique, met en avant l'importance de l'empathie, de l'altruisme, de la générosité, vous avez aussitôt des voix pour dire à quel point c'est ringard, stupide, naïf, irréaliste etc... donc à quel point il ne faut surtout pas croire ceux qui en font la promotion.


Il y a des années de cela, Soeur Emmanuelle, interrogée dans une émission (de variété je crois, peut être par Drucker mais je n'en suis pas sûre, mais bon c'est sans importance ce détail) était interrogée sur le plus gros défaut de l'humanité selon elle, si elle ne devait en citer qu'un, elle répondit sans trop d'hésitation : l'égoïsme.

Elle a selon moi parfaitement raison.


En 2006 était sorti ce livre :


Nos enfants nous haïront

Denis Jeambar
Jacqueline Remy

Des retraites à payer, une nation paresseuse, une planète abîmée... Un jour, nos enfants auront 20 ans, 30 ans, 40 ans. Alors, pleins d'espoir et affamés d'avenir, ils comprendront que nous, les baby-boomers, leur avons laissé une société usée et mitée.

Ce jour-là, ils nous haïront. Et ils auront raison. Nous avons eu tous les atouts en main, nous avons grandi dans une société en pleine croissance. Pourtant, nous sommes la première génération qui laissera moins à la suivante que ce qu'elle a reçu de la précédente. Et c'est le pire qu'on puisse faire à ses enfants: leur léguer des dettes.

Il ne s'agit pas de peindre le futur en noir. Mais de jeter un regard lucide sur ce que nous avons fait et de lancer les chantiers de l'avenir. Avant qu'il ne soit trop tard.

http://www.seuil.com/ouvrage/nos-enfants-nous-hairont-denis-jeambar/9782020861618


Je n'aime pas le pessimisme, je l'ai été autrefois, on est pas heureux en ne voyant constamment que le verre à moitié vide. Mais cela ne signifie pas que je me fasse trop d'illusions. Je préfère néanmoins m'attacher à chercher tout ce que l'on peut trouver d'optimiste ou positif, on vit plus heureux comme cela, sans ignorer que bien sûre il y a des choses qui ne vont pas bien.


_._._._._._._._._._._._


"Nous portons en nous les souffrances de notre société"
Vénérable Thich Nhat Hanh - Maître Zen vietnamien
komyo
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 10378
Localisation : France

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique Empty Re: Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Message par komyo le Sam 21 Sep 2019 - 8:44

C'est bien qu'il y ait encore des gens conscient du réels qui prennent sur eux de corriger les erreurs d'autres humains.
Enfin peut etre que tout cela, n'est qu'une question d'éducation. Suspect

http://www.lejournalduyoga.com/articles/view/108/143-lhomme-qui-plante-des-arbres


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
gaston21
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 87
Messages : 10107
Localisation : Dijon

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique Empty Re: Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Message par gaston21 le Sam 21 Sep 2019 - 10:15

Voir ce mouvement mondial de la jeunesse se dresser contre le réchauffement climatique me remplit d'aise. Les jeunes prennent conscience du risque mortel qui les menace. Sera-t-il suffisant pour inverser le cours des choses? Le ralentir, je le souhaite; mais il est trop tard pour l'inverser. La Terre d'ailleurs ne
peut plus nourrir autant de monde; "les carottes sont cuites"! Combien de temps par exemple dureront nos réserves de pétrole? Au rythme actuel, 50 ans environ? 50 ans, c'est demain!

Contenu sponsorisé

Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique Empty Re: Le combat d'une jeune Ougandaise contre le changement climatique

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 2 Avr 2020 - 16:56