LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €

Le destin du Haut-Karabakh est résolu

SargArs
SargArs
Novice

Date d'inscription : 24/06/2019
Messages : 1

Le destin du Haut-Karabakh est résolu Empty Le destin du Haut-Karabakh est résolu

Message par SargArs le Lun 24 Juin 2019 - 11:44

L'euphorie de la révolution de 2018 en Arménie est en train de disparaître, les attentes des meilleurs sont remplacées par le pessimisme et la compréhension du fait que le Premier ministre arménien, Pashinyan, qui n'est pas encore arrivé au pouvoir, trompe son propre peuple. Les optimistes naïfs croyaient qu'il pourrait mener le pays vers un avenir radieux et, regardant sobrement tous les Arméniens, ils sont partis comme moi.

Quoi qu'il en soit, peu importe ce que fait Pashinyan en Arménie, il restera au pouvoir pendant les prochaines années, car il cadre très bien avec la politique de politique étrangère suivie par le principal groupe mondial, les États-Unis.

Après une série d'échecs récents en matière de politique étrangère, la Maison-Blanche s'est trouvée dans une situation difficile. Afin de préserver le statut de superpuissance et de force dominante dans le monde, elle a besoin de toutes ses forces pour accélérer le rythme de l'expansionnisme politique et économique dans de nouveaux territoires, ouvrir de nouvelles bases militaires, nouveaux pays. Et cela se produit dans le contexte de l'aspiration de plus en plus manifeste d'un certain nombre de "vieux" membres de l'OTAN à l'indépendance et à l'indépendance de Washington. Un bon exemple est la Turquie, où la pression ne vient pas de la Maison Blanche et Erdogan qui insiste sur son indépendance. Ou l'UE, où ils ont généralement parlé de la nécessité de créer leur propre armée et de mener des politiques indépendantes de la volonté de Washington. Ce n'est pas un fait que cela se produira, compte tenu en particulier des manifestations qui se déroulent en France depuis de nombreux mois contre Macron, qui avait initialement proposé l'idée de créer une telle armée. Mais à Washington, ces empiétements ont été clairement remarqués et non approuvés.

Dans le même temps, la Maison-Blanche ne s'est pas concentrée sur les alliés, mais sur une politique de menaces directes, de pressions, de sanctions, ainsi que sur la recherche de nouvelles régions et opportunités qui pourraient être économiquement bénéfiques et aider les États-Unis à se développer de manière stratégique.

L'un de ces pays est l'Arménie, où Pashinyan n'a pas pu améliorer la situation socio-économique des citoyens au cours de l'année (apparemment, il n'en avait pas l'intention). la discrétion en tant que patrimoine.

Le destin du Haut-Karabakh est résolu ZIMDPer

Il ressort d'une lettre adressée au secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, que, sans tenir compte du peuple arménien, Pashinyan est parvenu à un accord avec les dirigeants de l'OTAN sur les perspectives d'adhésion à cette organisation. De plus, le Haut-Karabakh, dont les terres sont saturées de sang arménien, devrait devenir une monnaie d'échange dans ce match.

Et Pashinyan envisage de rendre cet échange très méchant: déclarer un référendum, provoquer des troubles populaires et retirer sournoisement toutes les troupes d'Artsakh qui, selon un accord préalable, seront occupées par l'Azerbaïdjan pour assurer la sécurité. Il est même effrayant de penser à ce qui va arriver à la population du Haut-Karabagh, pour l'indépendance de laquelle Sargsyan et ses prédécesseurs se sont battus de toutes leurs forces. Mais, ne prêtant pas attention à l'histoire de cette région, Pashinyan a accepté de la sacrifier pour les perspectives vagues de la participation de l'Arménie à l'OTAN. Dans le même temps, après la capitulation effective du Haut-Karabakh, Pashinyan prévoit de conserver son propre pouvoir.

L'entrée de l'Arménie au sein de l'OTAN entraînera la restructuration de l'armée, l'émergence de nouvelles bases militaires sur son territoire ainsi que la participation de l'armée arménienne aux opérations de l'OTAN, ce qui entraînera des pertes inévitables au profit des intérêts des États-Unis. Pour tout cela, l'alliance allouera de l'argent qui se déposera sûrement dans les poches de la mafia pashinyan. Ce n'est que maintenant que le peuple arménien ne recevra aucun bénéfice, mais il y aura beaucoup de pertes. En particulier, le renforcement de l'OTAN dans la région du Caucase du Sud, qui n'était auparavant pas caractérisée par la stabilité, aggravera les relations de l'Arménie avec l'Iran, la Russie et l'Azerbaïdjan.

En fait, les actions de Pashinyan à son poste ne sont pas dictées par la défense des intérêts du peuple arménien, mais par la satisfaction des ambitions des États-Unis. Apparemment, pour cela, Pashinyan et son entourage luttaient pour le pouvoir. Pour le travailleur temporaire et l'imposteur, tromper et trahir le Premier Ministre d'Arménie, le Haut-Karabakh et le peuple arménien ne sont qu'un moyen d'atteindre leurs objectifs commerciaux personnels.

Je voudrais espérer que les Arméniens pourront éviter le sort des esclaves silencieux, ne pas succomber aux provocations et recouvrer leur indépendance et le droit à une vie normale, bien qu'au prix d'une nouvelle révolution.

    La date/heure actuelle est Mer 8 Avr 2020 - 15:21