LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


Exxon le disait déjà il y a 50 ans

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 8533
Localisation : France

Exxon le disait déjà il y a 50 ans

Message par komyo le Sam 22 Sep - 8:07

Il est toujours bon de déterrer de vieux documents qui étaient à l'époque de leur parution plus ou moins anodins et ne faisaient pas la une des journaux, puis de les mettre devant le nez des benêts actuels qui nient l'évidence alors que ces papiers au teint défraichi par le temps leur montrent ce que l'on sait depuis plusieurs décennies (voire depuis près de deux siècles quand il s'agit du rôle des gaz à effet de serre) ; les benêts sont toujours en retard de quelque chose, d'une guerre, d'un combat, d'une information, de n'importe quoi, ils sont sans cesse à la ramasse.

L'excellent site Skeptical Science, devant lequel les climatosceptiques se pincent le nez de dégout tellement il leur rappelle ce qu'est la véritable science, quelque chose auquel ils ne sont pas habitués, nous fait un rappel salutaire de ce que savaient les pétroliers Exxon et Shell il y a longtemps déjà, dans un article repris du Guardian, autre excellent média que les mêmes climatosceptiques évitent comme la peste en changeant de trottoir sur leur chemin vers Fox News (comme Roy Spencer) ou The Mail on Sunday (tel Benoit Rittaud)

C'est assez stupéfiant mais l'auteur de l'article, un certain Benjamin Franta, un doctorant en histoire des sciences à l'Université de Stanford (donc a priori pas un petit rigolo) qui plus est se spécialisant en politiques climatiques et manipulations scientifiques (his research focuses on climate politics and the manipulation of science), ce qui nous le rend d'emblée plutôt sympathique, nous dégotte de derrière les fagots un document plutôt intéressant, à savoir un mémo au management d'Exxon écrit par M.B. Glaser, le Directeur des Programmes des Affaires Environnementales (Manager Environmental Affairs Programs)

En fait ce mémo est également consultable sur Wikipédia à l'entrée Exxon Mobil, en note n°23 à la suite de cette phrase :
En 1982, Les programmes sur les questions environnementales d'Exxon s'attendent à « des événements potentiellement catastrophiques » si l’utilisation des combustibles fossiles n’est pas réduite.
Le mémo est donc également consultable ici.

Ce qui est stupéfiant, comme je disais quelques lignes plus haut, ce sont les premières lignes du résumé qui nous disaient déjà tout :
Atmospheric monitoring programs show the level of carbon dioxide in the atmosphere has increased about 8% over the last twenty-five years and now stands at about 340 ppm. This observed increase is believed to be the continuation of a trend which began in the middle of the last century with the start of the Industrial Revolution. Fossil fuel combustion and the clearing of virgin forests (deforestation) are believed to be the primary anthropogenic contributors although the relative contribution of each is uncertain.
Les programmes de surveillance atmosphérique montrent que le niveau de dioxyde de carbone dans l'atmosphère a augmenté d'environ 8% au cours des 25 dernières années et se situe maintenant à environ 340 ppm. Cette augmentation observée est considérée comme la continuation d'une tendance qui a commencé au milieu du siècle dernier avec le début de la révolution industrielle. La combustion de combustibles fossiles et le défrichement des forêts vierges (déforestation) seraient les principaux facteurs anthropiques, bien que la contribution relative de chacun soit incertaine.
Nous pouvons dès à présent faire quelques remarques à la lecture de cette introduction ainsi que de tout le reste que je vous laisse découvrir (pour ceux qui le souhaitent vraiment) :
Glaser écrivait « 340 ppm » et non 0,03% comme le font certains désinformateurs patentés bien connus ;
Glaser spécifie bien que tout a commencé avec la Révolution Industrielle au milieu de 19ème siècle ;
Nous étions en 1982, soit six ans avant la création du GIEC en 1988, donc difficile de dire que c'est le GIEC « qui a tout inventé » ;
Glaser parle d « effet de serre » entre parenthèses, preuve qu'il ne nie pas la physique élémentaire et qu'il n'est pas dupe de la dénomination du phénomène, il sait parfaitement que l'atmosphère ne se comporte pas comme une serre de jardin ;
Glaser s'est servi de « modèles mathématiques » pour effectuer ce qu'il appelle ses « prédictions » ;
Glaser prévoir un doublement de la concentration de CO2 aux environs de 2090 ;
Il estime que la sensibilité climatique (augmentation de la température pour un doublement de la concentration en CO2) est comprise entre 1,3 et 3,1°C ;
Il calcule correctement que la hausse des températures sera bien plus forte aux pôles qu'à l'équateur (+10°C aux pôles contre quasiment zéro à l'équateur pour un doublement du CO2) ;
Il reconnait que dans le bas de la fourchette de hausse il pourrait y avoir des impacts positifs et négatifs sur l'agriculture ; par contre dans le haut de la fourchette les impacts seraient majoritairement néfastes (il parle de la fonte de l'Antarctique et de sa conséquence sur les inondations des zones côtières) en précisant toutefois que les effets se feraient sentir plusieurs siècles après avoir atteint 3°C de hausse ;
Cependant il prétend qu'il n'y a pas, en 1982 donc, de preuve « sans ambiguïté » (unambiguous) du réchauffement de la planète et estime que ce n'est pas avant 1995 qu'un tel réchauffement pourrait être détecté ;
Il va même jusqu'à estimer que ce n'est pas avant 2020 que l'empreinte du CO2 comme gaz à effet de serre pourrait être détectée ;
Il s'avance même à dire que ce n'est pas à moins de 1°C de hausse de température par rapport à 1982 que l'effet de serre produira de véritables effets sur le climat ;
Il pense que ce n'est qu'à partir de 2025 ou 2050 que les 1°C de plus par rapport à 1982 seront atteints ;
Il avertit cependant que des scientifiques pensent qu'à partir du moment où les effets du réchauffement climatique seront mesurables ils seront irréversibles et que nous ne pourrons pas faire grand chose pour corriger la situation dans le court-terme ;
Il informe sa hiérarchie que l'atténuation de l'effet de serre demanderait des efforts considérables pour...hum...réduire la combustion des combustibles fossiles…;
Et il termine son résumé par le cul-de-sac dans lequel l'humanité s'est fourrée en se rendant dépendante aux énergies fossiles (pour soi-disant assurer sa prospérité, ça c'est moi qui l'ajoute…)
Overall, the current outlook suggests potentially serious climate problems are not likely to occur until the late 21st century or perhaps beyond at projected energy demand rates. This should provide time to resolve uncertainties regarding the overall carbon cycle and the contribution of fossil fuel combustion as well as the roile of the oceans as a reservoir for both heat and carbon dioxide. It should also allow time to better define the effect of carbon dioxide and other infrared absorbing gases on surface climate. Making sihnificant changes in energy consumption patterns now to deal with this potential problem amid all the scientific uncertainties would be premature in view of the severe impact such moves could have on nthe world's economies and societies.
Globalement, les perspectives actuelles suggèrent que des problèmes climatiques potentiellement graves ne devraient pas se produire avant la fin du 21ème siècle ou peut-être au-delà avec les taux de demande énergétique prévus. Cela devrait donner le temps de résoudre les incertitudes concernant le cycle global du carbone et la contribution de la combustion des combustibles fossiles, ainsi que le rôle des océans en tant que réservoir de chaleur et de dioxyde de carbone. Cela devrait également permettre de mieux définir l'effet du dioxyde de carbone et d'autres gaz absorbant l'infrarouge sur le climat de surface. Il serait prématuré de procéder à des changements significatifs dans les modes de consommation d'énergie actuels pour faire face à ce problème potentiel, étant donné toutes les incertitudes scientifiques, compte tenu de l'impact grave que ces mesures pourraient avoir sur les économies et les sociétés du monde.
Ainsi soit on diminue nos émissions, et on se casse la figure économiquement, soit on continue sur notre lancée et on pourrit la vie de notre descendance (que ce soit d'ici 2100 ou plus tard peu importe, notre descendance va morfler)

Bien sûr il faut se replacer dans le contexte de l'année 1982, à l'époque la science climatique en était encore à ses balbutiements et c'est bien pour cela que le GIEC fut créé quelques années plus tard, afin de rassembler toute la littérature scientifique et en faire une synthèse ; depuis lors la connaissance a bien évolué et certains passages du mémo de Glaser font sourire (entre autres élucubrations, l'homme dans son immense génie trouvera la solution aux problèmes qu'il s'est lui-même créés, ce n'est donc pas la peine de se presser maintenant alors que la science est « incertaine »)

Les climatosceptiques critiquent les projections du GIEC, et je serais bien curieux de savoir ce qu'ils pensent de ce genre de « prédiction » sortie du mémo d'Exxon :





CROISSANCE DU CO2 ATMOSPHERIQUE ET AUGMENTATION DE LA TEMPERATURE GLOBALE MOYENNE EN FONCTION DU TEMPS

Donc en 2100 concentration du CO2 dépassant les 600ppm et température supérieure de plus de trois degrés par rapport à 1982, nous sommes loin des 2°C de la COP21 (sans parler des 1,5°...) par rapport à l'ère préindustrielle !

Plus tard, en 1988, c'est un rapport de Shell, « confidentiel », qui donnait des informations sur l'effet de serre (sans parenthèses cette fois-ci) ; là-aussi le résumé en dit long sur ce que les pétroliers savaient parfaitement à l'époque :



En réalité 1988 est l'année de publication, mais le rapport a en fait été finalisé deux ans auparavant, en avril 1986.

Ces deux rapports, bien entendu, furent soigneusement enterrés pendant de longues années ; celui de Shell fut découvert seulement en avril de cette année 2018 (voir insideclimatenews) et celui d'Exxon fuita en 2015 (voir theguardian)

Pour se venger, les climatosceptiques en sont réduits à ressortir régulièrement le fumeux climategate ou à en inventer d'autres, comme Tony Watts récemment, afin de tenter de « prouver » que les scientifiques truquent leurs données. Pathétique.


Chroniques du têtard mouillé


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
bas38
Comte

Masculin Date d'inscription : 20/03/2018
Messages : 392
Localisation : terre divine

Re: Exxon le disait déjà il y a 50 ans

Message par bas38 le Dim 23 Sep - 11:30

Chuut....

    La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 21:16