LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


22 Mai 1689 - Le corsaire Jean Bart et le Chevalier de Forbin s'échappent d'Angleterre

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 14339
Localisation : ici ou là

22 Mai 1689 - Le corsaire Jean Bart et le Chevalier de Forbin s'échappent d'Angleterre

Message par troubaa le Mer 23 Mai - 11:47



« Malgré les blessures nombreuses qu'ils avaient reçues et malgré leur captivité, les deux braves marins n'étaient point perdus pour la France. Ils usèrent bientôt d'adresse, gagnèrent tout d'abord un matelot d'Ostende qui leur procura une lime, à l'aide de laquelle ils scièrent peu à peu les barreaux de fer de leur fenêtre; ils réussirent à cacher leur opération jusqu'à ce que leurs blessures commençassent à se guérir.
Ayant ensuite mis dans leurs intérêts deux mousses qu'on leur avait donnés pour leur service, ils s'emparèrent par leur intermédiaire d'un canot norvégien dont le batelier était ivre-mort, descendirent une nuit par la fenêtre de la prison au moyen de leurs draps, et s'embarquèrent sur le petit canot avec autant d'assurance que si c'eût été un vaisseau amiral. Jean Bart maniait l'aviron aidé seulement des deux mousses ; Forbin ne le pouvait à cause de ses blessures encore saignantes. Ils traversèrent ainsi la rade de Plymouth, au milieu de vingt bâtiments qui criaient de tous côtés : « Où va la chaloupe? » et auxquels Jean Bart, qui avait l'avantage sur Forbin de savoir l'anglais, répondait fishermen, c'est-à-dire : pêcheurs !
Enfin, après avoir fait sur leur chétive embarcation soixante-quatre lieues dans la Manche, en moins de quarante-huit heures, ils prirent terre avec une inexprimable joie, à un village situé à six lieues de Saint-Malo, où ils apprirent que le bruit de leur mort était généralement répandu. »

Léon Guérin, Les marins illustres de la France.

Pour rappel, Jean Bart était un corsaire (d'origine néerlandaise) et le chevalier de Forbin un officier de marine, tout deux brillants marins de l'âge d'or français du XVII/XVIIIème siècle. Le premier s'est notamment distingué lors de la bataille du Texel, et le second à la bataille du cap Lizard



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

    La date/heure actuelle est Sam 20 Oct - 21:21