LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 7476
Localisation : France

Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par komyo le Dim 18 Fév - 11:07

C'est moi qui est rajouté nucléaire, cf ci-dessous l'article de Chris Hedge
C'est un poil de la fiction, mais sait on jamais..
Oui je sais on va dire que je suis catastrophiste, non juste prudent, comme dit attali nommer les choses et tenter d'y apporter une réponse permets d avantage de les éviter que le contraire.. quoique la pour les us si ca devient une dictature avec la première armée au monde (ils viennent encore de voter des crédits phénoménaux pour la "défense") ca risque d etre très chaud ! du coup, le Vénézuéla...


Spoiler:
Imaginez que vous êtes au début de 2019. Les Démocrates, bien qu’ils n’aient jamais élaboré d’autre programme politique que ne pas être Donald Trump et refuser de revenir sur les lois des Républicains comme la loi fiscale de 2017, ont repris la Chambre des représentants par une faible majorité. Ils votent des chefs d’accusation devant mener à une destitution. Les Républicains du Sénat, fortement incités par de nombreux membres de leur parti même, à abandonner Trump, à cause de son inaptitude, de sa conduite de plus en plus imprévisible et de sa corruption, demandent au Président de démissionner. Trump refuse. Il utilise le mégaphone que constitue sa fonction pour pousser à la violence sa petite base de fanatiques. On ordonne à l’armée, qui y est autorisée par l’article 1021 de la loi de National Defense Authorization, de se déployer comme une force de police dans les rues du pays pour mettre fin à l’agitation. Les États-Unis, une fois la violence étouffée, sont devenus de facto une dictature militaire.

Que des personnalités en vue comme Ralph Nader considèrent ce scénario comme plausible montre bien à quel point de déliquescence en sont arrivées les institutions démocratiques. Les deux grands partis politiques sont dépourvus d’une conception cohérente de leur rôle. Ils sont soumis au pouvoir du monde des affaires. Ils ont abandonné l’idée de l’intérêt général. Ils ont fait de la politique une farce. Ils ont dépouillé les citoyens de leur pouvoir. La presse, notamment la presse en ligne, a transformé l’actualité en une émission de télé-réalité grotesque qui regorge de futilités, de commérages et de conjectures. Les élites des deux partis profitent, avec les nantis et le monde des affaires, de leur cleptocratie sans fard. Tout est à vendre, depuis les terres domaniales jusqu’à l’instruction publique. Et la force du pouvoir destructeur des sociétés appauvrit le peuple tout en détruisant délibérément la façade d’un État démocratique bien creux.

« Il n’y a pas de démocratie », me déclare Nader au téléphone depuis le Connecticut. « Tout ce qui reste de la démocratie dans ce pays, c’est qu’on ne vous jette pas en prison quand vous dites ce que vous pensez. Ce qui reste de la démocratie, ce sont les droits de la défense, l’habeas corpus, la liberté de parole et la cause raisonnable. Et tout ça est bafoué quand il y a une attaque terroriste et qu’on fait des rafles chez les musulmans américains, par exemple. »

« Peut-on parler de démocratie quand il n’y a pas de profondes différences entre les candidats lors des élections ? » demande-t-il. « Non. Peut-on parler de démocratie quand quelqu’un qui arrive second gagne les élections ? Non. Peut-on parler de démocratie quand il est plus difficile d’être candidat que dans n’importe quel autre pays du monde ? Non. Peut-on parler de démocratie quand c’est l’argent qui dirige tout ? Et je parle non seulement de l’argent que collectent les hommes politiques, mais aussi de l’argent de tiers. Non. Peut-on parler de démocratie quand le peuple n’a aucune influence sur le budget de l’armée ? Non. Cette question ne fait pas l’objet de débats publics. On ratifie ce budget en séance plénière de la Chambre et du Sénat, mais pas dans le cadre du processus des crédits parlementaires. Les questions posées sont les plus indigentes, les plus pitoyables et les plus serviles qu’on puisse imaginer. Le Congrès a anéanti toute sorte de participation démocratique en ce qui concerne l’armée et la politique extérieure. Le Congrès est censé être investi de la souveraineté du peuple. Ils [les membres du Congrès] ne respectent pas la Constitution, et les pouvoirs de décision pour les déclarations de guerre. Ils ne respectent pas le processus d’affectation des crédits parlementaires. Ils font de moins en moins d’auditions publiques. Ils sont à l’abri dans leur cocon du Capitol Hill, soumis à la force d’attraction de l’argent, du militarisme et du matérialisme. Leurs intérêts personnels bloquent le peuple américain qui a beaucoup de mal à joindre son représentant du Congrès, [les appels étant dirigés vers une messagerie vocale]. C’est la toute dernière escroquerie. »

« Trump est en train de jouer à qui perd gagne avec les Démocrates », continue Nader. « C’est une cible tellement tentante : tous ces mensonges, cette stupidité, ces insultes, ce racisme, cette misogynie. Ils n’arrivent pas à résister et ainsi, ils s’affaiblissent eux-mêmes par leur manque de programme constructif. Ils parlent toujours de la façon dont ils peuvent arriver à entrer en relation avec le citoyen moyen. Vous vous rendez compte ? On est maintenant à la fin de 2017. Ils en sont encore à chercher un message. »

La cheffe de la minorité démocrate à la Chambre, Nancy Pelosi, remarque Nader, a adopté pour le parti le mantra « l’argent, le message, la mobilisation ». « Si on commence avec l’argent, quel genre de message va-t-on délivrer ? » demande-t-il, « Si on n’a pas de message, autour de quoi va-t-on mobiliser ? Alors voilà. Ils n’ont pas encore compris parce qu’ils ne comprendront jamais. Le parti sera toujours faible, mou, asservi et on cherchera toujours à collecter les mêmes dollars commerciaux tant que ceux qui ont déjà perdu quatre fois continueront à diriger le parti… Le pays se dirige tout droit vers l’abîme. »

Les Démocrates n’ont jamais réclamé un audit de l’énorme, de l’excessif budget militaire du Pentagone. Ils ne s’attaquent pas à la délinquance du monde des affaires, ils ne prônent pas la protection des consommateurs, ils ne donnent pas une impulsion aux droits des travailleurs et ils n’exigent pas non plus un salaire minimal décent ou la sécurité sociale pour tous. Et parce qu’ils ne représentent que les égards offerts par la politique de l’identité et une rhétorique libérale alambiquée, ils ont été incapables de protéger le pays de la pire génération du parti républicain de l’histoire du pays.

« Ils ne savent même pas comment on se fait entendre quand on parle de politique », déclare Nader, « Ils vous volent, mes chers compatriotes. Quelques patrons cupides contrôlent votre gouvernement au niveau national et au niveau local et ils anéantissent des zones entières en envoyant des industries à l’étranger dans des pays fascistes ou communistes. Ils n’ont aucune loyauté envers notre pays. Leurs seuls liens avec les communautés, c’est de les exploiter, de les abandonner. Ils sont arrivés au pouvoir sur votre dos, vous les travailleurs. Ils sont financés par Washington et les capitales des États, par vous les contribuables. Les Marines les ont sauvés quand ça chauffait pour eux qui copinaient avec les dictateurs et les monarques Pourquoi donc les laissez-vous vous diriger ? »

Selon Nader, les élites dirigeantes n’ont « plus peur du peuple », ce qui a conduit à « un gouvernement dictatorial aux multiples facettes, asservi à la classe ploutocratique symbolisée par Wall Street. »

Les sociétés profitent d’un nouveau code fiscal qui réduit les impôts des sociétés de 21 pour cent alors que les particuliers paient jusqu’ à 37 pour cent. On leur a ainsi conféré les droits constitutionnels des personnes alors que les personnes ont été dépouillées de leurs droits.

D’après Nader, « la Constitution est de plus en plus lettre morte. »

Les propriétaires des médias voient le département des actualités comme une source permanente de recettes. Ils sont les complices de Trump dans le Gong show (concours de talents) quotidien qu’on fait passer pour des actualités.

« Trump a conduit la presse de la vulgarité à l’obscénité » dit Nader. « Il a tiré quelques leçons de « The Apprentice ». Il s’est rendu compte que les médias, à quelques exceptions près, étaient prêts à faire n’importe quoi pour leur taux d’audience et leur argent. Que fait-il ? Il va toujours plus bas. Il commence par évoquer sans retenue le racisme, les violeurs et la sexualité, attrapez-les où vous voulez sans avoir de problèmes. Ils (les médias) se déchaînent. Ça a anéanti tous ses adversaires lors de la primaire républicaine, il les a mis KO jour après jour alors que la presse ne s’intéressait qu’au côté sexuel. La grossièreté, la brutalité. il y a toujours une nouvelle attaque. Il n’a pas cessé de les faire courir après lui. Un jour il attaque Marco Rubio, un autre il s’en prend à Hillary, un autre jour, à la famille d’un vétéran. »

« Quand sont étalés dans le New York Times sur deux pages, en petits caractères, les mensonges de Trump, quel impact cela a-t-il à moins qu’il n’y ait des remèdes et des mobilisations qui utilisent ces mensonges pour renforcer l’opposition qui cherche à le remplacer ? » demande Nader. « Après un moment, les gens se contentent de hausser les épaules et retournent jouer à leurs jeux vidéo. On peut attribuer la défaite des Démocrates par les Républicains à Rush Limbaugh, Sean Hannity, Michael Savage et toutes ces canailles. Ils soliloquent longuement, jour après jour, sans être contestés et c’est comme ça qu’ils ont eu les ouvriers. Quelle sorte de gens du centre gauche aurait laissé cela arriver ? En utilisant gratuitement nos ondes publiques, en plus. »

Nader craint que le peuple n’ait été si efficacement anesthésié par la culture de masse qu’il n’est pas impossible qu’il ne se révolte pas contre les élites. « Les États-Unis ont fabriqué une société dotée d’une capacité d’acceptation presque infinie de l’injustice, des abus et de la déchéance » dit Nader. « Il n’y a pas d’éducation civique dans les écoles. Ils ne savent pas ce qu’est la Constitution. Ils ne savent pas ce qu’est la responsabilité civile délictuelle. Ils ne savent pas où se trouve la mairie. Ils vivent maintenant dans une réalité virtuelle, tanguant entre leur télé grand écran et leur portable. Ils se vautrent dans les SMS. Dans une certaine mesure, ils sont passionnés par les rouages de Wall Street et de la Silicon Valley. C’est ça la jeune génération. Or ce sont les gens de 20 ans qui sont à l’origine des grands changements. Mais regardez ce que vous avez maintenant. Vous avez 10 ans de connexion internet, de portables à la disposition de tous les enfants. Premier élément. Le second, ce sont les émissions de divertissement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Le troisième, c’est la démission de la génération des personnes âgées. Elles ont abandonné, en quelque sorte. Elles ne connaissent pas les nouveaux gadgets. Elles ne connaissent pas le langage. Elles vivent dans l’insécurité économique. Elles ne transmettent aux jeunes aucune sorte d’expérience historique, avec son cortège d’avertissements à prendre au sérieux. Attention ! On ne pense pas que ça puisse arriver de nouveau, [mais] cela peut arriver encore et encore. Il n’y a pas de transmission verbale, orale, entre les générations. De moins en moins. Alors on a ce système politique qui fait sombrer la société. Où sont les gens qui pourraient se mobiliser ? Y a-t-il un syndicat fort, un mouvement de travailleurs ? Non. Un mouvement de consommateurs fort ? Non. Les gens sont en train de perdre leur droit au respect de la vie privée, ils sont en train de perdre leur possibilité d’utiliser une monnaie ayant cours légal. Le monde des affaires fait pression pour qu’on se débarrasse de l’argent liquide. Marx n’aurait jamais cru cela possible. Pourquoi veulent-ils se débarrasser de l’argent liquide ? Ils veulent incarcérer tout le monde dans un camp pénitentiaire encerclé par des paiements par mobile, par des cartes de crédit, par des cotes de solvabilité, par des dettes sans fin, par l’invasion de leur vie privée, par la possibilité d’évaluer les sanctions pécuniaires, les frais et les achats inutiles parce qu’ils contrôleront l’argent des gens. C’est la banque Wells Fargo. Wells Fargo s’en est tirée malgré trois millions de ventes forcées, sans l’autorisation des clients et à l’insu de ceux-ci, de cartes de crédit, de ventes d’assurance automobile, et en arrangeant leur cote de solvabilité. Certains ont perdu leur voiture et leur maison. Ils ont basculé dans la faillite. Personne n’a encore été poursuivi. »

L’effondrement de la profession juridique aggrave encore la déliquescence et ce problème est exacerbé par les juges incompétents d’extrême droite dont Trump remplit les tribunaux fédéraux et qui ont été choisis par des organisations comme la Federalist Society. Selon Nader, les tribunaux ont anéanti la liberté contractuelle et la loi de responsabilité civile délictuelle. Ils ont, à maintes reprises, annulé des droits constitutionnels, de façon arbitraire, en décidant, par exemple, que des donations sans limite à une campagne par des sociétés est une forme de liberté d’expression et de droit de pétition contre le gouvernement.

Wall Street et les grandes banques, renfloués en 2008, ont recommencé à se livrer aux jeux spéculatifs qui ont conduit à l’effondrement financier mondial. Et quand la prochaine catastrophe arrivera, les banques et Wall Street obtiendront des milliards de renflouement par le Trésor des États-Unis.

« Les banques font, en ce moment, d’énormes bénéfices », dit Nader. « Donc elles prennent de plus grands risques. Les dollars du consommateur se changent en bénéfices des sociétés qui sont maintenant transformés en rachat d’actions afin de correspondre aux critères exigés pour une indemnisation plus élevée même si c’est contre les intérêts de leur propre société. »

« De 2005 à 2014, on avait 3,9 billions de dollars de rachats d’actions, 50 % de tous les bénéfices nets des sociétés », dit-il. « 50% des 500 sociétés les plus importantes ont fait des bénéfices ces dix dernières années avec les rachats de leurs actions. Non pour augmenter les salaires ni pour consolider les plans de retraite, ni pour les dividendes, ni pour la recherche, ni pour le capital productif ni pour la création d’emplois.L’histoire jamais dévoilée ou si peu de l’économie américaine d’aujourd’hui. Avec tout cet argent qui revient de l’étranger et des sociétés, ils projettent de racheter encore davantage d’actions. C’est comme si on brûlait de l’argent. »

« Ainsi Walmart, au lieu d’augmenter les salaires de la masse de ses salariés sous-payés a-t-il racheté des actions pour 65 milliards de dollars, ces sept dernières années », dit Nader. « Si on prend un million des travailleurs de Walmart et qu’on leur donne mille dollars de plus chaque année, ça fait un milliard. Multipliez ça par 60 ou 70. »

Cette spéculation, qui est en train de ruiner l’économie du pays, va continuer, selon Nader, jusqu’à ce que le système financier s’effondre et que les États-Unis fassent défaut sur leurs obligations.

Ce qui le préoccupe, c’est que tant que « 10 à 15 % des Américains feront partie des gens aisés », les élites trouveront toujours assez de soutien pour continuer leurs attaques.

« Dans des sociétés, la majorité a été bridée par une minorité de membres des classes supérieures bien établies », dit-il. « Ce que nous oublions, c’est l’Europe du 18ème, du 19ème et du 20ème siècle. Une clique minuscule contrôlait tout. Quand il y a un problème, le pays bascule dans la dictature. Aussi longtemps que les classes aisées ne sont pas touchées, le système de contrôle est verrouillé, comme des engrenages de liaison. »

« La corruption n’a pas de fin », dit-il. « Nous sommes une société de joueurs. Nous ne bâtissons pas l’avenir. Il y a des casinos partout, des jeux de hasard vidéo. On vous incite à jouer à des jeux de hasard sur votre portable. On milite pour que les paris sportifs soient légalisés. Puis il y a aussi le cannabis. Tous les jours, il y a des articles à propos de la légalisation du cannabis. Que va-t-il se passer ? C’est déjà un fameux business. Le bazar. On n’évoque pas du tout dans ces articles la légalisation du chanvre industriel et c’est pourtant une industrie qui pourrait se révéler d’une grande importance pour le pays. Tous les agriculteurs en ont envie de cette légalisation, comme les papeteries industrielles, d’ailleurs. Et le chanvre industriel est toujours sur la liste des substances prohibées du Bureau des stupéfiants, le DEA. Ce sont le sénateur Rand Paul et le leader de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell qui sont en faveur de la légalisation du chanvre, ce ne sont pas les Démocrates du Congrès. »

D’après Nader, la résistance doit être locale. Nous devons d’abord nous organiser pour faire revenir à nous les communautés qui nous soutenaient, dit-il. Ce sont des organisations de la base qui doivent présenter des candidats au Congrès et elles doivent utiliser le pouvoir du nombre pour venir à bout des médias mainstream et de l’argent des sociétés. On peut, bien sûr, s’attendre à ce que l’État soumis au monde des affaires essaie d’étouffer notre message.

« Le salaire de subsistance décent, les impôts, le système de santé pour tous, toutes ces mesures ont le soutien d’au minimum 70 % des citoyens », dit Nader en dressant le catalogue des questions des campagnes électorales. « 90% des citoyens sont en faveur du démantèlement des grandes banques. Même pourcentage pour la répression de la délinquance du monde des affaires. Les gens ont besoin de voir concrètement la nature de la délinquance du monde des affaires. C’est ce qui arrive à votre crédit. C’est ce qui arrive à votre maison. C’est ce qui arrive à votre emploi. C’est ce qui vous arrive quand vous avez un cancer. C’est ce qui se passe à l’hôpital. C’est ce qui se passe quand on vous refuse une assurance santé et que vous ne pouvez pas couvrir vos enfants. C’est assez dingue de ne pas pouvoir tenir ce genre de discours à une nombreuse assistance. »

Nader nous met en garde, la cupidité de l’État soumis au monde des affaires ne nous prépare pas aux ravages du changement climatique. Et le temps que les élites réagissent, il sera sans doute trop tard.

« C’est une course », dit Nader. « Quand Miami aura été inondé, surtout Fisher Island, peut-être que les super riches vont retrouver leur bon sens. Le problème avec l’énergie solaire, c’est qu’on a besoin d’un réseau. Les panneaux solaires, c’est parfait, mais si on veut avoir de l’électricité solaire, on a besoin d’un réseau d’un type différent, ce qui exige des investissements d’infrastructure. »

« La justice a besoin d’argent », conclut-il en demandant aux élites éclairées de donner un milliard de dollars pour financer des mouvements de résistance sans lien avec le Parti démocrate. « Le mouvement d’abolition de l’esclavage a eu besoin d’argent. Le mouvement des suffragettes a eu besoin d’argent. Cet argent est venu des gens riches. Pour le mouvement des droits civiques, la famille Curry, la famille Stern. Au début des années 50 et 60. Les mouvements écologistes ont reçu l’argent des riches. N’attendez pas le Parti démocrate. Le Parti démocrate est un instrument. Dans un premier temps, vous devez l’utiliser et le contrôler. Dans un troisième temps, quand vous êtes mobilisé, vous pouvez le laisser de côté. C’est un dispositif creux qui appartient à un duopole. Mais il est là. Ces partis sont très vulnérables. Ce sont des coquilles qui reposent sur l’argent et des publicités télévisées qui n’intéressent à personne. Une radio irréfutablement de droite. On peut triompher de tout ceci quartier par quartier, mais il faut de l’argent. Les bourses du travail sont inoccupées. Les salles pour les vétérans sont inoccupées. les bibliothèques sont inoccupées. Il y a beaucoup d’endroits où se rassembler. En outre, on peut aussi louer de nombreux magasins vides. »

Source : Truthdig, Chris Hedges, 31-12-2017


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 12175
Localisation : ici ou là

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par troubaa le Dim 18 Fév - 22:19

[quote="komyo"]
Oui je sais on va dire que je suis catastrophiste, /quote]
non tu crois Laughing Laughing Laughing

En tout cas je te remercie d'avoir alimenter mon #apocalypse


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 7476
Localisation : France

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par komyo le Lun 19 Fév - 9:06

Voir pour prévoir afin de pouvoir, disait les.... positivistes !

Mais on peut aussi marcher au bord du gouffre et faire un grand bond en avant, What a Face
les italiens ont fait ca en 25, j'imagine que ceux qui critiquaient le nouveaux régime
étaient catastrophiques, on a vu le résultat... et ailleurs...aussi !


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8328
Localisation : Dijon

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par gaston21 le Lun 19 Fév - 9:58

La volonté affichée de Trump d'élaborer des bombes nucléaires miniature prouve à l'évidence qu'il n'hésiterait pas à s'en servir. Et ce serait l'Apocalypse, car le feu nucléaire se répandrait immédiatement. Trump est "fou à lier"! Et l'Europe là-dedans? Une bique soumise qui n'a même pas le courage de bêler!
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8328
Localisation : Dijon

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par gaston21 le Mer 21 Fév - 17:04

Qui veut la guerre? Et quelle Europe avons-nous? Une Europe servile, à genoux devant les USA! On invente des agresseurs pour faire marcher le trafic d'armes!

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/guerre-democratie-dictature-201723
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 12175
Localisation : ici ou là

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par troubaa le Mer 21 Fév - 17:15

d'ailleurs on le voit en syrie la bon hassad, héritier du trone, soutenue par les russes est un humaniste comme gaston....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8328
Localisation : Dijon

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par gaston21 le Mer 21 Fév - 17:26

Troubaa, tu réponds à côté! Reprends les causes véritables de la guerre en Syrie! La même odeur qu'au Texas avec ses derricks!
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 12175
Localisation : ici ou là

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par troubaa le Mer 21 Fév - 17:37


La cause véritable ?
La famille Assad au pouvoir depuis 2 générations.
Des bouchers. Des massacreurs de peuple. Le père comme le fils.
Soutenu par qui ? les ricians non les russes.

Tu vois chacun peut trouver une cause "véritable". Encore aujourd'hui assad fait preuve de sa cruauté sans fin. Mais cela ne te soucie guère il est soutenu par poutine l'anti américain alors cela te va très bien...

on connait ton humanisme à géométrie très variable.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 10517
Localisation : Enfant du Monde

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par Dédé 95 le Mer 21 Fév - 18:37

Il est vrai que pour certain la guerre de 39 c'est parcequ'Hitler avait des moustache et n'aimaient ni les juifs ni les bolchevique!

Alors si les américains et Assad se battent contre EL....
Ah bah non,
si les américains combattent en Syrie c'est pour combattre Assad!
L'EL, qui leur fourni des armes? Et qui les finance (entre autre) ,...Lafarg et Holcime en France!

Dédé, tu sais très bien que le pétrole n'a rien à voir là dedans et encore moins la fourniture de gaz russe à l'Europe.
- Je croyais!

Questions de Géopolitique:

Qui à emprisonné à Abou Ghraib les dirigeant du parti Baas qui s'opposaient à Assad au sein de ce parti, et pourquoi eux et pas la fraction militaire dont une partie à créé EL?
Qui as armé les religieux Talibans en Afghanistan, contre les russes?
Qui fourni des armes nucléaires à Israel?
Qui fourni les armes moderne à l'AS pour pilonner les populations du Yémen?


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 7476
Localisation : France

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par komyo le Mer 21 Fév - 20:18

troubaa a écrit:
La cause véritable ?
La famille Assad au pouvoir depuis 2 générations.
Des bouchers. Des massacreurs de  peuple. Le père comme le fils.
Soutenu par qui ? les ricians non les russes.

Tu vois chacun peut trouver une cause "véritable". Encore aujourd'hui assad fait preuve de sa cruauté sans fin. Mais cela ne te soucie guère il est soutenu par poutine l'anti américain alors cela te va très bien...

on connait ton humanisme à géométrie très variable.


Et les coupeurs de femmes pour crime de sorcellerie et autres flagelleurs d'homosexuels, ca fait combien d'année que l'occident les entretiens sur le dos de leurs peuples...
Et après ça on a droit a des cours d'humanisme... quelle hypocrisie... Evil or Very Mad








_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 12175
Localisation : ici ou là

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par troubaa le Mer 21 Fév - 20:19

un point godwin pour dédé ! un !

ha dédé et la réécriture de l'histoire tout un roman.
Et dire qu'il se croit expert en géopolitique.

Voyons comme les massacreurs de peuple de pere en fils font parti du parti baass et sont soutenus par l'ange poutine, c'est des gens bien.

Avez vous lu "nos grands humanistes de gauche" du forum versé une larme sur les civil tués par l'armée d'assad. Rien. Sec.

Ils en sont même à dire qu'un dirigeant n'est pas responsable de la guerre civile dans son pays. Quoi il tire sur les manifestants, gaz son peuple; rase des hôpitaux se fait envahir pas des extrémites parce qu'il a mis son pays en feu.... Mais ils le soutiennent toujours et disent en cœur "c'est la faute des américains".

si vous avez envie de passer pour des cons c'est votre choix. Mais bon vous n’êtes pas obligés quand meme...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 7476
Localisation : France

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par komyo le Mer 21 Fév - 20:20

sur les 5 états voyous !

Merci de dévoiler les projets de ces cinq États-voyous – dont la France fait partie, hélas…
C’est consternant. Lundi, le placide et modéré Sergueï Lavrov a exigé la fermeture d’une base américaine en Syrie, qui permet aux djihadistes de reconstituer leurs forces. Rappelons que la “présence américaine en Syrie” est PARFAITEMENT ILLÉGALE, comme l’étaient l’agression et l’occupation américaine en Irak.

Et là, il y a en face les Russes et les Iraniens, sans compter des Turcs qui se détachent de l’Empire, et un Netanyahu tenté par la fuite en avant pour échapper à une inculpation.

Concernant l’OTAN, ce machin-truc qui ne s’est pas dissous contrairement au Kominform et au pacte de Varsovie, et qui a deux guerres à son passif (Serbie et Libye), George Kennan nous avait prévenus il y a vingt ans : son extension vers l’Est serait « une erreur tragique ».
http://www.nytimes.com/1998/05/02/opinion/foreign-affairs-now-a-word-from-x.html

Tout est réuni pour que ça dérape, définitivement. Si une Troisième Guerre mondiale éclate, nous autres Occidentaux l’aurons amplement méritée.



Spoiler:
Conférence sur la sécurité – Munich, 17 février.

Dans un anglais quelque peu familier mais précis, Benjamin Norman – diplomate en charge du dossier Proche et Moyen Orient à l’ambassade de Grande Bretagne à Washington – rend compte dans un Télégramme diplomatique confidentiel (TD)1 du 12 janvier 2018 de la première réunion du « Petit groupe américain sur la Syrie » (Etats-Unis, Grande Bretagne, France, Arabie saoudite et Jordanie), qui s’est tenue à Washington le 11 janvier 2018.

Dans ce TD de cinq pages, il dévoile le détail de la « stratégie occidentale » en Syrie : partition du pays, sabotage de Sotchi, cadrage de la Turquie et instructions adressées au représentant spécial de l’ONU Staffan de Mistura qui dirige les négociations de Genève. Un Non Paper (de 8 pages) accompagne ce TD en prévision de la deuxième réunion du « Petit Groupe ». Celle-ci s’est tenue à Paris le 23 janvier dernier, essentiellement consacrée à l’usage des armes chimiques et aux « consignes » adressées par le « Petit Groupe américain » à Staffan de Mistura.

Assistaient à cette réunion du 11 janvier à Washington Hugh Cleary (chef du Département Proche et Moyen-Orient du Foreign Office) ; Jérôme Bonnafont (directeur ANMO/Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d’Orsay) ; David Satterfield (Secrétaire d’Etat-adjoint américain chargé du Moyen-Orient) ; le Jordanien Nawaf Tell et le saoudien Jamal al-Aqeel. L’Américain a ouvert la séance en précisant qu’une deuxième réunion aurait lieu à Paris le 23 janvier.

David Satterfield a confirmé que le président Trump avait décidé de maintenir une importante présence militaire américaine en Syrie, malgré la victoire remportée contre l’« Organisation Etat islamique » (Dae’ch) ; le coût de ce maintien étant fixé à quatre milliards de dollars annuels. Il a précisé que cette présence militaire américaine devait prévenir toute résurgence de Dae’ch, mais surtout empêcher les « Iraniens de s’installer durablement et de s’imposer dans la recherche d’une solution politique ». En troisième lieu, il a insisté sur le fait que la première réunion du « Petit Groupe » devait aussi apporter un « appui matériel et politique important à Staffan de Mistura pour « consolider le processus de Genève ». L’ensemble des participants a accueilli très positivement cette mise au point afin de « réaliser des progrès substantiels en Syrie durant l’année 2018 » et de « répondre à la propagande d’une victoire russe ». Ensuite, les participants ont insisté sur le « désir russe d’aboutir à une solution politique » qu’il s’agissait d’utiliser pour rendre « plus opérationnels » les objectifs du « Petit Groupe ».

CONSOLIDER LE PROCESSUS DE GENEVE

Les Etats-Unis ont noté qu’ils ne participeraient plus aux réunions d’Astana, ayant réduit « leur participation à un niveau très bas, pour souligner leur engagement envers Genève » ; en des termes définitifs, il est décidé de « tirer un trait conceptuel sur Astana pour revenir à Genève ». Ils ont ensuite estimé que jusqu’à maintenant « Genève restait un échec, malgré les efforts de Staffan de Mistura ». Ils se sont montrés très prudents quant à l’inclusion du cessez-le-feu dans les discussions de Genève : « la vérité étant que nous n’avons tout simplement pas la capacité d’empêcher le régime de grignoter les poches de l’opposition restantes à Idlib et à l’Est de la Ghouta ».

Le TD fait état de grands progrès « réalisés par l’opposition au cours des derniers mois », en soulignant qu’elle « devra encore faire preuve d’une plus grande souplesse pour s’assurer que le Régime ne quitterait pas Genève (…) alors que les Américains n’apportent aucun soutien à l’hypothèse d’un gouvernement de transition tel que le prévoit la résolution 2254 (du Conseil de sécurité des Nations unies) ». Le texte ajoute qu’il « serait tout de même utile que l’opposition puisse cesser d’agiter cette hypothèse à tout bout de champ… » Il a été aussi convenu que « l’opposition devait faire preuve de plus de flexibilité et arrêter d’agiter l’épouvantail d’un gouvernement de transition », les Américains ajoutant que, sans changer d’objectif final quant à la partition de la Syrie et au départ de Bachar al-Assad, il fallait d’abord « rester en mouvement en procédant à « une manipulation prudente » de l’opposition.

Le représentant français – Jérôme Bonnafont – a posé le problème d’une éventuelle participation de Bachar al-Assad à de futures élections. David Satterfield a répondu que « l’objectif était de créer les conditions et des institutions qui permettraient des élections qu’Assad ne pourrait pas gagner ». Satterfield a ajouté « qu’il n’y avait pas de raison ‘flagrante’ pour empêcher Assad d’être candidat ». Dans ces conditions, il s’agissait surtout de tester les intentions de la Russie, notamment pour qu’elle arrive « à ce que le Régime soit amené à discuter d’une nouvelle Constitution, d’élections libres sous le contrôle des Nations unies et de la création d’un environnement susceptible de favoriser ces deux processus ». Accord sans restriction de tous les membres de la réunion du « Petit Groupe » pour « ne plus se satisfaire des propos mielleux de Lavrov, afin de mettre Moscou sous pression ». Pour Satterfield, il s’agit d’amener les Russes à lâcher Assad, « à travers des réunions du Conseil de sécurité et une large campagne de communication publique », estimant que la ré-élection annoncée de Vladimir Poutine fragilisait positivement la position russe…

SABOTER ET INSTRUMENTALISER SOTCHI

L’une des conclusions de cette première réunion du « Petit Groupe » est parfaitement claire : « revigorer Genève pour que Sotchi devienne hors de propos » ; la France réclamant plus de « transparence sur la position russe ». Mais il s’agit encore de ne pas s’opposer « frontalement » à Sotchi « présentant l’avantage de rassembler une part non négligeable de la société civile syrienne », pour en ramener les « apports les plus positifs à Genève, afin de renouveler et relancer ce format de Genève ».

Les Saoudiens ont mis en garde contre un « risque de fragmentation des différents groupes de l’opposition et demandé de l’aide afin de maintenir la cohésion de celle-ci ». Satterfield a rétorqué que leurs représentants devraient « s’engager davantage dans la recherche d’une solution politique plutôt que de profiter de salaires mirifiques et de longs séjours dans des hôtels agréables ». La France a appuyé cette remarque en insistant sur « la communication ». A cet égard, le TD britannique dresse le commentaire suivant : « malheureusement, la Cinquième République française n’a pas vocation à financer cet effort », les représentants britanniques rappelant « que la communication de l’opposition a été financée en premier lieu par… le Royaume-Uni ».

David Satterfield a, ensuite, expliqué que l’opposition turque aux « Unités de protection du peuple kurde (YPG) » empêchait les Kurdes de participer à Genève. Tout en comprenant la position d’Ankara, il a souligné « qu’on ne pouvait pas ignorer un groupe qui contrôlait le tiers de la Syrie (SIC) et qui avait pris la plus grande part à la lutte contre Dae’ch ». Il a expliqué que « les Américains cherchaient à établir un leadership multi-ethnique au nord-est de la Syrie afin de diluer l’hégémonie de l’ YPG ». Par contre, il s’agissait d’imposer les FDS (Forces démocratiques syriennes, majoritairement kurdes et sous contrôle américain) dans le processus de Genève.

Commentaire de l’auteur du TD : « je comprends que les Etats-Unis vont nommer William (Bill) Roebuck, leur ex-ambassadeur à Bahreïn, comme représentant spécial des FDS. Je vais suivre, mais cela vaut la peine de rappeler – selon les discussions séparées que nous avons eues, par exemple avec Fiona Hill – que les relations entre les Etats-Unis et la Turquie sont déjà mauvaises et ne risquent pas de s’améliorer. Par conséquent, les Américains ne sont pas les mieux placés pour faire – en solo – le gros boulot avec les FDS et Ankara ». L’objectif est clairement défini : « amener Staffan de Mistura à accepter à Genève une structure tripartite incorporant l’opposition, Assad et les FDS ».

Du reste, le secrétaire d’Etat adjoint indique qu’un « Non-Paper – Reviving the Syrian Political Track in Geneva– sera communiqué à Staffan de Mistura avant la réunion du 23 janvier à Paris, « afin de mettre les Russes au pied du mur ». Ce document comporte : « une Feuille de route politique, les éléments d’une réforme constitutionnelle, la structure onusienne de supervision des élections et les directives pour l’établissement d’un environnement pacifié ».

Pour leur part, les Jordaniens ont qualifié la session du « Petit Groupe » de « la réunion publique la plus secrète de tous les temps ». Et l’auteur du TD de conclure : « nous devons, pour le moment, garder un groupe constitué uniquement des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, de la France, de l’Arabie saoudite et de la Jordanie. Les prochains à être invités devraient être l’Egypte et l’Allemagne (pour qui nous avons plaidé). La Turquie devrait également joindre le groupe, mais la discussion avec elle risque d’être empoisonnée par les Kurdes, ce qui rendra plus difficile la neutralisation d’Astana. Il n’y a donc pas urgence à intégrer ces trois derniers pays ».

COMMENTAIRES BELLICISTES

Les commentaires en conclusion de ce TD sont fort éloquents en ce qui concerne l’avenir de la stratégie occidentale en Syrie. Les trois conclusions essentielles soulignent « une vraie réaffirmation du leadership des Etats-Unis dans les coulisses… ». La deuxième perspective consiste à « maintenir la pression sur la Russie, même si celle-ci ne parvient pas à convaincre Moscou de lâcher le régime comme nous l’espérions ». Sur ce plan, « nous devons continuer – ce que nous faisons déjà – à dénoncer l’horrible situation humanitaire ainsi que la complicité russe dans la campagne de bombardements de cibles civiles ». Enfin, conclut l’auteur du TD, « les Américains m’ont dit combien ils avaient apprécié notre contribution et notre soutien ces derniers mois alors qu’ils étaient en train de finaliser leur stratégie ».

XXX
Voilà qui n’augure pas d’une prochaine sortie de crise en Syrie dans un contexte marquée par quatre évolutions majeures des plus préoccupantes. 1) Les Etats-Unis ont décidé de renforcer et de diversifier leur posture nucléaire. Le Pentagone vient d’annoncer qu’il va développer des armes nucléaires tactiques miniaturisées « pour s’adapter aux nouvelles menaces internationales ». Le président iranien Hassan Rohani a répondu : « comment quelqu’un peut-il parler de paix mondiale et en même temps annoncer qu’il développe de nouvelles armes nucléaires destinées à ses principaux ennemis ? »

2) Les ministres de la Défense de l’OTAN se sont entendus les 14 et 15 février derniers à Bruxelles sur les grandes lignes d’une nouvelle refonte des structures de commandement de l’Alliance Atlantique. Cette « adaptation – la plus grande depuis la fin de la Guerre froide », selon le secrétaire général Jens Stoltenberg, est proposée par les militaires américains. Elle vise à rendre l’Alliance plus efficace en cas de crise de haute intensité. En clair, il s’agit de « mieux dissuader et répondre aux nouvelles menaces venant de certains Etats, au premier rang desquels la Russie ».

3) Aux lendemains de la destruction d’un chasseur israélien dans l’espace aérien syrien et, alors que la police israélienne demande l’inculpation du premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, Tel-Aviv accuse l’Iran de s’implanter en Syrie et menace de multiplier ses opérations militaires. Ce n’est pas la première fois que le premier ministre israélien – qui refuse de démissionner – utilise les regains de tension régionale pour consolider son pouvoir personnel et son alliance avec l’extrême-droite du pays.

4) Enfin, le soutien militaire de Washington aux Kurdes de Syrie continue à provoquer l’Ire d’Ankara. La crise de confiance est consommée et l’axe turco-américain est au bord de la rupture. Deuxième contingent de l’OTAN, l’armée turque a dû accompagner le tournant conservateur et anti-occidental après le putsch raté de juillet 2016. Mission vient d’être donnée à un général aux tendances conservatrices et islamistes de restructurer l’armée turque dégarnie par les purges.

En définitive, le TD britannique reflète parfaitement la stratégie occidentale en Syrie : saboter les efforts de paix de Sotchi, ajouter deux nouvelles guerres à la crise syrienne : celle des Turcs contre les Kurdes et celles des Israéliens contre l’Iran et le Hezbollah libanais. « Les Américains n’ont jamais admis leur défaite militaire en Syrie et ne veulent pas lâcher le morceau et surtout leur objectif stratégique principal », commente un haut diplomate français, « celui d’un démantèlement de la Syrie, du type de celui qui a été conduit en Irak et en Libye. Leur volonté est d’armer les Kurdes pour contrôler les régions pétrolières de l’Est syrien afin de pouvoir peser sur la reconstruction politique et économique du pays ». La paix n’est donc pas pour demain.

Richard Labévière


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 10517
Localisation : Enfant du Monde

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par Dédé 95 le Mer 21 Fév - 20:34

troubaa a écrit:un point godwin pour dédé ! un !

ha dédé et la réécriture de l'histoire tout un roman.
Et dire qu'il se croit expert en géopolitique.

Voyons comme les massacreurs de peuple de pere en fils font parti du parti baass et sont soutenus par l'ange poutine, c'est des gens bien.

Avez vous lu  "nos grands humanistes de gauche" du forum versé une larme sur les civil tués par l'armée d'assad. Rien. Sec.

Ils en sont même à dire qu'un dirigeant n'est pas responsable de la guerre civile dans son pays. Quoi il tire sur les manifestants, gaz son peuple; rase des hôpitaux se fait envahir pas des extrémites parce qu'il a mis son pays en feu.... Mais ils le soutiennent toujours et disent en cœur "c'est la faute des américains".

si vous avez envie de passer pour des cons c'est votre choix. Mais bon vous n’êtes pas obligés quand meme...
Point Godwin ? On vois que là aussi tu ne sais pas ce que ça signifie! C'est vrai que pour un admirateur des grands représentants libéraux des années 30, complices et soutiens des Nazis contre les bolcheviques, chut il ne faut pas trop parlé de cette période là!

Quand à Assad il est certain que tu préfèrerais les prisons de Guantanamo, rappelle nous qui était avant la famille Assad et surtout qui étaient Michel Aflak et Salah Jedid, pouah un socialiste et arabe de surcroit, remarque maintenant je te comprend!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 12175
Localisation : ici ou là

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par troubaa le Mer 21 Fév - 21:09

Arrete de délirer dédé,va prendre ta pilule et au lit..
Allez hop zou tu as dit assez de connerie pour aujourd'hui.
Ton quota est atteint
I love you


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 10517
Localisation : Enfant du Monde

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par Dédé 95 le Mer 21 Fév - 21:16

Alors ? Michel Aflak et Salah Jedid ?
Tu as toute la nuit pour faire des cauchemars.....à demain Fight


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 7476
Localisation : France

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par komyo le Ven 23 Fév - 10:11

bon on le savait déjà, et je ne serai pas surpris qu'on apprenne après notre mort que des gens comme Sarkozy, hollande, macron ou d'autres
étaient des poulains de l'oncle Sam ! Rolling Eyes

https://www.les-crises.fr/no-news-quand-un-ancien-directeur-de-la-cia-confirme-que-les-etats-unis-interferent-dans-les-elections-etrangeres/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 85
Messages : 8328
Localisation : Dijon

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par gaston21 le Ven 23 Fév - 17:04

Les JO d'hiver laissaient espérer un relâchement des tensions entre les deux Corées; les deux Corées avaient donné des signes clairs d'apaisement. Ces jeux ne sont même pas terminés que les USA soufflent à nouveau sur le brasier! Les USA veulent la guerre! Il ne peut plus y avoir aucun doute! Et l'Europe là-dedans? Servile, à genoux! La catastrophe est pourtant à nos portes!

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/23/washington-va-infliger-de-nouvelles-sanctions-a-pyongyang_5261669_3210.html
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 75
Messages : 10517
Localisation : Enfant du Monde

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par Dédé 95 le Ven 2 Mar - 18:29

En 1910, le pays impérialiste dominant, l’Angleterre, était battu en brèche par les puissances économiques montantes. Aujourd’hui, c’est au tour des USA de voir sa suprématie économique remise en cause, principalement par la Chine. Si la Grande-Bretagne avait renoncé à être la puissance dominante, en se plaçant sous la « protection » des Etats-Unis. Ce scénario n’est pas de mise dans les relations futures entre les USA et la Chine, alliée à la Russie. Reste alors deux possibilités, celle d’un renouveau économique des USA sur une base protectionniste, tel qu’il est envisagé par une partie des Républicains, ou une conflictualité militaire de plus en plus ouverte, option qui semble être portée par le parti démocrate.

Impérialisme vs ultra-impérialisme.

Ainsi, la lutte, qui vient d’avoir lieu entre une partie des Républicains et les Démocrates, peut être lue comme un conflit opposant l’impérialisme étasunien et le super-impérialisme US. Dès lors les concepts, développés, au début du 20ième siècle, de par l’opposition entre Lénine et Kautsky, trouvent une nouvelle actualité. Kautsky considérait qu’à la guerre de 14-18 pourrait succéder une période, de développement du système capitaliste, caractérisée par le dépassement des contradictions entres les Etats et les différents groupes impérialistes, une période qu’il caractérise comme « ultra-impérialiste ». Il considérait que « de la guerre mondiale entre les grandes puissances impérialistes peut naître une alliance entre les plus grandes puissances qui mettra fin à la course aux armements [7]. » L’histoire s’est chargée de démentir cette thèse. Les conflits n’ont jamais cessés et une deuxième guerre mondiale a eu lieu. Depuis, un équilibre des forces entre deux super-puissances, les USA et l’URSS, a cependant empêché une montée aux extrêmes des différentes formes de guerre les impliquant. Cet équilibre va perdurer jusqu’au début des années 90. Depuis, suite à l’effondrement de l’URSS et l’état de sous-développement de la Chine, les USA ont été pendant vingt ans l’unique superpuissance, un super-impérialisme qui organisait et détruisait le monde selon ses intérêts. L’émergence de la Chine et la reconstitution de la Russie ont brisé la toute puissance économique et militaire US. La dernière guerre en Syrie est exemplative du cran d’arrêt mis au déferlement de la puissance militaire étasunienne.

En désindustrialisant le pays, le super-impérialisme étasunien a également affaibli la puissance des USA en tant que nation. Le projet initial de l’administration Trump était de procéder à une reconstruction économique. Les discours du nouveau Président sur une sortie de l’OTAN, une réduction des interventions militaires américaines à l’étranger, ainsi que son opposition à une nouvelle guerre froide avec la Russie rencontrent également cet objectif brisé par la victoire démocrate. La conséquence de leur succès est que si les USA renoncent à se développer, le seul objectif reste d’empêcher, par tous les moyens, les concurrents et adversaires de le faire.


Jean-Claude Paye

C'était avant que TRump annonce sa lutte contre les économies européennes et chinoises!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: Les états unis pourraient ils devenir une dictature nucléaire

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 24 Avr - 0:57