LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Jeu 17 Aoû - 14:33

"Pas les bienvenus": quand la "tourismophobie" gagne des destinations européennes

"Vous n'êtes pas les bienvenus" : à Barcelone et dans d'autres destinations touristiques européennes, le flot de touristes commence à susciter l'hostilité d'habitants décidés à reconquérir leurs villes.

Newsletter info
Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.
Recevoir
Des romantiques canaux de Venise aux remparts de Dubrovnik, en passant par l'île écossaise de Skye, les touristes sont devenus un cauchemar pour certains riverains malgré la manne financière qu'ils apportent.

Dans le quartier côtier de la Barceloneta, les habitants protestent depuis des années contre les nuisances: ivresse, rapports sexuels en pleine rue... Et dorénavant, l'envolée des loyers en oblige même certains à partir.

"Tourismophobie"
"Plus jamais un été comme celui-ci", "Pas de touristes dans nos immeubles", "Vous n'êtes pas les bienvenus", lisait-on samedi sur des pancartes lors d'une manifestation d'habitants sur la plage habituellement bondée de touristes.

De telles actions, qualifiées par la presse de "tourismophobie", détonnent en Espagne, troisième destination touristique mondiale, d'autant plus prisée que les vacanciers évitent l'instabilité en Tunisie, en Égypte ou en Turquie.

Une organisation d'extrême gauche a même arrêté un bus de touristes à Barcelone au début du mois pour enduire son pare-brise de peinture, et à Palma de Majorque, aux îles Baléares, manifesté sur le port avec des fumigènes, déployant une banderolle: "Le tourisme tue Majorque".

Cet archipel très prisé vient de limiter à 623 000 le nombre de logements touristiques et entend encore réduire peu à peu ce chiffre dans les prochaines années à 500 000.

"La base de l'économie, la base du travail et de tout, c'est le tourisme, a reconnu Arturo Monferrer, habitant de Palma de 67 ans. Mais il faut avoir un tourisme ordonné".

Explosion touristique
"Je n'aurais jamais cru devoir prendre la défense du secteur touristique espagnol", une activité qui génère 11% de la richesse du pays, s'est récemment indigné le chef du gouvernement Mariano Rajoy.

"Le tourisme n'est pas l'ennemi", assure Taleb Rifai, secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), basée à Madrid.

Selon cet organisme des Nations unies, un emploi sur dix dans le monde est lié au secteur touristique, qui représente 10% du PIB mondial.

De 1995 à 2016, le nombre de voyageurs internationaux est passé de 525 millions à plus de 1,2 milliard grâce notamment aux compagnies aériennes low-cost et aux visiteurs des marchés émergents comme la Chine, l'Inde et les pays du Golfe.

Mais dans certaines destinations, le seuil de tolérance semble dépassé.

Dubrovnik boostée par Game of Thrones
C'est le cas de la ville-forte de Dubrovnik, en Croatie, encore plus fréquentée depuis qu'on y a tourné des épisodes de la série télévisée Game of Thrones.

"Parfois, pour entrer dans la vieille ville, vous devez faire la queue pendant une heure par 40 degrés", se désole Ana Belosevic, employée dans l'hôtellerie.

Les autorités de la "perle de l'Adriatique" ont installé des caméras aux portes des remparts pour contrôler le flux de visiteurs, et veulent limiter les escales de paquebots de croisière.

Sur l'autre rive de la mer Adriatique, Venise, 265.000 habitants et 24 millions de visiteurs par an, veut mettre en place un système de réservations pour accéder à la place Saint-Marc aux heures de pointe. Elle a institué des amendes de 500 euros pour qui pique-nique par terre ou plonge dans la lagune.

À Florence, les autorités aspergent les rues autour de la basilique Santa Croce au jet d'eau pour éviter que les touristes ne s'y attardent trop.

"Un bon problème"
Parmi les solutions proposées, Rafat Ali, fondateur de la plateforme d'information touristique Skift, suggère de répartir les voyageurs en dehors des centre-villes.

Mais cela a étendu le problème à des quartiers jusqu'ici résidentiels, notamment à cause de l'irruption de plateformes de location saisonnière comme Airbnb.

Ainsi, à Lisbonne, la multiplication d'appartements touristiques a fait grimper en flèche les prix du logement dans le vieux quartier d'Alfama.

"Aujourd'hui, à Alfama, il est difficile de trouver un loyer de moins de 1.000 euros par mois, un montant énorme pour un Portugais dont le salaire est souvent inférieur à cette somme", a déclaré à l'AFP Maria de Lurdes Pinheiro, présidente de l'Association du patrimoine et de la population d'Alfama.

Même dans l'île écossaise de Skye, au paysage sauvage, les autorités sont préoccupées par l'encombrement des routes ou les dégradations de l'environnement qu'entraîne ce boom de la fréquentation.

"La solution facile, c'est de dire 'Pas plus de tourisme', mais c'est très dangereux", avertit Taleb Rifai. "Les mêmes qui aujourd'hui disent 'On ne veut plus de tourisme' seront les premiers à pleurer quand ils le perdront".

C'est ce qui arrive en Turquie, dont les revenus issus du tourisme ont chuté de 30% en 2016, année marquée par des attentats et un coup d'État manqué.

Le pays a allongé de six à dix jours les vacances de la fête musulmane du sacrifice (Aïd al-Adha) pour tenter de dynamiser le tourisme domestique.

"Trop de tourisme, c'est un bon problème. Le pire, c'est quand personne ne vient", ironise Rafat Ali.

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_pas-les-bienvenus-quand-la-tourismophobie-gagne-des-destinations-europeennes?id=9685000


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7656
Localisation : Dijon

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par gaston21 le Jeu 17 Aoû - 17:29

Il y a effectivement un gros problème avec cet afflux énorme de touristes. Je comprends l'exaspération des habitants, chassés de leur propre ville. Je propose un séjour à Cuba, pour sa couleur locale, ses filles accueillantes et dorées et sa tolérance bienveillante...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Jeu 17 Aoû - 20:38

tout le monde n'est pas un riche retraité gaston.... ca coute cher cuba !

Sinon d'autres donnent à manger à leur famille grâce au tourisme...

Maintenant on peut tous rester enfermer chez soi et ne plus connaitre le voisin.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7656
Localisation : Dijon

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par gaston21 le Ven 18 Aoû - 17:17

...et surtout la voisine! Et je ne suis plus entourée que de mamies arthrosiques et au ventre affaissé...De ce pas, je réserve à EasyJet en classe hyper-éco...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Dim 20 Aoû - 19:36

Un peu éloigné du tourisme mais les effets sont proches et provoque le même type de rejet.
(je vous ai mis en ras l'explication du terme "gentrification" si comme moi vous ne connaissiez pas.)


A Los Angeles, un quartier se rebiffe contre la "gentrification"



Tout a commencé un matin lorsqu'Eva Chimento a trouvé mystérieusement ouverte la porte de sa galerie de Boyle Heights, un quartier hispanique de Los Angeles.

Une autre fois, la serrure a été forcée.

"Et j'ai reçu une lettre d'une artiste qui m'invitait à une réunion d'un groupe de femmes, +The Ovarian Psychos+ (les psychopathes ovariennes) pour parler de la gentrification", le processus d'embourgeoisement des quartiers populaires, explique à l'AFP la galeriste brune au large sourire. "Ca a été horrible. Je m'y suis fait insulter."

Mihai Nicodim, un galeriste voisin, a eu sa porte vandalisée, vu des manifestations perturber ses vernissages, et sa façade a été taguée de messages insultants comme - "J'emmerde l'art blanc".

"Et tout ça pendant que j'exposais un artiste chinois. Je représente un Sud-Africain, des artistes du quartier...", s'exaspère celui qui vit à Boyle Heights depuis des décennies, et qui est arrivé aux Etats-Unis comme réfugié roumain sans le sou.

C'est qu'à Boyle Heights, certains ont décidé de se rebiffer contre la "gentrification" de leur quartier.

Quelques centaines de mètres plus loin, Irma Aguilar vient de voir son loyer bondir de 1.000 à 1.800 dollars et risque de perdre l'appartement où elle vit depuis vingt ans. "Que veulent-ils que nous fassions avec des galeries d'art? Nous n'allons pas acheter de tableaux, notre communauté a besoin d'écoles" ou d'une laverie, s'insurge cette femme au foyer de 43 ans.

- Question de survie -

A Boyle Heights, où presque toutes les enseignes sont en espagnol, "les gens sont très pauvres, c'est l'un des seuls quartiers de Los Angeles où la population latino peut survivre, à cause de la langue" et de la culture, remarque James Rojas, urbaniste, artiste et militant.

La gentrification, à travers l'Amérique et en passant par Londres, Paris ou Marseille, commence souvent par l'arrivée d'artistes et galeries en quête de vastes espaces à bas loyers. Puis s'installent des boutiques et restaurants branchés. A terme, les loyers s'envolent et les habitants d'origine se voient forcés de déménager.

"Historiquement, le centre de Los Angeles était pauvre et ouvrier, les plus riches vivaient dans les banlieues. Mais depuis le début des années 2000, les jeunes gens aisés se réinstallent au coeur de la ville", explique James Rojas.

A Los Angeles, en proie à une flambée immobilière et une crise du logement, le secteur administratif de Downtown, jadis un "no man's land", est ainsi devenu en dix ans l'un des quartiers vibrants du pays. Boyle Heights, à quelques encablures, en est l'extension.

La tension est encore montée avec l'ouverture il y a quelques semaines de Weird Wave Coffee, un café trop "hipster" au goût de certains, accueilli par des manifestations et une vitrine vandalisée.

"Nous n'avons pas l'intention d'embourgeoiser le quartier (...) on vend juste du café", soupire Jackson Defa, l'un des trois associés de ce petit commerce au long comptoir et aux murs décorés d'oeuvres d'artistes locaux et d'un poster du boxeur philippin Pacquaio.

Jackson assure que les prix de leurs cappuccinos et citronnades - aux vrais citrons pressés et fraises écrasées - sont moins élevés que chez Starbucks, une multinationale dont l'établissement à quelques pas du sien n'a pas été inquiété par les contestataires.

Pour James Rojas, ces derniers feraient mieux de s'opposer à la spéculation immobilière ou de militer pour des lois protégeant les locataires.

- Lame de fond irrépressible -

Découragée par ce harcèlement, une première galerie, Pssst, a d'ores et déjà mis la clé sous la porte. Une décision saluée comme une victoire par le groupe "Defend Boyle Heights", à l'avant-garde de la fronde.

La galeriste Eva Chimento dans le quartier de Boyle Heights à Los Angeles, le 28 juillet 2017
Eva Chimento, qui a ouvert sa galerie avec un petit budget pour assouvir sa passion pour l'art, n'a aucune intention de faire de même.

"Si je comprends le besoin de logements abordables? Bien sûr, je suis mère célibataire! Mais rien ne marche sans dialogue et compromis", estime-t-elle.

Beaucoup sont fatalistes face à ce qu'ils considèrent comme une lame de fond irrépressible.

Jackson Defa lui-même fait les frais de la gentrification à San Francisco: la flambée des loyers à cause du boom de la high-tech l'a forcé à s'exiler à Los Angeles...

Malgré le tumulte, il ne regrette pas d'avoir choisi Boyle Heights: "Certains veulent faire croire que nous ne sommes pas les bienvenus mais quand notre vitrine a été vandalisée, tout le quartier a donné de l'argent pour payer les réparations."

Elizabeth Blaney, militante de l'association de défense des résidents locaux "Union de Vecinos", estime que les galeries et autres commerces qui contribuent à l'embourgeoisement des quartiers doivent prendre leurs responsabilités.

"Nous ne soutenons pas la violence mais il faut comprendre que ces gens se battent pour leur logement (...) C'est un acte de violence que de mettre quelqu'un à la rue", fait-elle valoir.

http://www.courrierinternational.com/depeche/los-angeles-un-quartier-se-rebiffe-contre-la-gentrification.afp.com.20170820.doc.rp2wf.xml?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1503208141#xtor=CS1-9


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7656
Localisation : Dijon

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par gaston21 le Lun 21 Aoû - 11:13

C'est ce qui se passe à Barcelone, à Londres, à Paris... Les pauvres sont rejetés à l'extérieur des villes; même phénomène dans les villes touristiques. D'où la nécessité du combat contre cette emprise de l'argent! Aux fourches, citoyens!
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Lun 21 Aoû - 12:37

c'est cela qui est bien avec le concept marxiste "tous pauvre" c'est que l'on n'est plus sous l'emprise de l'argent, mais sous l'emprise "manque d'argent". c'est tellement mieux...

Very Happy Very Happy Very Happy

dis gaston tu n'as jamais fait de tourisme ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7656
Localisation : Dijon

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par gaston21 le Mar 22 Aoû - 17:20

En définitive, les pauvres ont le temps de prendre des vacances; il suffit d'un vélo et d'une canadienne
(pas une copine du Repteux! Une tente!). Les riches ne peuvent s'accorder que de rares jours de congé
(sauf les retraités comme gaston!). Un exemple banal. Carlos Ghosn a gagné 15 millions d'euros en 2016; mais il fait deux pleins-temps, avec un siège à Paris et un siège à Tokyo, séparés de 9700 km! Comment pourrait-il s'accorder quelques jours de congé? A-t-il même le temps d'aller sur le "siège"?
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Mar 22 Aoû - 18:05

d'un autre coté on se plaint du manque de mixité social

Et là on plaint de la mixité.

Faudrait il enfermer les pauvres dans des ghettos gaston ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par Dédé 95 le Dim 27 Aoû - 19:12

Y en a qui s'enferment en prenant soin d'écarter les pauvres, du reste c'est simple, il suffit de porter les locations et les restaurants (pas besoin de petit commerce) à un niveau non compatible avec le budget du prolétariat et du petit paysan.
Porto Cervo:


Pour nous en Corse c'est plus difficile:

"A spessu conquista mai sottumessa"


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10622
Localisation : ici ou là

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par troubaa le Dim 27 Aoû - 20:37

les vrais prolétaires n'ont pas de résidence secondaire en corse mais vont à quend-plage-les-pins là où il fait 20° à 14h !

ils ne risquent pas de souffrir de la chaleur la nuit....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par Dédé 95 le Dim 27 Aoû - 22:35

En effet , c'est pourquoi je n'ais pas de résidence secondaire(*) mais un terrain pour planter ma tente!

Tu aurais mieux fait de te taire.

(*) Par ailleurs ce terrain de 91m2 appartient à mes fils, moi je n'en fais pas des fils à papa je n'ai pas attendu qu'ils héritent pour le profit, ils en profitent MAINTENANT.

PS: Il n'y a pas de vrai ou de faux prolétaires ( ils sont même quelquefois "riches"), mais pour celà il faut avoir été ailleurs qu'à Dauphine pour connaitre la définition du mot prolétaire! Ah Ah




_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: La tourismophobie : un nouvel exemple du replis identitaire ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 18 Déc - 19:20