LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

la guerre économique pour les nuls !

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 16 Aoû - 17:53

bon article sur le vénézuéla, qui mérite un entrée spéciale !



Source : Mémoire des luttes, Maurice Lemoine, 11-08-2017



Sous la forme d’un feuilleton en quatre parties que vous pourrez retrouver chaque jour à partir du 11 août 2017, Mémoire des luttes publie une enquête exclusive de Maurice Lemoine consacrée à la question de la « guerre économique » au Venezuela.

Alors que la vague de violence déclenchée par une opposition décidée à le renverser a provoqué la mort de plus de cent dix personnes depuis début avril, le président « chaviste » Nicolás Maduro a réussi son pari : faire élire une Assemblée nationale constituante le 30 juillet. Malgré une situation extrêmement tendue et les menaces proférées contre les électeurs par les groupes de choc d’extrême droite, plus de 8 millions de citoyens (41,5 % de l’électorat) se sont déplacés et ont choisi leurs représentants.

Largement traitée par des médias totalement acquis à l’opposition, la grave crise que traverse le Venezuela comporte une dimension systématiquement passée sous silence : comme dans le Chili de Salvador Allende, une sournoise mais féroce « guerre économique » déstabilise le pays.

PARTIE 1

Le 18 janvier 2013, alors que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (en anglais FAO) vient de publier son rapport annuel [1], son ambassadeur Marcelo Resende de Souza visite au Venezuela un marché de Valencia (Etat de Carabobo), accompagné du vice-président de l’époque Nicolás Maduro. « Nous possédons toutes les données sur la faim dans le monde, déclare-t-il. Huit cents millions de personnes ont faim ; 49 millions en Amérique latine et dans la Caraïbe, mais aucune au Venezuela parce qu’ici la sécurité alimentaire est assurée. »

Etrangement, quatre mois à peine se sont écoulés que, la maladie ayant emporté Hugo Chávez et son ex-vice-président venant d’être élu chef de l’Etat, le quotidien (et porte-parole officieux des multinationales espagnoles) El País entonne une toute autre chanson : « Le désapprovisionnement accule Maduro » [2]. Certes, la pénurie concerne principalement, à ce moment, le papier hygiénique (qui, pendant de longues semaines, va fournir un passionnant sujet de dissertation aux pisse-copies du monde entier), mais, mentionne El País, elle s’ajoute à « une absence cyclique (…) de la farine, du poulet, des déodorants, de l’huile de maïs, du sucre et du fromage (…) dans les supermarchés ».

Ainsi débute médiatiquement ce qui va devenir « la pire crise économique » connue par ce pays, « potentiellement l’un des plus riches au monde », du fait de sa « dépendance à l’or noir », de « la baisse du prix du baril de pétrole » et de « la gabegie du gouvernement ». Alors que les porte-paroles de l’opposition incriminent en vrac l’excessive intervention de l’Etat, la régulation « autoritaire » des prix, l’impossibilité qui en découle pour l’entreprise privée de couvrir ses coûts de production, le manque de devises octroyées par le pouvoir pour importer matières premières et produits finis, les pénuries deviennent chroniques, les rayons des supermarchés désespérément vides, les files d’attente interminables, le « marché noir » omniprésent. « Au Venezuela, la baisse du pétrole fait flamber les prix des préservatifs » pourra bientôt titrer Le Figaro (17 février 2015). Même les médicaments deviennent introuvables, attisant l’angoisse et les souffrances de la population.

Une telle situation a de quoi émouvoir les humanistes du monde entier. « S’il y a une crise humanitaire importante, c’est-à-dire un effondrement de l’économie, au point qu’ils[les Vénézuéliens] aient désespérément besoin d’aliments, d’eau et de choses comme ça, alors nous pourrions réagir », annonce sur CNN, le 28 octobre 2015, le chef du Commandement sud de l’armée des Etats-Unis (Southern Command), le général John Kelly, en réponse aux appels « désespérés » de la « société civile » vénézuélienne. Dès 2014, alors que la Table d’unité démocratique (MUD) appelait au renversement du chef de l’Etat en lançant l’opération « La Salida » (« la sortie »), l’une de ses dirigeantes, María Corina Machado, avait tracé la voie : « Certains disent que nous devons attendre les élections dans quelques années. Est-ce que ceux qui n’arrivent pas à alimenter leurs enfants peuvent attendre ? (…) Le Venezuela ne peut plus attendre ! » La violente séquence subversive échoua, mais se solda par 43 morts et plus de 800 blessés. Et les Vénézuéliens continuèrent à éprouver des difficultés chaque jour plus insupportables pour s’approvisionner.

Le 6 décembre 2015, lors des élections législatives, les tracas, les privations et le mécontentement ayant érodé le moral des citoyens de tous bords, le chavisme perd 1 900 000 voix et devient minoritaire à l’Assemblée. Inversant les termes de l’équation, la grande internationale néolibérale célèbre ce triomphe de la « démocratie » sur le « chaos ». Soumis à une information triée et rassemblée pour conforter cet a priori, bien peu, en particulier à l’étranger, ont conscience de ce que cette victoire a reposé fondamentalement sur un torpillage de la « révolution bolivarienne » par une déstabilisation économique similaire à celle employée dans les années 1970 au Chili contre Salvador Allende. Dénoncée en son temps par les progressistes (plus organisés, lucides et courageux à l’époque qu’aujourd’hui), cette dernière fut officiellement confirmée, trente-cinq années plus tard, par la déclassification de vingt mille documents des archives secrètes du gouvernement des Etats-Unis. S’agissant de la « crise vénézuélienne », on peut donc espérer voir cesser la déconnexion entre discours médiatique et réalité dans environ… trois décennies. Ce qui, malheureusement, arrivera un peu tard pour la compréhension des événements et la défense urgente, sur la terre de Bolivar, d’une démocratie particulièrement menacée. Mais permettra sans doute à ceux qui, actuellement, ferment volontairement ou détournent lâchement les yeux, de vendre du papier en publiant et commentant avec une indignation de bon aloi ces « stupéfiantes révélations ».

Rien de nouveau sous le soleil, pourtant. En matière de « déstabilisation économique » débouchant sur un coup d’Etat, le Chili de l’Unité populaire (4 septembre 1970 – 11 septembre 1973) demeure évidemment une référence incontestée. Rien de plus clair que l’ordre donné par Richard Nixon à la Central Intelligence Agency (CIA) : « Make the economy scream ! » (« faites crier l’économie »). Ainsi que la multiplication des mesures de rétorsion mises en œuvre contre Santiago : blocage des biens et avoirs chiliens aux Etats-Unis, disparition des machines et pièces de rechange pour les mines, manœuvres à l’international pour empêcher la consolidation de la dette chilienne, pressions sur le cours du cuivre, saisie-arrêt des exportations de ce métal vers l’Europe… En 1972, du fait des mesures sociales et de l’augmentation du pouvoir d’achat, la consommation populaire augmente considérablement. Suspendant la mise en vente de leurs stocks, retenant leurs marchandises, les entreprises privées provoquent délibérément des problèmes de ravitaillement. Des files d’attente interminables se forment à l’entrée des magasins. La majorité des biens de première nécessité – dont l’inévitable papier hygiénique ! – ne se trouvent plus qu’au marché noir. Quotidien chilien « de référence », El Mercurio se délecte : « Le socialisme c’est la pénurie ». Casseroles vides à la main, des milliers d’opposants se rassemblent dans les rues. Le 25 juillet 1973, grassement « arrosée » de 2 millions de dollars par la CIA, la puissante fédération des camionneurs déclare une grève illimitée et immobilise sa flotte de poids lourds pour empêcher les aliments de parvenir à la population. Dans très peu de temps, il ne restera au général Augusto Pinochet qu’à intervenir pour mettre un terme à la débâcle de l’« économie socialiste ».

Les difficultés du peuple constituant un ferment constant de révoltes, des techniques relevant de la même philosophie avaient déjà été utilisées contre Cuba. Prenant acte du fait qu’on ne pouvait compter sur un soulèvement populaire pour renverser Fidel Castro, le sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires internationales Lester D. Malory conseilla dans son rapport du 6 avril 1960 : « Le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passe par le désenchantement et le découragement basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques (…) Tout moyen pour affaiblir la vie économique de Cuba doit être utilisé rapidement (…) dans le but de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. » Le 3 février 1962, dans le but d’étrangler l’île, John Fitzgerald Kennedy annoncera la mise en place de l’embargo – toujours en vigueur actuellement. Sans résultat dans ce cas, à l’exception des souffrances inutiles infligées au peuple cubain.

Vingt ans après Cuba avec Fulgencio Batista, le Nicaragua sandiniste s’est débarrassé en 1979 de son dictateur Anastasio Somoza. Alors que les premières élections libres doivent avoir lieu le 4 novembre 1984 et que les troupes contre-révolutionnaires – la « contra » –, financées, entraînées et approvisionnées par les Etats-Unis, harcèlent le pays depuis le Honduras et le Costa Rica voisins, des agents des forces spéciales américaines minent les eaux de plusieurs ports nicaraguayens en début d’année. De nombreux navires ayant été endommagés, les primes d’assurance augmentent, les bateaux marchands étrangers évitent la destination, affectant très fortement l’économie par la réduction drastique des importations et des exportations. Objectif atteint ! « La pénurie au cœur des élections », titre et développe Libération, le 2 novembre 1984 : « Au marché noir, on peut pratiquement tout acheter, à condition d’y mettre le prix : 65 cordobas les deux piles de radio (produit rare), 160 le tube de dentifrice. L’occupation principale de quelques centaines de “hiboux” consiste à se procurer des dollars au marché noir (environ dix fois le taux officiel) puis à partir s’approvisionner au Costa Rica ou au Guatemala. Les produits sont ensuite revendus jusqu’à vingt fois le prix officiel, dans les baraques [du marché] de “l’Oriental” de Managua. (…) L’étatisation économique se renforce de jour en jour. (…) Les partis d’opposition affirment que les problèmes de ravitaillement ont constitué le thème le plus mobilisateur [c’est nous qui soulignons]. »

Les Nicaraguayens n’étant pas tombés dans le piège et le sandiniste Daniel Ortega ayant malgré tout été élu président de la République avec 67 % des voix, Washington doublera la mise en imposant au Nicaragua un embargo commercial total en 1985. Cette agression militaire et économique entraînant une très forte dégradation de la situation, le pays s’endettera, s’enlisera dans une gestion de survie et devra mettre genoux à terre, « vaincu par la faim et la guerre », lors de l’élection présidentielle du 25 février 1990.

Au Venezuela, si Hugo Chávez a évoqué le concept de « guerre économique » dès 2010, le premier à la théoriser, en 2013, a été Luis Salas. La source d’inspiration initiale de ce chercheur du Centre stratégique latino-américain de géopolitique (Celag), très éphémère ministre de l’économie en 2016, a de quoi surprendre : loin des exemples latino-américains précédemment cités, il explique avoir fondé les prémices de sa réflexion sur l’ouvrage Les problèmes politiques du plein emploi [3] que l’auteur polonais Michal Kalecki (1899 – 1970) écrivit en se basant sur son expérience vécue… en France, sous le Front populaire. « Il y dit que, d’un point de vue marxiste conventionnel, on ne peut pas comprendre ce qui s’est passé. Car, paradoxalement, pendant ses trois années, à travers les hausses salariales et l’augmentation de la consommation ainsi que la croissance enregistrée, le gouvernement de Léon Blum avait permis un enrichissement des entrepreneurs et des commerçants. »

Or, et même en supposant que ceux-ci ont tout intérêt à ce qu’un gouvernement, à travers le plein emploi, augmente le pouvoir d’achat de la population, ce type de politique pose au capital un problème fondamental. « Pour les patrons, le plein emploi rend la main d’œuvre plus chère et les travailleurs moins dociles, moins susceptibles d’accepter n’importe quoi. Entre autres inconvénients, le capital ne peut plus jouer sur la menace de licenciement. Par ailleurs, le gouvernement Blum avait commencé à assumer de nombreuses tâches qui, normalement, appartenaient aux patrons, comme la distribution des aliments. Leur pouvoir reposait là-dessus… » Politique à court terme, le problème devient économique à long terme. « Leur pouvoir, en tant que classe, pouvait être déplacé. » La presse de droite se déchaîna alors contre les « salopards en casquette » qui allaient profiter des congés payés ; financiers et industriels spéculèrent et transférèrent leurs capitaux vers l’étranger. La suite appartient à l’Histoire de France. Mais présente de fait quelques similitudes avec ce qui se passe au Venezuela où, s’estimant menacé, le « monde de l’entreprise » participe activement au sabotage de l’économie.

« En 2013, quand Maduro est arrivé au pouvoir, rappelle Salas, la loi du travail, la dernière qu’a signée Chávez [le 30 avril 2012], venait d’être approuvée. Et cette loi, bien qu’elle n’altère pas la relation capital/travail, crée un nouveau rapport qui complique la domination sur les travailleurs. Elle octroie la stabilité salariale, réduit la durée du travail à quarante heures hebdomadaires, sanctionne les licenciements injustifiés, rend les vacances obligatoires, crée des avantages nouveaux, etc. Dès lors, patronat et négociants ont affiné leurs techniques pour se débarrasser de Maduro. »

« Affiner » est bien le mot, car ils n’en étaient pas à leur coup d’essai. En 2001, après la signature de 49 décrets-lois emblématiques – loi sur les hydrocarbures, loi sur la terre et le développement agraire, loi de la pêche, etc. –, puis, surtout, fin 2002, après l’échec du fugace coup d’Etat américano-militaro-médiatico-patronal d’avril, Chávez lui-même a dû affronter ce type de déstabilisation. Du 2 décembre 2002 au 9 février 2003, alors que ses hauts cadres dirigeants paralysaient la compagnie pétrolière PDVSA et que le pays sombrait, victime non d’une « grève générale » mais d’un « lock out » patronal, les aliments et autres biens de première nécessité disparurent dans les « barrios ». C’est l’époque où, dans l’Etat de Zulia, on put voir des producteurs de lait jeter dans les rivières des millions de litres de leur production pour générer la pénurie.

Particulièrement affectée et ouvertement poussée à se révolter comme elle le fit (spontanément) lors du « caracazo » en 1989 [4], la population modeste, base sociale du chavisme, conserva son sang-froid et ne tomba pas dans la provocation. Au terme d’une bataille de soixante-trois jours, le « comandante » reprit le contrôle, mais, la paralysie de l’activité économique avait coûté 20 milliards de dollars au pays et une remontée spectaculaire de la pauvreté – passée de 60 % en 1997 à 39 % fin 2001, elle atteignit 48 % en 2002 puis 55,1 % en 2003. Près de 590 000 travailleurs, essentiellement des femmes, se retrouvèrent sans travail de 2001 à 2003 ; les morts par dénutrition augmentèrent de 31 %.

La reprise du contrôle de PDVSA et l’affectation des revenus pétroliers au financement des politiques sociales permettront de renverser la situation (21,2 % de pauvreté en 2012) jusqu’à l’actuelle phase de déstabilisation.

Ainsi, donc, à en croire la vulgate en vogue, depuis que la crise financière internationale a orienté le cours du pétrole à la baisse en 2008, la rente ne suffit plus à couvrir la facture des importations. Etonnant, non ? Ayant pulvérisé les sommets à la mi-2008 (150 dollars le baril), l’or noir est certes redescendu à 38 dollars en 2015 avant d’osciller entre 21 et 24 dollars en 2016, mais il se vendait à… 7 dollars le baril en 1998, lors de l’arrivée au pouvoir de Chávez. Et personne ne se souvient avoir vu à l’époque de longues files d’attente devant les commerces – depuis les échoppes jusqu’aux supermarchés.

D’aucuns pourraient objecter que, plongés alors en masse dans la pauvreté, les Vénézuéliens consommaient beaucoup moins à l’époque qu’à l’heure actuelle (ce qui est vrai !) ; bien peu le font car ce serait évidemment un hommage rendu implicitement par le vice à la vertu. Mais en tout état de cause, avec un pétrole remonté en 2017 aux alentours de 40 dollars, la théorie de la population « au bord de la famine » à cause du « pays en faillite » résiste mal à la réflexion (pour peu, bien sûr, qu’il y ait une réflexion).

Commençons par le commencement – d’après les porte-parole officiels et officieux du patronat, le gouvernement n’octroie pas aux entreprises les dollars nécessaires à l’importation et à la production – et tentons d’analyser la situation…

Quatre-vingt-quinze pour cent des devises du pays proviennent de l’exportation du pétrole. Cette situation structurelle date de 1920, année où a été approuvée la première loi sur les hydrocarbures et où s’est établi le mécanisme à travers lequel l’Etat capte une partie, plus ou moins importante selon les périodes, de la rente pétrolière. Depuis le début de ce XXe siècle, la bourgeoisie s’est ingéniée à se réapproprier cette rente en échangeant ses bolivars contre des dollars et à l’utiliser essentiellement pour importer – ce qui ne présente aucun risque et ne requiert aucun investissement. Il en résulte que, pour en revenir à la période actuelle, les 10 % des exportations non pétrolières du Venezuela sont constitués de produits minéraux (26 %), chimiques (45 %), de plastiques et de caoutchouc (3 %), de métaux (10 %), tous produits par… des entreprises publiques. La contribution du secteur privé, en moyenne, ne dépasse pas 1 % du total des exportations [5].

Ce n’est donc pas le pétrole en soi qui constitue un problème, mais le fait que si les devises se trouvent initialement et en quasi-totalité entre les mains de l’Etat c’est parce que le secteur privé, moteur autoproclamé d’une économie « dynamique » et « efficace », se limite (dans le meilleur des cas) à fournir par l’importation le marché intérieur, en prenant une confortable marge au passage, et ne participe quasiment pas à l’accroissement de la richesse nationale. Plutôt que d’investir, il n’a pour préoccupation que de récupérer le magot et de l’utiliser à son profit.

Une fois ce cadre global établi, on cherchera l’erreur : depuis qu’en 2003 a été instauré un contrôle des changes pour éviter la fuite des capitaux, les entreprises privées ont reçu de l’Etat 338,341 milliards de dollars pour l’importation de biens et de services. En 2004, alors qu’elles ont disposé à cette fin de 15,75 milliards de dollars, on n’a constaté aucune pénurie. En 2013, alors que la somme attribuée a quasiment doublé pour atteindre 30,859 milliards de dollars, les principaux biens essentiels ont disparu [6]. Doit-on parler de magie ? Peut-être. Mais, dans ce cas, de magie noire.

Si la crise économique mondiale et la baisse des prix du pétrole ont évidemment un rôle dans la dégradation de la situation, elles n’en sont aucunement la cause principale. La conviction des néolibéraux nationaux et internationaux qu’il fallait profiter de la mort de Chávez pour « achever » la « révolution bolivarienne » a incontestablement marqué le point d’inflexion vers l’organisation du désastre. Dès lors, d’après Pascualina Curcio, professeure de sciences économiques à l’Université Simón Bolivar, s’articulent quatre phénomènes : une pénurie programmée et sélective des biens de première nécessité ; une inflation artificiellement provoquée ; un embargo commercial camouflé ; un blocus financier international. Auxquels on ajoutera, depuis avril 2017, la violence insurrectionnelle soutenue par les Etats-Unis, leurs alliés régionaux (Argentine, Brésil, Mexique) ainsi que l’Union européenne, sanctifiée par les commissaires politiques des médias. Ce que d’aucuns appellent « une guerre de quatrième génération ».

En 2004, tandis qu’étaient importés pour 2,1 milliards de dollars d’aliments, chacun pouvait se nourrir dans des conditions normales. En 2014, avec 7,7 milliards, une augmentation de 91 % – sachant que, depuis 2004, le gouvernement octroie les dollars à un taux préférentiel pour l’achat des biens essentiels –, on ne trouve plus ni beurre, ni huile, ni farine de maïs précuite, ni riz, ni lait en poudre, ni pâtes alimentaires, ni lait pasteurisé, ni viande de bœuf, ni fromages, ni mayonnaise, ni sucre, ni café sur les rayons des commerces et des grandes surfaces. En revanche, les gondoles croulent sous les boissons gazeuses, les galettes, les biscuits, les friandises, les gourmandises et autres sucreries, les conserves exotiques, les surgelés sophistiqués. De quoi s’interroger sur la curieuse « crise humanitaire » dont le monde entier a entendu parler.

Le 20 mai 2016, Agustín Otxotorena, un entrepreneur basque pas spécialement « chaviste » résidant à Caracas, fatigué de répondre à ses amis et proches qui, depuis l’Espagne, s’alarmaient pour sa santé dans un pays affecté par une famine similaire à celles qui frappent la Somalie ou l’Ethiopie, en fut réduit à publier sur sa page Facebook une série de photographies particulièrement édifiantes prises dans les établissements commerciaux des secteurs des classes moyenne et supérieure de l’est et du sud-est de Caracas (les fiefs de l’opposition). « Si tu as de l’argent, persiflait-il, il y a du whisky 18 ans d’âge, du rhum vénézuélien exquis, du champagne français, de la vodka russe ou suédoise, des bonbons belges, des viandes savoureuses, des langoustes, des vêtements de marque, des restaurants exclusifs, des discothèques spectaculaires, des plages avec des yachts, des clubs de golf et hippiques, des terrains de tennis et de football, et tout un pays à l’intérieur d’un autre pays, où il n’y a pas de pauvres, où les femmes et les enfants sont blonds, vont dans des collèges exclusifs, des universités exclusives, et se divertissent dans l’Ile de la Tortue ou dans l’archipel de Los Roques, là où les uniques Noirs ou pauvres sont les serveurs, le personnel des services ou de la sécurité », avant de conclure l’une de ses dernières livraisons d’un rageur (et en majuscules) : « JE SUIS FATIGUÉ DES MENSONGES ! [7] »

D’où la question que tout un chacun (à condition de ne pas être journaliste) se pose forcément : pourquoi y a-t-il pénurie de certains produits et pas d’autres, pourquoi des aliments sont-ils si difficiles à obtenir et d’autres non ? Pourquoi les fruits et les légumes, par exemple, n’ont-ils pas disparu ?

Photographie : Maurice Lemoine

Source : Mémoire des luttes, Maurice Lemoine, 11-08-2017


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Mer 16 Aoû - 18:44

un vrai titre aurait été : l'endoctrinement pour les nuls : chapitre 1 la manipulation Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Résumé :

chavez élu = une victoire du peuple
des néo-libéraux élus = une manipulation du peuple par les "forces occultes". (sous entendu finance cia et multinationale...)

CQFD


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 16 Aoû - 20:35

une formule toute faite, pour éviter de réfléchir, du pur troubaa ! clown


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Jeu 17 Aoû - 12:35

pourtant l'explication y est. tu ne l'as pas comprise ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Jeu 17 Aoû - 17:22

Dès qu'on parle de Cuba ou du Venezuela, notre ami Troubaa voit rouge! Pourtant ses lunettes portent des verres bleus...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Jeu 17 Aoû - 19:16

non je ne vois pas rouge c'est vous qui n'acceptez aucune critique de ses régimes, qui n'acceptez ni la vérité ni la réalité.

Vous etes aveuglés par votre idéologie anti-américaine ce qui vous faits perdre tout discernement. Alors vous repetez n'importe quel mensonge et manipulation lues sur internet et ne supportez pas qu'on vous le fasse remarquer.

C'est comme si je défendais becs et ongles pinochet : ne trouverais tu pas cela ridicule ?

Vous vous défendez n'importe quel dictateur criminel si il est anti-américain : ne trouves tu pas cela ridicule ?

Pour moi un dirigeant criminel EST un dirigeant criminel même si il est anti-américain, même si il est pro-américain, même si il est libéral.

Un dirigeant ne doit pas être un criminel, ni un tortionnaire, ni un tyran. C'est non-négociable. Il faut avoir des principes dans la vie gaston.

Désolé de mettre en évidence votre manque d'humanisme., On ne peut pas se dire humaniste et aimer les dirigeants criminel. C'est ainsi.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Ven 18 Aoû - 17:30

Qui donc est à la tête de cette guerre économique? Elle n'existe pas, cette guerre? Les subprimes, c'était du bidon? L'effondrement de l'Argentine , c'était du bidon? l'étranglement du Venezuela, c'est du bidon?
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Sam 19 Aoû - 16:51

Mais oui gaston tes analyses c'est du bidon :

L’étranglement du venezuela vient de la confiscation de la liberté économique par Chavez. Je te rappelle qu'aujourd'hui le petrole est à un niveau plus élevé que quand chavez est arrivé au pouvoir
au venezuela.

La crise en Argentine : A cause d'avoir voulu rendre artificiellement l'argentine plus riche qu'elle n'etait. Tu sais le mythe du yaka "yaka faire tourner la planche a billets pour etre riche" qui ter séduit tant.

Les sub primes : crise du à l’interventionnisme étatique du gouvernement américain qui a cru enrichir artificiellement son peuple en inventant un nouveau système de financement et qaui a couvert les premiers dysfonctionnement pour faire perdurer le système.




_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Dim 20 Aoû - 10:58

Je lis partout que la crise vénézuélienne provient de la chute du prix du pétrole et qu'on peut effectivement reprocher à Chavez d'avoir trop compté sur les revenus pétroliers pour améliorer le niveau de vie de son peuple. Mais pouvait-il prévoir l'effondrement du prix du pétrole dû surtout à l'arrivée du pétrole de schiste?
Les subprimes ? La faute exclusive à imputer aux banques américaines, pas à l'Etat américain; sauf à considérer que les banques américaines font la pluie et le beau temps dans ce pays, ce qui n'est pas faux!
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Dim 20 Aoû - 11:27

La pensée du jour
Frappée de soupçon, la morale a reculé au XXe siècle devant l'économie
Jean d'Ormesson
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Dim 20 Aoû - 14:56

bonne nouvelle non ?
sauf pour ceux qui pensent que la morale du XIX° siècle était bonne, par exemple la femme était considérée entre l'animal et l'homme (le mal évidemment). Elle avait une âme certes mais si faible si fragile qu'elle etait incapable de décision, d'avis, de diriger juste bonne à obeir et à travailler aux champs.


et je rajouterai ainsi que la famine.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Dim 20 Aoû - 21:32

Cette citation vient de
La chronique littéraire de Bernard Pivot.
http://www.lejdd.fr/Chroniques/Bernard-Pivot/Dans-les-ruines-de-Detroit-750079
Si tu as le temps d’aller y jeter un coup d’œil tu pourrais nous dire ce que tu en penses ?

avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Dim 20 Aoû - 23:07

oh nous voila à Detroit, le Thionville américain...
tu roules en voiture américaine ?
si oui tu as participé à la sauvegarde de détroit au détriment de sochaux (Peugeot) peut être
sinon tu as participé à ses difficultés au profit de Seclin (Renault) peut être...
Elle est où la morale ? La morale n'a rien à voir la dedans.
Mon fils a fini 4ieme aux championnats de France de natation : Elle est où la morale ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Lun 21 Aoû - 11:07

Félicitations pour le fiston! Lui ne nage pas en eaux troubles...
La morale? Elle au fond de la piscine!
Au XIXème siècle, il y avait aussi les maîtres de forges et tous ceux de leur genre qui "faisaient suer le burnous"! L'argent a toujours fait tourner les têtes! Même celle des femmes..."Tu viens, chéri"?
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Lun 21 Aoû - 13:46

troubaa a écrit:oh nous voila à Detroit, le Thionville américain...
tu roules en voiture américaine ?
si oui tu as participé à la sauvegarde de détroit au détriment de sochaux (Peugeot) peut être
sinon tu as participé à ses difficultés au profit de Seclin (Renault) peut être...
Elle est où la morale ? La morale n'a rien à voir la dedans.
Mon fils a fini 4ieme aux championnats de France de natation : Elle est où la morale ?
C'est tout ce que tu trouves à dire à propos de cette chronique de Bernard Pivot ?

Curieux comme je suis, j'ai essayé de trouver d'où venait cette réflexion de Jean d'Ormesson que citait Bernard Pivot.
J'ai donc été voir le discours d'entrée de Jean d'Ormesson à l'Académie Française où il succédait à Jules Romains, l'auteur des "Hommes de bonne volonté". Je n'y ai pas trouvé la fameuse phrase, mais j'ai noté l'évocation que faisait Jean d'Ormesson à cette époque de la guerre 14-18 et "des forces de recul et d’anéantissement contre lesquelles se liguent les hommes de bonne volonté".

Bernard Pivot commentait le dernier roman de Thomas B. Reverdy ; et j'avais apprécié sa conclusion : "ce mélange d'analyse économique et de relation de scènes violentes, qui fait du livre une réussite originale et fascinante. Jean d'Ormesson dit quelque part que "frappée de soupçon, la morale a reculé devant l'économie." Elle recule encore plus quand l'économie s'effondre."

Mais je ne sais pas si tu as trouvé le temps d'aller voir tout ça.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Lun 21 Aoû - 14:40

non mais dans ma jeunesse j'avais trouvé le temps de lire "les hommes de bonnes volonté".... souvenir souvenir....

sinon je préfère effectivement la citation de d'ormesson dans son intégralité : "frappée de soupçon, la morale a reculé devant l'économie." Elle recule encore plus quand l'économie s'effondre."

bien que je ne vois pas en quoi l'économie fait reculer la morale, la modifie oui, parce que l'économie modifie la société et donc la morale.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Lun 21 Aoû - 15:30

troubaa a écrit: je ne vois pas en quoi l'économie fait reculer la morale,
[/i]
Il faudrait poser la question à Jean d'Ormesson, puisque la formule vient de lui.

A mon idée - mais je peux me tromper - il faisait référence au bouleversement que la révolution industrielle du milieu du XVIIIe siècle avait produit dans "les moeurs". Voir les romans de Zola par exemple.

Et, ayant eu l'occasion de fouiller dans l'histoire de mon petit patelin d'origine, j'ai pu toucher du doigt un exemple de ce bouleversement dans les moeurs, que Jean d'Ormesson appelle "recul de la morale".
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Mar 22 Aoû - 14:21

troubaa a écrit:oh nous voila à Detroit, le Thionville américain...
Comme je n'ai pas l'adresse de Jean d'Ormesson pour aller lui demander des explications à propos de sa "petite phrase" sur le rapport entre la morale et l'économie, je continue à essayer de deviner.

Le rapprochement que tu fais entre Détroit et Thionville me parait très juste, troubaa. Mais la question reste entière: quel rapport entre la morale et l'économie ?
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Mar 22 Aoû - 15:28

je pense qu'il a voulu parler du coté amorale de l'économie.
Mais l'amoralité est-elle le propre de l'économie ou est-ce une part de la nature humaine ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
JiPi22
Duc

Date d'inscription : 22/01/2015
Messages : 1915

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par JiPi22 le Mar 22 Aoû - 15:41

troubaa a écrit:je pense qu'il a voulu parler du coté amorale de l'économie.
Je pense aussi.

Mais l'amoralité est-elle le propre de l'économie ou est-ce une part de la nature humaine ?
N'y a t'il pas, dans la nature humaine, la capacité de faire le bien comme de faire le mal, d'avoir des comportements égoïstes ou altruistes ?
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Mar 22 Aoû - 16:12

En tout cas, guerre ou pas guerre, "ils" s'en mettent plein les poches! Là, ce n'est pas la CSG qui augmente! Comparez les profits avec la dette de la France qui ronge le moral de Dan...

http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/2017-s-annonce-comme-une-annee-record-pour-les-dividendes-dans-le-monde-6179027
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Mar 22 Aoû - 17:45

bonne nouvelle gaston !
cela veut dire que l'économie va mieux
que la pauvreté va reculer (même en France le chômage commence à reculer)
que de nouveaux investissements vont avoir lieux
que cela s'améliore...
ha non pas partout je vois une petite entreprise là qui résiste encore et encore à l'efficacité, attend je lis les lettres, ca y est je lis SNCF l'entreprise qui marche toujours aussi mal !

Le nouveau slogan pourrait etre : tout change sauf à la sncf ! Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par Dédé 95 le Dim 27 Aoû - 18:37

L'économie n'est pas amorale.
C'est le système économique qui l'est!
rendez vous compte :
GUERRE ECONOMIQUE, la réalité du système économique appelée conquète des marchés.
Oui une guerre est amorale...sauf pour les libéraux qui considèrent que le plus fort doit écraser le plus faible.

Il faut une économie basée sur les besoins de TOUS et non d'une minorité de plus en plus restreinte!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 30 Aoû - 11:43



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 30 Aoû - 17:37

Ces chiffres invalident complètement l'idée que les capitalistes français sont à l'agonie, minés par l'Etat-Providence. Certes, ce sont les très grandes entreprises qui sont concernées et elles n'ont plus rien à voir avec les TPE-PME. Pourtant, toutes les exonérations fiscales, de cotisations dont ont profité les grands actionnaires et dont ils vont être encore l'objet par les projets Macron doit s'appeler par son nom: une politique de classe


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Mer 30 Aoû - 18:35

Voyons, Komyo, il est normal que les patrons s'en mettent plein les "fouilles"! Sans les patrons, il n'y aurait plus de travail et ce serait la misère noire! Chantons en choeur: "Merci , patron..."!
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 30 Aoû - 20:44

gaston21 a écrit:Voyons, Komyo, il est normal que les patrons s'en mettent plein les "fouilles"! Sans les patrons, il n'y aurait plus de travail et ce serait la misère noire! Chantons en choeur: "Merci , patron..."!

ben oui, chacun a sa place, les patrons et les blancs en haut, les autres en bas ! Mad



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Jeu 31 Aoû - 23:39

gaston21 a écrit:Voyons, Komyo, il est normal que les patrons s'en mettent plein les "fouilles"! Sans les patrons, il n'y aurait plus de travail et ce serait la misère noire! Chantons en choeur: "Merci , patron..."!
Mais tu dis juste tu sais !

Montre moi un pays sans patron où les gens ne vivent pas dans la misère noire ?



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mar 5 Sep - 15:54

sans surprise, ce sont les mêmes qui ont racheté toute la presse, et raconte que pour le bonheur du reste de la population qui s'appauvrit il faut leur davantage insécuriser les conditions de vie des plus défavorisés.

C'est beau la dialectique !

http://www.leparisien.fr/economie/la-fortune-des-500-francais-les-plus-riches-multipliee-par-sept-en-20-ans-27-06-2017-7091565.php


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Mar 5 Sep - 18:53

Komyo, tu n'es qu'un vilain jaloux! (Je prends les devants...). S'ils gagnent tant, c'est qu'ils travaillent beaucoup! Et puis, ils donnent, ils partagent! Ce sont tous des mécènes!
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mar 5 Sep - 20:27

gaston21 a écrit:Komyo, tu n'es qu'un vilain jaloux! (Je prends les devants...). S'ils gagnent tant, c'est qu'ils travaillent beaucoup! Et puis, ils donnent, ils partagent! Ce sont tous des mécènes!

le monde entier n'est fait que de jaloux et d'une minorité qui devrait être adulé pour leur charité ! Basketball jocolor geek Smile


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Mer 6 Sep - 11:10

"La guerre économique et les cochons allemands"...
Hier soir, sur ARTE, "Le vrai coût de la viande pas chère"; un docu. fait par un allemand: très instructif et très documenté. Je vous le conseille fortement.
Le cochon n'est plus un animal doté de conscience: c'est simplement un objet de production! Des conditions d'élevage inhumaines sur caillebotis; les queues qu'on coupe...L'abattage? Impossible de s'en approcher: mieux gardé que la Banque de France! Une main d''oeuvre roumaine et bulgare "louée" à des entreprises sous-traitantes, ce qui permet toutes les combines pour les payer et les loger "au lance-pierre"! Bravo l'Europe! Plus grave; l'utilisation en masse et à titre préventif des antibiotiques; par dizaines de tonnes! Cette utilisation massive entraîne l'apparition inéluctable de bactéries multi-résistantes qui se transmettent à l'homme! Un lot sur cinq est contaminé! Si rien n'est fait, on peut s'attendre à une catastrophe humanitaire en Europe.
On est loin de la figure tutélaire de la Mutti Angela Merkel soucieuse du bien-être des gens! Elle couvre tout ça car ce n'est pas d'hier! Ah oui, l'Allemagne fait des sous!
Pour ma part, je regarderai soigneusement l'origine de la viande que j'achèterai; jusqu'à présent je ne regardais jamais les étiquettes.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Mer 6 Sep - 11:30

Origine UE.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par komyo le Mer 6 Sep - 17:23

pendant ce temps, Allemagne ou tout va mieux que chez nous, car il y a moins de contrainte pour ceux qui possèdent les moyens de production, tout va mieux pour le reste de la population ! pirat

https://www.businessbourse.com/2017/08/30/pres-de-1-million-de-retraites-allemands-aujourdhui-contraints-de-travailler-faute-de-pension-suffisante/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Mer 6 Sep - 17:38

combien de retraités travaillent en France ? t'es tu posé la question??? ?

comme si le cumul emploi retraite n'existait pas en France ??? fanchement

C'est comme ceux (ou celui) qui s'offusque des soupes populaires aux USA en oubliant les resto du cœur en France...

Bref tu aimerais donc que les retraités vivent misérablement avec le minimum vieillesse en France.

C'est vrai : "Tous pauvres" le bonheur marxiste absolue.

J'avais oublié : des gens qui travaillent pour être plus riche mais quelle horreur !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par Dédé 95 le Sam 9 Sep - 11:02

Troubaa a écrit:J'avais oublié : des gens qui travaillent pour être plus riche mais quelle horreur !
La différence d'état d'esprit est là!
On travaille pour vivre. On ne vit pas pour travailler!
Non pas pour être plus riche, mais pour simplement vivre, si possible mieux !
Pour d'autres ce qui compte c'est s'enrichir, le cumul du capital, il faut penser à cumuler pour les générations suivantes (sous-entendue la leur par l'héritage).

- Et la guerre prochaine dit sournoisement DDfucius!
- Heu, on prévoit nos lieux de retraites.
- Et le peuple prolétaire ?
- Il fera la guerre comme en 14 et en 39, il avait qu'à s'enrichir...

- CQFD Merci troubaa !


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Sam 9 Sep - 14:04

Mais tu travailles pour ce que tu veux. tu es libre.

Moi je travaille pour vivre le plus confortablement possible. C'erst mon choix je ne te l'impose pas.
Et ma notion de confort n'est surement pas la même que la tienne. Moi mon confort c'est d'offrir de longues études à mes enfants.... toi c'est d'avoir une résidence secondaire en corse. A chacun ces goûts, ses priorités. PAs de leçon ni d'ordre à recevoir de toi.

Ta vie t'appartient, n'impose pas ton mode de vie à tous !

Quelle prétention quand on y pense. c'est vraiment l'esprit dictatorial dans toute sa splendeur.

tu sais tous les grands bâtisseurs, qu'ils soient artistes, scientifiques, patron, ont vécu pour travailler. Le travail n'est pas une corvée quand il plait. C'est un plaisir.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7619
Localisation : Dijon

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par gaston21 le Sam 9 Sep - 17:08

Troubaa, on ne critique pas ceux qui gagnent de l'argent en travaillant; enfin jusqu'à un certain seuil; pour Carlos G..., ce n'est pas un seuil, c'est une montagne!...Ce sont ceux qui gagnent de l'argent à ne rien faire; et ce n'est souvent qu'une histoire d'héritage; c'est pourquoi il faudrait repenser en entier les droits de succession.
Entre le château du Cap Nègre et le tipi de Dédé, je vois une légère différence!
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Sam 9 Sep - 18:39

Suivant tes fantasmes tu décretes qui gagne de l'argent à ne rien faire ? qu'en sais tu ? tu es derrière leur cul 24H/24 7 jours sur 7 ? bref que des préjugés facile non ? pour ne pas dire "à la con".

Carlos Gohn a réussi plusieurs grandes fusions industrielles (Renault => Nissan => Dacia => Samsung => mitsubishi)  chose extraordinairement difficile à réaliser. Surtout dans l'industrie.
Il a fait de Renault le numéro 1 mondial. En quoi son salaire est-il moins mérité que celui de guillaume pépy, patron de la sncf, qui est incapable d'avoir une entreprise en état de marche le jour des départs en vacances ?

Tu vois pour moi celui qui ne mérite pas son salaire ce n'est pas Carlos Gohn mais Guillaume Pepy.... Même si l'un gagne 10 fois plus que l'autre.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par Dédé 95 le Dim 10 Sep - 17:09

Réaliser une fusion, c'est difficile ?
Et c'est Gohn qui l'a faite?

Pauvre Troubaa....reste dans tes illusions....
Réfléchis deux secondes, c'est grace à qui (et avec qui) et pour quelles raisons il les a réalisées?

Pour le reste, je dirais simplement que certains, dont je suis, font avec l'essentiel qu'ils ont!
D'autres avec le superflu.
- Pas de pot les 91m2 en Corse ne m'appartiennent pas ! Mais ton mensonge mille fois répété n'en fera pas une certitude! Sois pas jaloux, mes fils ont TOUS réussi leur vie et leurs objectifs, ils n'ont pas eu besoin de leur papa et ses prolétaires pour faire leur vie....EUX!

Pépy comme Gohn sont des "crapules" que tu vénère! C'est celà le libéralisme économique!

Ps: Pépy ne sort pas de la fac de Dauphine? Very Happy affraid


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par troubaa le Dim 10 Sep - 18:04

Dédé 95 a écrit:Réaliser une fusion, c'est difficile ?
Et c'est Gohn qui l'a faite?
bha oui mon gars. on voit bien que tu n'y connais strictement rien.

Ce qui est dur dans une fusion c'est d'organiser la coopération entre les équipes. toutes les équipes. Si tu échoues la fusion échoue.
Donc définir une politique de groupe cohérente où aucune équipe ne se sente exclue et toutes impliquées
Mettre en place un organigramme cohérent où la diversité des différentes entités peut s'exprimer efficacement.
Choisir et mettre les hommes qu'il faut à la place qu'il faut dans l'organigramme.
Savoir gérer les conflits, à la fois tout en diplomatie et en autorité.

Ton raisonnement revient à dire qu'un capitaine de navire ne sert à rien. Cela ferait rire n'importe quel matelot.


- Pas de pot les 91m2 en Corse ne m'appartiennent pas ! Mais ton mensonge mille fois répété n'en fera pas une certitude! Sois pas jaloux, mes fils ont TOUS réussi leur vie et leurs objectifs, ils n'ont pas eu besoin de leur papa et ses prolétaires pour faire leur vie....EUX!

tu payes un loyer ou tu es marié sous le régime de la séparation de bien ? m’étonnerai pas de la part d'un matérialiste comme toi...

tu passes donc 6 mois par an de vacances dans 91m² en corse ! bigre pour un prolo ! avec vu sur la mer ou non ?

Je ne suis pas jaloux tu es pour moi l'exemple de ce qu'il ne faut pas être. tu ne fais pas envie dédé. moi au moins je ne suis pas hypocrite. Je suis un bourgeois qui le revendique et non un riche propriétaire foncier qui essaye de se faire passer pour un pauvre prolétaire malheureux.


Ps: Pépy ne sort pas de la fac de Dauphine? Very Happy affraid
je m'en fou et à ta différence je n'étiquette pas les gens moi. Je regarde leur résultat pour juger.

ceci dit encore une belle démonstration de ton matérialisme !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par Dédé 95 le Dim 10 Sep - 18:32

Oui je suis matérialiste ....et alors ?
par contre je passe pas 6 mois de l'année en vacance ... mon statut social me l'interdit, je suis retraité!
Ceci dit, je préfère mes 3 pièces construites de mes mains sur un terrain de 91m2 que filer 500€ par semaine à un proprio!
Chacun défend sa croute avec ses moyens.
Certains vivent dans des palaces en controlant l'activité de leurs prolétaires, d'autres ....couchent sous les ponts!
moi j'ai choisi de niquer les bourgeois tout en comptant sur moi pour me loger!
Merci à mes enfants de m'accueillir sur vos terres avant que je crève (*)

(*) désolé l'héritage ne sera pas gros! Vous en aurez au moins profiter avant que les "bourgeois" le détruise avec leurs guerres.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: la guerre économique pour les nuls !

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 13:46