LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Vénézuéla

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Vénézuéla

Message par komyo le Sam 1 Juil - 17:38

Là ou c'est fort, c'est que dans le même temps, les mecs essayent de te faire pleurer sur Poutine et son ingérence...



Alors que l’ONU vient de condamner les attaques aériennes perpétrées par un commando d’extrême droite contre le Tribunal Suprême de Justice et le Ministère de l’Intérieur du Venezuela – attentats terroristes occultés par les médias français – (1), l’ambassadrice états-unienne auprès des Nations Unies Nikky Haley s’est refusée à le faire : « Nous devons maintenir la pression sur Maduro, il y a des signes qui indiquent que maintenant, il va commencer à utiliser son pouvoir militaire et des armes et ce que nous voyons à la télévision (sic) est en réalité bien pire. C’est une situation terrible, c’est pourquoi nous devons exercer sur Maduro autant de pression que nous pourrons ». (2)

Le 15 juin 2017, lors d’une conférence sur « Prospérité et Sécurité en Amérique Centrale » organisée conjointement par le Département d’État (US), le Département de la Sécurité intérieure (US) et le Mexique, le Vice-président américain Mike Pence s’adressait à un parterre de dirigeants d’Amérique Centrale : « Il suffit de regarder le Venezuela pour voir ce qui se produit lorsque la démocratie est compromise. Cette nation, autrefois riche, s’effondre dans l’autoritarisme qui a causé des souffrance incalculables au peuple vénézuélien, et son basculement dans la pauvreté. Nous devons tous élever notre voix pour condamner les abus de pouvoir et les pratiques du gouvernement envers son propre peuple, et nous devons le faire maintenant. » (3)

Pour comprendre en profondeur ce qui sous-tend la guerre économique, les manoeuvres militaires régionales (Brésil, Colombie) ainsi que les intenses pressions médiatiques et diplomatiques des États-Unis pour neutraliser l’opinion internationale autour du théâtre d’opérations vénézuélien, il faut d’abord rappeler que l’Administration Trump, loin d’avoir engagé une nouvelle politique extérieure, a maintenu les grandes lignes de la stratégie conçue par l’idéologie néoconservatrice qui contrôle aujourd’hui la plupart des décisions prises par son gouvernement ainsi que les actions soutenues par le Congrès des États-Unis. L’urgence de faire tomber le chavisme est difficilement compréhensible si l’on ne prend pas en considération les idées avancées par les principaux think tank, tant au niveau international que régional.

Comment s’inscrit la stigmatisation du Venezuela dans la feuille de route globale ?

A la mi-2016, Le Centre pour une Nouvelle Sécurité Américaine (CNAS) présenta un document intitulé « L’expansion du pouvoir américain » contenant une série de recommandations destinées à générer un consensus dans la classe politique états-unienne visant à « garantir la survie du système international favorable aux USA ». Pour ce faire, le think tank bipartite préconise des réformes économiques sur le plan intérieur, comme, par exemple, une restructuration de la dette et une réforme fiscale destinée à renforcer les bases du système états-unien dans l’objectif d’augmenter les dépenses militaires, économiques et diplomatiques qui lui permettront de s’étendre en Asie, en Europe et au Moyen Orient, trois régions-clefs pour une mondialisation durable.

C’est ainsi que les USA « pourraient dissuader par la voie diplomatique et militaire des puissances telles que la Chine et la Russie de remettre en question l’ordre international libéral actuel afin d’éviter un conflit militaire à l’échelle mondiale (sic) ». C’est également sur la base de telles propositions que ce think tank projette de militariser les Mers du Sud de la Chine et propose une réforme de l’OTAN pour renforcer son déploiement le long des frontières de l’Europe avec la Russie. Propositions qui ont toutes été appliquées par l’Administration Trump en continuation de la politique d’Obama, accompagnées d’autres mesures plus spécifiques concernant directement la Russie, comme la création d’une zone de sécurité dans le nord de la Syrie afin d’y installer des réfugiés et des forces alliées des USA, dans l’objectif de favoriser la partition du pays et de mettre un frein à Moscou suite à son engagement dans cette guerre.

Les récentes rencontres entre Trump et le président chinois Xi Jinping relèvent elles aussi du plan visant à faire adhérer la puissance asiatique à l’ordre international favorable aux multinationales états-uniennes d’une manière pacifique. D’où l’importance à accorder à cette feuille de route globale qui fait partie d’un consensus général des think tank en relation avec les figures de l’administration Trump, comme le secrétaire de la défense James Mattis et le conseiller pour la sécurité nationale H.R. Master.

En quoi cela concerne-t-il le Venezuela ?

L’objectif poursuivi est de déplacer le conflit en cours au Venezuela sur un terrain « à somme nulle ». Tout le monde sait que le Venezuela constitue la principale source de ressources pétrolifères dans le monde et possède un large éventail de réserves aquifères, de gaz et de minéraux stratégiques au profit de l’industrie technologique, spatiale et militaire d’un système qui prétend imposer sa domination sur d’autres parties de la planète. C’est pourquoi sécuriser ce territoire, source d’approvisionnement peu coûteuse, est certainement une stratégie payante pour un plan d’expansion hégémonique que l’on cherche à imposer au monde.

Un extrait du rapport du Centre pour une nouvelle sécurité américaine dit très clairement qu’il est de première importance pour les USA d’obtenir certains avantages sur les marchés énergétiques qui contribueront à étendre leur pouvoir à un niveau mondial. Ce qui équivaut pour le Venezuela à régresser à son statut antérieur qui permettait aux descendantes de la Standard Oil (Exxon, Chevron, Conoco Phillips…) de contrôler directement et indirectement l’industrie pétrolière du Venezuela en leur fournissant justement ces mêmes avantages stratégiques. Il est amplement reconnu aujourd’hui qu’au moins 24 transnationales pétrolières ayant passé des accords avec PDVSA et l’État vénézuélien et fonctionnant selon un régime d’exploitation mixte existent aujourd’hui dans ce pays.

Cela permet de comprendre que des multinationales comme Exxon, Mobil et Chevron financent les sanctions contre le Venezuela, allant même jusqu’à contrôler le Département d’État US, et qu’elles entretiennent des relations très particulières avec l’argent des think tank qui fomentent des actions contre le pays.

Citons parmi de nombreux exemples la récente proposition du Conseil des Relations Extérieures soumise au Congrès US visant à renforcer le blocus étranger par l’intermédiaire de l’OEA, et la visite de Luis Almagro à l’Institut Américain des Entreprises quelques jours avant la présentation de sa demande d’application de la charte démocratique contre le Venezuela. Toutes ces initiatives ont le même but et comptent sur l’appui explicite d’autres think tank comme le Conseil des Amériques et celui de l’Atlantique, tous deux constitués de compagnies particulièrement intéressées par les ressources naturelles du pays qu’elles veulent exploiter en dehors de toute médiation de l’État vénézuélien.

Qu’en est-il de l’équation régionale ?

Le Venezuela est considéré comme le pays-clef garantissant que l’Amérique Latine continuera à être une source d’approvisionnement en ressources naturelles et en main d’œuvre à bas prix, toujours selon l’optique de la stratégie globale mentionnée plus haut, après les changements de gouvernements favorables à cette politique en Argentine et au Brésil.

C’est à cette fin que le Conseil de l’Atlantique a présenté une projet proposant que le Mercosur et l’Alliance du Pacifique s’unissent dans une zone de libre échange commercial qui permettra à la région d’intégrer une méga plate-forme commerciale avec les USA et l’Europe afin de pénétrer avec plus de force le marché asiatique. Cette initiative est en plein processus de mise en œuvre après les discussions entre les deux organismes régionaux antérieures à la suspension du Venezuela du Mercosur, qui constitue une violation flagrante de la législation internationale de cette ligue commerciale. Il est certain qu’en se débarrassant du Venezuela, le principal obstacle pour réaliser ce plan régional serait levé conformément à la stratégie globale promue par ces think tank.

D’où le niveau d’intensité de la pression exercée sur le Venezuela afin d’en finir avec sa « mauvaise influence » sur la région (par exemple en luttant contre l’existence du programme PetroCaribe par lequel le Venezuela fournit du pétrole bon marché aux pays des Caraïbes) et en cherchant à déplacer le conflit politique actuel sur un terrain « à somme nulle » sur lequel toute tentative d’arriver à un consensus politique national qui ne serait pas sous tutelle étrangère et laisserait les Vénézuéliens résoudre la crise, sera sabotée depuis l’extérieur. Ceci en application des mesures dont discutaient déjà les ambassades US en Amérique latine vers 2007 pour en finir avec l’héritage négatif de Hugo Chavez.

Notes

(1) Comme l’explique le syndicaliste français Gilles Maréchal (CGT), « les médias dominants sont dans une phase où le Venezuela ne les sert plus, depuis qu’ont été écartés les risques de l’élection à la Présidence de Jean-Luc Mélenchon et de l’arrivée à l’Assemblée Nationale d’une vague de députés de France Insoumise et du PCF ». Phénomène déjà observé lors de récentes campagnes électorales en Espagne ou en Grèce. Les titres des médias français ne sont pas le fruit d’enquêtes ou d’informations directes du terrain mais la reprise de ce que disent les médias d’opposition (majoritaires en radio, télévision, presse écrite et réseaux sociaux au Venezuela) ou états-uniens.

(2) Voir http://www.telesurtv.net/news/Embajadora-de-EE.UU.-llama-a-mantener-la-presion-sobre-Maduro-20170628-0073.html

(3) Lire, de Philippe Huysmans : « Quand Mike Pence dénonce le « totalitarisme » au Venezuela », http://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/quand-mike-pence-denonce-totalitarisme-venezuela_1872385488

Source : http://misionverdad.com/columnistas/por-que-es-necesario-derribar-a-venezuela

Traduction : Frédérique Buhl

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2JA



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Lun 18 Sep - 19:37



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Lun 18 Sep - 22:18

ca va etre encore moins pratique pour acheter de la nourriture. tu crois que le céréalier de la Beauce accepte les yuans ?
pauvres dirigeants qui ne savent plus quoi inventer pour faire leur intéressant. ni qui accuser pour se dédouaner de toutes responsabilités.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Lun 18 Sep - 22:21

ne t inquiète pas pour cela !

Par ailleurs, des projets visent à faciliter l’utilisation du Renminbi en tant que monnaie internationale, ainsi que son intégration au réseau SWIFT.


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Lun 18 Sep - 22:24

moi non je m’inquiète pas mais le peuple venezuelien certainement

mais bon toi manifestement le sort du peuple venzuelien ne t'inquiete pas...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Mar 19 Sep - 9:04

tu t inquiètes pour le peuple vénézuélien ? fais moi rire ! les us ont bombardé la moitié de la planète et occasionnés des millions de mort avec cette fadaise qui leur sert surtout a mettre la main sur les ressources pétrolières.
Si tu veux t occuper de gens qui souffrent, tourne plutôt ton regard vers le Yemen qui est actuellement noyé sous les bombes, ou vers les dictatures religieuses du moyen orient ou des gens sont exécutés au sabre comme dans l'état islamique pour les motifs les plus futiles...! pas vers le Vénézuéla ou cuba ou la population vit bien en comparaison !


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Mar 19 Sep - 19:09

troubaa a écrit:ca va etre encore moins pratique pour acheter de la nourriture. tu crois que le céréalier de la Beauce accepte les yuans ?
pauvres dirigeants qui ne savent plus quoi inventer pour faire leur intéressant. ni qui accuser pour se dédouaner de toutes responsabilités.

Si les céréaliers de la Beauce, ne savent pas s'adapter et vendre en yuans, il y a un moment ou ça va leur poser de gros problèmes !
le règne du dollar s effrite, c'est une réalité géopolitique incontournable pour ce pays qui a une dette irremboursable et vit a crédit et
à stéréo sur l'ensemble de la planète, depuis des décennies.
Dan le comptable du forum, pourra surement nous en dire un mot !  clown

http://lesakerfrancophone.fr/la-chine-envisage-un-nouvel-ordre-mondial-sappuyant-sur-un-marche-du-petrole-soutenu-par-lor


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Mer 20 Sep - 15:54

Venezuela : « C’est bien un phénomène totalitaire qui est en train de s’installer »


De Chavez à Maduro, Caracas est devenu un cas exemplaire de post-vérité relayée, en France, par les « insoumis » et autres agents d’influence, préviennent trois intellectuels vénézuéliens dans une tribune au « Monde ».


Tribune. Historienne, sociologue, journaliste : nous sommes trois Vénézuéliens de générations différentes vivant et travaillant en France. Voués aux sciences sociales et aux humanités, nous continuons d’entretenir une relation étroite avec le Venezuela : nous enquêtons sur ses problèmes sociaux, ses villes ou ses patrimoines ; nous nous interrogeons sur ses violences, sa démocratie et ses paradoxes depuis plusieurs décennies.

Nous avons tous trois cultivé nos sensibilités et notre pratique de gauche aux côtés de guérilleros devenus iconiques, dans les bidonvilles où certains d’entre nous ont grandi, et dans l’expérience de terrain et des strates diverses qui composent cette société. C’est pourquoi l’indignation nous gagne lorsque, au mépris de toute réalité factuelle, des révolutionnaires de salon, des politiciens affairistes et des experts en service commandé interviennent dans le débat français pour marteler des contre-vérités sur le Venezuela.

Qu’est-ce que le Venezuela aujourd’hui ? Un pays exsangue, aux institutions gangrenées par la corruption, aux systèmes de santé et d’éducation démantelés. Un pays sans Etat de droit où l’impunité règne, à l’exception de 600 prisonniers politiques, parfois jugés par des tribunaux militaires et souvent torturés. Un pays dont l’économie en ruine est contrôlée d’une main de fer depuis bientôt vingt ans par un gouvernement disposé à l’indicible pour se maintenir au pouvoir. Un pays dont le peuple est affamé, berné, maltraité, muselé. Un peuple las des tensions entretenues et des pénuries réservées aux pays en guerre, pourtant inexistantes au Venezuela depuis le XIXe siècle.
Alors que les authentiques démocrates européens et des Amériques sortent enfin de leur torpeur et dénoncent, sans ambiguïté, les pratiques gouvernementales mafieuses et déshumanisantes devenues ordinaires au Venezuela, voilà que des porte-voix du régime mènent une offensive pour édulcorer et relativiser...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/09/18/le-totalitarisme-s-installe-peu-a-peu-au-venezuela_5187043_3232.html#pIsotYWQHhk6SKHQ.99


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Mer 20 Sep - 18:13

Faudrait savoir, d'après toi ce régime est totalitaire depuis Chavez!
Qu'est-ce que je lis?

C’est bien un phénomène totalitaire qui est en train de s’installer
En train de s'installer? Donc il n'est pas encore totalitaire!
Dont acte!
Et ce qui est vrai! Le Trump la mort va avoir un concurrent à coté de lui!

Ps: Quand à l'auteur de l'article, c'est l'ancienne femme de Régis Debray, proche du parti stalinien du venezuela! On comprend mieux!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Mer 20 Sep - 20:35

très bien expliqué sur Europe 1


Thomas Guénolé
"On peut légitimement se demander si l'on n'assiste pas à une grande manoeuvre des Etats-Unis pour renverser le gouvernement du Venezuela, qui a les plus grosses réserves pétrolières du monde. Rappelez-vous George W. Bush et l'Irak." => J'étais le 19/09 sur Europe 1, chez "Hondelatte raconte", pour mon "éditorial insoumis".


Quant à l'immonde, c'est devenu le parfait journal de propagande !


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Mer 20 Sep - 20:52



qu'il se demande ça l'occupe le fanzouillle de melanchon

dommage qu'il n se demande pas pourquoi le peuple vénézuélien crève de faim cela lui ferait une deuxieme occupation...

c'est à se demander si cet homme est vraiment intelligent....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Mer 20 Sep - 21:33

Le peuple Vénézuelien ne crève pas de faim, enfin pas encore.
On ne peut pas en dire autant du peuple Haitien!

Ceci dit!
Qui fixe les prix des barils de pétrole? pétrole qui est la principale source de revenu de ce pays.
Qui sont les 7 soeurs !
http://www.politique-actu.com/dossier/petrole-secret-sept-soeurs-geostrategie/869118/
Ce n'est plus le cas?
Quand on a des oeillères!



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Mer 20 Sep - 21:43

meme le president Maduros a reconnu que son peuple souffrait de pénurie alimentaire en lançant le "paln lapin"

Mais dédé95 refuse de reconnaître la réalité et préfère vivre dans son mythe. Etonnant ?
Oui dédé le venezuela encore un pays qui s'est essayé au socialisme, qui l'a approché, et qui fini ruiné. Hélas pour le peuple.


dédé les ouragans et tremblement de terre qui ont ravagé haïti c'est la nature et on n'y peut rien.
Le socialisme qui a ravagé le venezuéla ce n'est pas naturel et on y peut quelque chose.
tu saisis la différence ?

Allez t’inquiète dans quelques mois le venezuela se convertira au capitalisme pour s'en sortir... le peuple aura enfin de l'espoir de s'en sortir !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Mer 20 Sep - 21:46

troubaa a écrit:

qu'il se demande ça l'occupe le fanzouillle de melanchon

dommage qu'il n se demande pas pourquoi le peuple vénézuélien crève de faim cela lui ferait une deuxieme occupation...

c'est à se demander si cet homme est vraiment intelligent....

bah entre toi qui est surtout spécialiste en propagande pro libérale macroniste et lui qui réfléchit , il y a pas vraiment photo...


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Mer 20 Sep - 22:29

Troubaa a écrit:meme le president Maduros a reconnu que son peuple souffrait de pénurie alimentaire en lançant le "paln lapin"
Et Troubaa traduit celà en je cites: Le peuple Vénézuelien crève de faim"

Mais dédé95 refuse de reconnaître la réalité et préfère vivre dans son mythe. Etonnant ?
Non j'ai dénoncé la politique de ce pays avant même que je te connaisse, et de vive voix dans un congrès de la 4ème, ne sois pas jaloux j'ai voyagé et pas aux frais de la princesse mais des cotisations des adhérents.
Oui dédé le venezuela encore un pays qui s'est essayé au socialisme, qui l'a approché, et qui fini ruiné. Hélas pour le peuple.
NON il se s'est jamais essayé au socialisme il n'a fait que comme a fait Staline , une économie mixte et a refusé de passer au socialisme pour éviter que le FMI refuse les subsides!
Le peuple ? lequel ? Celui des favellas ou celui des proprio terriens spoliés ?


dédé les ouragans et tremblement de terre qui ont ravagé haïti c'est la nature et on n'y peut rien.
Tu en es resté là? tu a une grande érudition... (*)
Et les tontons macoutes ils y sont pour rien?
http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Les-Duvalier-un-regne-de-30-ans-sur-Haiti-2014-10-05-1216590

Commence par comprendre toi même!

Allez t’inquiète dans quelques mois le venezuela se convertira au capitalisme pour s'en sortir... le peuple aura enfin de l'espoir de s'en sortir !
Il est déjà au capitalisme! Et si c'est pour en venir à la Russie aujourd'hui, je te laisses avec tes illusins ......et tes bons d'emprunt russe Very Happy
(*)
Ayant accédé à l'indépendance dans des conditions difficiles au début du dix-neuvième siècle, la population Haïtienne a vécu jusqu'à la fin des années 60 dans et d' une économie à prédominance agricole basée sur la petite exploitation paysanne de faible productivité. L'économie urbaine est restée rachitique et liée au commerce international, faible en volume, en valeur et en part relative du produit intérieur brut. l'essai de modernisation amorcé au début des années 70 n'a pas donné les résultats espérés, l'industrialisation étant restée relativement faible, ralentie en partie par une agriculture qui s'est montrée incapable de satisfaire la demande urbaine. La migration interne a contribué, d'autre part, dans ce contexte à alimenter un secteur informel urbain pléthorique et très peu capitalisé. La croissance de type extensif qu'a connu le pays n'a pas permis une augmentation significative des revenus moyens et le taux de pauvreté est demeuré très élevé. La permanence de cette situation réclame que les analystes y prêtent une attention soutenue. Le rapport qui suit a pour objectifs: De faire le point de façon réaliste sur la mesure et l'Ampleur de la pauvreté ainsi que son évolution après 1985. d'analyser les causes profondes de la pauvreté de masse et les raisons de son maintien et de sa reproduction au cours de ces vingt dernières années. De jeter la lumière sur les modalités d'acquisition ou les déterminants des revenus, ainsi que le comportement et les déterminants de la consommation des ménages pauvres, ce en comparaison avec ceux des ménages non pauvres. De proposer quelques pistes originales pouvant permettre de guider la réorientation nécessaire du comportement, des actions et interventions des décideurs publics, privés et internationaux en matière de gouvernance générale et de lutte contre la pauvreté en particulier.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Ven 13 Oct - 7:58

Le Venezuela, un révélateur pour la gauche française

Analyse. La question vénézuélienne est aujourd’hui, en France, une fracture de plus entre deux gauches de moins en moins réconciliables.

Analyse. Un spectre hante la gauche française : le spectre du Venezuela. Les manifestations contre le pouvoir en place du président Nicolas Maduro, héritier de Hugo Chavez, mort en 2013, et la réponse répressive de l’Etat – plus d’une centaine de morts dont au moins 73 sont imputables aux forces de sécurité ou aux groupes ­paramilitaires, selon l’ONU, et 15 000 blessés – ont mis en lumière de profonds clivages. Mais au-delà des analyses géopolitiques, le cas vénézuélien replace au centre du débat à gauche le rapport à l’autorité, question essentielle et structurante de cette famille.

Les communistes et La France insoumise entendent défendre l’héritage de la révolution bolivarienne
Il y a d’un côté les sociaux-démocrates, les écologistes, certains trotskistes et libertaires (Parti socialiste, EELV, NPA, Ensemble, Alternative libertaire). Tous se retrouvent dans la dénonciation d’un Etat « autoritaire » usant d’une violence disproportionnée.

De l’autre, les communistes et La France insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon, qui, eux, entendent défendre l’héritage de la révolution bolivarienne, et dénoncent la déstabilisation du ­régime par les Etats-Unis et les forces capitalistes.

« Le rapport de la gauche au Venezuela est très complexe, note Christophe Ventura, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), spécialiste de l’Amérique latine et proche de LFI. Historiquement, la révolution bolivarienne a créé une fracture entre les sociaux-démocrates et la gauche de transformation. L’avènement du chavisme se fait sur la ruine de la social-démocratie et du système bipartisan au pouvoir. » « Certains courants d’inspiration trotskiste et libertaire, ajoute-t-il, ont toujours eu une prévention concernant la question de l’autorité, du caudillisme, du plébiscite. Ce sont des formes très ancrées en Amérique latine. »

Débat consubstantiel à la gauche

Savoir quelle place donner à la violence et à l'autorité est un débat consubstantiel à la gauche depuis la Révolution. Tout le problème est de savoir où placer la limite du recours à la violence légitime de l'Etat. "Le clivage à gauche se fait autour de la place de l'autorité, mais aussi de la verticalité du pouvoir et de la notion d'homme providentiel ", souligne Raphaël Glucksmann. Selon ce proche de Benoît -Hamon, " il faut aussi rajouter une nuance au clivage autour du Venezuela en France. Celle des héritiers de la première gauche et de la deuxième, entre la gauche étatiste et celle héritière d'une méfiance vis-à-vis de l'Etat " .

Philippe Marlière, professeur de sciences politiques à l'University College de Londres, dresse une critique encore plus sévère. - "Mélenchon est un républicain à la française. Et une forme d'autoritarisme existe aussi dans cette tradition. Il n'est pas imprégné de cette culture antitotalitaire. Or, tous les moyens ne justifient pas une fin", continue ce politologue engagé à gauche. Pour les partisans de M. Mélenchon, ces jugements très durs -envers leur champion "ne sont pas des -analyses " et visent à discréditer politiquement l'ancien candidat à la présidence de la République.

M. Mélenchon a livré le fond de sa pensée lors des journées d'été de La France insoumise, fin août à Marseille. En accueillant Rafael -Correa, ancien président de l'Equateur, il est -revenu sur la situation au Venezuela. "Nous n'avons pas de modèle en Amérique latine. Nous avons des sources d'inspiration ", a-t-il rappelé. Puis un peu plus tard :" Pas une fois, nous ne perdrons notre temps à jeter des pierres à nos amis. (...) Mais nous manifestons du respect à l'égard de ceux qui vivent à proximité d'un empire agressif, violent, organisateur permanent de complots, de coups d'Etat, de tentatives d'assassinats, et de déstabilisation. Quelque erreur que fassent nos amis, nous ne perdons pas de vue que le responsable principal du mal, du désordre des tentatives de guerre civile, c'est l'impérialisme américain . " Il y a un réflexe " campiste " sur ce sujet où il ne faut pas dénoncer les erreurs commises par " nos amis " car, en face, l'ennemi irréductible - " l'impérialisme américain " - veille et menace.

Il faut -reconnaître cependant une constance à -M. Mélenchon. Il n'a jamais caché son admiration pour certains régimes de gauche d'Amérique latine, ceux de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA, qui comporte onze membres, notamment Cuba, le Venezuela, la Bolivie, l'Equateur et le Nicaragua). Leur point commun : des programmes de rupture portés par des leaders charismatiques.

Ne pas tomber dans la caricature.Ces expériences ont été une source d'inspiration pour le député des Bouches-du-Rhône à double titre. D'abord sur le processus " révolutionnaire " de constituante, coeur du programme des " insoumis ", avec la mise en place d'une VIe République. Ensuite, la conversion de cette gauche à l'écologie doit aussi beaucoup au buen vivir (littéralement" bien vivre ") et aux droits de la nature. Ces deux concepts issus des traditions indigènes constituent des alternatives au productivisme et au consumérisme.

En revanche, il faut veiller à ne pas tomber dans la caricature qui consisterait à présenter les soutiens de la révolution bolivarienne comme des complices d'un régime dictatorial. " Si on met à part la récente élection de l'Assemblée constituante, jusqu'à présent, le Venezuela a toujours respecté le résultat des votes, les règles légales. Ce n'est pas une dictature ", assure Christophe Aguiton. Cet altermondialiste, militant politique et syndical - il fut longtemps à la LCR et a participé à la création de SUD PTT -, vient de publier un essai passionnant, La Gauche du XXIe siècle (La Découverte, 242 pages, 17 euros). L'un de ses chapitres est d'ailleurs consacré à l'expérience sud-américaine. Pas sûr que cette position médiane soit entendue. Car la question vénézuélienne est aujourd'hui, en France, une fracture de plus entre deux gauches de moins en moins réconciliables.
Abel Mestre

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/le-venezuela-un-revelateur-pour-la-gauche-francaise_5199251_3232.html


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Ven 13 Oct - 8:38

Défense du peuple et de la nation vénézuélienne, sans condition!
Par Dédéfucius Novembre-décembre 2012.
Les élections présidentielles au Venezuela du mois d’octobre dernier se sont conclues par la victoire de Chavez avec plus de 54% de voix contre 45% au candidat de la droite, Capriles, avec un taux important de participation. Ces élections ont donc constitué une victoire, non d’une prétendue «révolution bolivarienne» qui n’a jamais existé, mais de la démocratie bourgeoise, c’est-à-dire de l’ordre capitaliste.
Les tensions entre les classes n’ont pas disparu au Venezuela, comme en témoigne la répression contre les militants ouvriers et les organisations revendicatives, la violence intrinsèque aux rapports sociaux n’a pas diminué comme le révèle la très forte délinquance, les massacres dans les prisons, etc.
Mais le prix élevé du pétrole, qui est la première ressource du Venezuela, a permis la rentrée dans les caisses de l’Etat d’une masse importante de revenus; la bourgeoisie et les classes parasitaires ont été de loin les premières bénéficiaires des retombées de la rente pétrolière, toutefois le gouvernement a pu en utiliser une partie pour réduire la pauvreté, tout en développant le clientélisme; le premier septembre le salaire minimum a été ainsi augmenté de 17% après une précédente augmentation de 15% au premier mai; quoique partielle et rongée par une forte inflation (la plus forte d’Amérique Latine en 2011 avec 27,6%, elle a été 18% en octobre, en rythme annuel, ce qui représente un niveau historiquement bas), l’amélioration des conditions des masses est cependant indéniable et elle a été à la base, non seulement de la victoire de Chavez, mais plus généralement, de la réussite de la farce électorale et du succès du mécanisme démocratique.
Cette amélioration n’a pas supprimé l’exploitation et la misère liées à la condition prolétarienne, et elle est inévitablement restée limitée: par exemple, dans le domaine brûlant du logement, les chavistes se sont vantés que le gouvernement ait réalisé «223.373 solutions de logement [sic]», alors même que selon les statistiques officielles le déficit des logements est de 3 millions, concernant 13 millions de personnes (1). Pourtant, non seulement pour le PC et ses acolytes, mais pour des courants qui se disent révolutionnaires comme les trotskystes de Marea Socialista (lié à la IVe Internationale dont fait partie le NPA), cela suffit pour justifier leur soutien au chavisme et leur entrisme dans le parti gouvernemental (PSUV). Le slogan de Marea Socialista était: «Le 7 octobre, Chavez président, le 8 octobre, débarrassons la révolution de ses bureaucrates!» (les «bureaucrates» étant censés être la cause de tout ce qui ne va pas). On attend toujours que M. S. passe à l’action...
Le soutien à Chavez et l’entrisme dans le PSUV est aussi la position du courant trotskyste «Tendance Marxiste Internationale», spécialisé dans le grenouillage dans les partis réformistes les plus anti-prolétariens (en France, sa section «La Riposte» fait de l’entrisme dans le PCF), voire ouvertement bourgeois, comme le Parti du Peuple Pakistanais (dont Benazhir Bhutto était la dirigeante avant son assassinat) qui est au pouvoir dans ce pays: le président du PPP, Asif Zardari, veuf de Bhutto, célèbre pour sa corruption (surnommé Monsieur 5%), est président du Pakistan: rien d’étonnant si ces gens s’enthousiasment pour un Chavez et répandent la fable de la perspective de la création prochaine, par décret présidentiel, de «conseils socialistes de travailleurs» pour réaliser une... co-gestion des entreprises!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Ven 13 Oct - 22:57

oui on voit le résultat !

affamer le peuple au nom d'une idéologie. tu parles d'un grand défenseur du peuple que tu fais.

Des grands mots qui débouchent sur des grands maux.

Pas de quoi etre fier. ce n'est plus dédéfucius mais dédécon.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Sam 14 Oct - 5:17

Parceque les Cie pétrolières qui fixent le prix du baril, elles, elles n'affament pas le peuple?
Et c'est pas avec l'idéologie capitaliste, qu'elle le font ?



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Sam 14 Oct - 9:14

Mais oui mon petit dédé c'est les compagnies pétrolières qui afffament le peuple. Prend le peuple pour des cons en racontant n'importe quoi cela te va très bien.
De toutes les manières :
Toujours à la recherche d'un bouc émissaire
Toujours à jouer le statut de victime
Toujours à se déresponsabiliser.

pour dédé  si le marxisme et ses dérivées ne marchent pas, ce n'est pas parce que cette idéologie est inefficace et inapplicable, ce n'est pas parce que cette idéologie est  économiquement erronée, non c'est parce qu'il y a des grands méchants. Cela ne vous rappelle pas 33 en Allemagne quand la cause des difficultés et des malheurs des allemands étaient attribués à un groupe de personne....

plutot que de chercher une quelconque remise en question dédé préfère accuser les autres. C'est tellement plus facile.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Sam 14 Oct - 10:18

Tu connais des dérivés au marxisme?
Dis pas que c'est le Libéralisme, version impérialisme à la Trump!

Plus sérieux!

Oui ce sont les C° pétrolière qui en diminuant , UNILATERALEMENT, le prix du baril ont CONTRIBUE à diminuer la principale source de revenu de ce pays!
Que tu dises que l'erreur des gouvernements successifs du Vénézuela, à été de trop compter là dessus, je te l'accorde, mais ne viens pas dire que le capitalisme n'y est pour rien!
Les 7 soeurs, tu connais?

Les États-Unis contrôlant une grande partie du pétrole du Moyen-Orient, sa rivale, la Chine se tourne vers de nouveaux partenaires.
L'Asie et l'Afrique noire font partie de ses fournisseurs. C'est également le cas du Venezuela d'Hugo Chavez toujours au pouvoir malgré le coup d'état de 2002 appuyé par les sept sœurs.
Exaspérés de ne rien voir des retombées économiques du pétrole, les peuples tunisien, égyptien et libyen finissent par se révolter et renversent leurs dirigeants.
Contraintes de se tourner vers de nouvelles solutions, les compagnies historiques repoussent toujours plus loin les limites...
http://www.politique-actu.com/dossier/petrole-secret-sept-soeurs-geostrategie/869118/


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Lun 16 Oct - 20:54

Vous ne le saviez sans doute pas, mais il y avait des élections régionales au Venezuela ce dimanche. Et c’est le parti de Maduro qui les a gagnées.


Vous ne le saviez pas parce que vos chers médias se sont bien gardés de vous en parler. De même qu’ils s’attarderont encore moins sur le résultat : une victoire large et sans bavure du très chaviste et très bolivarien PSUV (Parti socialiste unifié du Venezuela).

18 des 23 gouvernorats ont été gagnés par le parti de Maduro contre 5 à l’opposition (4 à la droite et 1 à l’extrême-droite).

Le décompte du vote national fait apparaître que le parti chaviste a recueilli 54% des suffrages exprimés, soit neuf points devant l’opposition.

Participation en hausse également : 61,4%.

Où va la démocratie si maintenant les « dictateurs » se mettent à gagner les élections ? Smile





_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Lun 16 Oct - 22:02

ce scrutin là sur qu'il le respectera !

Mieux que les législatives de 2015.

Le peuple n'est écouté que si il vote bien.

ps : si si les médias en ont parlé....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Mar 17 Oct - 0:24

Mince ca coince dents. Une victoire démocratique ou une magouille électorale ?


Au Venezuela, le pouvoir s’attribue la victoire aux élections régionales, l’opposition conteste
Le Parti socialiste unifié, au pouvoir, a remporté 17 Etats sur 23. L’opposition refuse de reconnaître ce résultat, qu’elle estime entaché de fraude

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, le 15 octobre 2017.

La présidente du Conseil national électoral (CNE) a annoncé le triomphe des candidats du pouvoir aux élections de gouverneur des 23 Etats vénézuéliens, dimanche 15 octobre. Selon Tibisay Lucena, des « résultats irréversibles » accordent la victoire au Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), la formation présidentielle, dans 17 Etats, tandis que la Table de l’unité démocratique (MUD), la coalition de l’opposition, l’emporte dans cinq Etats. Le décompte n’était pas fini, dimanche soir, dans l’Etat de Bolivar. La participation s’élève à 61 % des inscrits.

Ce résultat contredit tous les pronostics et sondages. « C’est une victoire éclatante, s’est félicité le président Nicolas Maduro, successeur du charismatique Hugo Chavez (1999-2013). Le chavisme s’est largement imposé dans ces élections. » Le chef de l’Etat a ironisé, en ajoutant qu’il ne contesterait pas le résultat des Etats conquis par des opposants et en appelant ces derniers à reconnaître leurs défaites. Le numéro deux du régime, le capitaine Diosdado Cabello, a précisé que les élus devront « prêter allégeance à l’Assemblée constituante » pour être investis. Cette Assemblée n’est pas reconnue, ni par les opposants ni par la communauté internationale. Elle avait été désignée, le 30 juillet, lors d’un scrutin sur mesure contraire au suffrage universel. L’entreprise de logiciels Smartmatic, prestataire du CNE, avait elle-même dénoncé la fraude.


Selon Gerardo Blyde, directeur de campagne de la MUD, les chiffres annoncés par le CNE ne correspondent pas au décompte des scrutateurs de l’opposition. Il a demandé un audit complet du scrutin. « Actuellement, nous ne reconnaissons aucun résultat, a déclaré M. Blyde. Nous sommes face à un moment particulièrement grave pour la République. Le système électoral n’est pas transparent. Ni le peuple vénézuélien ni le monde ne vont avaler un résultat que le gouvernement lui-même est incapable d’expliquer. »

Nombreuses irrégularités

L’opposition dénonce de nombreuses irrégularités. Les candidats officiels ont continué à faire campagne jusqu’à la fermeture des bureaux de vote. Leurs partisans ont souvent accompagné les électeurs dans l’isoloir et vérifié leur « carnet de la patrie », une pièce d’identité indispensable pour recevoir l’aide alimentaire par ces temps de pénurie, en général réservée aux personnes favorables au régime. Ni l’heure d’ouverture ni l’heure de fermeture des bureaux n’ont été respectées. Le gouvernement n’a accrédité aucun observateur international. Le travail de l’Observatoire électoral vénézuélien, une organisation non gouvernementale, a été entravé.

Dans plusieurs Etats, les « collectifs », les groupes paramilitaires chavistes, ont intimidé les électeurs avec leurs armes à feu et des grenades lacrymogènes, sans que l’armée intervienne. En revanche, les militaires ont empêché l’accès des journalistes aux bureaux de vote. L’intimidation a été notable à Chacao, quartier résidentiel de Caracas, qui dépend de l’Etat de Miranda. Fief de l’ancien candidat présidentiel de l’opposition, Henrique Capriles Radonski, gouverneur sortant, Miranda est un Etat qui a basculé, d’après le CNE.

« Henrique Capriles a fait une excellente gestion et son candidat Carlos Ocariz s’est fait connaître comme maire de Sucre, un quartier populaire, affirme le chroniqueur et éditeur Sergio Dahbar, électeur à Miranda. Notre Etat est l’un des plus touchés par le déplacement d’électeurs d’un bureau de vote à un autre, quatre jours avant le scrutin. La victoire du chaviste Hector Rodriguez est invraisemblable. » Ce dernier l’a emporté, selon le CNE, par 75 000 voix, alors que plus de 700 000 électeurs ont été transférés de leur bureau de vote à un autre sans avoir été informés dans un délai raisonnable.

La perte de Miranda est aussi surprenante que celle de l’Etat de Lara, où l’opposant Henri Falcon, un dissident du chavisme assez populaire, se représentait, contrairement à Henrique Capriles, privé de ses droits politiques par le régime. C’est une militaire jusqu’alors inconnue des électeurs, l’amirale Carmen Melendez, qui l’aurait emporté à Lara avec 57 % des voix.

Le troisième Etat perdu par les opposants est Amazonas. Les chiffres du CNE leur accordent en revanche deux Etats importants gouvernés par des militaires chavistes, Zulia, vieux fief social-démocrate, et Tachira, à la réputation rebelle. L’opposant Andres Velasquez, dit « El Indio », dirigeant de La Cause radicale (LCR, extrême gauche), assure qu’il a infligé « une raclée » au candidat du PSUV dans l’Etat de Bolivar, dont le CNE n’avait pas fini le décompte dimanche soir.

Lire aussi :   Au Venezuela, le pouvoir et l’opposition mesurent leurs forces dans les régions

« Le pouvoir a organisé une fraude à l’échelle nationale trop évidente », affirme Colette Capriles, politologue à l’université Simon-Bolivar, à Caracas. Le président de l’institut de sondages Datanalisis, Luis Vicente Leon, a commenté le résultat sur son compte Twitter. Selon lui, il ferme « la voie d’une négociation politique entre le gouvernement et l’opposition » et favorise la radicalisation des deux camps. « C’est le pire scénario pour le Venezuela, pour l’opposition mais aussi, paradoxalement, pour le chavisme », estime l’analyste. La fraude va aggraver l’isolement du pays, les sanctions internationales et la crise socio-économique avant la présidentielle de 2018.

Les opposants, eux, ont d’ores et déjà annoncé leur intention de reprendre les manifestations de rue, qui avaient agité le Venezuela d’avril à juillet. La répression brutale s’était soldée par 130 morts et des milliers de blessés. « Je ne tolérerai pas de gouverneurs violents, saboteurs et putschistes », a averti le président Maduro, dimanche soir.

Elections au Venezuela : Paris évoque de « graves irrégularités »

La France a fait part, lundi 16 octobre, de sa « préoccupation » après l’annonce des résultats des élections régionales au Venezuela, remportées par le camp du président Nicolas Maduro, soulignant que « de graves irrégularités » avaient été dénoncées par l’opposition.

« Les conditions de l’organisation des élections sont contestées. De graves irrégularités sont dénoncées et l’absence de transparence dans le processus de vérification et de compilation affecte la confiance dans les résultats », a déclaré la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne. Aucun observateur international n’avait été accepté par les autorités pour le vote de dimanche.

« La France déplore cette situation et se concerte avec ses partenaires de l’Union européenne afin d’examiner les mesures appropriées pour contribuer à une solution à la grave crise que traverse le pays », a-t-elle ajouté.

Le Conseil électoral du Venezuela a annoncé que le camp du président Nicolas Maduro avait largement remporté les élections régionales de dimanche, mais l’opposition a refusé de reconnaître ce résultat qu’elle estime entaché de fraude, et a réclamé un audit du scrutin.

Abonnez vous à partir de 1 €  Réagir AjouterPartager (351)Tweeter

Conte

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/10/16/elections-regionales-venezueliennes-nicolas-maduro-revendique-une-nette-victoire_5201346_3222.html#OzAmCDTiiflXczRZ.99


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Mar 17 Oct - 8:47

troubaa a écrit:ce scrutin là sur qu'il le respectera !

Mieux que les législatives de 2015.

Le peuple n'est écouté que si il vote bien.

ps : si si les médias en ont parlé....

Comme en France avec Mr 18% ? Siffle


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6809
Localisation : France

Re: Vénézuéla

Message par komyo le Mar 17 Oct - 9:46

Il faut bien trouver quelque chose pour justifier que le BAO n'ai pas le pouvoir via ses représentants au vénézuélà, du coup quand l'argument démocratie est là et bien là, les nords américains essayent autre chose et quoi de mieux que d essayer de le minimiser en parlant de fraudes.
La réalité c'est que le Vénézuéla est bien plus démocratique via sa constitution que les pays donneur de leçons !


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10577
Localisation : ici ou là

Re: Vénézuéla

Message par troubaa le Mar 17 Oct - 20:52

Comme parlez à des murs ne sert à rien, concluons sobrement :

oui la démocratie est respectée au venezuéla et il y fait bon vivre...

C'est le tsar des insoumis qui l'a dit.. alors vous pensez bien que c'est vrai.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Vénézuéla

Message par Dédé 95 le Mar 17 Oct - 21:31

Ca vaut bien:
oui la démocratie est respectée en Espagne et il y fait bon vivre...

C'est le roi des moutons qui l'a dit.. alors vous pensez bien que c'est vrai.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: Vénézuéla

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 13:46