LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9912
Localisation : ici ou là

Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par troubaa le Dim 21 Mai - 20:27

ParLaurent Chambaud.[Laurent Chambaud est médecin de santé publique, École des hautes études en santé publique (EHESP) – USPC.]
Un article de The Conversation
 
La première goutte d’alcool comporte des risques pour la santé et il ne faut pas en boire plus de dix verres par semaine, ont affirmé conjointement Santé publique France et l’Institut national du cancer, le 4 mai. Moins de sucre, moins de charcuterie et plus de légumes dans notre alimentation, avait recommandé un peu avant l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).
 
Les prescriptions venant des autorités publiques pleuvent sur les individus sous forme d’interdits ou de bons comportements à adopter impérativement s’ils sont décidés à rester en bonne santé. Aussi le mot « prévention » est synonyme, dans l’esprit de beaucoup, de privation, de restriction et d’obligation. Un constat que je dresse dans La santé publique en question(s), livre publié aux Presses de l’École des hautes études en santé publique (EHESP).
 
On peut penser que l’accumulation des messages d’alerte finit, à la longue, par devenir contre-productive. Voire même oppressante, donc nocive pour la santé ! Plutôt que de bannir le plaisir de nos vies, ne pourrait-on pas imaginer une autre façon de préserver notre bien-être ?
 

NE PAS FAIRE L’AMOUR SANS PRÉSERVATIF

 
Résumons. Il ne faut pas : fumer (ni tabac, ni cannabis), boire de l’alcool (même en petite quantité), se droguer avec des produits de synthèse, faire l’amour sans préservatif si on ne connaît pas son ou sa partenaire depuis longtemps, manger trop sucré, trop gras, trop salé, se rendre dans des lieux trop bruyants, prendre le volant si on a bu ou pris de la drogue.
 
À l’inverse, il faut : faire de l’exercice régulièrement, manger des fruits et légumes (au moins cinq, si ce n’est plus, par jour), limiter notre consommation de viande rouge et de charcuterie, porter un masque en cas de symptômes grippaux, mettre la ceinture de sécurité et vérifier que tout le monde l’a mise avant de prendre la voiture, respecter les limitations de vitesse sur la route, mettre un casque si l’on se déplace à vélo et des bouchons d’oreille si l’on va à un concert de rock, dans une discothèque ou à une fête improvisée.
 
À force, des risques identifiés isolément peuvent se combiner pour se transformer en injonctions paradoxales créant des problèmes insolubles. Ainsi, pour faire de l’exercice et respirer de l’air sain, il serait bon de se promener en forêt. Oui, mais les forêts sont infestées de tiques et on risque d’y attraper la maladie de Lyme…
 

DES CAMPAGNES ALARMISTES

 
Les campagnes sont souvent alarmistes, parfois volontairement choquantes, comme les images sur les paquets de cigarettes (par exemple, le pied d’un cadavre à la morgue) ou certaines vidéos-chocs de la prévention routière. Plus rarement, elles utilisent des ressorts positifs, comme la campagne de 2014 contre les accidents de la route. Intitulée « On a tous une bonne raison de rester vivants », elle met en scène les relations entre parents et enfants – ou celles de couple – qui méritent d’être préservées. 
 
Mais ce n’est pas tout. En plus des autorités publiques, les magazines et les sites Internet prodiguent eux-mêmes d’innombrables conseils visant à aider chacun dans sa quête d’une santé et d’une jeunesse éternelle, nouveau Graal des sociétés modernes. Ainsi, il vaudrait mieux éviter le lait, manger sans gluten, consommer des oméga 3 plutôt que des oméga 6, se tenir à distance de toute onde radio-électrique, ne pas réutiliser une bouteille en plastique pour boire. Chaque jour apporte son « conseil santé », souvent étayé par un médecin aux titres universitaires variés et, parfois, fantaisistes.
 
Les outils introduits par les nouvelles technologies accentuent l’effet d’injonction. Nous pouvons désormais compter le nombre de pas que nous faisons chaque jour. Il faudrait en faire beaucoup, sans qu’on sache précisément combien… car les préconisations varient. Le site d’un hôpital suisse spécialisé dans l’obésité recommande 30 minutes de marche au quotidien, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met la barre plus haute, 60 à 150 minutes en fonction de l’âge.
 
Des applications pour téléphones permettent déjà d’analyser de façon « scientifique » la manière dont nous nous alimentons et corrigent notre régime. Notre manière de conduire sera bientôt analysée en temps réel. Chaque risque pourra donc être combattu à l’aide d’une application censée nous aider à adapter notre comportement.
 

DES ÊTRES RATIONNELS, NOUS ?

 
Ainsi, on pourrait croire que plus les connaissances scientifiques progressent, plus nous sommes à même d’adopter des comportements propices à une vie saine. Ce raisonnement repose sur l’idée que nous serions des êtres rationnels. Et que si nous adoptons des stratégies de fuite ou de déni par rapport à ces informations, c’est que nous ne serions pas assez armés psychologiquement, culturellement ou socialement.
 
Or, nous ne sommes pas – ou du moins pas entièrement – des êtres rationnels. Il existe une autre manière de voir l’éducation à la santé, différente d’une vision moralisatrice et normalisatrice où les experts, sur la base d’études épidémiologiques, mais aussi de leurs propres valeurs, décident de ce qui est bon ou mauvais pour la population, tentant d’influer sur ses comportements pour renforcer les uns et éradiquer les autres. Cette approche différente vise, dans ses principes, à l’autonomie et au renforcement des capacités des individus, leur « empowerment » pour reprendre un terme anglais difficile à traduire.
 
Réinventer la prévention, c’est d’abord réintroduire la notion de plaisir dans les messages de santé publique. La récente campagne « Moi(s) sans tabac » est une bonne illustration de cette approche car elle a joué avant tout sur l’émulation collective et le renforcement positif autour de l’engagement pris par l’ex-fumeur. De nouveaux travaux de recherche seront nécessaires pour répondre à de nombreuses interrogations. Par exemple, le plaisir dans la vie est-il le préalable à des comportements favorables à la santé, ou est-ce l’inverse ? Et comment atteindre les jeunes, pour qui transgresser les règles fait partie de leur construction en tant qu’adultes ?
 

BEAU, HEUREUX ET SOCIALEMENT BIEN INTÉGRÉ

 
Il est temps, aussi, de s’éloigner des clichés en renonçant définitivement aux messages caricaturant le « déviant » – celui qui adopte des comportements malsains – en individu repoussant, isolé, malheureux. Celui qui adopte la bonne attitude étant peint en individu épanoui, beau, heureux et socialement bien intégré.
 
Réinventer la prévention, c’est aussi et surtout tenir compte de l’environnement dans lequel chacun vit. Certes l’individu dispose de son libre arbitre, mais on oublie un peu trop vite que le contexte influence aussi nos comportements. Le surpoids ne se présente pas de manière homogène selon les niveaux socio-économiques ou selon les régions. Le fait de fumer ou de boire de l’alcool correspond, en partie, à un processus de reconnaissance sociale. Et ce ne sont que deux exemples.
 
Ainsi la prévention doit devenir un objet de débat et de construction collective impliquant les citoyens. Cela implique que les experts mettent à disposition de tous leurs connaissances sur un sujet, mais aussi leurs interrogations. Faut-il faire 30 ou 150 minutes de marche par jour pour observer un effet bénéfique sur notre santé ? Ouvrons le débat ! Les experts doivent expliciter les changements de comportements qu’ils estiment bénéfiques tout en acceptant de les remettre en question. Un objectif de réduction de la consommation d’alcool, par exemple, ne sera sans doute pas perçu de la même façon dans une région non-vinicole et une région vinicole, ou encore dans un territoire ultramarin de production de rhum.
 
Les interventions de santé publique doivent être imaginées avec les personnes concernées. Ceux qui les conçoivent doivent écouter leur vécu par rapport à la santé, respecter leur culture tout en interrogeant leurs valeurs. On peut se demander, par exemple, si des actions de prévention du sida ou des infections transmises sexuellement doivent se limiter à la promotion de l’abstinence chez les jeunes ou de la fidélité dans le mariage pour ne pas entrer en conflit avec des autorités religieuses, comme ce fut le cas dans certains pays.
 

DES INITIATIVES À PENSER AU NIVEAU LOCAL

 
Pour cela, le niveau local doit devenir prédominant dans la réflexion, les niveaux régional et national venant seulement donner l’impulsion ou renforcer des stratégies locales. Car c’est à cette échelle que l’on pourra utiliser au mieux les outils de débat public et d’engagement citoyen.
 
Laissons donc les initiatives se créer. Accompagnons les habitants en mettant à leur disposition les données scientifiques sur les sujets qu’ils décident eux-mêmes d’aborder, en fournissant les méthodes permettant de mesurer les résultats, en installant au niveau européen, national ou régional les conditions pour que ces actions puissent se développer. Le réseau français des Villes-Santé soutenu par l’OMS offre un tel cadre, fédérant plus de 80 communes de toutes tailles et de bords politiques différents, d’Amiens à Fort-de-France, de Rennes à Calais ou Béthune, en passant par Paris, Lyon ou Marseille.
 
Sur l’alcool, l’alimentation ou la sexualité, les règles édictées par des autorités sanitaires qui se contredisent parfois entre elles finissent par paralyser les individus. Elles dessinent dans nos têtes une cartographie infernale représentant mille dangers qui nous guettent à chaque instant. Il est temps d’imaginer une prévention sur mesure pour chacun, mais aussi de reconnaître tous les facteurs qui façonnent collectivement nos comportements. Pour retrouver le plaisir de vivre en bonne santé, et d’un bien-être collectif.
 
 
https://www.contrepoints.org/2017/05/21/289942-faut-se-priver-de-plaisir-rester-bonne-sante


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8148
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par Dédé 95 le Dim 21 Mai - 21:06

Alors A bas les contraintes Vive le Socialisme:

Avec des plumes bleues
Des poissons dans son lit
Et le canard boiteux
Qui me tient compagnie
Avec un bout de zan
Deux mètres de ficelle
Un coup de ran plan plan
Un zeste de ma belle

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

Sur l'aile des casquettes
Et des trains de banlieue
Le temps d'une risette
Où tu veux quand tu veux
Avec une musette
Un souffle de vin blanc
Avec l'escarpolette
Ah jetez-moi dedans

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

Avec l'étouffe crasse
Le pauvre Harry Cow
L'inutile grandasse
Et ses cocoricos
Avec le corniflard
Les écrase-torchons
Les oncles grésillards
Et les petits Ducon

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

Avec le pingouin mauve
Qui mange les méchants
Les penseurs aux yeux chauves
Les Ma Sœur bien pensant
Avec un crocodile
Oui berce les enfants
Avec indélébile
Qui marque jusqu'au sang

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

Avec zouli zoulis
Tes profonds reindibus
Tes palmes lapidus
Et ton joli zizi
Avec ta flamme brune
Et la source au milieu
Avec je te prie Dieu
Et ta main dans ma hune

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

Avec le beau le laid
Le droit et le tordu
Avec la soupe au lait
Et le rien ne va plus
Avec des Nom de Dieu
Avec des noms de fleurs
Et des prénoms de feu
Et des surnoms de cœur

Fermez vos grilles fermez vos cages
La liberté est en voyage

jean ferrat


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Dim 21 Mai - 22:10

il y aurait beaucoup à dire ...

pour moi c'est le contraire , tout ce qui est bon pour ma santé me procure du plaisir
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9912
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par troubaa le Lun 22 Mai - 12:08

interessant ! (surtout pour moi qui ne prend pas vraiment soin de mon corps...)

donc lola admettons :

- que tu aimes le chocolat.
- qu'on te dise que pour ta santé qu'il ne faut plus en manger
- tu aurais alors plus de plaisir à ne plus en manger qu'à en manger ?

(tu peux remplacer le chocolat par ce que tu veux. Un aliment pour lequel tu as du plaisir à manger et pour lequel tu ne sais pas si c'est bon ou mauvais pour la santé.)



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Lun 22 Mai - 15:24

oui , troubaa , ça irait jusque là

mais à condition que j'ai vraiment des preuves claires et nettes , scientifiques , expérimentées , etc

du coup je verrais cet aliment ou cette pratique d'un autre oeil , en voyant avant tout ses méfaits pour ma santé , je m'en dégouterais en quelque sorte

et par expérience je peux attester que l'on peut changer ses gouts , par exemple j'ai appris à ne plus mettre de sucre dans mes boissons , café , thé ou autre tisane
si par erreur , je bois dans la tasse d'une personne qui a mis du sucre , ça ne passe plus du tout  , je ne supporte plus ce "mauvais "goût de sucré , je suis obligée d'aller cracher ma gorgée

tu vois à quel point j'ai changé mon gout dans ce cas précis

je n'ai jamais trop aimé la viande , mais à l'occasion de manifs pour la cause animale , j'ai fait connaissance d'un gars qui adorait la viande et qui pensait ne jamais pouvoir s'en passer , et finalement petit à petit il est devenu végétarien , et il éprouve beaucoup plus de plaisir avec sa nouvelle alimentation et se sent beaucoup mieux

mais pour changer , il faut s'aimer soi même , aimer le bon fonctionnement du corps , aimer avoir plus d'énergie , et aimer trouver toutes les possibilités de plaisir que nous offre la nature , par exemple j'aime beaucoup manger les fleurs comestibles que l'on trouve dans la nature , exemples en autres : en ce moment les fleurs de glycines ou d'acacias , découvrir de nouvelles fleurs ou fruits ...

mais comme mentionné plus haut , il y aurait beaucoup à dire  , au niveau des excès, de l'écoute des réactions de son corps , etc , par exemple ...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9912
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par troubaa le Lun 22 Mai - 17:35

Oui mis là tu détournes le problème.
Evidemment que l'on fini toujours par s'habituer et évoluer. Même en prison certains s'accomdent très bien de ne plus avoir de liberté...


Cette blague sur l’Alzheimer m'a toujours fait rire.
Faut il profiter de la vie quitte à chopper l’Alzheimer et ne plus se souvenir des bons moments vécu
ou faut il préserver sa santé quitte à se souvenir qu'on s'est ennuyé toute sa vie.

C'est une blague, rien qu'une blague. Mais....

Mais la question est :
Faut il sacrifier les excès de la vie au nom de sa santé ?
Est ce que la santé prime sur tout ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Lun 22 Mai - 18:34

je trouve que c'est toi qui détournes le problème

j'ai essayé de te démontrer qu'il ne s'agit pas de sacrifices , qu'il n'en ait même pas question

manifestement je n'ai pas réussi ..., je me suis peut être mal exprimée

veux tu que l'on continues la discussion ou c'est inutile ?
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7324
Localisation : Dijon

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par gaston21 le Lun 22 Mai - 19:21

On en crève de tous ces conseils de diététique. Regardez la campagne absurde anti-gluten; 1% des gens sont concernés et on emm...tous les autres! Les gens bio. que j'ai connus sont tous morts avant moi, ou quasi! Pour ma part, je bois un quart de litre de vin à chaque repas depuis des dizaines d'années et je m'en porte fort bien; aucun ennui digestif ou intestinal depuis toujours; preuve que mes têtards du colon se portent à merveille!
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8148
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par Dédé 95 le Lun 22 Mai - 19:26

+1

Alors que vous avez le nécessaire, faut-il se priver de manger pour rester en bonne santé, nous disait un Ethiopien ?





_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Lun 22 Mai - 21:03

tu donnes un mauvais exemple Gaston , le vin est bon pour la santé , ce n'est pas nouveau , même Paul dans la bible le conseille
après, autre chose sont les excès , et ce n'est pas spécifique au vin , même l'eau est nocive en excès
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7324
Localisation : Dijon

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par gaston21 le Mer 24 Mai - 11:44

Sur le dernier S&A, un article, "L'alcool, accélérateur de l'évolution humaine". L'homme a découvert l'alcool, sous forme d'éthanol, bien avant le blé. Il semble que l'ancêtre de l'Homo sapiens avait déjà goûté à l'ivresse. Peut-être en se nourrissant de fruits tombés à terre et déjà fermentés. L'éthanol ralentit le métabolisme, facilite la digestion et favorise le stockage des graisses. Même que Dieu, dans sa bonté, a provoqué chez l'ancêtre de l'homme, il y a dix millions d'années, une mutation génétique qui lui a permis de métaboliser l'alcool éthylique 40 fois plus vite. "merci petit Jésus...". L'Homo érectus découvre la vigne il y a deux millions d'années, du côté de la Palestine et de l'Anatolie. On cueille les grappes et les utilise il y a 500000 ans. Mais la domestication de la vigne intervient entre 10000 et 5000 ans JC. Pour conserver le vin, il a fallu attendre l'invention de la poterie, vers 7000 ans avant JC.
Et l'alcool a conduit à l'ivresse...Et à quoi peut bien servir l'ivresse? Eh bien à communiquer avec les dieux! Plus t'es bourré, et plus t'as de visions!...Et voilà pourquoi l'alcool a pris tant d'importance dans les religions! L'Eucharistie, la bière offerte à la déesse sumérienne Ninkasi, le "grog" viking ou l'élixir des tribus amazoniennes ou africaines..
Bon, tout ça me donne soif. Mon rosé est au frais, Et si je veux rester en bonne santé, va falloir que je me rince les amygdales...
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Mer 24 Mai - 12:10

donc on en revient bien à ce que je dis depuis le début : on peut joindre l'utile ( pour la santé ) à l'agréable

mais certains "agréables " sont des faux en réalité , il faut s'en débarrasser progressivement et les remplacer par de vrais agréables

avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9912
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par troubaa le Mer 24 Mai - 12:32

ha non lola maintenant les experts considèrent qu'il ne faut pas boire plus de 10 verres par semaine pour limiter les risques sur la santé préconisant de ne plus boire d'alcool du tout !

Lola il n'y a pas de notion de sacrifice si c'est ta démarche personnelle
Il y a une notion de sacrifice si on te l'impose, mémé si tu finis par t'y habituer.

Quand on me dit : "il ne faut plus manger de fromage parce que c'est mauvais pour ta santé" je n'y arrive pas.  J'y arriverais quand la démarche viendra de moi.

Tu peux interdire à un fumeur de fumer il ne sera pas contant, même si au bout de x mois il ne ressent plus d'envie, l’obligation aura fait qu'il aura été contraint

Si parce contre de lui même il s’arrête de fumer alors il sera contant.

Et la pression est telle actuellement qu'on st contraint d’obéir aux injonctions "pour la santé" sans se soucier de la notion "pour mon plaisir".

D'ailleurs la question posée est :
Est ce la santé l'élément primordiale de la vie pour pouvoir vivre le plus longtemps possible  ou est-ce profiter de la vie et vivre le plus agréablement possible ?

Moi je préfère comme gaston boire 10 verres par semaine de vin ou plus pour le plaisir, que de ne plus boire de vin de ma vie pour vivre 2 ans de plus.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Mer 24 Mai - 13:10

Troubaa , tu ne comprends toujours pas ma position

et ta dernière question n'a pas lieu d'être

car il ne s'agit pas de se faire imposer quoi que ce soit , car là on en revient à l'impact de la publicité en général

je recite une phrase de ma première réponse :

à condition que j'ai vraiment des preuves claires et nettes , scientifiques , expérimentées , etc

et c'est assez rare , car souvent les soi disant experts ne sont pas d'accord entre eux

pour les oeufs par exemple , certains sont souvent prétendu qu'il fallait limiter leur consommation car ils contenaient du cholestérol , mais le cholestérol est bon pour la santé !
on peut manger deux oeufs tous les jours , c'est bon pour la santé

tout est à l'avenant ,  en fait il faut avoir l'esprit critique bien éduqué et ne pas gober tout ce que l'on vous fait croire

en fait , il y a une façon simple de savoir ce qui est bon ou pas pour la santé : il faut que ce soit des produits naturels , exemple le sucre raffiné , industriel est à bannir ou à utiliser avec beaucoup de modération , par contre pas de limite pour le sucre des fruits ou le miel naturel ( j'ai appris récemment qu'il y avait du faux miel ! )

pas de problème à manger du fromage naturel (pareil il y a des faux fromages ! )

on pourrait continuer ainsi ...

par contre les fumeurs reconnaissent que leur première cigarette ne leur a pas plu , donc pas de plaisir , mais une addiction , comme l'addiction au sucre industriel

et les addictions nocives , il faut vraiment s'en débarrasser , car la fin de vie avec le cancer ou autre c'est loin d'être une partie de plaisir ,

s'il s'agissait seulement d'un raccourcissement de la vie pas de problème ,

mais là c'est le choix entre mourir dans la souffrance en ayant eu précédemment de faux plaisirs , où bien mourir sereinement dans son lit sans souffrir, en ayant eu de vrais plaisirs toute sa vie  et avoir profité longtemps d'une bonne forme physique permettant tous les plaisirs du sport et de la randonnée
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9912
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par troubaa le Mer 24 Mai - 14:49

On parle de contraintes exprimées et demandées officiellement,  on ne par le pas de démarche personnelle.

Point de vue démarche personnelle je suis d'accord avec toi.

Il y a un discours médiatique, bien au de là de la publicité, professé par les politiques et expert en tout genre, qui ont une grande influence sur les gens. Bien plus que la pub. Et le discours consiste à les contraindre à adopter une alimentation et une vie plus saine afin de vivre plus longtemps quitte à renier des plaisirs.

Si toi ton plaisir (et je le conçois sans problème) c'est d'avoir une vie saine pour vivre le plus longtemps possible cela ne te posera pas de problème.
Mais pour une personne plus épicurienne, cela lui posera plus de problème en la culpabilisant.

Ce discours s'articule autour de concept :
1) La santé est primordiale (ce qui n'est pas faux)
2) voila ce qu'il faut faire pour vivre plus longtemps comme si c’était l'objectif ultime.
3) on ne parle plus de plaisir de vivre

(vois l'exempt sur l'alcool ou seul la restriction est évoquée)

loli a écrit:
troubaa a écrit:Est ce la santé l'élément primordiale de la vie pour pouvoir vivre le plus longtemps possible  ou est-ce profiter de la vie et vivre le plus agréablement possible ?
et ta dernière question n'a pas lieu d'être

Justement si c'est le sujet !
Cette question n'est pas évoquée mais devrait l'être. Elle est primordiale.
C'est un choix de vie.
Choix qui n'est jamais proposé et autorisé informellement !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12817

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par loli83 le Mer 24 Mai - 18:27

ok , je comprends ce que tu veux dire , j'y reviendrai , là je pars au foot Wink

Contenu sponsorisé

Re: Faut-il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 3:05