LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Uber Ubérisation

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Uber Ubérisation

Message par komyo le Ven 16 Déc - 9:35

Le terme étant passé dans le langage courant, un sujet dédié me semble utile !

pour le lancer un article de Sannat, dont je partage les vues sur certains sujets. Pour moi l'ubérisation loin d etre un progrès comme Macron et consorts le serine est davantage une régression sociale imosée par l'idéologie libérale et va tendre vers un appauvrissement des parties les moins protégées de la population aux détriments des plus riches qui auront ainsi davantage de gens corvéables pour 3F 6 sous a leur disposition.




« Non, l’ubérisation n’est pas un progrès, c’est un nouvel asservissement, même si ça semble « môôderne » ! » L’édito de Charles SANNAT
Charles Sannat 16 décembre 2016

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Bêlons ensemble mes biens chères sœurs et mes bien chers frères ! Bêlons la « prière » stupide à la mode : « La môôôdernité c’est bien, c’est incontournable, on ne peut pas être contre, alors c’est bien »…

Il n’y a pas le choix.

Il n’y a pas d’alternative.

Il n’y a pas d’autre monde possible.

C’est le diktat de la « môôôôdernité », et celui qui la refuse sera crucifié sur place par les idiots utiles qui la défendent et se tirent eux-mêmes une balle dans le pied de leur propre avenir.


Revenons-en à Uber et aux chauffeurs indépendants qui manifestent.

L’ubérisation de l’économie c’est une nouvelle mise en esclavage, un asservissement !

Les défis portés par l’ubérisation de notre économie sont multiples ! Il y a des enjeux sociaux évidemment, mais économiques très forts, ainsi que fiscaux et aussi de redistribution etc., etc., bref, c’est un sacré foutoir !

Essayons d’y voir un peu plus clair.

Prenons un autre exemple. Avant, France Telecom avait 140 000 collaborateurs. Aujourd’hui, ils en ont 40 000. Ils avaient des techniciens bien payés, avec des avantages que l’on peut critiquer, mais en attendant, les gens gagnaient bien leur vie. Ils coûtaient cher à France Telecom, qui est devenu Orange entre-temps et a été privatisé.

Il y a eu l’ouverture à la concurrence et aussi l’épisode des suicides massifs… Scandale bien vite étouffé. Il s’agissait évidemment de foutre les gens dehors, de « dégraisser » le mammouth France Telecom, pour assurer les profits d’Orange.

Alors on a supprimé des postes et tout cela a été remplacé par des sous-traitants locaux surtout de petites tailles, en dessous des grands seuils qui coûtent cher en CE et autres avantages. Les techniciens de France Telecom ont laissé la place aux soutiers des sous-traitants, maltraités et sous-payés.

Uber n’a pas inventé l’ubérisation. L’ubérisation est en marche depuis bien longtemps, elle est le fruit de la libéralisation à outrance de tous les marchés, de notre volonté de tout ouvrir à la concurrence, sous prétexte que c’est bien pour le « con-sommateur ». Ce n’est ni bien ni moderne. Parfois, c’est adapté. Parfois, ça ne l’est pas. Le problème c’est que le libéralisme et le libre-échangisme sont devenus des religions avec dogmes, clergé et police de la pensée.

C’est quoi Uber, une révolution ? Non des enfoirés qui font de la marge sur des pauvres bougres !! Et c’est vieux comme le capitalisme !!

Alors admirez le modèle Uber si vous voulez.

Encensez la môôôdernité en bêlant si vous en avez envie !

Classez-moi dans la catégorie des vieux cons qui n’ont rien compris si cela vous plaît !

Mais la réalité, que vous le vouliez ou non, c’est qu’Uber ce n’est pas une révolution.

Uber et tout le reste, c’est le retour du paiement à la tâche et du salaire de subsistance.

Uber c’est ce que critiquait déjà Karl Marx, en 2.0 si ça vous amuse, mais rien de plus !

Comment ça marche Uber, et toutes ces autres plateformes ?

Vous prenez un service qui coûte cher et vous vous demandez comment baisser les prix en augmentant la qualité… pour prendre le marché !

C’est assez simple, il y a une variable à écraser et c’est celle du salaire du pauvre gus !

Payé à la tâche, le pauvre bougre, dans un centre d’appel marocain ou tunisien. Payé que quand le téléphone sonne. Pas d’appel ? Pas de salaire.

Payé à la tâche les nouveaux livreurs aussi modernes qui sont à vélo ou en pousse-pousse dans les rues de nos capitales (c’est bien pour la pollution hein, c’est bobo à souhait).

Payés à la tâche tous les auto-entrepreneurs qui deviennent autant de travailleurs indépendants et de sous-traitants corvéables à merci, sans couverture sociale, sans avantages !

Uber ce n’est que ça.

Alors certes, les taxis parisiens étaient peu sympas, assis sur une rente, et faites-leur tous les reproches que vous voudrez, mais un artisan taxi pouvait gagner dignement sa vie.

Aujourd’hui, il ne le peut plus et le problème n’est pas celui de l’adaptation de telle ou telle profession.

Ça c’est le sujet que l’on vous vend pour vous culpabiliser et vous dire que vous avez un problème, surtout l’autre, là, le vilain tacot qui rumine son chicot, l’air rabougri et mauvais, incapable d’ânonner un simple bonjour.

Mensonge ! Nous sommes tous des chauffeurs de taxi et des Ubers !

C’est ça que vous devez comprendre. Le problème c’est pas le mauvais service des taxis et Uber, les vilains hôteliers conte AirBnB, etc., etc.

Non, le problème c’est que le système économique est en train de casser les derniers pans qu’il reste de « CDI », de droit du travail, de sécurité de l’emploi, d’avantages.

Le problème c’est de vous passer du salariat à l’entrepreneuriat.

L’idée c’est de remplacer votre contrat de travail par un contrat commercial.

L’idée c’est de remplacer votre salaire par un chiffre d’affaires.

L’idée c’est de vous faire payer votre propre protection sociale, votre propre couverture.

L’idée c’est de vous payer à la tâche comme les « tâcherons » des temps anciens et de la révolution industrielle.

L’idée c’est de finir par ne vous verser qu’un maigre salaire de subsistance pour vous maintenir la tête hors de l’eau et que vous soyez un « con-sommateur » juste solvable.

L’ubérisation n’est pas moderne. Elle est au contraire la négation du progrès et un immense retour en arrière.

Alors oui, il y a des progrès, des môôôdernités qu’il faut savoir refuser parce qu’en réalité, c’est une escroquerie et qu’en utilisant ces termes on veut vous emprisonner, vous empêcher de penser.

Laissons Karl Marx à la révolution industrielle, mais certaines idées restent. Alors oui, « Ubers du monde entier, unissez-vous » !

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7487
Localisation : Dijon

Re: Uber Ubérisation

Message par gaston21 le Ven 16 Déc - 11:23

La "financialisation" du monde est en marche et apportera l'aisance et le bonheur à tous, vont nous dire...qui?
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Ven 16 Déc - 13:08

Car dans notre système libéral économique, il ne faut pas se leurrer ce qui compte ce sont les grands principes!
Car à création d'emploi il y a un revers, la diminution des revenus....
http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2016/12/13/plus-d-emplois-grace-a-l-uberisation

Diminution par pour tout le monde:
http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/des-vtc-dans-la-rue-jeudi-contre-l-humiliation-infligee-par-les-plateformes_1860297.html

Auto-entrepreneurs et autres cache misères, il y aura TOUJOURS le principe de concurrence qui par définition diminue les coûts, donc le principal la main d'œuvre.
Toujours la diminution du taux de profit.
On est là dans ce qu'on appelle la paupérisation de la classe moyenne!
Et quand cette classe se rebelle elle rejoins la Lutte de Classe, n'en déplaise à Dan 26.



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Ven 16 Déc - 13:14

c'est énervant ce tique de langue, de tout caricaturer, est-ce pour faire intelligent ? Beauf ? peuple ? je n'en sais rien. Pour moi à ce point là ça fait gamin.


Lubérisatoin n'est imposée par personne. Ni les libéraux, ni les dictateurs,. Ce n'est pas imposé par des politiques mais par l'évolution technologique.

L'ubérisation c'est quoi ?
C'et la mise en relation directe entre le client et le prestataire de service. grâce aux outils de communication moderne. (smartphone, appli, internet)

Blabla car c'est de l'ubérisation. Avant on faisait du stop. On ne savait pas quand on serait pris ni quand on arriverait mais c’était gratuit.

Maintenant avec blabla car on sait quand on part, à quel heure on arrive, mais c'est payant. Les différents intervenants sont mis en relation direct, blabla car touche une commission pour cette mise en relation en proposant l'appli (et en la gérant). Blabla car appartient à la SNCF. Et tout le monde est contant, le chauffeur, le voyageur et la SNCF...


Maintenant ces nouveaux services, arrivent un peu comme un cheveux dans la soupe. Il n'y a pas de réglementation établie (comment pourrait il y en avoir une, comment le prévoir ?) et cela vient bouleverser les marchés actuel. Même en Californie ils ont du mettre en place des réglementations spécifiques.

J'ai vu dernièrement une ubérisation des livraisons dans les villes. Les magasins mettent en vente leur produit en ligne, les clients du quartier commandent, et c'est un "chauffeur de quartier" qui vient vous livrer. Cela se développe de plus en plus. Sur son téléphone le livreur potentiel voit à prendre à tel endroit à livrer à tel autre et tu choisis ou pas de prendre cette livraison . Suivant ta localisation, ta disponibilité. C'est du revenu d'appoint pour un nouveau service. Certains en font 2 par semaine d'autres 5 par jour. Si c'est trop cher le client n'utilisera pas, si c'est pas assez cher il n'y aura pas de livreur...


Cela va prochainement arrivé pour les pharmacies. Le médecin pourra envoyer l'ordonnance à la pharmacie de ton quartier qui la préparera et te la fera livrer par un livreur de quartier.

Parler esclavagisme, comme le fait Sannat c'est ridicule. Le nouveau entrant vient bouleverser le marché, et les choses vont s'équilibrer progressivement. Même avec airbnb cela s'équilibre, maintenant la taxe de séjour est réglée, et les revenus des particuliers vont être transmis à l'administration fiscale.

Réagir comme réagis Sannat dénote un conservatisme incroyable, il n'a donc comme unique vision de l'avenir que de transposer l'existant dans le futur. Tout cela est ridicule ! le monde change les moyens de communication moderne sont là, il y aura un bouleversement.

nb : Galiléo le GPS européen commence à etre fonctionnel cela va encore provoquer des bouleversements économiques compte tenu de sa précision par rapport au GPS. De nouveaux services vont se créer. Les conservateurs vont crier au scandale, à l'horreur, les opportunistes vont en profiter pour se creer un emploi...

Comme déjà expliqué si c'est un progrès alors ce concept d'ubérisation se développera, sinon il disparaîtra. Un système inefficace ou mauvais n'a aucun avenir !



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Ven 23 Déc - 12:17

Uber socialement et collectivement c'est un nivellement par le bas, qui n'est en rien un progrès quand l ensemble de la société s appauvrit soit disant pour améliorer l'offre.
LA finalité pour eux viser le marché de la voiture sans chauffeurs. Alors la technologie ok, mais quand elle bénéficie a l'ensemble de la société. Si c'est pour en appauvrir la plus grande partie de l humanité pour ne laisser que quelques riches, certainement pas.

Voilà presque trois ans que que je rapporte les travers de l’uberisation, cette invasion de barbares, de coucous, de sangsues à la recherche de rente, financés par des marchés pour lesquels elles jouent le rôle d’Attila de leur marché. Mais ce modèle d’affaires révoltant est de plus en plus remis en question, par les autorités du monde entier, comme par ses chauffeurs, avec les grèves en cours chez nous.

Un modèle d’affaires absolument révoltant

La seule chose que l’on peut reconnaître aux champions de cette nouvelle économie, c’est leur côté habile. Uber, c’est un modèle d’affaires où ce sont des travailleurs indépendants qui n’ont aucun droit vis-à-vis de celui qui est bien leur employeur, qui font le gros des investissements en achetant eux-mêmes leurs voitures qui doivent répondre aux exigences d’Uber. Parce que les marchés pensent qu’Uber peut demain acquérir une position dominante sur le marché, ils financent des pertes abyssales, qui ont permis à l’entreprise de se développer à perte, dans une concurrence déloyale aux conséquences ravageuses pour les chauffeurs de taxis, dans un effet auto-réalisateur, tristement prévisible.

Pour parachever le tout, comme bien des multinationales, Uber utilise toutes les pires ficelles comptables et juridiques pour minimiser les taxes qu’elles paient à la collectivité qui lui permet de vivre. Et une fois atteinte une position dominante, l’entreprise gagne alors la possibilité de faire ce qu’elle veut, comme proposer des courses à 200 euros pour le réveillon, réduire du jour au lendemain de 20% la rémunération des chauffeurs pour baisser le prix des courses et essayer de couler ses concurrents, et plus dernièrement, augmenter ses commissions de 40%, ce dont j’avais parlé il y a quinze jours, ce qui a déclenché la révolte des chauffeurs et provoqué les blocages et les violences de la semaine dernière.

L’argent des marchés lui permet de financer sa campagne de relations publiques par des études à sens unique, rapportées de manière bien complaisante. L’objectif : des dirigeants riches comme Crésus et des actionnaires qui s’engraissent à coup de dividendes et rachats d’actions par la rente ainsi dégagée, comme le fait aujourd’hui Facebook. Peu importe les conséquences pour la société, les chauffeurs ultra-précarisés qui ont remplacé des taxis appauvris. Comme le dit Philippe Vion-Dury, « le visage de la Silicon Valley, c’est celui du capitalisme prédateur », un capitalisme de l’espèce la plus brutale, où une petite minorité essore la grande majorité pour accumuler toujours plus d’argent…

Heureusement, les citoyens et les Etats commencent à se révolter. En France, les niches fiscales ont été imparfaitement et très légèrement réduites. Mais ce sont les pays anglo-saxons qui semblent les plus avancés : en Californie, un juge a refusé l’accord à l’amiable passé par Uber avec ses chauffeurs pour éviter les contraintes du droit du travail et le Royaume-Uni met en place des règles plus contraignantes. Et dernièrement, Uber a été condamné pour non respect du droit du travail. Mais l’entreprise est suffisamment sûre d’elle-même pour défier l’Etat Californien et déployer une flotte de voitures sans conducteur, sans avoir effecté les démarches nécessaires auprès des autorités.

Cette nouvelle économie, ce sont de sales gosses qui ne croient qu’au pouvoir d’un argent prêt à tout détruire pour créer de juteuses rentes au mépris des règles de nos sociétés. Rien de cool derrière ces requins avides qui prospèrent quand les Etats reculent et laissent faire la loi de la jungle. Malheureusement, nos dirigeants semblent toujours agir trop tard et timidement. Jusqu’à quand ?

http://www.gaullistelibre.com/2014/03/les-taxis-victimes-dune-concurrence.html


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Ven 23 Déc - 13:37

Si il n'y avait que la concurrence entre, une multi-nationale Uber et les G7 et autres petites sociétés de taxis!
En fin de compte l'ubérisation (sic) de l'économie c'est la preuve que le libéralisme est mort, si il fallait encore le prouver!
Mieux c'est l'illusion de posséder un pouvoir économique laisser à un prolétariat qui se laisses manipuler!
Pour prendre l'exemple des taxis, mais on pourrait en dire autant de l'auto-entreprenariat, on voit qu'il y a conflit entre employeurs et "employés", rien de bien changer, sauf que ces "employés" sont manipulable par l'essentiel de ce qui fonde le besoin naturel en système capitaliste ...le revenu!
Que ce soit un salaire ou un revenu ce sera toujours la lutte entre ceux qui possèdent les moyens de ces revenus, les "bourgeois" et ceux qui n'ont que leur force de travail, les "prolétaires" .
Le taxi indépendant n'existe pas, par la loi du marché il est "bouffé" rapidement, c'est ce qu'on compris aussi, les VTC!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Ven 23 Déc - 18:52

toujours le même catastrophisme face à une nouveauté.
Entre komyo qui croit y voire, par auteur interposé, l'horreur absolue
et dédé qui croit y voir la disparition du libéralisme....

Entre le gaulliste libre (sic) et le marxisme que des grandes références au passé...

A terme les chauffeurs créeront leur propre application et se débarrasseront d'uber si uber n'est pas plus respectueux.

Autant les cheminots de la SNCF n'avaient d'autres choix que de faire de longues gréves pour faire plier leur employeur, autant la chauffeur d'uber ont d'autres possibilités....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Ven 23 Déc - 19:15

Intéressant ce que tu dis Troubaa!
Je te pose une simple question, je ne sais pas ce que tu fais ou vends, mais admettons.
Tu vends un produit 10€ qui te coute 6€.
Un grossiste te dit , moi, je te l'achète 7€ mais c'est moi qui fixe mon prix.
Tu fais quoi ?


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Ven 23 Déc - 19:45

troubaa a écrit:toujours le même catastrophisme face à une nouveauté.
Entre komyo qui croit y voire, par auteur interposé, l'horreur absolue
et dédé qui croit y voir la disparition du libéralisme....

Entre le gaulliste libre (sic) et le marxisme que des grandes références au

Autant les cheminots de la SNCF n'avaient d'autres choix que de faire de longues gréves pour faire plier leur employeur, autant la chauffeur d'uber ont d'autres possibilités....
aussi con. excuses moi. Que de dire que le libraire de quartier ne sera pas remplacé par Amazon. Bref tu vends des histoires pour évacuer le reel


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Ven 23 Déc - 20:48

le monde change.....
effectivement si tu veux toujours vivre comme en 1950, a l'époque du gaullisme libre (sauf pour les algériens) tu vas etre malheureux.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Sam 24 Déc - 11:25

tu dois etre fatigué pour pondre ce type de réponse. Very Happy

Pour le fun j'embraye, excuses nous de ne pas vouloir revenir à l époque ou il y avait des serf qui bossaient pour leur maître !
et de trouver que la modernité se trouve davantage dans le partage que dans la lutte pour accaparer le plus de ressources !
et que tout le monde a droit a la sécurité alimentaire, à l'accès à la santé, à l'éducation, et que celle n'a pas a étre réservé au plus friqués
ou aux plus violents.




_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Lun 9 Jan - 20:34

Une anecdote sur des biens faits que peut apporter l'ubérisation...

Mon fils à Nantes (450 km de chez moi) appelle catastrophé : il a perdu ses clefs...
Nous avons un double à la maison.

Que faire ?
Chronopost il n'aura pas ses clefs avant Mardi matin.
taxi colis : Coût 200 à 300 €
Y aller: 10 heures de route allé-retour.

Reste :blablacar évidemment !
Mon fils a réservé un blablacar ! Au lieu que mon fils y aille j'ai amené une enveloppe avec les clefs... départ 9h du matin - arrivé à Nantes 15H le jour même : Coût 30 euros !

Impec et imbattable !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Lun 9 Jan - 20:56

et si demain des esclaves font ce déplacement pour toi !
tu trouveras toujours cela aussi super !
je grossis le trait de cette économie précarisée, mais c'est vers cela que l'on tend parfois !
avec des intermédiaires qui ramassent la mise !
lis les témoignages ci dessous, tu apprécierais de vivre comme ça ?


traduit de l'anglais

Surmontant leur isolement dans une économie ubérisée de petits boulots ponctuels et précaires, certains travailleurs comme les serveurs payés aux pourboires ou les Mechanical Turks d’Amazon, tentent de construire des communautés de travail capables de résister aux abus des employeurs. Leur idée ? S’approprier les nouveaux outils, telles les plateformes numériques, pour mettre en lien les travailleurs, mener des campagnes de revendications, construire de nouvelles organisations économiques. Et pourquoi pas, in fine, rendre l’économie à ceux qui produisent. Tout reste à inventer, et surtout à pratiquer. Exemple aux États-Unis.

Depuis qu’elle a quinze ans, Estelle Becker Costanzo travaille dans les restaurants de Pittsburgh (Pennsylvanie). Aujourd’hui, âgée de 56 ans, elle est serveuse au restaurant Capital Grille, un emploi dont elle est fière. « C’est un bon job », explique-t-elle… par comparaison avec le reste du secteur. Son salaire horaire de base est cependant bloqué à 2,83 dollars (2,5 euros) depuis 25 ans. Elle a du mal à couvrir ses dépenses les plus basiques. « Initialement, les pourboires étaient censés représenter 50% de notre paie. Maintenant, c’est plutôt de l’ordre de 100%. » À mesure que les pourboires deviennent sa source principale de revenus, elle se trouve fragilisée. « La retraite ? Je vais devoir travailler jusqu’à 80 ans, dit-elle. On ne pense pas vraiment à l’avenir avant qu’il finisse par vous sauter au visage. »

« C’est toujours dix-sept heures par jour »

À Toronto, Kristy Milland pense beaucoup à l’avenir. Tout comme Estelle, son revenu a longtemps dépendu du bon vouloir des gens qu’elle sert. Sauf qu’elle ne travaillait pas dans des restaurants, et ne recevait pas de pourboires. Pendant des années, elle n’a pas rencontré un seul de ses nombreux clients. Kristy Milland fait partie du demi-million de personnes qui travailleraient actuellement pour le Mechanical Turk (MTurk) de l’entreprise Amazon, l’un des principaux employeurs de l’économie précarisée. Une économie basée sur des plateformes en réseaux comme Uber ou Handy, qui relient des travailleurs à des employeurs, petit boulot par petit boulot.

Les « turkers », comme ils s’appellent eux-mêmes, sont mis en relation avec des « demandeurs », des employeurs qui proposent une rémunération fixe en échange d’une tâche spécifique. Amazon vante les turkers comme une forme d’« intelligence artificielle artificielle », capable de réaliser avec brio des tâches pour lesquelles les ordinateurs ne sont pas aussi adaptés : transcrire des enregistrements audio, catégoriser des images, ou servir de cobayes dans des expérimentations universitaires. Les rémunérations se comptent en dollars ou en centimes, pour des jobs qui peuvent prendre quelques secondes ou plusieurs heures. Même si les salaires sont modestes, la concurrence peut être féroce. « Parfois je reçois un texto au milieu de la nuit et je sors de mon lit pour commencer », raconte Kristy Milland. Pour gagner un salaire journalier convenable, elle se retrouve parfois à travailler dix-sept heures d’affilée. À d’autres moments, elle passe une semaine sans travailler. Ce qui ne veut pas dire que c’est une semaine de vacances : « C’est toujours dix-sept heures par jour, mais dix-sept heures à chercher du travail. »

Même lorsque le travail est régulier, Kristy n’est pas certaine d’être payée. Les demandeurs peuvent refuser un travail sans explication, et avec des conséquences minimales, puisqu’un autre turker sera disponible, souvent en quelques secondes, pour reprendre le job.

« Nous sommes déjà nombreux dans le monde du travail du futur »

Ce qui relie les travailleurs de l’économie des petits boulots « ubérisés » – la gig economy, comme on l’appelle aux États-Unis – comme Kristy Milland et les employés rémunérés au pourboire comme Estelle Becker Costanzo, c’est la précarité de leur situation de travail. Leur revenu, leur quantité de travail, et leur capacité à assurer leur besoins fondamentaux ne sont pas sécurisés, et de moins en moins protégés. Cette insécurité s’alimente elle-même. Les travailleurs obnubilés par le besoin de trouver – et garder – du travail ne sont pas toujours les plus disposés à revendiquer de meilleures conditions.

Lorsque Rochelle LaPlante, modératrice d’un forum de discussion pour turkers du nom de « MTurk Crowd », a publiquement critiqué la plateforme d’Amazon, elle s’est retrouvée confrontée à un flot de récriminations… de la part d’autres turkers. Certains membres de son forum auraient préféré qu’elle se taise. En privé, ils craignent que les demandeurs ne quittent la plateforme si leur mauvais traitement des travailleurs est mis en lumière. D’autres ont peur de représailles plus directes : LaPlante raconte que le compte d’au moins une personne s’est trouvé suspendu indéfiniment après qu’elle ait évoqué publiquement les mauvaises conditions de travail. Ce type de représailles à l’égard d’employés est explicitement interdite par la loi, mais comme le travail effectué par les turkers est considéré comme du travail indépendant, l’entreprise n’obéit pas à ces dispositions du droit du travail.

Pour Kristy Milland, ces plate-formes nous destinent à plus ou moins brève échéance à une précarité généralisée : « Enseignants, docteurs, avocats, comptables, programmeurs, designers, auteurs, journalistes – nous irons tous sur une plateforme chaque matin, où nous chercherons du boulot dix-sept heures par jour. Nous sommes déjà nombreux à opérer dans le monde du travail du futur, et les nouvelles ne sont pas bonnes. »

Micro-entrepreneuriat et travail flexible

Pour les propriétaires de plateformes, la précarité est un élément central de l’avenir qu’ils sont en train de bâtir. Dans une lettre ouverte à la Commission européenne, un consortium de 47 entreprises gérant de telles plateformes plaide contre la régulation de leur industrie. Elles se décrivent comme des « innovatrices » qui « remodèlent les chaînes de valeur de fond en comble ». Aux Kristy Milland de ce monde, ils promettent « de nouvelles sources de revenu, le micro-entrepreneuriat, et le travail flexible ». En d’autre termes : toujours plus de précarité, et une précarité toujours plus profonde.

Mais l’époque recèle un paradoxe : les technologies qui permettent de saper les formes de travail traditionnelles rendent également possibles de nouvelles formes d’émancipation. « Ce que nous faisons au fond, c’est en partie d’élargir l’horizon de ce qui est possible », explique Michelle Miller, co-fondatrice de CoWorker, une plateforme pour les travailleurs qui cherchent à lancer des campagnes de revendication. Les usagers types de CoWorker sont des employés de grandes entreprises ou de chaînes qui, comme les turkers, sont isolés à la fois de leurs employeurs et les uns des autres. Ils ne sont généralement pas syndiqués. Et même lorsqu’ils disposent de syndicats, ils ne peuvent pas mener toutes les batailles. Ils consacrent leurs ressources aux campagnes qui ont les plus grandes chances de succès. Certains problèmes importants sont ainsi laissés de côté.

De nouvelles formes de lutte, et leurs limites

CoWorker a été lancé sur une idée simple : que les travailleurs se prennent en main. Les outils qu’il propose permettent à des gens comme Estelle Becker Costanzo de lancer leurs propres campagnes de revendication et de construire des réseaux en ligne pour rompre l’isolement. Parmi les milliers de personnes qui ont apporté leur soutien à la campagne lancée par Estelle, pour l’amélioration du salaire horaire fixe, se trouvent des dizaines d’employés de la même chaîne de restauration, issus de villes de tout le pays.

La co-fondatrice Michelle Miller estime que ces initiatives, qui mettent à profit les réseaux numériques pour regagner des protections perdues, sont cruciales. « Nous sommes dans une situation où nous devons récupérer des droits que nous avons perdus », explique-t-elle. Mais le chemin à parcourir reste important. « Notre culture et notre économie ont renforcé depuis des années l’idée selon laquelle, au travail, il faut prendre ce que l’on nous donne. On a “déjà de la chance” d’avoir un travail. » Quand il faut lutter ne serait-ce que pour maintenir le statu quo, il y a peu d’espoir d’obtenir une amélioration radicale de ses conditions de travail.

Estelle Becker Costanzo est du même avis. Elle sait que la campagne qu’elle mène est importante, mais est conscience de ses limites. « Je ne sais pas trop de quels recours nous disposons à ce stade, dit-elle. Davantage d’attention des médias ? Nous lançons cette initiative, mais ensuite cela stagne. Nous devons devenir plus fort et faire plus de bruit, sinon nous allons disparaître des écrans radar. Quelqu’un doit passer à l’échelle supérieure. »

Traiter les personnes comme des algorithmes

Mais comment les travailleurs des petits boulots numériques peuvent-ils devenir des « participants actifs » si leur lien de travail est virtuel ? Turkopticon se veut une réponse à ce problème. Le service, mis en place par Lilly Irania, professeure assistante à l’université de Californie à San Diego, et Six Silberman, un chercheur et développeur, permet collectivement aux turkers de suivre à la trace les demandeurs. Parfaitement articulée à l’interface de MTurk, elle permet aux travailleurs de savoir si leurs pairs ont signalé un demandeur ayant rejeté un travail valide. Les turkers peuvent ainsi créer un frein à leur propre précarité : le déni de salaire et les abus à leur égard ne restent pas sans conséquences. Ils agissent sans passer par les propriétaires de la plateforme, et sans attendre que les autorités décident d’intervenir. Avec Turkopticon, beaucoup de turkers ont réalisé leur capacité à se défendre.

Pour des luttes de plus grande envergure, ils auront cependant besoin de davantage de cohésion. Les turkers parviennent facilement à collaborer via Turkopticon, mais toute perspective de coordination à plus grande échelle est entravée par le caractère isolé et fracturé de leur communauté.

« Dynamo est un lieu pour se réunir », explique Kristy Milland. Cet autre forum permet aux turkers de choisir des actions à mener collectivement. J’ai rencontré Niloufar Salehi, la cheville ouvrière de Dynamo. C’est une étudiante en troisième année de thèse d’informatique à l’université de Stanford. Au cœur de la Silicon Valley, au milieu de ses pairs qui développent les algorithmes permettant de faire fonctionner les plateformes de services générant la précarité, Niloufar Salehi cultive sa singularité. Pour elle, traiter les personnes comme des algorithmes étouffe la plus grande part de notre humanité. Niloufar Salehi a visité des forums de turkers pour comprendre leurs besoins. Les propositions d’action de Dynamo sont ainsi limitées à un seul message de la longueur d’un « tweet », et la participation peut se limiter à un simple vote, pour ou contre. La communauté demeure ainsi structurellement ouverte.

« Il nous faut des plateformes gérées par les travailleurs eux-mêmes »

Ce qui encourage les turkers à ne pas renoncer, c’est qu’ils n’ont pas d’autre option. Pour des raisons médicales et avec ses responsabilités familiales, explique Kristy Milland, elle ne peut pas avoir de job à temps plein. Elle estime qu’il en va de même pour la grande majorité des turkers, et LaPlante est du même avis : « Certains s’occupent d’enfants ou de parents âgés chez eux. Certains ne peuvent pas trouver de travail dans la zone rurale où ils habitent. Certains ont un casier judiciaire. Certains n’ont pas de moyen de transport. »

Tout comme comme elles, nombre de turkers espèrent que les communautés décentralisées et inclusives qu’ils s’efforcent de construire peuvent déboucher sur quelque chose d’entièrement nouveau, quelque chose qui soit en phase avec leurs principes. Kristy Milland a un objectif très clair en tête : « Il nous faut des plateformes gérées par les travailleurs eux-mêmes. »

Trebor Scholz, professeur associé à la New School de New York, spécialiste de la culture et des médias, partage cette vision. Pour lui, les plateformes de services révèlent une lacune fondamentale dans la manière dont nous mesurons le progrès. « Comment quelque chose peut-il être considéré comme de l’innovation si cela ne bénéficie qu’à une cinquantaine de personnes dans la Silicon Valley ? », demande-t-il. Il considère le déplacement du travail vers ce type de plateformes comme une opportunité pour construire de nouveaux services, qui ne soient pas la propriété seulement de leurs concepteurs, mais de tous leurs usagers. La propriété, rappelle-t-il, implique « davantage de contrôle ». Ces plateformes coopératives tendraient à mieux traiter les travailleurs, les territoires, et à générer une richesse partagée.

Mettre les coopératives en réseau, peser sur les décideurs

L’idée rejoint celle des traditionnelles coopératives de travailleurs, qui peuvent rencontrer un certain succès lorsqu’elles sont protégées – par la géographie, les régulations ou la culture – de la concurrence des grandes entreprises. Plusieurs coopératives de taxis ont ainsi existé dans certaines villes américaines pendant des décennies. Mais, si elles parviennent à se tailler un marché de niche local, elles ne sauraient prétendre aux mêmes ressources et à la même visibilité qu’une plateforme globalisée comme Uber.

Du moins, pas toutes seules. Fonctionner sur la base de plateformes, pour des coopératives, permet de gagner en envergure sans remettre en cause la propriété des travailleurs. Arcade City en donne un exemple. La structure propose de se débarrasser des intermédiaires et de connecter directement chauffeurs et usagers à travers une seule application coopérative, propriété collective de ses membres.

En plus de diffuser les exemples de réussites de ce type, l’objectif de Trebor Scholz est de connecter entre elles différentes formes de coopératives pour former une communauté en réseau, un écosystème au sein duquel des coopératives alimentaires peuvent collaborer avec des startups et avec des réseaux sociaux coopératifs. Cette mise en réseau doit participer d’un mouvement politique suffisamment organisé pour exercer une influence collective sur les régulateurs et les législateurs. Dans la vision de Trebor Scholz, cela implique un type d’économie totalement différent, où les ressources sont distribuées et partagées via des plateformes présentes sur les marchés, mais qui fonctionnent également comme pare-feu, en apportant des garanties mutuelles de soutien matériel. Par exemple, les travailleurs d’une plateforme coopérative de jobs ponctuels pourraient obtenir des part dans une coopérative d’alimentation. Chacun serait propriétaire, et les bienfaits de l’innovation seraient ainsi partagés.

Une possibilité de connectivité sans précédent

L’économie des petits boulots « ubérisés » est souvent vue comme l’avenir dystopique du travail. Mais il n’y a pas grand-chose de nouveau dans le modèle commercial sous-jacent. Ce qui est nouveau, c’est que le réseau social qui rend possible la dynamique actuelle de dépossession donne en même temps aux travailleurs une connectivité et une portée sans précédent. Le fait d’être connecté, à lui seul, ne va pas apporter de changement révolutionnaire ; mais les mouvements peuvent se coordonner, et se développer à une échelle inédite tout en restant inclusifs et démocratiques.

CoWorker et Dynamo sont deux exemples précurseurs de construction de communautés en réseau, démocratiques, gérées par les travailleurs eux-mêmes. Actuellement, ils sont surtout utilisés pour des campagnes très spécifiques, mais pour la co-fondatrice de CoWorker Michelle Miller, il s’agit d’un marchepied vers de nouvelles façons de travailler collectivement : « Je pense que l’internet n’est pas un ensemble d’outils… C’est un lieu et une culture. Il nous oblige à nous comporter différemment. Et si nous parvenons à le faire, nous pouvons faire des choses étonnantes. »

Les réseaux émergents de travailleurs qui se soutiennent mutuellement grâce à ces outils pourraient être parmi les premiers à adopter ces nouvelles plateformes coopératives. Quels genres de services pourraient fleurir à partir de ces plateformes ? Peuvent-ils contribuer à construire une nouvelle économie ? Ce sont des questions auxquelles on ne peut répondre que par la pratique. « À quoi cela va-t-il ressembler si nous commençons à bâtir aujourd’hui ? Je ne sais pas. Mais nous devons essayer », conclut Kristy Milland.

Paul Hampton

Cet article a été publié initialement en anglais par Yes ! Magazine. Traduction : Susanna Gendall pour Basta !. Afin de faciliter la lecture, quelques coupes ont été réalisées par rapport à la version originale.


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Lun 9 Jan - 21:01

30€ Troubaa? Hum, hum!
Exemple : Le prix réel du Paris-Lyon est de 500 km x 0,50 € = 250 € + 30 € de péage. Pour ne pas être en situation de bénéfice, le conducteur ne doit donc pas recevoir de la part de ses passagers une somme supérieure au prix réel du trajet fixé par le barème fiscal. Sinon, il entre dans le champ du transport rémunéré de personnes et est assujetti à la souscription d’une assurance professionnelle spécifique afin que ses passagers soient couverts. Si le conducteur du Paris-Lyon transporte 4 passagers, il reçoit 120 € (4 x 30 €) et n’est pas en situation de bénéfice

Rappel des conditions générales :
Nous rappelons que ce site est interdit aux professionnels de la conduite (taxi, autocars) qui possèdent donc une assurance professionnelle de transporteur rémunéré de personnes.
https://www.blablacar.fr/blablalife/blabla-a-bord/astuces-covoiturage/calcul-prix-trajet-covoiturage

Bravo Troubaa, mais moi et le stop.....

Au fait , tu sais qui c'est le fondateur d'Uber?  Siffle


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Lun 9 Jan - 22:34

tu vois 30 euros j'ai pas menti dédé.....

oui komyo ce n'est pas rose. Mais ce  n'est pas une raison de voir l'esclavagisme là où il n'y en a pas...

Le monde est en permanence évolution...
Pour argumenter ce que j'écrivais plus haut le 23 décembre : A terme les chauffeurs créeront leur propre application et se débarrasseront d'uber si uber n'est pas plus respectueux.


3 leçons à tirer avec les nouveaux concurrents d’Uber


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mar 10 Jan - 8:27

En fin de compte cette histoire de blablacar tel que le relate l'exemple donné, c'est simplement un service rendu!
Car Le prix réel du Paris-Lyon est de 500 km x 0,50 € = 250 € + 30 € de péage soit 280€ (sic) or pour 4 passagers (*) le conducteur récupère 120€, ce qui fait qu'en réalité il travaille en perdant 160€, alors à moins d'aimer les paysage de l'autoroute....
Et bien moi il m'arrive de prendre des auto-stoppeur quand je descend à sète ....je fais pas payer!
Tu t'es fait avoir Troubaa.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Mar 10 Jan - 10:53

décidément tu es tellement enfermé dans le déni que tu ne comprends rien..

Tu peux toujours te mettre au bord d'une route faire du stop pour envoyer un colis à Sete.. je te souhaite bon courage.  Very Happy  Very Happy  Very Happy

Si je me suis fait avoir trouve un meilleur moyen aussi rapide et plus économique pour envoyer un colis à 500 bornes de chez toi dans la journée..
Quand tu auras trouvé tu me feras signe.
Avantage : heure de rendez vous de départ donné -  heure de rendez vous d'arrivé donné. Conducteur connu.

En vérité ce que tu ne peux admettre c'est que la société puisse évoluer parce que tout ton discours marxiste est basée sur le dénigrement et que pour toi en dehors du marxisme il n'y a pas de bien possible.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mar 10 Jan - 14:39

Maiss oui, mais oui , air connu....surtout chez Contrepoints

Ceci dit, j'ai fait l'expérience, personne La Frette-Sète avant 6h, et le prix je ne t'en parles pas, sauf à remplir le véhicule du propriétaire du moyen de transport!
1 - le "voiturier" vient de Paris
2 - deux voyageurs à bord
3 - cout 120€ ....aller
Si je prend ma voiture je part tout de suite: cout A/r 150 €, je suis gagnant.

Donc tu as fait transporter ton colis avec blablacar, tu n'étais pas présent ? Hum hum.

https://www.blablacar.fr/faq/question/puis-je-proposer-de-transporter-des-colis-ou-des-animaux

....tu confond pas avec colisvoiturage?
http://www.colis-voiturage.fr/
Tiens, un Lyon Rennes 100€, mais comme le dit un usager: Je ferais encore appel à lui!
C'est pas du travail au noir? Toi le grand défenseur du petit commerce ?

Maintenant on est là dans la logique d'un libéralisme anarchique, on verra ce qu'en pensent les entreprises de transport!

Alors comme tu ne m'a pas répondu, je te donnes le nom du créateur d'Uber: Travis Kalanick
https://fr.wikipedia.org/wiki/Travis_Kalanick
Lis bien sa carrière, les droits d'auteur, il connait pas, vive le vol...quand je parlais d'anarchie!

Si demain les adhérents d'Uber se mettent à leur compte, quelle différence avec un taxis indépendant, il faudra qu'il s'aligne sur les prix, non?




_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Mar 10 Jan - 15:50

blablacar c'est un système de service de partage de frais entre particulier.
Le seul qui gagne commercialement de l'argent c'est la SNCF qui perçoit une commission pour offir la plate forme. Commission du même niveau d'uber par exemple.
Quant la SNCF a racheté blablacar le montant des commissions a été multiplié par deux (d'apres mon fils)

Tout cela fait parti de ce que l'on appelle l'économie collaborative
L'économie collaborative peut-être à but lucratif ou non.
C'est juste un concept né de ce que l'on appelle l’ubérisation de la société (uber ayant été un précurseur dans ce domaine c'est un peu comme réfrigérateur et frigidaire..))
C'est la proposition de nouveaux services due au développement de nouvelles technologies
Ces nouveaux services se basent sur une mise en relation directe entre le client et le prestataire de service et peuvent couvrir tout les domaines ou presque de la société.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7487
Localisation : Dijon

Re: Uber Ubérisation

Message par gaston21 le Mar 10 Jan - 18:47

Tu vois, Troubaa, la SNCF, c'est du sérieux, comme il a dit... Une entreprise dynamique, à la pointe du progrès, bien gérée... Autre chose que Vivarte ou les Sabots de Margot! Sourire!
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Lun 16 Jan - 11:48

Alors Uber, l'avenir pour certains?
http://www.leparisien.fr/economie/on-veut-frapper-fort-contre-uber-16-01-2017-6572910.php

Je rappelle que les VTC et autres techniques modernes de l'exploitation de la mains d'oeuvre, font partis des 93 % de petites entreprises chers à Dan ...comme du reste les auto-entrepreneurs, qui sont près de 900 milles.
Quand je disais que cette classe moyenne se paupérise ?


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Lun 16 Jan - 23:21

le 23 Decembre 2016 troubaa a écrit:
A terme les chauffeurs créeront leur propre application et se débarrasseront d'uber si uber n'est pas plus respectueux.

Autant les cheminots de la SNCF n'avaient d'autres choix que de faire de longues gréves pour faire plier leur employeur, autant la chauffeur d'uber ont d'autres possibilités....


Des chauffeurs VTC vont lancer une plateforme "100% collaborative"


Une association de chauffeurs indépendants a annoncé le lancement dans les prochains jours d'une application mettant en relation les VTC avec les clients. Aucune commission ne sera prélevée sur la course.

Des chauffeurs de VTC (véhicules de transport avec chauffeur) ont décidé de réagir face aux conditions de moins en moins favorables imposées par Uber et les autres plateformes de mise en relation. L'AMT, une association indépendante, a annoncé samedi qu'elle "lancera dans les prochains jours une application 100% collaborative", destinée à mettre en relation des chauffeurs VTC et des clients.  "100% collaborative signifie zéro commission. La totalité du chiffre d'affaires du chauffeur lui sera reversée", a indiqué l'AMT dans un communiqué de presse.

Les chauffeurs VTC sont appelés à manifester lundi matin contre les plateformes - qui mettent en relation des chauffeurs et des clients, fixent les tarifs et prennent une commission - à qui ils reprochent des commissions trop élevées et des tarifs trop bas. C'est notamment la plateforme Uber qui est visée par leurs protestations, et un premier mouvement, avant Noël, avait conduit le gouvernement à engager une médiation, toujours en cours, et à laquelle participe l'AMT

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/des-chauffeurs-vtc-vont-lancer-une-plateforme-100percent-collaborative-1082261.html


L'uberisation de la société va bouleverser l'organisation de celle-ci et nos politiques archaîque qui ne savent raisonner qu'au travers de leur idéologie du passé vont se retrouvé en slip....


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mar 17 Jan - 9:29

Pourquoi? Tu ne savais pas que les taxis se servaient du téléphone pour travailler?
Comment croit tu que les G7 (par exemple) travaillent!
Les bornes c'est finis, devant ma gare il y a 2 numéros de téléphone!
Alors les VTC c'est simplement l'arrivée massive du travail au noir, c'est l'exploitation cachée (voir le statut des auto-entrepreneurs).


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Mar 17 Jan - 22:33

dis cela fait comment d'etre en éternel opposition, de ne jamais s'interroger et de toujours rejeter ce qui n'est pas conforme à la doctrine marxiste du XIX° siecle?


J'aimerais que tu nous expliques comment les gens doivent travailler pour toi parce que :
si ils sont salariés se sont pour toi des esclaves
si ils sont indépendants ils travaillent au noir...
si se sont des patrons se sont des salopards qui profitent du travail des autres...


t'es jamais content, jamais satisfait. Toujours dans la contestation systématique.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mer 18 Jan - 8:18

si ils sont salariés se sont pour toi des esclaves
Non ce sont des prolétaires.
si ils sont indépendants ils travaillent au noir...
Ne m'invente pas des écrits STP!
Les indépendants sont la classe moyenne qui se paupérise.
si se sont des patrons se sont des salopards qui profitent du travail des autres...
Non le terme patron est impropre dans ton explication, un patron c'est celui qui dirige une entreprise, ce peut être le plus souvent AUSSI un salarié.
Une "crapule", c'est celui qui vit EXCLUSIVEMENT sur la "bête", on les appelle des rentiers (à ne pas confondre avec le mot retraité! Je peux te fournir une liste si tu veux. Je peux aussi t'expliquer qu'on peut être à la fois rentier et salarié!

Comment je conçois l'organisation du travail et donc de l'économie? J'y reviendrais, vaste sujet, mais tu risque d'avoir quelques surprises! Very Happy


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Mar 7 Mar - 14:28

Pauvres gens et c'est le modèle qui fait rêver et saliver certains libéraux. Oui je sais, c'est de la haine anti-patron que de le dire ! Rolling Eyes Suspect Evil or Very Mad



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Mar 7 Mar - 22:07

non cela n'a rien à voir avec le libéralisme sauf à croire que seul des libéraux se comportent mal.

Oui hélas meme dans un environnement libéral les salopards resteront des salopards...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mer 8 Mar - 10:27

Bof ce ne sont pas les individus les fautifs, c'est leur système; il n'y a pas qu'au states que Uber est condamnable, la France connais aussi....
http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/02/heetch-et-ses-dirigeants-condamnes-pour-transport-illegal-de-passagers_5088263_3234.html
Quand il n'y a pas de garde fou pour empêcher les individus de faire n'importe quoi, ou que certains pensent que la liberté n'a pas de "frontière"...c'est l'anarchie!
Et dans une économie mondialisée (l'impérialisme) c'est du chacun pour soi....on sais où ça peut mener!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Mer 8 Mar - 12:22

ce n'est pas l'anarchie la preuve aux US comme en France les déviants sont condamnés.

e n'est pas l'application qui est responsable.

Des tas de patrons montent des boites dans les nouvelles technologies sans êtres en infraction.

Il faut que tu comprennes que quelque soit le système il y a des magouilleurs profiteurs salopards. Eux seront toujours s'adapter.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8576
Localisation : Enfant du Monde

Re: Uber Ubérisation

Message par Dédé 95 le Mer 8 Mar - 13:19

Tout à fait, mais le laisser faire, mène ....et aide...les magouilleurs!

Moi c'est ça que je dénonce!
On en vient à la réglementation, qui pour certains, dont les libéraux, est de trop.

Tu veux l'exemple des auto-entrepreneurs, après tout c'est de l'ubérisation ?
On laisse croire que tout le monde à , dans le système économique actuel, la capacité de devenir son propre patron....c'est faux, c'est une arnaque intellectuelle!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Mer 10 Mai - 16:16



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Lun 11 Sep - 16:42

voici l évolution de la société dans un des paradis du libéralisme qu'affectionne troubaa...


https://www.lutte-ouvriere.org/breves/grande-bretagne-encourager-la-precarite-en-pretendant-la-combattre-95355.html


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Lun 11 Sep - 17:03

oh oui ils seraient tellement mieux au RSA !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6656
Localisation : France

Re: Uber Ubérisation

Message par komyo le Lun 11 Sep - 17:10

oui bien sur, maintenant ils ne cotisent plus a rien, c'est pratique pour crever ensuite sous les ponts !
tant qu'on ne sera pas revenu a l'esclavage avec des gens qui se vendent pour une bouchée de pain, ce qui sera la forme la plus aboutie de libéralisme, il manquera quelque chose aux libéraux!...


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10367
Localisation : ici ou là

Re: Uber Ubérisation

Message par troubaa le Lun 11 Sep - 17:28

l'esclavage ! bah voyons !

et on mangera les petits n'enfants aussi... pourquoi pas tant qu'on y est cela ferait beau dans le décors non ? " et les patrons mangeront alors les petits enfants des femmes esclave ". Dans le fond, c'est aussi con pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

Contenu sponsorisé

Re: Uber Ubérisation

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 16:07