LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


les riches estiment qu'ils ont tous les droits

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9072
Localisation : ici ou là

Re: les riches estiment qu'ils ont tous les droits

Message par troubaa le Sam 1 Juil - 19:13

C'est le relflet de sa mentalité de son idéologie.  
komyo est incapable de concevoir que l'on puisse réussir par soi-même. Pour lui quand on réussit c'est obligatoirement au détriment des autres. Il vit dans une logique collectiviste où l'individu doit s'effacer au profit de la collectivité. Donc l'individu en tant que particularité unique n'existe plus.


_._._._._._._._._._._._


« Le vice inhérent au capitalisme est l’inégale répartition de la richesse. Le vice inhérent au socialisme est l’égale répartition de la misère. » – Winston Churchill
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9072
Localisation : ici ou là

Re: les riches estiment qu'ils ont tous les droits

Message par troubaa le Ven 7 Juil - 21:37

C'est plus facile de s'enrichir quand on est riche

Les inégalités de revenus sont au coeur des polémiques alors que les inégalités de patrimoine, plus cachées, sont en fait les plus frappantes. Et elles s'accroissent: ainsi, si le patrimoine des classes moyennes a doublé en vingt ans, celui des très riches -les 500 fortunes du classement de Challenges- a lui été multiplié par sept!

Quand on parle d'inégalités -et en France, c'est un sujet toujours polémique au point que le philosophe Alexis de Tocqueville se plaignait de cette "passion française pour l'égalité"-, l'attention se focalise généralement sur les disparités de revenus (qui gagne combien?). Pour l'opinion publique, ce sont les inéquités les plus évidemment perceptibles, tant c'est bien le revenu que l'on perçoit chaque mois qui détermine notre train de vie au quotidien (le quartier, la taille, le confort du logement, le modèle de la voiture, la possibilité de sortir au restaurant ou de partir en vacances…).

Pourtant, notamment grâce à l'action redistributive de l'Etat (prélèvement d'impôts d'un côté, versement de prestations sociales de l'autre) les écarts restent plutôt stables dans l'Hexagone et, derrière les controverses sur les émoluments mirobolants de certains patrons du CAC 40, de stars du cinéma, de la chanson ou du sport, ils sont encore assez contenus. Ainsi, en France, les 10% les plus riches gagnent en net (après donc impôts et transferts) 6 fois mieux leur vie en moyenne que les 10% les plus pauvres. Et les 1% les plus riches captent un peu plus de 10% du total des revenus versés.

Inégalités de patrimoine: moins vues, plus fortes
Mais pour se former une idée plus pertinente de l'ampleur des disproportions de richesses, il faut aussi examiner les inégalités de patrimoine (qui possède combien?). Ces écarts sont moins scrutés par le grand public car souvent moins voyants: certains paysans vivent ainsi chichement alors qu'ils possèdent des terres qui, une fois vendues, leur permettraient de rouler carrosse; et deux familles peuvent afficher le même train de vie alors que l'une a hérité d'un magot (immeubles, bijoux ou œuvres d'art) et que l'autre n'a pas un sou d'avance.

Pourtant, si les données sur le patrimoine sont moins nombreuses et précises statistiquement que celles sur les revenus, mieux répertoriées par le fisc, une chose est sûre: les inégalités sont là bien plus criantes. Ainsi, en France, les 9% les mieux dotés (hors le top 1%, qui détient un tel patrimoine qu'il déformerait la moyenne) possèdent un capital 240 fois supérieur à celui des 10% les moins fortunés! Et les 1% du sommet de la pyramide accaparent à eux seuls 23% du patrimoine total.

Certes, le patrimoine médian des Français (tel que la moitié de la population possède moins et l'autre moitié possède plus, mesure plus exacte du niveau de richesse des classes moyennes que le patrimoine moyen vue l'énorme disproportion des fortunes tout en haut de l'échelle qui biaise le calcul), qui s'établit autour de 160.000 euros, a plus que doublé en vingt ans, principalement grâce à la très bonne tenue des prix de l'immobilier. Une progression bien plus vigoureuse que celle du revenu médian, qui n'a augmenté que d'un maigre 18% depuis 1996, à 20.200 euros nets par an aujourd'hui (après impôts et transferts).

Croissance déséquilibrée en faveur des ultra-riches
Mais le coup de projecteur donné par le classement de Challenges sur les 500 premières fortunes professionnelles françaises montre que la mécanique d'enrichissement patrimoniale s'est montrée en fait très inégalitaire, avec une dynamique exponentielle au profit des ultra-riches. Ainsi la valeur de la fortune des 500 de Challenges, qui sont les 0,001% les mieux dotés, a, elle, été multipliée par 7 depuis 1996 et celle du Top 10, à la pointe des 0,0001% tout en haut de la pyramide par 12!

Parmi les records d'enrichissement, Bernard Arnault (actionnaire principal de LVMH), première fortune tricolore, multipliée par 17 en vingt ans, celle de la famille Hermès multipliée par 15, x 21 pour les héritiers de l'avionneur Dassault et x 24 pour l'homme d'affaires Vincent Bolloré! Ces distorsions fortes de possession de capital en faveur des plus riches sont d'autant plus frappantes qu'elles sont vouées à s'accumuler, en se transmettant au travers des générations via l'héritage. Notre classement ne le dément pas: dans le Top 10, les fortunes dynastiques dominent, avec Xavier Niel et Patrick Drahi pour seules nouvelles têtes en vingt ans

https://www.challenges.fr/patrimoine/patrimoine-les-riches-s-enrichissent-toujours-plus-vite-que-les-classes-moyennes_485236


_._._._._._._._._._._._


« Le vice inhérent au capitalisme est l’inégale répartition de la richesse. Le vice inhérent au socialisme est l’égale répartition de la misère. » – Winston Churchill

    La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû - 15:38