LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Partagez
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Ven 24 Juin - 16:01

Gerard a écrit:Very Happy  Hey c'est demain que ça se décide !

Alors ? Vos pronostiques ?

Je parie sur la sortie de l'Europe par 55%.

cheers Je suis donc plus doué pour les prévisions que BHL !
( Rolling Eyes je sais komyo, tu vas me dire qu'il n'y a pas besoin d'être très malin pour ça...)


Dubitatif Alors, quelles vont être les suites ?

- D'abord, un clash boursier immédiat.
Mais ce clash va se résorber rapidement, car en fait, pour l'instant rien ne change : il faut moins deux ans pour sortir de l'Europe, donc le Royaume-Uni est toujours dans l'Europe. Mais visiblement, avec ce clash boursier, on voit que le LIBERALISME vient qu'en prendre un coup. C'est une bonne nouvelle, non ?  Very Happy

- Ensuite, le risque que l'Ecosse re-demande son indépendance.
Là aussi, ce n'est pas encore fait. Historiquement, l'Ecosse est quand même plus lié au Royaume-Uni qu'à Bruxelles.

- Mais surtout, le fait qu'un grand pays viole "le tabou du siècle" pourrait donner les idées aux autres pays. Pourquoi y aurait que le Royaume-Uni à avoir droit à un référendum sur l'Europe ?

En France, y a que le FN qui voudrait un référendum équivalent.  ... pour l'instant.
Car Sarkozy vient de dire qu'il faudrait un "nouveau traité".
Rolling Eyes  Soumis à référendum ?... On verra... En tout cas, cet événement va avoir des suites.

...
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Ven 24 Juin - 17:35

komyo a écrit:sinon a mourir de rire, le top des excuses bidon anti démocratique pour ne pas faire un référendum...


pale Moi, ça ne me fait pas mourir de rire...

Car que voit-on au travers de ces exemples du passé ?
>>> Que les référendums ne servent à rien !  Mad

- référendum France 2005 :
Smile  Oui, les français ont voté non, mais c'est au gouvernement d'apprécier la situation...

- référendum Irlande 2008 :
Smile  Oui, les irlandais ont voté non, mais c'est au gouvernement d'apprécier la situation...

- référendum Grèce 2015 :
Smile  Oui, les grecs ont voté non, mais c'est au gouvernement d'apprécier la situation...

- référendum Royaume-Uni 2016 :
Smile  Oui, les anglais ont voté non, mais...

silent Finalement, RIEN n'oblige le gouvernement anglais à quitter l'Europe !

L'actuel Premier Ministre David Cameron a déjà dit que ce ne serait pas lui qui quitterait l'UE, mais son successeur dans quelques mois. Et s'il change d'avis comme Tsipras ?...

...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Ven 24 Juin - 20:45

Moi ce qui me soucie le plus c''est la montée du nationalisme.Je tiens à rappeler qu'un des principaux arguments est le rejet de l'étranger.... ca pue comme argumentaire.

Et ceete montée du nationalisme on la voit partout dans le monde : des USa à la Russie en passant par la GB...

Les Anglais quittent une europe pas assez libérale à leurs yeux (trop directrice) ils n'ont pas tord de la trouver ainsi mais tord de ne pas vouloir la réformer.

Maintenant on verra quel statut l'europe accordera à la GB : un statut à al suisse ou à la turc ?

Le plus grand danger est que la Grande Bretagne devienne la Petite Bretagne avec la perte de l'Ecosse et surtout de l’Irlande du Nord. Parce que c'est fini l'irelande unifié grâce à l'europe...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Ven 24 Juin - 21:14

Une question que je me pose; si vous pouvez éclairer ma lanterne...
Après le Brexit, les Bourses s'effondrent (bah, ce ne sont pas les miennes...); mais c'est la Bourse de Londres qui subit la baisse la moins forte, 3 %; comparez avec les Bourses de Paris, Francfort, Milan, beaucoup plus impactées. En définitive, les autres pays européens souffriront-ils plus du Brexit que l'Angleterre? A contrario, on pourrait en conclure que ce dernier pays sortira gagnant aux dépens de la France etc... Si oui, eh bien il faut faire comme les anglais!
Sarko? Quel culot! Il en a fait des référendums? Et le traité Sarkozy-Merkel qu'il nous a imposé?

Il est évident que l'immigration a joué un grand rôle dans l'affaire. Ah, le plombier polonais, n'a pas su faire les soudures entre les peuples...
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Ven 24 Juin - 22:14

troubaa a écrit:Moi ce qui me soucie le plus c''est la montée du nationalisme.Je tiens à rappeler qu'un des principaux arguments est le rejet de l'étranger.... ca pue comme argumentaire.

Et ceete montée du nationalisme on la voit partout dans le monde : des USa à la Russie en passant par la GB...

Les Anglais quittent une europe pas assez libérale à leurs yeux (trop directrice) ils n'ont pas tord de la trouver ainsi mais tord de ne pas vouloir la réformer.

Maintenant on verra quel statut l'europe accordera à la GB : un statut à al suisse ou à la turc ?

Le plus grand danger est que la Grande Bretagne devienne la Petite Bretagne avec la perte de l'Ecosse et surtout de l’Irlande du Nord. Parce que c'est fini l'irelande unifié grâce à l'europe...


ben dans la mesure ou tu ne vis pas dans une banlieue anglais envahie par le fondamentalisme islamique et que tu n'as probablement pas perdu ton emploi avec la baisse du cout du travail organisée par la concurrence européenne du moins disant. on comprend que ton point de vue ai peu influencé la campagne électorale anglaise !
j'ajouterai que les traités sont ainsi fait que l'on ne peut les reformer, on ne peut du coup que sortir et refonder


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Sam 25 Juin - 8:11

par certains cotés, main mise du bloc atlantiste sur l europe, il était assez prophétique le pépé !

http://www.les-crises.fr/les-deux-veto-du-general-de-gaulle-a-langleterre/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Sam 25 Juin - 11:09

Un article bien documenté du Figaro. En définitive, entre l'anglais et le français, quel est le cocu de l'Histoire? Combien nous coûte, à nous français, cette aventure européenne? Pour ma part, je préférerais aider les jeunes de chez nous que le polonais ou le hongrois, d'autant plus qu'en matière de solidarité européenne ils traînent plutôt les pieds...
Et un simple rappel; un sacré fromage l'Europe, pour tous ces hauts fonctionnaires qui "emm... le bâton"! Un boulet que la France traîne aux pieds et qui l'entraîne au fond.

http://premium.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2016/06/25/29006-20160625ARTFIG00007-brexit-l-europe-ne-coutait-pourtant-pas-si-cher-au-royaume-uni.php

http://sam-menerveovb.over-blog.com/2016/01/revenus-des-hauts-fonctionnaires-europeens-c-est-noel-tous-les-jours.html
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12794

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par loli83 le Sam 25 Juin - 11:18

moi aussi j'en étais persuadé du résultat de ce vote , je souscris à tout ce que tu écris Gérard
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Sam 25 Juin - 11:19

Allez, un peu de Mélenchon, l'espoir d'une Gauche déboussolée depuis cinq ans! Ralliez-vous à son panache rouge! On n'en est plus au panache blanc de Henri IV!

"Le Brexit n'est que le fruit de «la caste des eurocrates» et de «la politique d'austérité imposée par le gouvernement allemand avec la complicité active des deux présidents français qui, depuis 2005, ont violé le vote de notre peuple»…

C'est ben vrai, ça...
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 11:41

ben non c'est faux !

La GB est en pleine croissance et a un chômage réduit elle a même économiquement dépassé la France...

n'en déplaise au falsificateur Mélanchon le Brexit n'a pas pour cause la crise économique mais l'immigration et la bureaucratie européenne... il fait une fois de plus la démonstration de son aveuglement...


Les anglais en ont marre de payer des prestations sociales aux ressortissant européens fraichement débarqués et attirés par eldorado anglais...


Dernière édition par troubaa le Sam 25 Juin - 11:54, édité 1 fois


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 11:53



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 12:44

Si j'ai bien compris mes différentes lectures la GB semble véritablement coupée en deux :

- 2 Etats sur 4 ont voté pour la sortie (Galles et Angleterre)
- 2 Etats sur 4 ont voté très largement pour le maintien (Irlande du Nord - Ecosse)

- Les villes ont voté majoritaiement pour le maintien
- Les campagnes ont voté majoritairement pour la sortie

- Les plus de 50 ans ont voté largement pour la sortie
- Les moins de 35 ans ont voté largement pour le maintien

Je suis très inquiet de l'avenir de la GB. J’espère que leur flegme légendaire leur permettra de se sortir de cette situation.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Sam 25 Juin - 14:16

troubaa a écrit:ben non c'est faux !

La GB est en pleine croissance et a un chômage réduit elle a même économiquement dépassé la France...

n'en déplaise au falsificateur Mélanchon le Brexit n'a pas pour cause la crise économique mais l'immigration et la bureaucratie européenne... il fait une fois de plus la démonstration de son aveuglement...


Les anglais en ont marre de payer des prestations sociales aux ressortissant européens fraichement
débarqués et attirés par eldorado anglais...

Et que penses tu du fait que suite au brexit l Économie fRançAise aie dépasse l anglAise qui devIent la 6 ème
Ça t inspire comme pour ma CalifOrnie


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 17:23

(tiens tu écris comme troubaa....)

je pense que les soubresaut financiers sont temporels et conjoncturels. Je ne pense pas que la GB se soit appauvri en 24h.

Après si une partie de la city délocalise ou si un ou 2 Etats quittent la GB se sera une autre histoire.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Sam 25 Juin - 18:00

Le Brexit, ce devait être la cata; il suffisait d'écouter le gourou Cohn-Bendit! C'est vrai qu'il y a eu des orages sur la Bourgogne, mais à part ça? Quelles sont les banques qui ont le plus "morflé"? Et les Bourses? Je vous invite à lire les articles qu'Agora-Vox consacre au sujet; ils sont très parlants. Pas étonnant que nos "européistes" braillent comme des putois! Il est grand temps que les peuples retrouvent leur souveraineté, leur liberté, et se dégagent de la griffe de ces technocrates soumis au seul impératif de la Finance. Les rosbifs nous montrent la voie! "Une fois...", comme diraient les belges!
Bien sûr que l'immigration polonaise etc...a été un facteur important; mais est-ce condamnable? Il y a un seuil d'immigration au-delà duquel elle n'est plus supportable. Londres? Oui, un capharnaüm! Est-ce souhaitable?
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 18:06

Mais Gaston tu es trop "court-termiste...!
tu as le nez dans le guidon

Tu ne vois donc pas que l'Angleterre se déchire sous tes yeux...

1.7 millions de signataires pour un nouveau référendum en 24 h !

Plus de 100 000 signataires pour l'indépendance de Londres. (ca pourrait etre une blague mais non)


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Sam 25 Juin - 19:54

gaston21 a écrit: Après le Brexit, les Bourses s'effondrent (bah, ce ne sont pas les miennes...); mais c'est la Bourse de Londres qui subit la baisse la moins forte, 3 %; comparez avec les Bourses de Paris, Francfort, Milan, beaucoup plus impactées. En définitive, les autres pays européens souffriront-ils plus du Brexit que l'Angleterre?...

Wink Gaston, tu n'as pas tort, sauf sur ce que tu entends par "SOUFFRIR".

Ce sont les financiers qui vont souffrir. Tous les "dumpers sociaux" sont dans la merde ! Ils ont déjà annoncé que les usines Renault vont devoir quitter l'Angleterre !

Crying or Very sad He oui... La conséquence du Brexit, c'est que les délocalisés vont devoir revenir en France pour créer de l'emploi. C'est triste, non ?

Pleurons ensemble sur les financiers qui vont gagner moins de pognon.  Laughing

...


Dernière édition par Gerard le Sam 25 Juin - 20:12, édité 2 fois
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Sam 25 Juin - 20:06


Suspect Je suis de plus en plus convaincu que le Brexit ne va pas se faire.

Cameron ne veut pas démissionner avant 6 mois, ni lancer la procédure de sortie. Et ce, malgré les demandes de l'UE de le faire au plus vite.

Cameron a donc 6 mois pour obtenir un petit avantage de plus de la part de l'UE et alors, comme Tsipras, il pourra prétexter de ce changement, pour annuler ce pourquoi les gens ont voté.

...
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Sam 25 Juin - 20:55

pareil, je pense qu ils sont en train de réfléchir a comment contourner ce référendum.

https://soundcloud.com/sputnik_fr/francois-asselineau-il-ne-peut-pas-y-avoir-deurope-democratique-cest-impossible






_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Sam 25 Juin - 21:48

hummm ce n'est peut etre pas le anglais qui vont décider mais l'Europe qui semble beaucoup plus pressé d'en finir que les anglais. Quand on divorce il faut toujours se méfier de la réaction du quitté.

A moins que les anglais annoncent un nouveau référendum je vois mal comment ils peuvent s'en sortir.


Un de mes fils m'a fait cette reflexion (en rigolant) :
Mais pourquoi les vieux décident ils de l'avenir des jeunes ?

J'ai trouvé la réflexion pertinente tu en penses quoi Gaston .?

Je me suis posé la question jusqu'à quel age j'allais voté : 70 - 75 ans ? Le problème c'est les "komyo" qui me comptabiliseront parmi les contestataire... tant pis pour eux ils se tromperont encore...




_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Dim 26 Juin - 1:19

komyo a écrit:

Rolling Eyes Mouai... Donc comme on peut le voir, quand la réponse va dans le sens de celui qui pose la question, elle est acceptée. Sinon non.

Si le "remain in EU" avait gagné, personne ne parlerait de refaire un vote.


troubaa a écrit:A moins que les anglais annoncent un nouveau référendum je vois mal comment ils peuvent s'en sortir.

Neutral On ne peut rien y faire : un référendum n'est que consultatif, rien n'oblige le gouvernement à en tenir compte. Mais après, faut pas venir se plaindre que l'extrême-droite gagne des voix.

...
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Dim 26 Juin - 9:03

troubaa a écrit:
Un de mes fils m'a fait cette reflexion (en rigolant) :
Mais pourquoi les vieux décident ils de l'avenir des jeunes ?

J'ai trouvé la réflexion pertinente tu en penses quoi Gaston .?

Je me suis posé la question jusqu'à quel age j'allais voté : 70 - 75 ans ? Le problème c'est les "komyo" qui me comptabiliseront parmi les contestataire... tant pis pour eux ils se tromperont encore...



et quand les écossais sont restés dans l europe a cause des vieux, ils en disaient quoi les hypocrites ! I love you
au passage les jeunes qui sont devenus des vieux ont eu le temps de comprendre ce qu'était l'ue. ca s appelle
l expérience ils ont choisi en connaissance de cause ! santa



et pour compléter vu sur un blog cette réflexion pertinente, tu en penses quoi troubaa ?

Ce qui est terrible avec la démocratie c’est qu’une voix de londonien jeune hipster qui jogue à Hyde Park en poussant la mc laren où dort sa progéniture le guardian dans le filet vaut celle d’une ménagère de plus de 70 ans au chômage depuis 20 ans et qui habillée comme Vicky pollard descend sa neuvième bière. Et ce qu’il y a d’encore plus terrible c’est qu’avec tout ça elle comprend plus de choses que le jeune hipster


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Dim 26 Juin - 14:39

Pur populisme caricatural qui te séduit tant. c'est terrible de voir comment tu es sensible à ce genre de discours. Tu trouves cela pertinent moi je trouve cela d'une connerie efférente. propos raciste qui opposent les gen entre eux, détestable !

Cette recrudescence de nationalisme me fait peur.

tu sais moi je suis pour le respect du référendum ce qui ne m'empeche pas d'etre effrayé de voir la décomposition de la GB et les raisons qui ont amené les gens à voter contre.

quoiqu'il en soit l'Ecosse manifeste de plus en plus son désir de quitter l'europe
La pétition pour un nouveau référendum a dépassé les 3 millions de signataires
Certains parlent pour sauver la city de faire de Londres le nouveau paradis fiscal de l'Europe.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Dim 26 Juin - 16:51

une analyse intéressante sur le déséquilibre en Europe que va provoquer le retrait de la GB  moins de libéralisme, plus d’interventionnisme, moins de folie, plus de rigueur et de suprématie allemande.

Avec le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne est un cauchemar et devrait nous alerter.[
Par Aurélien Véron.


Le Brexit est une catastrophe. Pour l’Europe et pour la France, ainsi que pour les libéraux. D’abord, le Brexit décidé par les électeurs britanniques ampute l’Union européenne d’un sixième de son PIB. Face aux grandes puissances anciennes ou émergentes qui défendent avec acharnement leurs intérêts, l’Europe s’affaiblit. Ce choix nous prive aussi d’un contrepoids important face à l’Allemagne. Il ôte enfin à l’Union européenne le seul grand pays d’orientation vraiment libérale. Ce qui reste de l’Europe fissurée est menacé de dislocation si elle ne se réinvente pas rapidement.

Une Europe déséquilibrée après le Brexit

L’Union était jusqu’ici bâtie sur un équilibre subtil entre les Big Three (Royaume Uni, France, Allemagne). Sa réduction au duo franco-allemand va vite tourner au solo germanique étant donné l’actuelle faiblesse économique et sociale de notre pays et la déliquescence de notre leadership. L’Allemagne pèse désormais presque un tiers du PIB et 40% de l’industrie du nouvel ensemble. Elle peut s’appuyer sur un « hinterland » d’une dizaine de pays de l’Est. Une Europe sous domination berlinoise justifie une certaine inquiétude même sans être animé d’un sentiment anti-allemand. Après tout, ce pays de culture ancestrale n’est-il pas exemplaire en matière d’assainissement des finances publiques ou de réforme du marché du travail avec Hartz IV ?

Le Brexit signe la défaite – certes sans effusion de sang – d’un siècle et demi de lutte de concert des Français et des Britanniques contre la volonté d’hégémonie allemande (ou plutôt prussienne) au prix de deux guerres mondiales. De quoi nourrir l’amertume de ceux qui ont un peu de mémoire. Le déséquilibre de cette domination sans partage de leur propre pays inquiète d’ailleurs les dirigeants allemands eux-mêmes, conscients des responsabilités qui pèsent sur leurs seules épaules et des réactions de rejet que cette évolution peut susciter chez leurs voisins. Ajoutons qu’il fait aussi perdre à l’Union la seule armée dotée d’un budget conséquent avec la nôtre, apte à protéger nos intérêts partout dans le monde. Cette sécession des Britanniques ouvre la perspective d’une Union réduite à un club de pays angéliquement perdus dans un monde dangereux.

Nous assistons aussi à la sortie d’un pays référent depuis quatre siècles en matière de démocratie, d’État de droit – « the rule of law » – et de libertés publiques. C’est aussi aujourd’hui le seul à incarner sans complexe une économie de marché face au « capitalisme rhénan » fondé sur des régulations tatillonnes, la bureaucratie et l’État-providence. On pouvait compter sur la vigilance des Britanniques pour moquer les directives européennes surréalistes, depuis l’interdiction des flacons d’huile d’olive dans les restaurants jusqu’aux prescriptions en matière de sécurité au travail, de chasse d’eau dans les toilettes, d’essuie-glace sur les véhicules, etc. Une vigilance qui n’est hélas pas l’apanage de la France.

L’Union européenne perd avec le Royaume Uni le « champion » d’une économie libérale doté d’une fiscalité relativement modérée, en particulier sur le capital et l’investissement. Le premier à lutter pied à pied à Bruxelles contre le « red tape », l’État nounou et les subventions, notamment dans l’agriculture. Qui, en Europe continentale, est capable de supprimer 400 000 postes de fonctionnaires comme David Cameron a osé le faire ? Sans oublier que cette décision lui a même permis de remporter brillamment les législatives il y a un an.

Un processus démocratique

En annonçant sa démission, le Premier ministre britannique administre au passage une belle leçon de démocratie aux Européens. Si le résultat du referendum s’avère funeste, qui peut lui reprocher d’avoir consulté ses concitoyens sur l’avenir du projet européen ? Rien ne serait pire que d’exprimer une quelconque condescendance envers ces électeurs, ou d’essayer de « punir » ce pays en espérant intimider d’autres peuples tentés par la sortie. Une forme de paternalisme de nature à jeter de l’huile sur le feu anti européen qui couve. Le referendum est un outil démocratique légitime, voire nécessaire quand la démocratie représentative est en panne. Les élus ont beau hurler au populisme quand l’idée leur est suggérée, leur propre démagogie est la première responsable de ce délitement de la construction européenne.

Lorsque la classe politique accuse les électeurs de manquer de sens civique avec l’abstention, elle oublie qu’elle a piétiné l’avis de ses électeurs quand ils ont pu s’exprimer sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe, comme les Français l’ont fait en 2005. Normal puisque la « caste » au pouvoir estime mieux savoir qu’eux ce qui est bon pour eux. Et lorsqu’elle a des décisions importantes mais douloureuses à prendre, elle préfère se défausser sur Bruxelles plutôt que d’endosser l’habit du réformateur. Enfin, elle ne respecte pas ses propres engagements, en particulier en matière de déficits et de dette – Paris ne cesse de reporter la promesse de redressement de ses comptes. Ce triple déni démocratique pèse lourd dans l’actuel discrédit de l’Union et de ses dirigeants auprès de dizaines de millions de citoyens ayant l’impression d’être dépossédés de leur destin.

Les politiques français prennent depuis hier matin les Britanniques de haut après les avoir menacés de tous les maux en cas de « mauvais choix » jusqu’à la veille du scrutin. Qui sont-ils pour faire la leçon à leurs voisins aux bien meilleures performances économiques ? Paris fait tous les ans partie des pires cancres épinglés par les instances européennes recensant les tricheries en matière d’applications de l’acquis communautaire. La France est le 25ème pays sur 28 (Londres censée incarner l’anti européanisme primaire fait partie des bons élèves) en matière de transposition de directives européennes, reflet d’une culture administrative rétive à la libre concurrence qui est la clé du Traité de Rome de 1957 et du projet européen. La France, via le projet technocratique incarné jadis par Jacques Delors, ou la désinvolture de François Hollande, a joué un rôle de premier plan dans le fiasco actuel.

Ne nous leurrons pas. Le Brexit ouvre la perspective d’un redoutable effet domino. Quel sera le prochain pays européen à s’engouffrer dans la brèche et à réclamer sa sortie ? La question est loin d’être théorique compte tenu de la montée du sentiment anti-européen parmi les Vingt-Huit. Jamais l’affection des sondés envers l’Union européenne n’y a été aussi basse. Et jamais les scores électoraux de partis anti-européens n’ont été aussi élevés. En France, ils rassemblent déjà près de quatre électeurs sur dix.

Redonner vie au projet européen

Nous devons redonner vie au projet européen avant que le coma bureaucratique ne soit irréversible. Poursuivre sur la voie d’un fédéralisme à marche forcée (incarné par Michel Rocard se réjouissant du Brexit car les Britanniques « empêchaient d’avancer ») serait une grave erreur. Les Européens n’en veulent pas, ils l’ont manifesté à maintes reprises. Un marché unique n’a pas besoin d’une union bancaire ou d’une harmonisation fiscale et sociale à outrance, visant en fait à réduire encore davantage la concurrence. Un vaste marché exige de la liberté et la suppression des derniers monopoles publics. Il est urgent de rétablir le principe de subsidiarité qui veut que les décisions en Europe soient prises le plus possible à l’échelon local. Nous devons mettre fin à la volonté de tout harmoniser des grands esprits de Bruxelles, même s’ils sont brillants et, il faut l’avouer, moins nombreux que les seuls fonctionnaires de la Ville de Paris. Revenons à l’esprit de ses pères fondateurs, un espace d’échanges commerciaux et culturels : Bye bye Delors, I want my Monnet back !



http://www.contrepoints.org/2016/06/26/258146-brexit-une-catastrophe


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Dim 26 Juin - 17:41

troubaa a écrit:quoiqu'il en soit l'Ecosse manifeste de plus en plus son désir de quitter l'europe
confused  Pardon ? Tu veux dire le contraire, non ?

troubaa a écrit:Certains parlent pour sauver la city de faire de Londres le nouveau paradis fiscal de l'Europe.
Rolling Eyes  Ha, parce que c'était pas déjà le cas avant ?

En annonçant sa démission, le Premier ministre britannique administre au passage une belle leçon de démocratie aux Européens.
Rolling Eyes  Pour l'instant, ce n'est une promesse...  qui n'engagent que ceux qui y croient.

Quel sera le prochain pays européen à s’engouffrer dans la brèche et à réclamer sa sortie ? La question est loin d’être théorique compte tenu de la montée du sentiment anti-européen parmi les Vingt-Huit.
Neutral Le point positif du Brexit est de m'avoir permis d'apprendre qu'on était 28.

silent Je croyais qu'on était 27 ! C'est qui le dernier arrivé ? Pourquoi on n'est même pas consulté avant de faire rentrer quelqu'un ?

Tu comprends Troubaa, pour éviter le nationalisme, il faudrait un patriotisme européen. Mais comment cela pourrait être possible quand on ne sait même pas ce qu'est l'Europe et que ça change tout le temps sans qu'on nous demande notre avis ?

PS :  study  Ha j'ai trouvé : c'est la Croatie qui est la dernière arrivée (en 2013).
Et y en a encore 11 qui sont en attente, dont la Turquie.

No L'Europe n'est pas une patrie, c'est un moulin ouvert à tous les vents. Et ça, ça ne te fait pas peur, Troubaa ?... Tant mieux, mais avoue qu'on s'y prend mal pour rassurer les gens, non ?

...
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Dim 26 Juin - 17:54

troubaa a écrit:Pur populisme caricatural qui te séduit tant. c'est terrible de voir comment tu es sensible à ce genre de discours. Tu trouves cela pertinent moi je trouve cela d'une connerie efférente.  propos raciste qui opposent les gen entre eux, détestable !



si j'ai bien compris quand le discours populiste va dans ton sens, comme avec les jeunes image de l'avenir c'est bien et quand je te fais remarquer qu'en écosse ce sont les vieux qui ont décidé de rester en UK au détriment des jeunes c'est mal ! clown
et après tu me traites de populiste, ce que je veux te faire comprendre, c'est juste le coté opportuniste de ce genre de déclaration ! pirat


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Dim 26 Juin - 17:57

troubaa a écrit:hummm ce n'est peut etre pas le anglais qui vont décider mais l'Europe qui semble beaucoup plus pressé d'en finir que les anglais. Quand on divorce il faut toujours se méfier de la réaction du quitté.

A moins que les anglais annoncent un nouveau référendum je vois mal comment ils peuvent s'en sortir.


Un de mes fils m'a fait cette reflexion (en rigolant) :
Mais pourquoi les vieux décident ils de l'avenir des jeunes ?

J'ai trouvé la réflexion pertinente tu en penses quoi Gaston .?

Je me suis posé la question jusqu'à quel age j'allais voté : 70 - 75 ans ? Le problème c'est les "komyo" qui me comptabiliseront parmi les contestataire... tant pis pour eux ils se tromperont encore...



Mais ton fils, troubaa, a tout à fait raison! Le problème, c'est que l'Europe a été faite par les vieux et pour les vieux!
Les problèmes ne viennent pas des anglais restés en périphérie, mais des allemands installés au centre de la machine et qui défendent uniquement leurs intérêts. L'Allemagne exporte plus de la moitié de sa production et elle amasse ses excédents commerciaux; au profit de qui? De ses vieux! Il faudra payer leurs retraites! D'où un euro fort qui nous conduit à la stagnation, au chômage (de 20 % chez les jeunes européens!) et à la baisse du niveau de vie pour beaucoup.
Joschka Fisher, qui connait bien son monde, vient de déclarer " Angela Merkel ne doit pas apparaître comme la troisième personnalité allemande à avoir détruit l'Europe, après Guillaume II et Hitler". On comprend l'affolement de nos ministres des Affaires étrangères! Eh oui, la maison Europe tremble sur ses bases! Il vaut mieux construire sur le roc que sur des mensonges!
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Dim 26 Juin - 19:19

une analyse intéressante !

La victoire du camp opposé à l’UE dans le référendum britannique montre une incapacité de l’UE à convaincre les populations de son utilité et de sa nature démocratique. C’est une invitation à changer profondément le projet européen.

Ce sera donc un Brexit. Déjouant la plupart des instituts de sondages et autres bookmakers auxquels les marchés financiers ont cru aveuglément jeudi 23 juin, les électeurs britanniques ont demandé à près de 52 % de quitter l’Union européenne. Cette décision fait clairement changer de nature l’Union européenne. Jusqu’ici, l’UE était conçue comme un processus irréversible. L’adhésion massive des anciens pays du bloc de l’est lui avait donné des airs de « destination finale et indépassable » de l’Histoire. Désormais, puisqu’il est possible d’en sortir, l’Union européenne est différente : c’est une organisation qui doit convaincre les Etats qui y adhèrent et leurs peuples de son utilité. L’UE doit à présent se faire aimer de ses peuples. C’est une grande nouveauté qui va changer considérablement la donne du côté de Berlaymont, le siège bruxellois de la Commission européenne.

L’UE change de nature

La réaction au Brexit sera donc déterminante. Si l’on se contente de jeter un regard méprisant sur ce peuple britannique qui « décidément, ne comprend rien » et qui serait travaillé par le « vice du nationalisme » et par ses « passions », si l’on s’efforce de vouloir à tout prix « tout continuer comme avant » en se lançant dans une intégration « par le haut », si l’on veut « punir » les Britanniques pour « faire un exemple » aux autres peuples, alors l’affaire sera très mal engagée. Il convient, en réalité, de comprendre comment l’Union européenne a pu être rejetée par le pays qui, sans doute, était déjà le moins intégré en son sein. Et il convient de le faire en recherchant la rationalité de ce choix, non en le rejetant dans un simple vote « nationaliste ».

La faillite du « Project Fear »

Le premier élément, c’est évidemment, que le « Project Fear » (« projet de la peur) ne fonctionne plus. Depuis quelques années, la tentation de jouer sur la « peur de l’inconnu » en grossissant les traits est devenu un des arguments les plus puissants avancés en faveur de l’UE et de la zone euro. C’est celui qui a permis d’imposer au gouvernement d’Alexis Tsipras en Grèce, malgré un référendum allant en sens inverse, une politique dont ni lui, ni son peuple ne voulaient. Le seul ressort de cette politique est devenu d’éviter la sortie de la zone euro et de l’UE afin de ne pas « sauter dans l’inconnu ». Cette démarche a été au cœur de la campagne du « Remain » au Royaume-Uni et a été appuyée non seulement par des études économiques, mais aussi par des mises en garde assez délirantes de plusieurs experts sur les conséquences du Brexit pour les abeilles, la fonte des glaces ou la capacité des groupes anglais de donner des concerts à l’étranger.

Cette démarche a finalement joué contre elle-même. Les Britanniques l’ont prise pour ce qu’elle était : une démarche désespérée qui dissimulait surtout une incapacité à construire une vision d’avenir « positive » de l’UE. Logique : l’UE se considérant comme la « fin de l’histoire » n’a rien d’autre à proposer qu’elle-même dans sa forme actuelle. Pire même, ce « Project Fear » a décrédibilisé les vrais risques du Brexit : l’économie n’est plus devenue un moyen de convaincre l’opinion. Dès lors, il a donné plus de force au discours violemment xénophobe de certains partisans du « Leave ». Là encore, rien de plus logique : lorsque le projet de rapprochement européen n’a rien d’autre à proposer que le statu quo confortable, le projet nationaliste peut faire miroiter un avenir radieux. Ce 24 juin 2016, il est désormais clair que jouer sur la peur n’est plus un moyen suffisant de survie pour l’UE, surtout lorsqu’il s’agit d’un grand pays. Il est désormais clair que se contenter de promesses de sauver l’existant, que proclamer que « l’Europe, c’est la paix », ne suffit plus. On peut se lamenter sur la défaite du « rêve européen », mais la réalité, c’est que le Brexit prouve que l’UE dans sa forme actuelle n’a plus rien d’un « rêve ». Et c’est pourquoi elle a subi cette défaite.

L’impossible démocratie européenne

Deuxième enseignement : la question démocratique. Les partisans de l’UE ont sous-estimé cette critique d’un centre de décision éloigné, désincarné et peu légitime. Les études savantes montrent certes que toutes les décisions européennes ont une légitimation démocratique directe ou indirecte, mais la question n’est pas là. Les Britanniques, comme beaucoup d’autres sur le continent, ont le sentiment de ne pas maîtriser les décisions de l’UE. Dans un pays attaché au parlementarisme, les discussions de couloirs à Bruxelles et les compromis bancals arrachés à coup de nuits de palabre n’ont pas la forme de la démocratie. Ils ont vu, sur le continent, les pressions sur le parlement chypriote, le refus du choix des Grecs en 2015, le déni des référendums français et néerlandais de 2005, le renversement par l’UE des gouvernements italien et grec en 2011…

La démocratie, c’est d’abord la possibilité de l’alternance et cette alternance n’existe pas au niveau de l’UE. Les élections européennes de mai 2014 n’ont pas convaincu du contraire, malgré l’existence de « candidats » à la présidence de la Commission, on a vu émerger un « partage du gâteau » et une sempiternelle « grande coalition » à l’issue du scrutin. Jean-Claude Juncker peut prétendre être le représentant du « peuple européen », la réalité est différente. Personne ne l’a réellement choisi et sa légitimité est faible. L’UE doit d’urgence réfléchir à l’existence d’une vraie responsabilité démocratique de ses instances. Or, qu’on le veuille ou non, qu’on le déplore ou non, la source de la légitimité démocratique réside encore dans le cadre étatique. Un des arguments principaux de la critique démocratique de l’UE au Royaume-Uni a été les pouvoirs donnés à la Cour de Justice de l’UE, instance que ne contrôle personne. C’est une question que les Européens feraient bien d’aborder de front afin de construire à l’avenir. Le vote de ce 23 juin est une mise en garde pour ceux qui restent dans l’UE : La réforme de l’UE devra prendre cet élément en compte sérieusement cette question démocratique – qui est complexe – plutôt que de se lancer tête baissée dans un énième projet d’intégration à base technocratique en évitant de modifier les traités pour contourner le vote populaire.

L’impossible discours pro-UE à gauche

Troisième enseignement : un regard porté sur la carte du vote montre que ceux qui ont fait basculer le scrutin sont bien les électeurs du nord de l’Angleterre et ceux du pays de Galles du sud. Ce sont des électeurs traditionnellement attachés aux travaillistes, ouvriers ou anciens ouvriers précarisés, qui ont choisi clairement, et contre la campagne du Labour, le camp du Brexit. Un résultat semble illustrer ce fait : à Middlesbrough, le Labour avait recueilli 55 % des voix en 2015, ce 23 juin, le Brexit a obtenu 65,5 % des votes dans cette ville. Les exemples pourraient être légion. Ceci signifie que le discours de la gauche britannique du « Remain to change » (« rester pour changer ») n’a pas pris dans son électorat. Pourquoi ? Parce que l’UE n’a pas été capable de montrer qu’elle pouvait changer. De même, l’autre argument dominant de la gauche britannique, le « Remain to preserve » (« rester pour préserver » les droits des travailleurs) n’a pas convaincu.

Rien d’étonnant à cela. Quoiqu’en dehors de la zone euro, les électeurs britanniques des classes populaires ont constaté le traitement infligé par les autorités européennes aux pays en crise. La politique d’austérité aveugle et l’acharnement contre la Grèce ont affaibli le discours du Labour. Comment changer l’UE lorsque le référendum grec du 5 juillet 2015 a été non seulement ignoré, mais délibérément foulé aux pieds ? La politique économique de l’UE a été si peu éloignée de celle que mènent les Conservateurs britanniques depuis six ans dans la destruction des services publics, la libéralisation des marchés du travail, la réduction du droit des travailleurs, que l’argument d’un « socle » protecteur lié à l’UE n’a pas convaincu.

Là encore, c’est une question démocratique : l’UE n’est pas perçue comme capable de changer démocratiquement. Il vaut mieux donc en sortir pour peser sur des instances que l’on connaît. Mais c’est aussi une question économique et sociale : l’UE ne se soucie guère de ces populations oubliées et victime de la désindustrialisation au nom de la « destruction créatrice » et de la « bonne allocation des ressources ». Il est logique que ces populations ne se soucient guère de l’UE. C’est une leçon pour l’avenir : l’obsession centriste de l’UE l’a conduit à oublier des populations qui ne sont pas en déclin puisque les politiques menées ont jeté une partie des classes moyennes dans la catégorie inférieure. La réflexion sur un vrai débat économique s’impose donc désormais dans l’UE.

Remise en cause

Le Brexit remet donc en cause profondément ce qu’est devenue l’UE depuis des années. Si le cours de cette évolution n’est pas inversé, si les leçons de cette défaite ne sont pas tirées – comme on s’est efforcé de le faire en 2005 ou après le référendum grec – alors l’UE sera clairement menacée. Il revient donc aux forces démocratiques de l’UE de construire et débattre sur un nouveau projet européen et de le bâtir avec les peuples. Autrement, ce sont ceux qui veulent en finir avec lui qui auront le dernier mot.

Source : La Tribune, Romaric Godin, 24/06/2016


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9433
Localisation : vallée du vent

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par dan 26 le Dim 26 Juin - 21:04

Pour ma part, je suis enchanté de la position prise par les Anglais , cela va nous permettre sans risque de voir le conséquences pour ce grand pays , et de prevoir l'avenir . De plus cela va obliger l'Europe de se réformer en profondeur . Je suis pour une Europe à 2 voire 3 vitesses. L'élargissement à des pays fort différents , a été une belle c ....... Et nous la payons maintenant .
Amicalement
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Dim 26 Juin - 21:51

pour une fois nous sommes d'accord ! scratch Cool



_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Dim 26 Juin - 22:11

l'Ecosse et l'irlande pourrait mettre leur veto à la sortie de l'europe

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/brexit-le-droit-de-veto-de-l-ecosse-coup-de-bluff-de-nicola-sturgeon_1806239.html

ils sont pas sortis de l'auberge les grands bretons...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Lun 27 Juin - 11:33

Brexit : un vote anti-europe ou un vote raciste anti-étranger ?

-----------------

Francetv info revient sur ces évènements qui traduisent la division post-référendum du Royaume-Uni.

"Quittez l'Union européenne. Dehors, la vermine polonaise". Cette phrase a été inscrite sur des petites cartes, en Anglais et en Polonais. Au lendemain du vote pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, elles ont été laissées aux abords d'une école primaire, à Huntingdon, dans le Cambridgeshire. Selon Sky News(liens en anglais), des membres de la communauté polonaise dans la région en ont découvert, glissées sous leurs portes.

Alors que de plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer la libération d'une parole raciste, encouragée par la décision du pays de quitter l'UE et les arguments de certains défenseurs du "leave", qualifiés de "xénophobes", une député travailliste a assuré qu'elle demanderait au Parlement de se pencher sur ces incidents, afin de déterminer si le référendum a effectivement joué un rôle de détonateur.

Francetv info revient sur ces évènements qui traduisent la division post-référendum du Royaume-Uni.

Plusieurs enquêtes en cours
Alors que la question de l'immigration a tenu un rôle central dans les débats qui ont précédé le scrutin, des associations de lutte contre les crimes racistes s'alarment, dimanche 26 juin. La baronne Sayeeda Warsi, membre de la chambre des Lords et ancienne partisane du "leave" passée dans le camp du "remain", craint que les agressions verbales ne soient en augmentation.

"J'ai passé le week-end avec des personnes qui travaillent sur les crimes raciaux, qui les recensent", a-t-elle dit à Sky News." Et ils ont reçu des témoignages très dérangeants de personnes disant avoir été arrêtées dans la rue et à qui l'on a dit : 'écoutez, nous avons voté pour la sortie [de l'UE], maintenant vous devez partir."

Selon le Cambridge Evening News, une enquête est en cours afin de déterminer qui sont les personnes derrière la distribution de ces tracts. A une centaine de kilomètres au sud d'Huntingdon, à Londres, la police s'est également penchée sur un autre délit "au motif raciste", alors que des inscriptions similaires ont été taguées sur les portes d'un centre social et culturel polonais, dans le quartier d'Hammersmith, dans l'Ouest de la capitale.

Les internautes rapportent de nombreux incidents
Rassemblés par The Independent (lien en anglais), les témoignages de personnes d'origine non-Britanniques inquiètes se multiplient sur les réseaux sociaux, via le hashtag #PostRefRacism, soit le "racisme post-référendum". Sur Facebook, un groupe qui rassemble des "signes inquiétants" de cette libération de la parole raciste, rassemblent des dizaines de tweets, échanges de textos ou encore titre de journaux, dénonçant un climat de défiance, voire menaçant, à l'égard de plusieurs communautés, notamment les Polonais, les Roumains ou encore les personnes de confessions musulmanes. Ainsi, ces commentaires sont parfois adressés "à des gens et à des famille qui sont ici depuis trois, quatre ou cinq générations", relève la baronne Warsi. "L'ambiance dans la rue n'est pas bonne", poursuit-elle.

Sur les réseaux sociaux, des témoins déplorent les agressions racistes, souvent verbales, mais également physiques, via le hashtag #PostRefRacism. Ainsi, cet internaute londonien assure que ces deux hommes, des Polonais, ont été violemment battus dans la rue, par des hommes qu'ils identifient comme "des Anglais".


Une altercation entre deux hommes dans les rues de Londres, durant laquelle l'un deux dit à l'autre de "rentrer dans son pays"; une fillette roumaine pointée du doigt par un message anonyme inscrit sur les murs d'une école, des manifestants rassemblés aux abords d'une mosquée de Birmingham, prêts à en découdre, etc. Ces témoignages s'accumulent, entraînant parfois d'autres réactions racistes, à l'intention de ceux qui les partagent. "Nous voyons déjà une augmentation du harcèlement et des agressions racistes", assure ainsi le texte de présentation de la page Facebook PostRedRacism. "Juste parce que nous avons voté à quitter l'Union européenne ne veut pas dire que nous avons démocratiquement accepté le harcèlement raciste, les agressions, intimidations ou de discours de haine."


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Lun 27 Juin - 19:23

Bah, je me demande si on va pour une fois écouter le peuple! Cameron était sûr du no au Brexit; ce n'était pour lui qu"un moyen de chantage pour faire plier l'Europe; il a perdu son pari! Alors, il muse.., en espérant qu'avec le temps et les moyens de pression adéquats, le peuple reviendra sur son vote. On va remettre ça; et comme le peuple se manie plus facilement que sa propre femme..., euh..., eh bien on obtiendra ce fameux no! C'est bien le sens de la position prise par Mme Merkel. Wait and see! Et comme c'est l'Allemagne qui fait la loi en Europe, les autres caniches ne feront que "oua oua oua" et cacheront leur queue entre leurs cuisses! Je parie mon innocence sur ce scénario!
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9433
Localisation : vallée du vent

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par dan 26 le Lun 27 Juin - 21:55

komyo a écrit:pour une fois nous sommes d'accord ! scratch  Cool

n'ai pas honte d’être en accord avec moi, sur certains points .
Amicalement
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Lun 27 Juin - 22:08

c'est surtout cameron qui n'est pas pressé..



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9433
Localisation : vallée du vent

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par dan 26 le Lun 27 Juin - 22:15

troubaa a écrit:c'est surtout cameron qui n'est pas pressé..

j'ai peur que le vote ne soit pas suivit d'une volonté affichée de la part des ediles Anglais , et que le divorce, dure, dure, afin de se diluer dans une indifférence totale, sans changement notable .
amicalement
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6487
Localisation : France

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par komyo le Mar 28 Juin - 6:43

gaston21 a écrit:
troubaa a écrit:hummm ce n'est peut etre pas le anglais qui vont décider mais l'Europe qui semble beaucoup plus pressé d'en finir que les anglais. Quand on divorce il faut toujours se méfier de la réaction du quitté.

A moins que les anglais annoncent un nouveau référendum je vois mal comment ils peuvent s'en sortir.


Un de mes fils m'a fait cette reflexion (en rigolant) :
Mais pourquoi les vieux décident ils de l'avenir des jeunes ?

J'ai trouvé la réflexion pertinente tu en penses quoi Gaston .?

Je me suis posé la question jusqu'à quel age j'allais voté : 70 - 75 ans ? Le problème c'est les "komyo" qui me comptabiliseront parmi les contestataire... tant pis pour eux ils se tromperont encore...



Mais ton fils, troubaa, a tout à fait raison! Le problème, c'est que l'Europe a été faite par les vieux et pour les vieux!
Il vaut mieux construire sur le roc que sur des mensonges!

Pour creuser le sujet !
http://www.les-crises.fr/brexit-l-arnaque-du-vote-des-jeunes/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Mar 28 Juin - 10:36

Je ne sais plus quel politicien avait proposé un nouveau traité, après réflexion c'est une excellente idée.
Pourquoi ?
1) ca permettrait aux anglais de sortir de l’Europe conformément aux résultats du referendum
2) ça permettrait de proposer un nouveau référendum aux anglais pour réintégrer l’Europe.

Ce nouveau traité pourrait être plus politique et moins économique. L'Europe manque de foncions régaliennes et donc d'identité.
- on pourrait créer une armée européenne destinée à protéger les frontières de l'Europe avec interdiction d'intervention extérieure.
- création d'une police européenne chargée de traquée le grand banditisme (trafic d'arme, de drogue, de femmes etc..), le terrorisme, la délinquance financière.
- création d'une justice européenne et de prison européenne pour juger et enfermer les truands arrêtés par la police européenne.
- création une police des frontières européenne.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Mar 28 Juin - 18:06

gaston21 a écrit:Bah, je me demande si on va pour une fois écouter le peuple! Cameron était sûr du no au Brexit; ce n'était pour lui qu"un moyen de chantage pour faire plier l'Europe; il a perdu son pari!

Qui te dit qu'il a perdu ? Il a encore 6 mois pour y arriver.

Sage Cameron a dit bien dit qu'on ne pourrait lancer la procédure de sortie,
qu'une fois définies les futures relations BG - EU.

Laughing En gros, c'est comme une épouse qui ne voudrait divorcer que quand sa pension aura été définie, alors que son mari ne veut pas divorcer.

Mad C'est idiot ! Cameron ne peut pas exiger d'avoir des garanties de la part de l'UE, tant que le Brexit reste une hypothèse ! Donc, il y aura pas de Brexit. Cameron veut juste continuer à tenter de "monnayer" de ne pas faire le Brexit.

Rolling Eyes Mais l'UE n'est pas dupe. Elle exige que Cameron fasse son Brexit avant de négocier quoi que ce soit. Donc... y aura pas de Brexit et Cameron va se taper la honte du siècle.

...
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Mar 28 Juin - 18:47

e reviens sur le poids de l'émigration dans le choix des anglais. 9 % d'étrangers en France, et beaucoup trouvent que c'est insupportable; 13 % en Angleterre! Et à la différence de chez nous, où l'émigration est répartie sauf pour certains quartiers comme St-Denis, en Angleterre, il y a de vrais zones de population immigrée.. Dans un quartier du grand Londres, 147 langues différentes! Beaucoup de gens qui ne savent pas parler anglais!
Une mesure prise dernièrement par Cameron au grand désespoir de l'UE: les immigrés venus de pays hors UE qui sont installés en Grande-Bretagne depuis moins de 10 ans doivent gagner au moins 30000 livres par an (environ 45000 euros) par an pour prétendre à une résidence permanente en Grande-Bretagne. Emmaüs a l'intention de lui concerner la médaille d'honneur de l'abbé Pierre et peut-être de lui offrir son vieux béret...
avatar
Gerard
Prince des Cieux

Masculin Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 55
Messages : 2281
Localisation : Paris

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Gerard le Mar 28 Juin - 19:05

gaston21 a écrit:les immigrés venus de pays hors UE qui sont installés en Grande-Bretagne depuis moins de 10 ans doivent gagner au moins 30000 livres par an (environ 45000 euros)

Laughing Tu vois Troubaa ? Ils ne sont pas racistes, juste anti-pauvres.

Les "racines chrétiennes", ils s'asseyent dessus. Les musulmans sont les bienvenus...
... du moment qu'ils ont du POGNON !

...
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9433
Localisation : vallée du vent

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par dan 26 le Mar 28 Juin - 20:16

Gerard a écrit:
gaston21 a écrit:les immigrés venus de pays hors UE qui sont installés en Grande-Bretagne depuis moins de 10 ans doivent gagner au moins 30000 livres par an (environ 45000 euros)

Laughing Tu vois Troubaa ? Ils ne sont pas racistes, juste anti-pauvres.

Les "racines chrétiennes", ils s'asseyent dessus. Les musulmans sont les bienvenus...
... du moment qu'ils ont du POGNON !

...
merci de relativiser!!Que représentent 45 000 Euros en Angleterre   par rapport à la France  , il me semble que le niveau de vie et beaucoup plus élevé . Quand on fait ce type de comparatif, il est impératif  de comparer les niveaux de vie . quel est le salaire moyen par exemple en Angleterre ?
aller pour exemple 34 800 euros (salaire moyen anglais) , donc rien de bien extraordinaire .Soit 30 % de plus que les salaire moyen, rien de bien particulier . Un minimum pour s'assumer pleinement .
C'est tout de même étrange pendant des années ils ont ouvert les bras aux etrangers d'origine Africaine, et du moyen orient, et maintenant il se sont rendus compte de leurs erreurs. Isl leur faut du temps pour comprendre . Quand les Allemands comprendront ils enfin, et le français ensuite ?
Amicalement
Amicalement
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7306
Localisation : Dijon

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par gaston21 le Mer 29 Juin - 17:32

A classer dans le rayon Brexit ou dans le rayon Humour? Un personnage qui reflète tout à fait ce qui mène l'Europe! Le fric et les privilèges des nantis aux dépens des peuples! "’Ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International"! Rien que ça! Nos hommes politiques sont de parfaits comédiens, surtout ceux qui se proclament de gauche; ils savent bien qui dirige l'Europe!
Entre Draghi et Hollande, choisissez! L'Europe n'est même plus un théâtre d'ombres, ceux pour ceux qui ne veulent pas voir!

https://www.upr.fr/actualite/europe/president-de-goldman-sachs-annonce-qu-il-va-falloir-annuler-brexit
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Mer 29 Juin - 19:10

bha oui beau CV, surment une poiture dans son domaine, mais il n'est plus décisionnaire concernant l'Europe.

Et c'est plutôt une bonne nouvelle si les politiques de "gauche" ne sont pas suivies...
regarde l’Irlande elle a appliqué la politique préconisée par l'UE... belle réussite !
La Grèce comme la France ont préféré en faire qu'à leur tète en appliquant des politiques de "gauche" : bel échec !

Sans parler du Vénézuéla... bref ça donne pas envie une politique de "gauche".

tu n'aimes pas Draghi pourtant tu devrais. Mais je ne pense pas que ce soit un jugement de valeur mais plutôt un procès d'intention..; tu vas surement me sortir son CV pour me te prouver que c'est un horrible personnage. Parce que je ne pense pas que tu connaisses la politique financière qu'il mène en Europe (contre l'avis des Allemands d'ailleurs).

Mais bon c'est le diable à tes yeux.

C'est là que l'on voit que l'europhobie repose plus sur une peur fantasmagorique que sur la réalité d'analyse.

Toutes ces peurs surexploitées qui font de vous des perpétuels effrayés. Quand comprendrez vous que vous êtes des marionnettes ? il suffit de vous faire peur pour vous faire marcher...


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Le Repteux le Mer 29 Juin - 19:47

Troubaa a écrit:regarde l’Irlande elle a appliqué la politique préconisée par l'UE... belle réussite !
C'est pas plutôt son affiche "Paradis fiscal" qui lui a attiré des investissements?


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9433
Localisation : vallée du vent

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par dan 26 le Mer 29 Juin - 21:33

Le Repteux a écrit:
C'est pas plutôt son affiche "Paradis fiscal" qui lui a attiré des investissements?
si il n'y avait pas d'enfer fiscal ; (nous sommes le pays D'Europe où la pression fiscale est la plus forte !!!Plus de 46 %)!!!
; il n'y aurait pas de paradis fiscal
amicalement
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Le Repteux le Mer 29 Juin - 22:14

Il doit bien y avoir un juste milieux, non? Comment l'Europe a-t-elle pu accepter un si grand écart? Elle ne pouvait pas légiférer?


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Mer 29 Juin - 22:38

non elle ne pouvait pas.
il faut attendre que les positions se rapprochent naturellement.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Le Repteux
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 71
Messages : 5231
Localisation : Val David, Québec

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Le Repteux le Mer 29 Juin - 23:19

Par concurrence entre les pays? Quelle horreur!


_._._._._._._._._._._._


Sondage Universel sur la guerre ("Espérez-vous qu'il n'y ait plus de guerre un jour, OUI ou NON?")
Partagez-le sur les réseaux sociaux!

La Reptation
La Relativité pour les repteux
L'Athéisme pour les repteux
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9852
Localisation : ici ou là

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par troubaa le Jeu 30 Juin - 10:59

pourquoi quelle horreur ?
Il ne suffit pas de l'affirmer encore faudrait il le démontrer. Analyser les avantages inconvénients en ne retenant pas qu'une facette de la pièce.

Pour en revenir à l'Europe tu as des pays qui sont attirés par le modèle libéral canadien et d'autres par le modèle étatiste vénézuélien.... comment veux tu légiférer sachant que les deux rêves d'une harmonisation à l'image de leur aspiration ?


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

Contenu sponsorisé

Re: BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 9:02