LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6816
Localisation : France

La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par komyo le Sam 20 Fév - 9:43


L’Anthropocène est une nouvelle ère géologique caractérisée par l’impact de plus en plus déterminant des activités humaines sur les grands équilibres de la biosphère et une pression considérable sur les ressources naturelles. Nous avons enclenché des dynamiques exponentielles sur tous les fronts : émission de Gaz à Effet de Serre, usage des énergies fossiles, consommation d’eau, dégradation des sols, déforestation, destruction des ressources halieutiques, érosion de la biodiversité, dispersion de produits toxiques et/ou écotoxiques…


Commençons par la démographie. En 1800, l’humanité fête son premier milliard d’individus, après s’être multipliée par 5 en 1800 ans. S’il lui a fallu des millions d‘années pour devenir milliardaire démographique, son deuxième milliard lui a pris 130 ans, son troisième 30 ans, son quatrième 15 ans, ses cinquième et sixième 12 ans chacun. Les projections à horizon 2050[1] conduisent à des effectifs compris entre 9 et 10 milliards.
En parallèle, la capacité de l’humanité à transformer son environnement s’est démultipliée, grâce à la puissance thermodynamique de ses machines. En 1800, l’humanité consommait environ 250 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP)[2], soit un quart de TEP par personne. Cette consommation a été multipliée sur les 200 ans suivant par plus de 40, pendant que la population était multipliée par 6 : la consommation individuelle a cru d’un facteur de l’ordre de 7[3]. Nous consommons aujourd’hui plus de 13 milliards de TEP…
Cette double croissance (démographique et de la puissance disponible) permet à l’humanité de s’approprier près d’un quart de la production primaire de biomasse[4], et 40 % de la production primaire terrestre évaluée à environ 120 milliards de tonne par an.
Consommation de ressources et émissions polluantes

80 % de notre énergie est d’origine fossile, dont la combustion émet du C02, un gaz à effet de serre. Les « climatologues »[5] comprennent de mieux en mieux les mécanismes et les conséquences de la dérive climatique, même si les incertitudes restent encore larges. La dérive climatique actuelle est liée aux émissions de gaz à effet de serre (GES), soit, en 2010, environ 50 milliards de tonnes d’équivalents CO2[6] par an dont 60 % environ sont du dioxyde de carbone dû à la combustion d’énergie fossile (charbon, pétrole et gaz). Depuis le milieu du XIX° siècle, l’humanité a émis 2000 milliards de tonnes de dioxyde de carbone.


La concentration de ce gaz est passée de 280 ppm[7] (un niveau stable en moyenne depuis 400 000 ans) à 400 ppm en 2013. En effet la biosphère (principalement les océans et les végétaux) n’absorbe que 12 milliards de tonnes de CO2 par an. C’est le niveau d’émissions auquel il faudrait arriver pour que la hausse de la température s’arrête.
De nombreux minerais sont également exploités dans des proportions non durables. Prenons un exemple, celui de l’acier, en suivant la démonstration de François Grosse[8]. Nous produisons annuellement de l’ordre de 1 milliard de tonnes d’acier par an, soit trente fois plus qu’au début du XXe siècle. La croissance aura été, sur cette période, d’environ 3,5 % par an. A ce rythme, la production cumulée d’acier en un siècle est égale à 878 fois la production de la première année. Si on prolongeait cette tendance, la production annuelle serait multipliée par 100 tous les 135 ans. On produirait ainsi, dans 270 ans, 10 000 fois plus d’acier qu’aujourd’hui !…Inutile d’être très précis dans l’estimation des réserves de minerai de fer pour comprendre qu’un tel rythme est impossible à maintenir, même pour un minerai aussi abondant !
Chaque année on libère 160 millions de tonnes de dioxyde de soufre, soit plus du double des émissions naturelles [9]
Nous sommes capables de déplacer chaque année autant de matériaux que les mécanismes naturels (érosion annuelle, volcanisme, tremblements de terre) soit de l’ordre de 40 milliards de tonnes par an.
Ère du mucus, sixième extinction majeure, érosion, eau douce…

Selon le Millenium Ecosystem Assessment,[10] le taux d’extinction des espèces est 50 à 500 fois plus élevé que le taux « naturel » (les estimations plus récentes portent ce chiffre à probablement 1000). Nous sommes à l’origine ce que le biologiste Edward Wilson a proposé d’appeler la sixième extinction[11] (la vie ayant connu depuis son apparition sur Terre cinq extinctions majeures). En nous limitant aux poissons, nous en pêchons chaque année 90 millions de tonnes et avons atteint depuis 20 ans un pic que nous ne pouvons pas dépasser malgré la puissance croissante de nos navires de pêche. Le professeur Daniel Pauly[12], expert international des ressources halieutiques, estime que nous risquons de rentrer, pour les océans, dans l’ère du Mucus, où règnent méduses et bactéries, du fait de la destruction de leurs prédateurs.


Les océans sont transformés en une gigantesque décharge. Une zone géante de déchets large de centaines de milliers de km2 a été découverte dans le Pacifique par l’océanographe Charles J. Moore. Une poubelle de la taille du Texas a également été repérée dans l’océan Atlantique.
Les forêts ont perdu depuis l’aube de l’agriculture une superficie difficile à évaluer, mais de l’ordre de 15 à 45 % de leur surface. 450 millions d’hectares ont disparu des régions tropicales entre 1960 et 1990. Le bilan des ressources en eau est aussi difficile à faire, et n’a de sens que régionalement. Nous utilisons annuellement la moitié des ressources d’eau douce disponible, en dégradant généralement sa qualité quand nous la restituons aux écosystèmes. Mac Neill cite l’estimation suivante qui est quand même significative : la consommation d’eau à la fin du XXè siècle représente 18% de la quantité d’eau douce s’écoulant sur la planète et l’utilisation directe ou indirecte en représente 54%. En 1700, l’humanité prélevait annuellement 110 km3 d’eau par habitant, elle en prélève 5190 km3 en 2000, soit 7 fois plus. A ce rythme même l’eau, une ressource très abondante sur la planète pourrait manquer.
La situation n’est pas meilleure du côté des sols. Près d’un quart des terres utilisées par l’humanité est dégradée[13] ? « Nous perdons chaque année 0,5% de notre capital-sol en soustrayant plusieurs milliers d’hectares par accroissement de nos cités et de nos routes, par nos pollutions par salinisation, par érosion ». La ruine progressive des sols va nous conduire à de nouvelles famines.
Dernier élément de ce rapide tour d’horizon : nous avons produit et disséminé plus de 100 000 molécules nouvelles, dont certaines sont très dangereuses pour la santé humaine et/ou les écosystèmes (que ce soit, entre mille exemples des néonicoténoides qui tuent les abeilles ou les perturbateurs endocriniens puissamment cancérigènes). Notre planète est devenue littéralement toxique[14].
Causes de l’anthropocène :

Comment comprendre cet acharnement de l’humanité à détruire les conditions de sa propre vie ?
Trois grandes causes me semblent à l’origine de ce comportement : la culture no-limit, la révolution scientifique et le dogme néolibéral.
La « culture no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Notre civilisation se caractérise par plusieurs croyances létales. Nous sommes individualistes, faisons de la liberté un absolu et refusons les limites.
Au plan économique, c’est Bernard Mandeville, avec sa fable des abeilles qui a fait le premier pas vers ce un monde absurde où les vices privés sont supposés engendrer des vertus collectives. L’apologie de la consommation et de la croissance qui, de fil en aiguille, en a résulté est la source de la consomption de la planète, qui caractérise l’anthropocène.
La fable des abeilles (1715) marque une véritable rupture anthropologique. Toutes les civilisations, toutes les cultures humaines tentent de discipliner ce que les grecs appelaient l’hubris, la démesure. Les morales et autres règles religieuses ou sociales, présentes dans toutes les cultures, visent toutes à éviter que l’homme se mette à « déborder », à mettre son intelligence au service de ses passions. Dans les civilisations de type chamanique ou animiste ce qui est recherché c’est un équilibre entre l’homme et la nature.
Mandeville renverse cet ordre des choses et transforme en valeur ce qui était considéré comme une faute majeure.
Le refus des limites imprègne maintenant notre culture, dans tous les domaines et se décline en croyances :
La science et la technologie résolvent tous les problèmes
Tout ce qui est concevable scientifiquement doit être recherché et expérimenté
Les produits doivent être toujours nouveaux, sont donc vite obsolètes (gaspillage sans limite) et de plus en plus jetables
L’innovation incessante est le moteur du progrès et de la satisfaction
Il est interdit d’interdire
Tout est possible
L’art lui-même se doit être transgressif
Ce refus des limites est nourri des progrès des sciences et techniques et à l’origine d’un profond paradoxe. Face aux destructions massives de l’environnement permises par les sciences et techniques, celles-ci sont présentées par les « techno-optimistes » comme la source de la solution aux problèmes qu’elles ont créées. C’est la science qui va nous sauver en trouvant de nouvelles sources d’énergie (la fusion nucléaire, par exemple ou l’hydrogène. Ce paradoxe repose en fait sur une valeur (le refus des limites) et une croyance (la capacité à trouver une réponse à tous les problèmes créés) mais en rien sur des données factuelles.
Les industriels, les hommes de marketing savent exploiter ce refus des limites dans tous les domaines de la consommation :
la cosmétique, qui permet de ne pas se voir vieillir ou d’atténuer les marques de l’âge
la nourriture, où il devient possible de satisfaire à tous les goûts, de donner toujours plus envie, pour dégénérer parfois en obésité
les produits d’addiction comme le tabac et toutes les formes de drogue de l’alcool aux autres.
les biens de consommation courante où le risque de lassitude, de perte de désir est combattu sans cesse et des millions de produits nouveaux inventés chaque jour
Le cynisme de certains, mûs par leurs intérêts qu’ils expriment en pouvoir ou en argent, est évidemment caché derrière tous ces comportements et toutes ces recherches.
La boucle est ainsi bouclée : science, technologie, marketing, idéalisme et cynisme se marient pour détruire toujours plus nos ressources et nos conditions de vie, en donnant une apparence de rationalité à ce délire collectif

Transhumanisme : un nouvel horizon ?
Le courant transhumaniste, apogée de la culture no limit, applique ce qui se précède à l’humanité elle-même, qu’il pense améliorer grâce à la convergence des techniques NBIC. Selon les transhumanistes, le « mortalisme » serait une idée reçue. Leur objectif des transhumanistes c’est l’immortalité c’est-à-dire le refus de la « limite des limites »…
Voir www.transhumanistes.com

La révolution scientifique

Nous croyons que la science et la technique vont repousser les limites, et plus généralement vont nous « sauver ». Beau paradoxe quand on constate que ce sont bien les sciences et techniques qui nous permettent d’exercer cette insupportable pression anthropique sur la planète ! Mais il est vrai que l’efficacité de la méthode expérimentale (physique, biologie, médecine,…) a quelque chose de stupéfiant, voire de magique ! Elle a conduit à des applications dans tous les domaines (de la machine à café au GPS …) ce qui nous a permis de mettre au point des millions de machines, automates et robots, des milliers de molécules répondant à des besoins apparemment infinis (de lutte contre la souffrance, à la cosmétique en passant par les écrans plats….
Les chercheurs déploient une créativité sans limite (un million d’articles scientifiques produits dans le monde chaque année, en croissance…) et parfois revendiquée (la bio-éthique se heurte souvent à la demande de recherche a priori tous azimuts). La science nous a doté aussi d’une capacité à prévoir qui pourrait permettre d’anticiper les conséquences de nos activités et probablement d’une capacité à transformer la Nature.

Le dogme néolibéral et le capitalisme financier

Le libéralisme économique se fonde sur l’idée que la prospérité nait spontanément du libre jeu des intérêts et des forces individuelles. Le rôle de l’Etat au plan économique devrait se limiter à permettre cette liberté (par le droit de la concurrence et l’ensemble des dispositifs permettant de le faire appliquer). Le libéralisme économique est issu de la CNL et c’en est un des piliers. Il a fini par se transformer en religion : les marchés deviennent des dieux capables de satisfaire tous nos désirs et ne peuvent donc être encadrés ni même régulés
La réalité des faits et la théorie économique montrent qu’il s’agit d’un dogme et que de nombreuses situations nécessitent l’intervention de la puissance publique, ce qui n’exclue en rien un rôle déterminant des entreprises, de leur capacité d’innovation et de réponse fine aux besoins de leurs clients. L’économie s’est parée des habits de la science, notamment en ayant recours aux mathématiques et aux chiffres. Mais bien évidemment le dogmatisme n’est pas écarté par ce simple appareil !
Les années 1970 ont vu se déployer dans le monde entier un capitalisme financier, fils de ce dogme, qui oriente l’activité économique vers l’ultra court-terme (par ses exigences excessives de rendement du capital). Il ne cesse de stimuler les désirs de toujours plus et infantilise les individus ; il contrôle les medias, colonise les esprits et l’imaginaire. Il accroit massivement les inégalités.
La capitalisme financier asservit une partie de l’activité scientifique[15]. Il lutte contre toute régulation et a de plus en plus de pouvoir pour le faire. Il s’oppose à toute reterritorialisation de l’économie et à toute notion de frontière et de limite et il impose un libre-échangisme socialement et écologiquement inacceptable : les filets sociaux et les actions de préservation ou de réparation de l’environnement ne sont pas rentables et sont vues comme des sources de perte de compétitivité.
L’anthropocène, ressources complémentaires

Nous l’avons vu avec quelques exemples, pour qui se donnent la peine de les observer, les instruments indiquent qu’une tempête d’une brutalité inouïe s’annonce (voir notamment cette présentation faite pour Carbone 4, mais aussi le site du GIEC pour le climat, le site Manicore pour l’énergie, le site de l’IPBES pour la biodiversité …)
Voici une présentation avec graphiques faite par Carbone 4

https://alaingrandjean.fr/points-de-repere/anthropocene-diagnostic-terrifiant/


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10578
Localisation : ici ou là

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par troubaa le Sam 20 Fév - 18:48

on va tous mourrir
on est foutu.

oh mon dieu mais quel horreur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par Dédé 95 le Sam 20 Fév - 19:37



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10578
Localisation : ici ou là

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par troubaa le Sam 20 Fév - 21:05

Ecologie et démocratie : un petit billet de Benoit Rittaud suite à la déclaration de candidature de JL Mélanchon...

La curieuse déclaration de Jean-Luc Mélenchon Publié le 11 février 2016:
Hier soir, le fondateur du Parti de Gauche a annoncé son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2017. Les commentateurs ont surtout retenu l’aspect politique de sa déclaration (une candidature hors de tout parti, qui survient au moment d’un remaniement ministériel et, surtout, de discussions sur l’opportunité d’une primaire de la gauche), sans guère se préoccuper de ses annonces programmatiques. Pourtant, celle qui porte sur le climat me paraît mériter d’être relevée.


Entendons-nous bien : la chape de plomb étant ce qu’elle est sur la question climatique, je n’en veut pas spécialement à Jean-Luc Mélenchon de s’afficher comme carbocentriste. En revanche, je ne comprends pas comment la tradition politique qu’il incarne peut se concilier avec le caractère obsessionnel de la peur climatique. La vidéo que Jean-Luc Mélenchon a mise en ligne hier soir pour proposer sa candidature est explicite : après une minute consacrée à la question du prochain traité européen et à la « monarchie présidentielle », il attaque bille en tête sur le climat. Un sujet qui, j’en tiens le pari, est à mille lieux des préoccupations des classes populaires dont il se veut le héraut :


  • Il faut remettre du collectif, de la démocratie, du pouvoir populaire, dans notre pays. C’est très important. D’abord parce que, maintenant, le moment est venu de faire face à nos responsabilités devant l’humanité universelle. Enfin. Vous le savez : le changement climatique est commencé. Il faut donc changer notre façon de produire et de consommer. Maintenant, pas après-demain : maintenant ! Parce que c’est maintenant que le péril s’avance. Et pour faire tout ça nous avons besoin d’investissements, nous avons besoin de créer des emplois, nous avons besoin d’inventer, de donner du travail à des milliers de gens qui aujourd’hui ne demanderaient pas mieux que de travailler, et en sont empêchés. Pourquoi ?  Parce que les traités européens (…)


Créer de l’emploi ne serait-il, pour notre candidat, qu’un moyen de sauver la planète, et non une fin en soi ? Je ne ferai pas l’injure à Jean-Luc Mélenchon de le soupçonner d’une telle dérive sur le fond. Il reste que, sur la forme, sa déclaration est extrêmement maladroite.

Qu’une personnalité politique aussi expérimentée puisse commettre ce genre d’erreur ne fait qu’illustrer combien la question climatique est complètement hors-sol. L’absence prévisible de réactions sur ce point montre aussi combien nous avons collectivement intégré que le camp du bien climatique est intouchable.

Sur le fond, Jean-Luc Mélenchon, qui dénonce dans sa vidéo l’absence de démocratie de l’Union européenne, ne semble pas avoir poussé sa réflexion jusqu’à se demander ce qu’il en est de la politique climatique internationale. Celui qui est l’un des rares politiques à avoir d’emblée identifié l’échec patent de la COP21 pense-t-il que la diplomatie climatique mondiale mérite le qualificatif de parangon d’ouverture démocratique ? Espérons qu’il se posera la question.

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2016/02/11/la-curieuse-declaration-de-jean-luc-melenchon/


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par Dédé 95 le Sam 20 Fév - 21:32

Un sujet qui, j’en tiens le pari, est à mille lieux des préoccupations des classes populaires dont il se veut le héraut
Qu'en sait-il ce Maitre de conférence Hors Classe (sic), sur ce que pense les classes populaires (remarquez le pluriel) ?
Ou va se nicher l'anti-socialo-communisme primaire.
Mélanchon ne représente soit disant rien pour ces propagandiste, mais ils sont toujours à le "contrer" (ça me rappelle le PCI et Boussel Very Happy )


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10578
Localisation : ici ou là

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par troubaa le Sam 20 Fév - 23:38

ha oui seul les cocos ont le droit de parler du peuple...
Ils savent qu'il n'y a qu'une seule classe populaire et non plusieurs.... Il savent c'est des coco c'est dire si ils savent. Chasse gardée eux ils savent.

D'ailleurs qu'en sais tu si il est anti-socialo-communisme primaire. Tu le connais ?

Mais bon comme il a osé égratigner l'icone absolue de la gauche en mettant en évidence une contradictions flagrante....Crime de lèse majesté. Et là en matière de procès pour crime de lèse majesté les coco ils s'y connaissent ! Une spécialité même.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par Dédé 95 le Dim 21 Fév - 9:04

Alors cite les LES classes populaire ?
Si je sais qu'il est anti socialo-coco ? Bah t'a qu'à lire son article...pas besoin de le connaitre, c'est pas la première fois qu'il s'exprime, Google est ton ami .

- Ouh le vilain Mélanchon, c'est un troskiste déguisé il a sur la conscience des centaines de millions de morts(sic)

Very HappyMa pauvre Dame on en est envahi, mon Mari est en ce moment en but avec leur syndicat, déjà qu'il leur donne de quoi manger, tiens je vais faire une prière pendant que mon mari est à son club de golf. Very Happy

Trêve de plaisanterie, l'UMPS c'est tous des pourris(sic), il reste Marine à Droite et Mélanchon à gauche...purée la lutte des classes (*) qui recommence.

(*) T'as vu classes est au pluriel. PTDR


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10578
Localisation : ici ou là

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par troubaa le Dim 21 Fév - 15:24

[quote="Dédé 95"]
Alors cite les LES classes populaire ?
http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=4562

Si je sais qu'il est anti socialo-coco ? Bah t'a qu'à lire son article...pas besoin de le connaitre, c'est pas la première fois qu'il s'exprime, Google est ton ami .
je ne vois pas en quoi dans son article il est anti-socialo-coco. Mais bon il Ose critiquer un point des propos de Mélanchon.

Bref comme toujours une série de préjugé sans aucun argument.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par Dédé 95 le Dim 21 Fév - 15:57

troubaa a écrit:
Dédé 95 a écrit:
http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=4562

je ne vois pas en quoi dans son article il est anti-socialo-coco. Mais bon il Ose critiquer un point des propos de Mélanchon.

Bref comme toujours une série de préjugé sans aucun argument.

Alors moi je les cites les classes populaires, il y en a 7:
l'aristocratie financière
la bourgeoisie industrielle
la bourgeoisie commerçante
la petite bourgeoisie
la paysannerie
le prolétariat
le sous-prolétariat

Car le peuple ce n'est pas seulement le prolétaire et le propriétaire de l'outil de travail (ça ce sont les classes sociales), c'est TOUTE la population.
Autre élément de nos divergences car pour moi
Le bon peuple, le peuple qui s'échine, le peuple qui rejoint la classe moyenne etc.. c'est du populisme, pour éviter justement l'expression très marxiste de classes sociale, expression qui fâche.



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"

Contenu sponsorisé

Re: La « culture des no limit » : consumérisme, techno-optimisme et cynisme

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 23:39