LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

La cour des comptes.

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10338
Localisation : ici ou là

La cour des comptes.

Message par troubaa le Mer 10 Fév - 19:14

Voila un sujet "spécial rapport de la cour des comptes".

On ne va pas à chaque rapport ouvrir un sujet mais les lire et les commenter peut être fort judicieux.

Comme dit le proverbe "!La cour des comptes publie et la caravane passe".
Oui  cela ne change strictement rien, une fois le rapport publié "les choses" continuent comme avant le rapport.

Mais bon la cour des comptes nous tient au courant de tous ces gaspillages et incongruités étatiques.


Dernière édition par troubaa le Mer 10 Fév - 20:00, édité 1 fois


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10338
Localisation : ici ou là

Re: La cour des comptes.

Message par troubaa le Mer 10 Fév - 19:16


Les incroyables privilèges des théâtres publics

La Cour des comptes publie un rapport sévère sur les théâtres nationaux: Comédie-Française, théâtre de l'Odéon, théâtre de la Colline et théâtre national de Strasbourg sont pointés du doigt.

La Comédie-Française, le théâtre de l'Odéon, le théâtre de la Colline et le théâtre national de Strasbourg sont les théâtres nationaux financés par le budget de l'État. La Cour des comptes, après avoir passé leur gestion au crible, publie ce mercredi 10 février un rapport sévère, qui pointe de multiples dérives.

Comme à leur habitude, les limiers de la rue Cambon ont déniché moult privilèges surprenants. Ainsi, les primes dont bénéficient les salariés, dont "certaines présentent une justification fort limitée". À Strasbourg, "la prime de spectacle est un complément de salaire attribué toute l’année, indépendamment de l’exploitation effective d’un spectacle, comme de la présence du salarié". À la Comédie-Française, on recense pas moins de 48 primes: indemnités de blouses pour les personnels administratifs, d’espadrilles pour les coiffeurs, de charentaises pour les décorateurs...

Des voyages en première

D'autant que la productivité des décorateurs du Français est médiocre: "Les décors produits sont 50% plus chers que le plus onéreux des décors produits pour le Théâtre des Champs-Élysées, deux fois plus chers qu’à l’Odéon, et deux à trois fois plus chers qu’un décor produit par un atelier privé".

Mais ce n'est pas tout. La durée du travail des salariés est légèrement inférieure à 35 heures par semaine. On découvre qu'à l'Odéon, des fonds publics étaient "versés sur les comptes personnels des régisseurs". On apprend enfin que lors des tournées, "les déplacements des techniciens s’effectuent, sauf accord exprès des syndicats, en train en 1ère classe". Cela rend ces déplacements si coûteux que la Comédie-Française préfère recourir à un tourneur privé.

Le jackpot des comédiens du Français

Mais le privilège le plus juteux est celui dont bénéficient les personnels de la Comédie-Française, à commencer par les comédiens, appelés "sociétaires". En effet, les bénéfices de l'exploitation sont "répartis quasi-intégralement au profit des sociétaires et plus marginalement du personnel". Ceux-ci se sont ainsi partagés 2 millions d'euros en 2013.

Mieux: ce partage des bénéfices, "présenté comme une rémunération variable, est en réalité peu dépendante des performances". En effet, une provision est passée chaque année pour "garantir la stabilité" du partage, ce qui "constitue une entorse évidente au principe de sincérité des comptes". Pour la Cour, un tel régime "n’est manifestement plus adapté pour un établissement subventionné à près de 70% de ses charges par l’État."

Des avantages d'être directeur

La Cour des comptes ne s'attaque pas qu'au petit personnel, mais aussi aux directeurs des théâtres nationaux, nommés par le ministre de la Culture.

Ceux-ci touchent, "sans véritable contrôle", 33.000 euros par an pour leurs "travaux de mise en scène", même s'ils ne mettent rien en scène. Ainsi, à la Colline, "une indemnité a pu être versée à un directeur, alors qu’il n’avait réalisé aucune création au cours d’une année civile entière". Les directeurs peuvent aussi avoir des activités extérieures à leur théâtre: cela a par exemple accaparé deux mois durant un directeur de la Colline.

Juste avant son départ, un directeur a aussi programmé -"sans que la tutelle en ait été préalablement informée"- deux représentations d'une de ses créations, ce qui a coûté 55.000 euros.

Surtout, la tradition veut que, lors du départ d'un directeur, sa compagnie reçoive une subvention, qui peut aller jusqu'à 900.000 euros sur trois ans. "Cette pratique déroge aux règles de droit commun appliquées à l’octroi de subventions", pointe le rapport.

Un État absent

Enfin, et non des moindres, le rapport déplore que les théâtres nationaux fonctionnent en roue libre, en étant "peu encadrés par le ministère de la Culture", sans "orientations claires ni objectifs précis". Ainsi, la plupart n'ont pas de contrat de performance, et certains directeurs n'ont même pas de lettres de mission. À la Comédie française, l'État est "absent dans les instances délibérantes, alors qu’il assure pourtant près de 70% du financement".

Inversement, le théâtre de l’Odéon, qui "n’avait pas été associé à la rédaction du cahier des charges et aux travaux de rénovation", a donc dû refaire la sonorisation un an et demi après la fin des travaux.



http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/les-incroyables-privileges-des-theatres-publics-950433.html


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8543
Localisation : Enfant du Monde

Re: La cour des comptes.

Message par Dédé 95 le Mer 10 Fév - 19:28

Présentons la cette cour avant de voir ses travaux...
La Cour des comptes est une juridiction financière de l'ordre administratif en France, chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics, de l'État, des établissements publics nationaux, des entreprises publiques, de la sécurité sociale, ainsi que des organismes privés bénéficiant d'une aide de l'État ou faisant appel à la générosité du public. Elle informe le Parlement, le Gouvernement et l'opinion publique sur la régularité des comptes.
Tous les membres de la Cour des comptes ont qualité de magistrats inamovibles régis par les dispositions statutaires de la fonction publique de l'État et non par le statut de la magistrature. Au grade d'auditeur de 2e classe, le recrutement se fait exclusivement parmi les élèves les mieux classés issus de l'ENA, de façon similaire au Conseil d'État ou à l'Inspection générale des Finances. Une procédure spécifique permet par ailleurs de recruter annuellement quelques officiers et, au tour extérieur, des cadres de l'administration de haut niveau.
Le contrôle des entreprises publiques ne donne pas lieu à des jugements mais à des rapports particuliers ou avis. En plus de la simple légalité ou régularité des opérations financières, il examine aussi l'efficacité des activités de l'administration ou de l'organisme contrôlé, dans un souci de bon emploi des fonds publics.

Son président est Didier Migaud à la tête de 735 magistrats et un budget de 214 Millions.

Didier Migaud est, avec le sénateur Alain Lambert, le père de la LOLF, nouvelle « constitution » budgétaire adoptée en 2001 qui a pour but de renforcer les pouvoirs budgétaires du Parlement et d'améliorer l'efficacité de l'action de l'État en substituant à la logique de moyens une logique d'objectifs et de résultats.

Après avoir été chargé par Ségolène Royal d'une mission sur la fiscalité aux côtés de Dominique Strauss-Kahn et de François Marc, il devient pendant la campagne de l'élection présidentielle de 2007 « conseiller budgétaire » de la candidate Ségolène Royal.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7481
Localisation : Dijon

Re: La cour des comptes.

Message par gaston21 le Jeu 11 Fév - 18:17

A quoi sert vraiment la Cour des Comptes? C'est la question qu'il faut se poser! Mais voyons, à quoi sert l'éolienne? A faire du vent! Et bien, la Cour des Comptes, c'est l'éolienne de l'Etat! Elle fait du vent, et que du vent! Parfois des rapports fracassants, qui se brisent comme les vagues, sur les brisants.
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8543
Localisation : Enfant du Monde

Re: La cour des comptes.

Message par Dédé 95 le Jeu 11 Fév - 18:55

La cour des compte, comme son nom l'indique, contrôle les dépenses de l'état, enfin contrôle ce qu'on l'autorise à controler.
Ainsi je recherche vainement le contrôle des dépenses de l'état suivant:
-
ArcelorMittal est un groupe sidérurgique mondial. Son siège social est installé à Luxembourg . Il est le plus important producteur d'acier au monde, avec 93,2 millions de tonnes produites en 2014.
En 1971, c'est le « Plan DHERSE », du nom du président de la Sollac, pour restructurer la sidérurgie lorraine avec l'annonce de 16 000 suppressions d'emplois. La nouvelle usine de Fos-sur-Mer, Solmer, sera, d'après la direction de De Wendel, le « deuxième souffle » de la Lorraine.

En 1973, le PDG de Sacilor Jean Gandois succède à Henri de Wendel. Les investissements pour achever en 1974 l'aciérie ultramoderne de Fos-sur-Mer, partagée avec Usinor, sont financés à crédit.

Le secteur de la sidérurgie française n'a plus que 25 % de capitaux propres en 1975, contre 40 % en 1960, le reste étant fourni par les dettes financières et commerciales. Les Wendel n'effectuent pas les augmentations de capital nécessaires. Les actionnaires d'Usinor non plus.
Les banques acceptent ce déséquilibre financier à condition que les dettes soient à court terme, ce qui devient problématique après le choc pétrolier de 1974. L'endettement du secteur augmente encore de 70 % entre 1974 et 1977 : il passe de 23 à à 38 milliards de francs et les charges financières de 6,9 % à 11,7 % du chiffre d'affaires.

Jusqu'à là c'est une affaire entre petits entrepreneurs, De Wendel entre autre et petites "crapules"  Very Happy
Oui mais!
Pour éviter la faillite aux de Wendel [ de brave entrepreneurs présurés d'impots], le directeur du Trésor, Jean-Yves Haberer crée une société écran, la Capa. Pour éviter la plus grosse vague de licenciements de l'histoire, l'État apporte 80 milliards de francs en dispositifs de traitement social du chômage. En contrepartie, Raymond Barre fait voter par le parlement la conversion en actions des créances des banques publiques, qui se retrouvent en septembre 1978 actionnaires à 64 % d’Usinor et à 77 % de Sacilor, le contribuable supportant le quasi-effacement de 25 milliards de francs de créances douteuses. La société écran reçoit des prêts bonifiés et les De Wendel sont autorisés à conserver une holding familiale, la CGIP2. Un peu plus de la moitié seulement des créances ayant été converties en actions, l'endettement reste deux fois plus élevé que chez les concurrents.
Merci qui ? ce qui n'a pas empéché...
La sidérurgie française perd ainsi 62 000 emplois dans la deuxième partie des années 1970, puis 39 000 dans les années 1980 et 8 000 dans la première partie des années 1990.
De Wendel ? ca va, aux dernières nouvelles ils étaient en vacance dans une Ile leur appartenant, loin des soucis de leur vie d'enfer.

La Cour des Comptes ?
Bah, bah pas grand chose à dire, surtout éviter que le bon peuple connaisse, elle peut pas s'occuper de tout, des finances des CE ou des syndicats et les entreprises qui offrent du travail aux sans-dents.
L'Etat c'est l'Etat et il appartient aux tenants de l'économie, ils vont pas se critiquer....non mais!

Ps: On pourrait citer tout les scandales par exemple le renflouement des banques par l'état en 2008.

Ps2: Mittal ?  Hindouiste, il est originaire de la caste Agrawal des Marwaris (commerçants du Nord-Est du Rajasthan), dont le code d'honneur place l'enrichissement personnel envers et contre tout comme condition de réussite de la vie terrestre. (sic)
Ce furent ses promesses de maintenir le cap d'Arcelor qui ont finalement fini par lever les réticences des actionnaires. Cependant, en moins de trois mois, il prend le contrôle total de l'entreprise et déclare vouloir reverser aux actionnaires 30 % des bénéfices ; or il représente, avec sa famille, l'actionnaire majoritaire, en détenant 40 % du groupe.

Comprendo ?  Very Happy
Merci à Wiki, évidemment.

EDIT: Pendant qu'on y est:
http://www.challenges.fr/entreprise/20151005.CHA0147/pourquoi-arcelormittal-menace-l-europe-de-fermer-de-nouvelles-usines.html


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 10338
Localisation : ici ou là

Re: La cour des comptes.

Message par troubaa le Jeu 11 Fév - 21:23

gaston21 a écrit:A quoi sert vraiment la Cour des Comptes? C'est la question qu'il faut se poser! Mais voyons, à quoi sert l'éolienne? A faire du vent! Et bien, la Cour des Comptes, c'est l'éolienne de l'Etat! Elle fait du vent, et que du vent! Parfois des rapports fracassants, qui se brisent comme les vagues, sur les brisants.

heuu une eolienne ne fait pas de vent.... Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Sinon tu as raison.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

Contenu sponsorisé

Re: La cour des comptes.

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 20:19