LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

principe de précaution

Partagez
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6065
Localisation : France

principe de précaution

Message par komyo le Mar 26 Jan - 20:37

en matière de santé humaine cela devrait etre inscrit dans la constitution, pour éviter a des empoisonneurs de sévir pour des motifs économiques (souvent camouflés en humanitaire, nourrir la planete etc)


Gilles-Eric Séralini présentait ce mardi 26 janvier 2016 au Parlement européen à Bruxelles sa nouvelle étude montrant l'impact sanitaire du maïs BT 176 de Syngenta. L'étude a été menée sur des vaches du cheptel de l'agriculteur allemand Gottfried Glöckner, qui les a nourries à ce maïs OGM pendant plusieurs années avant de constater des pathologies sur ses bêtes non expliquées.


Comme vous le savez, quasiment toutes les études sur les OGM proviennent de près ou de loin de l'industrie. Elles mettent en jeu des protocoles de très court terme - parfois quelques semaines seulement - qui sont ensuite prises en compte par les agences sanitaires pour les évaluer. Or l'étude de Séralini a le mérite de porter sur 70 vaches pendant 5 ans, ce qui, selon ses dires, nous donne une meilleure vision des risques.


Je ne suis pas un scientifique donc je me garderai bien de commenter plus avant les détails de cette étude. Toutefois, le message essentiel de Séralini est le suivant: pour savoir si un OGM présent dans notre alimentation quotidienne est nocif pour la santé humaine, on ne peut pas se baser sur des protocoles d'études qui ne portent que sur le court-terme et qui sont commanditées par l'industrie.


J'ai déjà discuté de cette question avec l'EFSA, l'agence européenne de sécurité alimentaire, en 2012. À l'époque, des chercheurs indépendants demandaient qu'on évalue les OGM sur des périodes longues. Mais pour cela, il faut une recherche publique efficace, capable de soutenir des équipes dont le financement ne dépend pas de l'industrie. Or rien n'a avancé aujourd'hui sur cette question.


Au niveau européen, on se retrouve aujourd'hui avec une procédure d'autorisation des OGM qui n'a plus aucun sens. Elle a été désavouée par le Parlement européen et très récemment par le Conseil. Elle donne un pouvoir d'autorisation abusif à la Commission européenne. Du coup, je préfère l'avertir : dès qu'elle en fera usage pour passer en force et autoriser un OGM, elle trouvera les eurodéputés sur son chemin ! Nous ferons systématiquement voter des objections par le Parlement européen, comme ce sera encore le cas lors de la prochaine plénière en février.


Pour sortir de cette impasse scientifique et institutionnelle, il faut que l'EFSA mette en œuvre un protocole d'évaluation de long terme pour les OGM avec le concours de scientifiques indépendants. Sans cette approche sur le temps long, on met en péril la santé publique y compris lorsque seuls les animaux de ferme mangent des OGM. Ni les vaches ni nous ne sommes des cobayes !


Le lien vers l'étude de Séralini:

http://www.scholarly-journals.com/sjas/archive/2016/January/pdf/S%C3%A9ralini.pdf








[ltr]josé bové[/ltr]




J’aimeCommenterPartager


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 6852
Localisation : Dijon

Re: principe de précaution

Message par gaston21 le Mer 27 Jan - 10:58

Cinq ans pour une vache? Mais c'est une mamie de nos jours! Nourries à l'ensilage, elles passent leur vie complètement saoules et ne font pas de vieux os; cinq ans de vie, c'est un exploit! Mais il faut produire toujours plus de lait et tant pis pour la marguerite! La bête, c'est chez l'homme qu'il faut la chercher; c'est lui le prédateur! Du pognon, toujours plus de pognon...


http://www.l214.com/vaches/elevage-vaches-laitieres

http://www.chirosystem.com/FPDF/ensilage.pdf
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 8865
Localisation : ici ou là

Re: principe de précaution

Message par troubaa le Mer 27 Jan - 11:36

20 ans que Bové tient le même discours.


_._._._._._._._._._._._


« Le vice inhérent au capitalisme est l’inégale répartition de la richesse. Le vice inhérent au socialisme est l’égale répartition de la misère. » – Winston Churchill
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3410
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: principe de précaution

Message par geveil le Mer 27 Jan - 11:53

troubaa a écrit:20 ans que Bové tient le même discours.
A ben, s'il t'avait connu!


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 8865
Localisation : ici ou là

Re: principe de précaution

Message par troubaa le Mer 27 Jan - 12:25

geveil a écrit:
troubaa a écrit:20 ans que Bové tient le même discours.
 A ben, s'il t'avait connu!
j'vois pas le rapport.


_._._._._._._._._._._._


« Le vice inhérent au capitalisme est l’inégale répartition de la richesse. Le vice inhérent au socialisme est l’égale répartition de la misère. » – Winston Churchill
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 7507
Localisation : Enfant du Monde

Re: principe de précaution

Message par Dédé 95 le Mer 27 Jan - 13:11

Oh la vache....de Geveil. Je sors !


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6065
Localisation : France

Re: principe de précaution

Message par komyo le Dim 31 Jan - 10:44

bon c'est pas de bové, mais on s'en fout, l'important c'est qu'ils ont raison et que les empoisonneurs doivent etre empêchés de nuire ou mis en prison, plutot que d avoir les portes ouvertes dans les médias de masse ou chez les politiques
.

L’Insee vient de rendre publics les derniers chiffres sur l’espérance de vie à la naissance. Avec - 0,3 an pour les femmes et - 0,4 an pour les hommes, celle-ci connaît une baisse notable par rapport à 2014. Malgré cela, l’Insee continue de communiquer de façon rassurante en expliquant qu’il s’agit d’un phénomène ponctuel. Il y a d’abord un problème sémantique. Il serait plus exact de parler de durée de vie que d’espérance de vie. On connaît la durée de vie des générations qui décèdent aujourd’hui, mais cela ne permet pas de conclure qu’un enfant qui naît aujourd’hui aura la même durée de vie, car il naît et va vivre dans un environnement très différent de celui des générations d’avant-guerre.
En 2012, l’Insee faisait en effet le constat que « ces dix dernières années, la contribution la plus forte se fait entre 80 et 89 ans pour les femmes et entre 70 et 79 ans chez les hommes, soit dix années plus tôt ». Cela signifiait que c’était « l’espérance de vie » des générations nées avant-guerre qui tirait « l’espérance de vie » vers le haut. Logiquement cela ne devait donc pas durer car les générations d’après-guerre sont nées et ont vécu dans un environnement très différent de celui de l’avant-guerre. Changement de l’alimentation, pollution chimique généralisée, sédentarité mais aussi précarité... les facteurs de risque ont changé radicalement.
« Une catastrophe imminente »

Il est donc plus vraisemblable que les chiffres d’ « espérance de vie » publiés aujourd’hui sont la conséquence de la situation de crise sanitaire dans laquelle la France s’enfonce depuis plusieurs années en raison de l’explosion des maladies chroniques, à l’opposé du discours angélique « sur la santé des Français qui n’a jamais été aussi bonne parce que l’espérance de vie progresse ».
Pourtant les faits sont là. Depuis plusieurs décennies, les maladies chroniques explosent. En France, le meilleur indicateur est celui des affections de longue durée (ALD) publié par la Caisse nationale d’assurance maladie. Ce dispositif créé en 1945 prend en charge à 100 % les frais médicaux lorsqu’une personne est atteinte d’une maladie engendrant des coûts élevés. Depuis 1990, les maladies cardiovasculaires ont progressé 5 fois plus vite que la population, le cancer 4 fois plus, les affections psychiatriques 3 fois plus, le diabète 6 fois plus (depuis 2000)... Or la mortalité des personnes en ALD, à âge et sexe identiques, est 2,9 fois supérieure à celle des personnes non ALD et 5,8 fois plus avant 70 ans.


La précarité est un autre facteur qui diminue l’espérance de vie. En France, le nombre de bénéficiaires de la CMU a progressé de 50 % entre 2007 et 2011, passant de 1,4 à 2,2 millions de personnes. Or, ceux- ci sont en moins bon état de santé que le reste de la population. Ils sont 1,8 fois plus nombreux, à âge et sexe identique, à être en ALD et avec une surmortalité de 50 % par rapport au reste de la population en ALD (2,5 % contre 1,8 %).
La crise sanitaire engendrée par l’explosion des maladies chroniques n’est pas spécifiquement française. Le constat en a été fait lors de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, le 20 septembre 2011, dans une déclaration votée à l’unanimité des 184 chefs d’État et de gouvernement : « Nous, chefs d’État et de gouvernement […] reconnaissons que le fardeau et la menace que les maladies non-transmissibles représentent à l’échelle mondiale constituent l’un des principaux défis pour le développement au XXIe siècle », défi qualifié « d’ampleur épidémique ». Margaret Chan, directrice générale de l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé), considérait à cette occasion « l’augmentation des maladies chroniques non-transmissibles comme une catastrophe imminente pour la santé, pour la société et surtout pour les économies nationales ».
Les lunettes roses de l’Insee

Ce constat n’a cependant suscité aucune politique à la hauteur pour faire face à ce défi. En France, la récente loi santé fait l’impasse sur ce diagnostic et se contente donc d’aménager à la marge le système de soin sans s’attaquer aux causes environnementales des maladies.
L’évolution des connaissances scientifiques permet de comprendre aujourd’hui que l’exposition pendant la grossesse conditionne largement l’état de santé des futurs adultes. Le livre blanc publié à l’occasion de la troisième conférence « Programmation prénatale et toxicité », organisée à Paris en mai 2012 par la Society of Toxicology, conclut : « Beaucoup des grandes maladies et des atteintes fonctionnelles dont la prévalence a augmenté substantiellement au cours des quarante dernières années apparaissent être liées pour partie à des facteurs de développement consécutifs à des déséquilibres nutritionnels ou des expositions environnementales aux substances chimiques : obésité, diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, asthme et allergies, maladies immunes et auto-immunes, maladies neurodéveloppementales et neurodégénératives, puberté précoce et infertilité, certains types de cancer, ostéoporose, dépression, schizophrénie et sarcopénie ». Les perturbateurs endocriniens, qui sont devenus familiers depuis l’interdiction du bisphénol A dans les biberons, représentent un cas de figure de ce phénomène.
Il est temps de cesser de regarder la réalité avec des lunettes roses de l’Insee. Plus largement, il faut rompre avec cette croyance que la santé se résume au système de soin afin de construire une politique de santé qui fasse de la santé environnementale une politique majeure. S’il est important de soigner les maladies, il est tout aussi important de faire en sorte qu’elles frappent le moins de monde possible. C’est un enjeu éthique, mais aussi économique et, in fine, politique. Le coût des maladies chroniques est la cause majeure de la croissance des dépenses d’assurance-maladie ce qui met en péril l’existence même du système solidaire et donc la cohésion sociale.
http://www.reporterre.net/La-vraie-raison-de-la-diminution-de-la-duree-de-vie


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 8865
Localisation : ici ou là

Re: principe de précaution

Message par troubaa le Dim 31 Jan - 15:19

Je ne vois pas en quoi une personne bénéficiaire de la CMU la rendrait en moins bonne santé.

A partir du moment ou l'auteur amalgame, dans la même analyse "déséquilibres nutritionnels et "exposition aux produits chimiques" on ne peut pas attribuer de diminution de l’espérance de vie à un de ses facteurs.

Aucune remarque sur les conséquences de la moins bonne efficacité du vaccin contre la grippe l'année dernière.


_._._._._._._._._._._._


« Le vice inhérent au capitalisme est l’inégale répartition de la richesse. Le vice inhérent au socialisme est l’égale répartition de la misère. » – Winston Churchill
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 6852
Localisation : Dijon

Re: principe de précaution

Message par gaston21 le Dim 31 Jan - 22:27

Je ne pense pas que cette baisse sur un an soit vraiment significative. Et puis, les vieux, y en a de trop! Et puis il y a eu la grippe qui s'est montrée plus ravageuse, le climat qui varie chaque année. Attendons une durée plus longue pour porter un jugement.
avatar
komyo
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 11/01/2014
Messages : 6065
Localisation : France

Re: principe de précaution

Message par komyo le Lun 1 Fév - 6:55

gaston21 a écrit:Je ne pense pas que cette baisse sur un an soit vraiment significative.

tu as raison, il faut voir si cela se confirme ou non !


_._._._._._._._._._._._


"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire" (G. Orwell)
«Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.» - Victor Hugo
Il y a deux types de français : il y a ceux qui pensent que le gouvernement et les lobbies vous veulent du bien et il y a ceux qui pensent Wink.

Contenu sponsorisé

Re: principe de précaution

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 5:44