LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Les "digital natives" vont révolutionner l'entreprise de demain.

Partagez
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 52
Messages : 9895
Localisation : ici ou là

Les "digital natives" vont révolutionner l'entreprise de demain.

Message par troubaa le Ven 5 Juin - 10:22

On l’imagine volontiers en leader étudiante. Emmanuelle Duez a la fibre militante, un enthousiasme communicatif et parle pour sa génération. Ses idées, elle ne les défend pas dans la rue mais dans les comités exécutifs des grandes entreprises où elle tente d’introduire du « fun » et du « kif », parmi d’autres valeurs cardinales.

Le cursus d’Emmanuelle Duez
Emmanuelle Duez, 28 ans, diplômée de Sciences Po et de l’Essec, a créé The Boson Project,
un cabinet de conseil « nouvelle génération ».

Elle y sonde les salariés et explique aux managers pourquoi les jeunes recrues doivent être écoutées.

Elle anime aussi le think tank WoMen’up, centré sur l’équilibre vie professionnelle-vie privée.

« Les jeunes sont en train d’inventer un nouveau modèle économique. En témoigne la multitude de start-up créées par des digital natives [enfants du numérique] et régies par des règles et des philosophies assez inédites : leadership tournant, organisation à trois niveaux hiérarchiques maximum, collaboration avec la concurrence… », explique-t-elle. Les grandes entreprises feraient bien de s’en inspirer si elles ne veulent pas voir les talents fuir vers ces nouveaux champions plus agiles.

« Un changement en profondeur »

Une étude menée en 2014 par l’Edhec auprès de 1 500 jeunes diplômés d’écoles de commerce et d’ingénieurs montre que 43 % d’entre eux ont quitté leur entreprise moins de deux ans après y être entrés parce qu’ils n’avaient pas la possibilité d’y acquérir de nouvelles compétences ou d’évoluer vers un autre poste.

D’après une autre enquête menée par le cabinet Deloitte auprès de 7 800 jeunes actifs dans le monde, 70 % de ceux que l’on nomme les « millennials » (vingtenaires nés avec Internet) ne s’identifient pas au modèle traditionnel de l’entreprise et se verraient plutôt travailler à leur compte. Ils perçoivent les entreprises actuelles comme peu innovantes, trop centrées sur le profit à court terme et peu concernées par le développement personnel de leurs salariés.

« L’ERREUR SERAIT DE NE RIEN FAIRE EN CROYANT QUE L’ORAGE VA PASSER, ESTIME EMMANUELLE DUEZ.
Ce n’est pas un simple problème de génération mais un changement en profondeur du modèle de l’entreprise, que la génération suivante va accentuer. » Composé d’une dizaine de consultants, tous âgés de moins de 30 ans, le Boson Project se place en accompagnateur de ces changements radicaux.

Depuis 2012, le cabinet a déjà réalisé une dizaine de missions auprès de grands groupes (EDF, Capgemini, Havas et même le ministère de l’économie et des finances) mais aussi de sociétés plus petites, comme Alloresto, une PME d’une soixantaine d’employés dont la plupart ont entre 25 et 35 ans. « Un effectif jeune aux attentes fortes », souligne son PDG, Sébastien Forest. « Les nouveaux arrivants n’acceptent plus automatiquement le lien hiérarchique. Ils ont besoin d’être bluffés par leurs chefs et de se sentir épaulés dans leur développement personnel », analyse-t-il.

La mission du Boson Project, qui a duré plusieurs mois, a commencé par des entretiens individuels visant à cerner les attentes de chacun. « Nous allons voir en premier ceux qui sont arrivés les derniers dans l’entreprise, explique Emmanuelle Duez. Nous en tirons un “rapport d’étonnement” qui est très politiquement incorrect car toutes les réponses sont anonymes. » Après une deuxième série d’entretiens avec les managers, le cabinet formule ses propositions.

Des projets encouragés

Emmanuelle Duez a créé The Boson Project dès ses études terminées car elle n’envisageait « pas autre chose que l’entrepreneuriat ». Elle est aussi à l’origine du projet WoMen’up, un think tank qui réunit chefs d’entreprise et jeunes diplômés autour des questions de parité et d’équilibre vie professionnelle-vie privée

L’association vient de lancer son propre incubateur, le Propulseur de potentiels, afin de faire éclore une nouvelle génération de cadres capable d’accélérer les changements en cours dans les entreprises.

François Schott
Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/06/04/comment-les-digital-natives-vont-forcer-l-entreprise-a-bouger_4647685_1698637.html#4dqhGCHfHGEpA5CG.99


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

    La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 5:21