LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Deux options de vie

Partagez
avatar
Invité
Invité

Re: Deux options de vie

Message par Invité le Mar 31 Mar - 13:28

bravo ! cheers

La joie de vivre est en effet un devoir:c'est elle qui donne envie de survivre, de se battre, de vouloir que tout le monde soit heureux (=compassion bouddhiste). C'est une dynamique positive, constructive, qui aide l'humanité, même si ce n'est que modestement sourire à un passant...

Une comparaison facile à comprendre: un artiste qui peint un beau paysage donnera au spectateur d'abord une joie esthétique, puis l'envie de se battre pour qu'il reste beau. Tandis que peindre une paysage laid donne des envies de destruction, est déprimant...

Donc en peignant un tableau, on peut agir positivement.
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3435
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Deux options de vie

Message par geveil le Mar 31 Mar - 13:53

Wakizashi a écrit:
Si on se place dans la perspective de l'Être (œuvre très présomptueuse, je le reconnais, mais puisque tu poses la question...), il n'y a pas de mal, tout simplement. L'amour de l'Être est tellement infini qu'en son sein,
 L'adverbe " tellement" n'a pas sa place ici.  Par contre, tellement immense serait acceptable.  Mais justement, dire que l'amour de l"Être est infini est une présomption, car je ne pense pas qu'il soit infini ( Mais je n'en suis pas sûr, cf. ma référence au maths, ci-dessous), puisque selon moi, Il s'est éclaté pour créer, or, dans l'éclatement, il y a séparation, or je défini le mal comme une séparation, par opposition à l'amour qui serait une fusion.  A l'issue de la fusion dans l'Être, qui serait tout amour, il y aurait séparation qui serait le mal absolu.  Mais là encore, ce n'est pas si simple, car la séparation ne saurait être absolue, elle est nécessairement limitée, sinon, ce serait la néantisation sans fin, donc tendance au rien.
Je prends comme analogie, la lumière blanche qui peut être séparée en couleurs grâce à un prisme. C'est très difficile à concevoir, toutefois, on peut le comprendre en faisant référence à la constante de Plank. Si la lumière blanche était un continuum de toutes les longueurs d'onde, comme une droite est un continuum de points en mathématiques ( Pas en réalité!!!) elle serait indivisible. C'est peut-être parce qu'en fait, les longueurs d'onde sont séparées par la constante de Plank que la diffraction est possible.  De même, c'est peut-être parce que l'Être contient le mal (La constante de Plank?) qu'il peut se diviser.
En conséquence, 'Être, amour infini ne serait qu'un concept qui n'a rien de réel.  Mais là encore, je n'en suis pas sûr, car la notion d'infini est très claire, quoique difficilement accessible, en mathématiques, le nombre des entiers, des réels, des transcendants est infini.
Donc, de même qu'une droite peut être divisée alors que c'est un continu, très bien expliqué en mathématiques, l'Être est peut-être un continuum.


les horreurs et la souffrance sont totalement dissouts.
Je ne sais pas, d'après ce que j'ai dit ci-dessus, peut-être qu'elles sont contenues dans l'Être.
Et d'ailleurs, les très grands sages de l'humanité témoignent du fait qu'à un certain niveau de conscience, même la plus horrible souffrance ne fait plus aucun effet : on la voit comme on voit passer un nuage dans le ciel, sans plus.
Admettons, cela n'empêche que dans le manifesté, elles existent.  D'après toi, tout pourrait se passer comme si elles n'avaient jamais existé? Oui, puisque tu parles de dissolution dans l'Être.

Et puis enfin, on peut se poser une question simple : est-ce que cela apporte quoi que ce soit de s'interdire d'être joyeux parce qu'il existe des horreurs sur Terre ?

Bien sûr, il n'en demeure pas moins, qu'en acceptant ces horreurs, puisqu'il faut accepter, nous en devenons complices.  C'est donc à cause de cette complicité qu'un jour peut-être tu atteindras l'extase.

Ce n'est pas une obligation de souffrance que l'on s'impose, ça ? Il y a de la souffrance, donc je dois souffrir par fraternité ?
Non, je ne pense pas cela, cela ne sert à rien, par contre, tu le dis ci-dessous, je dois souffrir pour connaître la joie ( Dixit Simone Weil, par exemple, ou Pascal)

Mais la raison d'être de la souffrance, justement, c'est d'apprendre à la transcender, à la dépasser, pour connaître la joie véritable. La raison d'être de la souffrance, ce n'est pas de la prolonger. On en revient à ce que disait Hitori : il y a véritablement un choix à faire entre joie et souffrance, entre amour et rejet, et on sait très bien les conséquences qu'engendre notre décision face à ce choix.
Choisir la joie ne conduit-il pas  à la mort définitive, donc au rien?


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
Invité
Invité

Re: Deux options de vie

Message par Invité le Mar 31 Mar - 14:19

la joie et la souffrance sont les deux faces de la dualité. Elles disparaîtront en même temps, dans le retour à l'Unité.
En attendant, on doit "faire avec".

On ne peut donc pas accepter l'un et rejeter l'autre, mais les employer comme levier pour modifier les données, pousser pour que le point blanc dans le noir devienne un fond blanc avec un point noir.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12917

Re: Deux options de vie

Message par loli83 le Mar 31 Mar - 14:25

Geveil , moi je vois les choses différemment

plutôt que séparation de l'Etre pour la création , je conçois une transformation d'une partie de l'Etre

cette partie est de l'Energie comme je l'ai écrit dans le Hors Sujet , et cette énérgie est auto renouvelable , comme les cellules qui se renouvellent automatiquement dans le corps humain , ce qui fait que l'Etre est toujours entier dans son infinité


accepter les horreurs ne veut pas dire les approuver et y participer

si nous n'approuvons pas et ne participons pas , et même si nous agissons pour les contrecarrer quand nous le pouvons, nous ne sommes pas complices
avatar
Hitori
Duc

Masculin Date d'inscription : 24/02/2012
Messages : 1064
Localisation : En Terre Croyante

Re: Deux options de vie

Message par Hitori le Mar 31 Mar - 19:53

geveil a écrit:En conséquence, 'Être, amour infini ne serait qu'un concept qui n'a rien de réel.

A mon sens, une erreur commune est de séparer une chose de l’inter action qu’elle a avec une autre. Toute chose n’existe que par rapport à sa relation aux autres. Tout phénomène pris seul, n’existe pas en soi.

L’Etre, ne peut pas être dissocié de l’Etant ? Car c’est l’Etant qui permet à l’Etre d’exister (dans le sens que nous donnons à ce terme, par rapport au manifesté et à l’espace/temps. Sans l’Etant, l’Etre est similaire à un champ de probabilité où les énergies s’équilibrent et par conséquent s’annulent. L’Etre « n’existe » pas, il Est et c’est l’Etant qui lui permet de s’exprimer dans le monde.

L’Etre et l’Etant ne peuvent se définir que l’un par rapport à l’autre. C’est l’un qui donnera sens à l’autre. Sans l’Etant, l’Etre n’est qu’une probabilité et sans l’Etre l’Etant est un non sens.

C’est la « monade » formée par l’Etre et l’Etant qui est à prendre en compte. Les dissocier en essayant de définir les attributs les caractérisant, indépendamment les uns des autres, ne mène que dans un cul-de-sac.

Dans ces conditions, parler d’un "Bien" ou d'un « Mal » qui serait présent dans l’Etre est erroné, car si mal il y a, il n’est sûrement pas du fait de l’Etre, non, il est inhérent à notre condition d’Etants expérimentant le monde de la dualité. Et dans ce monde là, l’existence de toute choses se définie par les deux polarités permettant que le monde existe et par l’inter action que ces mêmes choses ont les unes par rapport aux autres.


_._._._._._._._._._._._


"On naît, on vit et on meurt seul"

Contenu sponsorisé

Re: Deux options de vie

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 20:15