LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Le deal à ne pas rater :
Sélection d’ebooks gratuits en français proposée par La Fnac
Voir le deal

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Anonymous
Invité
Invité

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par Invité le Mer 18 Fév 2015 - 8:14

L’illusion de notre univers

Comme promis, voici un petit aperçu de ce principe enseigné dans le bouddhisme, en effet il n’a pas été facile à expliquer « à ma sauce », il a d’abord fallu que je le comprenne mieux moi même ! J’ai bien avancé dans le livre dont plusieurs chapitres traitent justement de ce sujet: « L’infini dans la paume de la main , du big bang à l’éveil » de Matthieu Ricard (biologiste, moine bouddhiste) et Trinh Xuan Thuan (astrophysicien).

On dit souvent dans le Bouddhisme que notre univers n’est qu’illusoire, ou n’ayant pas d’existence propre. Or, comme l’a fait remarquer Bernard, ce n’est pas du tout l’impression que l’on a ! Notre voiture existe bel et bien, notre belle mère aussi, ainsi que notre plaisir ou notre rage de dent !

Or il est dit : pas d’existence PROPRE ou « intrinsèque ». Ceux qui lisent trop vite vont passer à côté de ce mot : « propre », et vont après prétendre après quelques heures de lecture qu’ils « connaissent » le bouddhisme et qu’il affirme que les choses n’existent pas ou que leur nature est le vide. Or le bouddhisme n’est absolument pas nihiliste, au contraire, il enseignait que les corps étaient constitués d’atomes en même temps que les philosophes grecs de l’antiquité.

Il est enseigné que leur nature véritable est « vacuité », mais il ne faut pas comprendre « vacuité » comme étant du vide : la traduction d’un mot sanscrit n’est pas facile, donc il faut bien comprendre la notion enseignée, et non pas s’arrêter à sa définition en français. La vacuité ne concerne que leur individualité propre et permanente dans le temps. Par exemple votre chien n’est pas un individu existant par lui-même : il est un assemblage de particules qui, provisoirement, est devenu votre chien et évolue selon les lois de la vie, mais quand sa vie sera finie, il disparaîtra, il n’en restera plus rien, son « personnage » aura disparu. Mais toutes les particules, atomes, énergies qui le constituaient existent encore, et sont prêtes à devenir autre chose. Le bouddhisme considère que ce qui est permanent n’a ni début, ni fin. Le but de cet enseignement n’est pas un cours de sciences, mais de se libérer des souffrances dues à l’attachement aux objets et aux émotions.

Dans le bouddhisme, il n’existe pas de créateur, de grand architecte, bref, pas de Dieu. Les objets et les êtres que nous percevons sont des illusions impermanentes et interdépendantes, des « événements » fugaces, résultant d’une cause (=karma).

Pour expliquer le peu que je sais de la cosmogonie bouddhiste, je continuerai à prendre l’exemple de « Second Life », ce jeu sur internet où les internautes fabriquent leur avatar, le paysage et tout ce qui s’y trouve, les villes, mais aussi des lieux de rendez-vous sympas, des banques, des écoles, des guerres. Le concepteur du jeu est aussi un joueur : ce n’est qu’un humain comme vous et moi et non pas un dieu. Il en a fixé les règles et les internautes enrichissent le « monde virtuel », interagissent, créent, bâtissent, évoluent, achètent... Les participants subissent les règles initiales et aussi l’interaction avec autres, et ils se promènent dans le « monde » créé collectivement.

Un internaute qui arrive dans ce monde pour la première fois et ignore tout de la programmation informatique pourrait penser qu’il est impossible que des humains aient créé tout ce qu’il voit : c’est trop complexe, ce n’est pas possible matériellement, pense-t-il. S’il connaît quelques règles de programmation, il saura qu’il est possible de créer en quelques clics des positions aléatoire pour des feuilles d’un arbre et de les faire toutes différentes bien que répondant à la même « loi » : disposition des nervures, forme, etc. De même pour les branches de l’arbre : elles poussent avec un certain angle par rapport au tronc, sont alternées ou opposées, ou spiralent en fonction du nombre d’or...

Second Life est donc créé à partir de « rien », ou, plus exactement à partir d’ordinateurs, de règles programmées et d’électricité (=la vacuité), et d’une série d’humains participant collectivement à son élaboration (=la conscience ?). Les ordinateurs deviennent de plus en plus puissants, et le monde de Second Life de plus en plus réaliste : il passera sans doute en 3D, et les objets y interagissent comme s’ils étaient matériels : on peut faire exploser un bâtiment, un engin se déplace sans traverser le sol, donc le sol paraît solide, pourtant il n’existe pas « en réalité ». Cela peut être une allégorie de la création de notre univers : il est créé à partir d’une série d’éléments hardware et software en perpétuelle évolution. L’univers de « Second Life » existe, cause des émotions réelles et pourtant ce n’est qu’une illusion.

De la même façon, nous évoluons dans notre vie sans en connaître les lois, sans même savoir que nous avons participé à les élaborer. Une des lois serait la loi de cause à effet (karma) : toute action est suivie d’une réaction, c’est aussi la loi qui fabrique les objets, qui sont des « effets » suite à une série de « causes » Le nombre d’or est aussi une des règles qui construit notre univers.
Une autre, pour la construction des objets et matière, serait des sortes de « matrices » d’énergies, constituées de lignes de force selon un plan, et le long desquelles s’aligneraient les molécules. (Cette notion de « matrice énergétique » est une intervention personnelle, je ne l’ai pas apprise dans le bouddhisme.)

Exemple : l’eau a comme règle de cristallisation le chiffre 6. Ce n’est pas pour rien que certains prétendent que les mathématiques sont la base de la création de l’univers. Le 6 est sa « matrice », donc quant elle gèle, elle va automatiquement aligner ses molécules selon la règle du 6 : étoiles à 6 branches, prismes à 6 côtés. C’est un exemple simple, mais notre corps humain serait aussi constitué d’un « plan énergétique matriciel » beaucoup plus complexe déterminant la fonction et l’emplacement que prendront les nouvelles cellules issues d’une cellule souche. Ce « plan » peut être abîmé par un traumatisme, une maladie, et les cellules se développeront dans le chaos. Le feu détruirait ce « plan », ce qui rend la cicatrisation si difficile. Certaines matières auraient la capacité de le restaurer : l’argile, l’action d’un magnétiseur ou les remèdes subtils comme les homéopathiques, qui agissent a niveau du plan et non pas au niveau de la matière. Ces matrices seraient comme des « programmes » qui permettraient de construire et de faire évoluer les choses et les êtres tels que nous les perçevons. (Fin de la parenthèse personnelle, c’était un exemple des « lois de la Vie » qui lui permettent de se construire.)

Certains addicts passent le plus clair de leur temps dans « second live » : s’ils perdent une fortune virtuelle, ils réagiront émotionnellement de la même façon que s’ils l’avaient perdue en vrai. Ils « sont » dans ce monde virtuel, y vivent, et participent en permanence à sa constitution, le perfectionnant sans cesse.
Il est facile d’imaginer qu’ils perdent la conscience du monde réel, et soient entièrement absorbés dans le virtuel de « second life ». C’est la punition d’Adam : « la mort », qui peut être interprétée comme « la perte de conscience du monde réel, et la condamnation à vivre dans le virtuel, dans l’ignorance de sa vraie nature ». Parce que si on sait avec certitude que notre mort n’est qu’une étape vers une autre vie, ce n’est plus une mort, mais une nouvelle naissance, une libération. Cela change totalement notre vue sur notre monde, et lui enlève même probablement son sens.

NOUS pourrions donc être les auteurs de l’Univers, mais pas dans notre forme humaine, qui n’est sans doute qu’une manifestation d’une conscience supérieure, comme l’avatar de l’internaute. Cela ne prouve ni n’exclu l’intervention d’une conscience divine, ou d’êtres intermédiaires, mais « nous » ne sommes pas des dieux. Bouddha Sakyamuni n’affirmait pas que Dieu n’existe pas, mais il refusait de prendre position pour éviter les querelles religieuses qui d’après lui, sont une perte de temps et une cause de division entre les humains. « Je vous donne un enseignement qui vous permettra de le découvrir vous-même ».

Dans la perspective bouddhiste, l’illumination est la prise de conscience de la vraie nature des choses. De la même façon, une personne limitée mentalement qui croirait que Second Life est un monde réel, tombe amoureux d’une autre avatar et souffre comme dans le monde « réel », soudain se rend compte que ce n’est qu’un monde virtuel, que les souffrances sont aussi illusoires que les objets qui s’y trouvent. Il aurait une « illumination », il « comprendrait la vraie nature des choses », et ses souffrances dues aux événements dans Second Live cesseraient immédiatement. Il peut alors continuer à jouer, mais sans souffrance, pour se détendre ou pour apprendre à d’autres que ce n’est qu’un monde virtuel. Ca, ce sont les boddhisadvas, qui ont décidé de rester dans ce monde pour aider les autres dans leur progression.
Ne pensez pas que la perte de conscience du réel soit si anodine : certains internautes obsessionnels finissent par perdre conscience du réel, comme ces criminels imitant des héros de la TV ou de jeux vidéos. Vous même qui me lisez, n’avez vous jamais éprouvé des émotions en lisant les interventions du forum ? Pourtant les « avatars » qui vous énervent ou vous réjouissent ne correspondent pas nécessairement à leur créateur : ce sont parfois des personnages virtuels, construits de toutes pièces par un individu ou un groupe, par exemple pour semer des idées précises (prosélytisme ou autre manipulation). Certaines personnes ont comme métier de créer des avatars sur les fora de discussion pour manipuler les informations et opinions, le plus souvent pour un but politique ou policier (recherche d’extrémistes, etc.)

Quant à a création du monde, pour le bouddhisme ce sont des cycles qui s’enchaînent: naissance, développement puis mort d’un univers puis recommencement du cycle. Il ne serait pas « créé à partir de rien », mais à partir d’une « soupe primordiale » (=vacuité) qui contient la capacité de former de la matière, de l’énergie, de l’espace et du temps.

Cela rejoint la théorie des cordes, ou celle qui voit dans un trou noir la possibilité d’un nouveau big-bang, donc notre univers ne serait pas né de rien, mais serait la transformation perpétuelle d’une « matière » primordiale.

La « vacuité» bouddhiste n’est donc pas un vide : elle est pleine d’un potentiel qui peut se concrétiser. De même les illusions n’en sont pas réellement : elles constituent un univers qui est réel pour nous, à notre niveau de conscience, mais cette réalité tangible n’est pas sa vraie nature.

Pour revenir à la première phrase, « les choses n’ont pas d’existence PROPRE », cela nous ramène au principe d’interdépendance : une chose ne se constitue que suite à une série d’événements: elle n’a pas pu se constituer seule, mais bien par interdépendance. C’est l’effet papillon de Lorenz. Rien n’est permanent (principe de l’impermanence), tout est en transformation par INTERACTION. Donc une chose (cela inclut les choses non matérielles comme les émotions et les pensées) ne se sont pas créées toutes seules et ne continuent à vivre que par interdépendance. Elles n’ont donc pas d’existence PROPRE, stable et individuelle, mais une existence provisoire en interaction permanente avec l’environnement physique, énergétique, mental, etc.

L’interdépendance est facile à comprendre pour certaines choses, par exemple pour le mouvement. Le mouvement, qui nous paraît bien réel, surtout si on reçoit un uppercut en pleine poire, n’existe que par rapport à un point fixe. Il n’existe pas par lui même, il n’a pas d’existence propre.

Pareil avec la relation force=masse x accélération qui explique le choc causé par l’uppercut. Ces trois choses, qui forment la base de la physique mécanique, ne peuvent se définir que l’un par rapport à l’autre. F = ma, a = f/m et m = f/a, il est impossible de retirer une de ces 3 choses sans supprimer les deux autres également. Interdépendance et non existence individuelle. Ici intervient aussi le facteur temps et l’énergie, puis qu’une accélération est une modification d’une distance par unité de temps, et que la force est causée par une énergie. Donc tout ce qui constitue la base de notre univers tangible est intrinsèquement interdépendant, non permanent, et aucun des éléments qui le compose n’a d’existence propre, fixe et individuelle : tout se transforme en permanence.

Avec la perspective de la physique quantique, la démonstration est encore plus probante : les choses sont interdépendantes et n’existent que par rapport à d’autres. Même l’effet EPR, qui n’a été que confirmé ultérieurement le démontre (eh oui, sur ce point Einstein s’est trompé), mais l’expliquer serait très long.

Bon, cette explication a ses limites, mais elle est déjà assez longue alors je vais m’en tenir là. Vous voyez que tout se tient : illusion, interdépendance, impermanence, conscience, etc.

Ce sera intéressant d’en discuter, mais je n’ai pas de connaissances approfondies dans ce sujet, donc je serai sans doute un pauvre interlocuteur.

Ce que j’explique ici n’est pas ma profession de foi : c’est le point de vue du bouddhisme, que je trouve plus plausible que l’hypothèse d’une création comme celle décrite dans la Bible, mais ce n’est pas pour cela que je la crois vraie. Je fais aussi la distinction entre une religion ou philosophie qui date d’il y a plus de 2000 ans, donc le but est l’accomplissement personnel, et la science actuelle, dont le but est d’expliquer l’univers.
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3850
Localisation : l'univers donc nulle part

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par geveil le Dim 19 Avr 2015 - 18:32

Remarquable texte, que j'ai compris de A à Z et auquel j'adhère presque complètement.  Voici pourquoi j'espère que le monde n'est  pas qu'une illusion: dans un univers virtuel , (ou dans les rêves )les avatars ne sont pas des êtres vivants, au sens où il n'éprouvent rien.
Dans mon monde réel, je ne sais pas et ne peux pas savoir ( Au sens de ce que je sais en mathématiques ou en physique) s'ils sont vivants.  En effet, pour savoir si mon proche, monsieur X, est vivant, c'est-à-dire éprouve des choses, ressent, pense,  il faudrait que je sois monsieur X.
Mais si j'étais monsieur X, je ne serais plus geveil, et la question se poserait alors dans monsieur X.
Existerait-il quelque chose qui me convainque que X est vivants?
Peut-être la transmission de pensée et d'émotions?
Mais supposons que "j'entende" littéralement une pensée, comme si elle m'était dite. Qu'est-ce qui me prouve, en toute logique, qu'elle vient de X?
Donc, à moins que quelqu'un ne me trouve un argument convaincant, je maintiens qu'il est impossible de savoir si X est vivant, comme on sait que 2+2=4.
Le fait que je sois convaincu que pourtant mes semblables sont vivants est en fait une croyance profonde, et si je l'affirme, c'est un acte de foi.

Et seule cette foi peut me faire penser que ce monde n'est pas une illusion.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
Anonymous
Invité
Invité

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015 - 19:44

merci d'avoir eu la patience de lire cette "tartine".

Par rapport à ta réflexion, ben... je ne sais pas quoi te répondre... Wink
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3850
Localisation : l'univers donc nulle part

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par geveil le Dim 19 Avr 2015 - 19:57

Si personne d'autre n'intervient, fais lui du bouche à bouche, mais ne le laisse pas mourir.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
gaston21
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 87
Messages : 10101
Localisation : Dijon

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par gaston21 le Dim 19 Avr 2015 - 22:42

J'ai été aux champignons dans les bois; 4 heures après, je sens que ça me gratte dans le pantalon...Je regarde...Une bestiole noire dans mes poils qui semble s'agiter...Je me demande alors: Cré nom de Dieu, ce machin, est-il vivant? Mais non, c'est une illusion! Ou alors un morpion bouddhiste!
geveil
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 83
Messages : 3850
Localisation : l'univers donc nulle part

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par geveil le Dim 19 Avr 2015 - 22:50

J'ai été aux champignons dans les bois; 1 heure après, je sens que ça me gratte dans la chaussette...Je regarde...Une petite chose  longue, noire sur la peau et qui tremblotte...Je me demande alors: Cré nom de Dieu, ce machin, est-il vivant? Mais non, c'est une branchiole avec une épine!


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
elaine 23
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par elaine 23 le Lun 20 Avr 2015 - 7:46

Texte lumineux : merci, Leela . On comprend que les physiciens se trouvent en harmonie avec le bouddhisme .
Pourquoi le feu détruit-il le plan ? La crémation est la règle en Orient, c'est donc contradictoire .
J'ai opté moi-même pour la crémation, je suis dubitative face à ce choix ...


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
Anonymous
Invité
Invité

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par Invité le Lun 20 Avr 2015 - 8:02

cette idée de Plan fait partie de la théorie de Max Heindel: c'est le corps énergétique, qui est bien structuré et détermine la place de chacune de nos molécules. Il est entre nos émotions et la matière. Il comporte plusieurs niveaux,les niveaux "lourds" étant indissociables du corps physique (il y reste pendant le sommeil), le plus léger est plus proche des émotions et reste associé notamment pendant le voyage astral (ex: certains rêves). Associé donc à l'ego, il n'est plus nécessaire quand on passe à des niveaux supérieurs de vie.

La crémation ne peut pas se faire avant quelques jours, le temps pendant lequel ce corps énergétique quitte tout à fait le corps (le Bardö des tibétains).

(Je devrais mettre tout au conditionnel, bien sûr: c'est une théorie, mais que je trouve très cohérente)
elaine 23
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par elaine 23 le Lun 20 Avr 2015 - 8:38

Je savais ce dernier point et noté que je désirais qu'on attende trois jours, avant crémation, dans mon testament . Trois jours... le temps de la résurrection ...ailleurs!


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
Anonymous
Invité
Invité

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par Invité le Lun 20 Avr 2015 - 11:26

Merci Leela pour ton texte, il rejoint ma propre philosophie, qui va encore plus loin dans le sens que je pense que tous les phénomènes du monde manifesté sont contenus à l’intérieur de notre conscience.

En dehors d’elle, rien n’existe. Les autres et l’univers dans son entier y sont contenus. Ce que nous croyons être à l’extérieur est à l’intérieur, mais projeté à la manière d’un flux d’images sur un écran. Nous prenons le film que nous voyons pour la réalité extérieure, alors que cette réalité n’existe pas en soi, n’a pas d’existence propre.

Mais elle est tellement « réaliste » que nous établissons un distinguo entre « elle » et « nous ». C’est cela qui nous permet d’être conscient de notre existence. Sans cette dichotomie, nous serions inconscient de notre propre conscience.

C’est par la projection de nos pensées que nous créons un monde extérieur, qui sera l’exact reflet de ce que nous projetons. D’où l’importance de la responsabilité qui nous incombe vis à vis de ce monde.

Contenu sponsorisé

Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION Empty Re: Principes enseignés dans le bouddhisme: l'ILLUSION

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 29 Mar 2020 - 15:07