LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal


Le grand illusionniste.

Partagez
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3412
Localisation : l'univers donc nulle part

Le grand illusionniste.

Message par geveil le Mar 17 Fév - 20:01

Je regarde tous les jours la série américaine " Grey's anatomy", à laquelle je suis accro.
On y baise dans tous les coins, et j'aimerais savoir si c'est vrai dans la réalité, y-a-t-il quelqu'un sur ce forum qui le sache?

Si c'est vrai, ça ne m'étonne pas, car ces gens qui sont en permanence en contact avec la mort et la souffrance et ont certainement besoin de se prouver que c'est la vie qui l'emporte en baisant.
A mon avis, ils s'illusionnent, car la vie et la mort pèsent à peu près également dans la balance. Pendant treize milliards d'années c'est la vie qui l'a emporté, puisque nous sommes vivants et un peu conscients. Mais attendons la fin. Il est vrai que ça risque d'être long.
Nombreux sont les sages, les écrivains, les poètes et aujourd'hui des réalisateurs qui soutiennent que le monde est un théâtre où la majorité des acteurs portent un masque ( La personna du temps des grecs). La source de bien des souffrances , les leurs et celles qu'ils infligent, est qu'ils se prennent pour ce masque. Si vous arrivez à tomber ce masque, à comprendre qu'à travers vous c'est Dieu qui joue à cache-cache, que finalement votre essence c'est l'Être dont vous n'êtes qu'une manifestation, autrement dit que vous êtes Dieu, comme la feuille est l'arbre et la goutte d'eau l'océan, alors vous ne serez plus victime des illusions que vous avez créées pour votre plaisir ou votre malheur.

Ceci dit, pour en revenir à "Grey's anatomy" j'admire énormément tout ce personnel soignant, ils disent qu'il ne faut pas s'impliquer affectivement avec les patients car cela pourrait nuire aux soins qu'on leur porte, à la chirurgie en particulier. Mais lorsqu'ils sauvent quelqu'un, ils sont tout de même heureux et à l'inverse, malheureux.
En fait, dans geveil, JE ne suis pas très content d'avoir créé le monde, mais je compte énormément sur l'homme pour le sauver. Une illusion, d'accord, mais n'est-elle pas parfois très agréable?


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
avatar
elaine 23
Prince des Cieux

Féminin Date d'inscription : 21/09/2012
Messages : 4761
Localisation : Au pied du canigou

Re: Le grand illusionniste.

Message par elaine 23 le Mer 18 Fév - 6:32

La feuille n'est pas l'arbre mais l'arbre est dans la feuille, le contenant étant plus vaste que le contenu . Nous sommes une feuille d'un arbre inconnu .Mais il n'y a pas deux feuilles identiques .
PS j'aime aussi beaucoup la série dont tu parles .


_._._._._._._._._._._._


"Il faut imaginer Sisyphe heureux" . Albert Camus
L'homme droit creuse droit avec un outil de travers . L'homme de travers creuse de travers avec un outil droit (Inconnu)
avatar
Invité
Invité

Re: Le grand illusionniste.

Message par Invité le Mer 18 Fév - 7:48

je ne connais pas cette série.

Quant à ta question, je ne suis pas d'accord avec la façon dont elle est posée, mais cela dépend du sens que tu donnes aux mots.  
Déduire que si nous sommes une manifestation de Dieu, nous sommes Dieu, à mon avis est déjà un raisonnement erroné.  Quel sens donnes tu à « Dieu » ?  
Une feuille est une manifestation de l’arbre, mais n’est pas l’arbre (quoique certaines feuilles puissent donner une nouvelle plante, comme les feuilles de bégonia).

Si on considère que Dieu n’est pas un être mais une « force », un « plan », comme par exemple la Vie qui anime (le Qi, dont il est question dans une autre fil ?), alors il n’y a pas de volonté de sa part, mais cela pourrait être notre volonté.

En fait je suis d’accord avec ton raisonnement concernant le masque=l’ego, la souffrance et l’illusion, qui correspond d’ailleurs à 100% à l’enseignement hindouiste et bouddhiste, sauf avec cette notion de Dieu, qui me gêne toujours par son anthropomorphisme.
En bouddhisme, on dit « la vraie nature », mais elle n’est pas décrite.  Avoir conscience de ce qu’est notre « vraie nature », c’est l’Éveil, tout simplement.

À mon avis, cet Éveil peut venir progressivement, c’est même la définition du cheminement spirituel.
Un texte qui serait vieux de 10.000 ans, dit déjà que le monde manifesté n’est qu’une illusion, une ville fantôme suspendue dans le ciel.  Les hommes soumis à la pensée dualisante la prennent pour réalité, mais la spiritualité  leur permet de découvrir leur vraie nature, qui est en effet « divine » (ce qui ne veut pas dire que nous sommes ce dieu, mais nous sommes de nature divine).
Le dualisme est ce qui a permis à cet univers de se manifester, ce qui est bien décrit dans la Bible et dans le Tao Te King.

Dans la Genèse, le dualisme, c’est de sortir de « l’indifférencié » (le néant) des principes opposés : ciel/terre, lumière/ténèbres, jour/nuit, et de là peuvent se former les plantes, animaux, humains.
(la vacuité bouddhiste = ou l'indifférentié des hindouistes= le vide matriciel, contenant potentiellement tout)

Dan le Tao, c’est présenté sous formes de nombres: « le Un engendre le Deux, le Deux engendre le Trois, et le Trois engendre les dix milles êtres ».
On y retrouve l’indifférencié (le Un), la dualité (le Deux) le Trois (le résultat de l’association matérielle des Deux), et les dix milles êtres = tous les êtres vivants.

Ta conclusion rejoint ce qui est super bien expliqué, et de façon humoristique, dans "illusions, le messie récalcitrant" de Richard Bach (un petit livre délicieux: je le recommande chaudement, encore plus "initiatique" que "Jonathan Livingstone", du même auteur).  Le Messie entraîne Richard au cinéma.  Pendant le film il veut lui parler.  Richard lui demande d'attendre la fin de la séance.  Il est tellement pris dans le film qu'il s'y croit, pleure avec les personnages (=souffre), et ne veut pas en sortir.  Puis ils discutent du sens de la Vie, et le Messie lui explique l'allégorie du cinéma, et que nous serions de la "même nature" de ceux qui ont fait le film (ici: des humains) et que nous allons au cinéma pour deux raisons: nous distraire (=inconscience de notre "vraie nature" = illusion, à laquelle on tient beaucoup) ou apprendre (chemin spirituel=abandon des illusions).  

Sur terre aussi tu as ceux qui sont là pour se "distraire" (ils ne cherchent qu'à "profiter de la vie"), et d'autres pour apprendre (=cheminement spirituel).  Bien sûr ce n'est pas si "séparé", on es tous un mélange des deux.


Je vais recopier dans ce forum ce que j'avais écrit sur META, à commencer par l'illusion ICI
avatar
geveil
Prince des Cieux

Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 81
Messages : 3412
Localisation : l'univers donc nulle part

Re: Le grand illusionniste.

Message par geveil le Mer 18 Fév - 17:46

Leela, ton message me fait plaisir, car c'est enfin ce que j'appelle réfléchir ensemble, ce que j'attendrais de tous les membres du forum, comme les chevaliers de la Table Ronde qui sont autour et se préparent à combattre ensemble.  
Leela a écrit:Déduire que si nous sommes une manifestation de Dieu, nous sommes Dieu, à mon avis est déjà un raisonnement erroné.  Quel sens donnes tu à « Dieu » ?
Presque le même que toi, à savoir la vie qui anime. Mais je l'ai déjà dit par ailleurs, la vie est l'ensemble des sensations, émotions et pensées. Je pense comme Schopenhauer qu'au passage par zéro de ce monde, la force dont tu parles était aveugle mais que c'était, psychiquement parlant, une volonté, la volonté de vivre, c'est-à-dire de ressentir comme je le dis ci-dessus. 
Une feuille est une manifestation de l’arbre, mais n’est pas l’arbre (quoique certaines feuilles puissent donner une nouvelle plante, comme les feuilles de bégonia).
Je suis bien d'accord, mais si la feuille ressent quelque chose, c'est cela la nature divine, c'est Dieu qui ressent en elle, en toi, en nous. Être conscient de cela me paraît important en ce que ça permettrait peut-être d'éprouver de l'empathie pour ses proches et toute la nature, et de la respecter au sens, ne pas la faire souffrir.

Si on considère que Dieu n’est pas un être mais une « force », un « plan », comme par exemple la Vie qui anime (le Qi, dont il est question dans une autre fil ?), alors il n’y a pas de volonté de sa part, mais cela pourrait être notre volonté.
S'il y a un plan, n'y-a-t-il pas une volonté?

En fait je suis d’accord avec ton raisonnement concernant le masque=l’ego, la souffrance et l’illusion, qui correspond d’ailleurs à 100% à l’enseignement hindouiste et bouddhiste, sauf avec cette notion de Dieu, qui me gêne toujours par son anthropomorphisme.
Peu importe le mot " Dieu", appelle cela force, Être, énergie si tu veux pourvu que tu lui accordes une nature sensible.

Un texte qui serait vieux de 10.000 ans, dit déjà que le monde manifesté n’est qu’une illusion, une ville fantôme suspendue dans le ciel.
 Cette image est assez parlante, mais ne va pas encore assez loin, il n'y a pas de ciel, il n'y a qu'un...."il y a", une présence.

Les hommes soumis à la pensée dualisante la prennent pour réalité, mais la spiritualité  leur permet de découvrir leur vraie nature, qui est en effet « divine » (ce qui ne veut pas dire que nous sommes ce dieu, mais nous sommes de nature divine).
Oui et non, quand tu dis " je " c'est Dieu, au sens où je l'ai défini ci-dessus qui parle en toi, et l'inconscience, source de bien des problèmes, est de se croire seul vivant, donc dieu. Contradiction diras-tu?  Oui et non, contradiction qui serait levée si chacun s'exprimait comme je le fais de temps en temps en écrivant " Dans geveil, JE pense que ....., dans Leela, JE pense que....."
Le dualisme est ce qui a permis à cet univers de se manifester, ce qui est bien décrit dans la Bible et dans le Tao Te King.
Oui, ce que j'appelle la séparation que dans la Bible on traduit en disant que Dieu s'est annulé en un point de lui-même pour créer. Pour des raisons éthiques, je préfère dire " Dieu, ou l'Être, ou le " il y a" s'est éclaté ce qui revient à dire ce que tu écris ci-dessous, le deux engendre le trois et le trois les dix milles êtres.

Dans la Genèse, le dualisme, c’est de sortir de « l’indifférencié » (le néant) des principes opposés : ciel/terre, lumière/ténèbres, jour/nuit, et de là peuvent se former les plantes, animaux, humains.
(la vacuité bouddhiste = ou l'indifférentié des hindouistes= le vide matriciel, contenant potentiellement tout)
A mon avis, l'indifférencié n'est pas le néant, mais l'être, comme la lumière blanche n'est pas le noir mais la synthèse de toutes les couleurs.
Ceci dit, sans l'Autre, le deuxième, si tu veux, l'Être ne ressent rien, car le ressenti provient de la relation à l'autre, et s'il ne ressent rien, il est comme le néant, mais il n'est pas le néant, il est une aveugle volonté de vivre.


Dan le Tao, c’est présenté sous formes de nombres: « le Un engendre le Deux, le Deux engendre le Trois, et le Trois engendre les dix milles êtres ».
Dan serait-il une obsession pour toi? PTDR


Ta conclusion rejoint ce qui est super bien expliqué, et de façon humoristique, dans "illusions, le messie récalcitrant" de Richard Bach (un petit livre délicieux: je le recommande chaudement, encore plus "initiatique" que "Jonathan Livingstone", du même auteur).
J'ai lu les deux.


Sur terre aussi tu as ceux qui sont là pour se "distraire" (ils ne cherchent qu'à "profiter de la vie"), et d'autres pour apprendre (=cheminement spirituel).  Bien sûr ce n'est pas si "séparé", on est tous un mélange des deux.
C'est l'Être qui profite de la vie, mais qui, n'étant jamais satisfait, essaie la spiritualité. Malheureusement, au bout, il ne trouvera que Lui-même, donc la solitude dans l'indifférencié.


_._._._._._._._._._._._


Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.

Contenu sponsorisé

Re: Le grand illusionniste.

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 22 Juil - 16:49