LA TABLE RONDE

Spiritualité, Bonheur et Quête du Graal

Visitez le forum partenaire : http://diamehito.forumactif.org/

Faut-il supprimer les notes à l'école?

Partagez
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Sam 10 Déc - 18:15

je peux témoigner que la sorbonne refuse de valider des candidats anglophones au professorat d'anglais , au prétexte que ces personnes ne connaissent pas toutes "les finesses" du français

par contre quelqu'un au top de la littérature française sera confirmé professeur d'anglais , même si son anglais est bien pauvre

après on s'étonne que le peuple français a du mal en Anglais au sortir de l'école

( ma voisine d'origine américaine a vécu cela , elle en a même fait un livre qui s'est bien vendu )

heureusement beaucoup font des stages à l'étranger , sinon...


et pour les maths et même le français , en tant que pratiquant du soutien scolaire en primaire ,je peux dire aussi que souvent les professeurs des écoles n'ont pas le niveau nécéssaire
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Sam 10 Déc - 19:04

Je peux aussi affirmer qu'en primaire, gérer AUSSI par la Mairie, le choix de la personne s'est tournée vers ...."une intervenante extérieure"

La commune a la charge des écoles maternelles et primaires publiques dont les locaux lui appartiennent. Elle doit en assurer la construction, les grosses réparations, l’équipement, l’entretien et le fonctionnement (article L. 212-4 du code de l’éducation). En revanche, elle n’assure pas la rémunération du personnel enseignant (à la charge de l’Etat), sauf quand elle organise des activités complémentaires facultatives et que ce personnel est mis à sa disposition.

Il appartient au conseil municipal de décider de la création et de l’implantation des écoles et classes élémentaires et maternelles d’enseignement public après avis du représentant de l’Etat dans le département (article L. 2121-30 du code général des collectivités territoriales) qui procède à l’attribution des emplois d’enseignants.

A défaut de moyens par l'éducation nationale, le conseil municipale peut proposer un intervenant extérieur.



_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Dim 11 Déc - 11:28

Sauf dédé que l'anglais dans le primaire n'est pas une activité complémentaire facultative à la charge des mairies.

loli a écrit:je peux témoigner que la sorbonne refuse de valider des candidats anglophones au professorat d'anglais , au prétexte que ces personnes ne connaissent pas toutes "les finesses" du français

par contre quelqu'un au top de la littérature française sera confirmé professeur d'anglais , même si son anglais est bien pauvre

après on s'étonne que le peuple français a du mal en Anglais au sortir de l'école

( ma voisine d'origine américaine a vécu cela , elle en a même fait un livre qui s'est bien vendu )

heureusement beaucoup font des stages à l'étranger , sinon...

Très bel exemple loli qui montre l'absurdité de nos réglementations.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Dim 11 Déc - 12:16

Sauf dédé que l'anglais dans le primaire n'est pas une activité complémentaire facultative à la charge des mairies.
En effet, sauf si l'anglais est 2ème langue vivante!
Car les langues régionales sont souvent apprisent en primaires.
C'est le cas en Corse et dans bien des régions!
D'où mon erreur.
Chez moi, ici, dans le Val d'Oise, la personne qui enseigne l'anglais en Primaires est une "intervenante extérieure", l'EN ne pouvant assurer cette charge, ce qui ne lui enlève pas la qualité.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Jeu 19 Jan - 11:21

La démolition de l'école continue. Ca devient systématique. Terminés les accords avec les COD et les COi. Et vive le prédicat! Et pourquoi tant de temps dans le verbe? Présent passé, futur, conditionnel à la rigueur et...terminé! Et nos tables? Avec la machine, à quoi sert de les apprendre? Le monde a besoin de consommateurs; la culture, la mémoire et le raisonnement ne pourraient être réservés qu'aux élites.
Quand est-ce qu'on va virer les gens de la rue de Grenelle? Et un ministre qui vient de se distinguer par ses fautes d'orthographe?


Grammaire : cette nouvelle polémique qui agite l'école

Par Marie-Estelle Pech
Mis à jour le 19/01/2017 à 07h27 | Publié le 18/01/2017 à 20h16
VIDÉO - La notion de «prédicat», introduite au primaire et au collège, est accusée par des enseignants de complexifier l'apprentissage du français et suscite de vifs débats entre universitaires.
La grammaire n'est plus une «chanson douce», comme l'écrivit joliment l'académicien Erik Orsenna dans un livre à succès en 2001. C'est Lucie Martin qui a levé le lièvre. Sur un blog de Télérama , cette enseignante décrivait, début janvier, sa déception après une formation sur l'étude de la langue à laquelle elle avait participé avant Noël.
La notion de prédicat introduite dans les programmes scolaires de 2015 et appliqués depuis cette rentrée, repousse à plus tard l'apprentissage des compléments d'objets direct, indirect, des compléments circonstanciels, «et tout ce charabia qui perturbait nos chères têtes blondes et n'avait aucune utilité!», dénonçait-elle. Sauf que le complément d'objet direct est nécessaire pour comprendre les accords du participe passé.
«La règle du participe passé est de moins en moins respectée par les gens. Dans cinquante ans, elle tombera en désuétude» 
Danièle Manesse, linguiste
La règle est simple. Avec l'auxiliaire avoir, le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé avant l'auxiliaire. Des accords que les enfants ont précisément plus de mal à apprendre. Dans une même dictée, seuls 35 % des élèves de CM2 écrivent correctement l'accord du participe passé en 2015 contre 66,8 en 1987! Faut-il dans ce cas repousser l'apprentissage de l'accord à plus tard? Les réponses des inspecteurs sont confuses dans les formations, affirme Jean-Rémi Girard, du syndicat Snalc, qui prédit «une terrible hétérogénéité des apprentissages».
Certains linguistes sonnent déjà le glas. Pour Danièle Manesse, selon qui les derniers programmes sont «formidables», «cette règle du participe passé est de moins en moins respectée par les gens: les hommes politiques, les journalistes de radio, de télé et beaucoup de Français dans tous les milieux sociaux. Dans cinquante ans, elle tombera en désuétude», affirme-t-elle. L'urgence, selon elle, n'est pas là, alors que les enfants sont, en primaire, souvent incapables de distinguer la nature d'un nom de celle d'un verbe, écrivant les «arbrent» au lieu des «arbres» ou les «filles pleures» au lieu de les «filles pleurent». Elle accuse les horaires de français qui ont drastiquement baissé depuis cinquante ans: «Instruction civique, formation routière, informatique, une langue, voire deux langues vivantes dès le primaire: les enfants n'ont plus le temps de tout faire.»
«Ceux qui savent, ce sont les praticiens, qui ont d'ailleurs peu à peu éliminé des programmes les théories savantes tout au long du XIXe siècle, inventant par exemple le sujet et le verbe»
André Chervel, linguiste et grammairien émérite de l'université d'Aix-en-Provence
Le linguiste et grammairien émérite de l'université d'Aix-en-Provence André Chervel observe que le complément d'objet direct, inventé en 1709 sous l'appellation cocasse de «régime absolu», a tout de même permis à 50 % d'une génération de passer le certificat d'études dans les années 1930… Cette question est surtout symptomatique de l'influence des linguistes sur les programmes scolaires, qui «essaient de prendre le pouvoir depuis les années 1970, transposant leurs réflexions sur un plan didactique, sous prétexte que l'université sait mieux que les autres. C'est faux. Ceux qui savent, ce sont les praticiens, qui ont d'ailleurs peu à peu éliminé des programmes les théories savantes tout au long du XIXe siècle, inventant par exemple le sujet et le verbe», explique-t-il.
Dans les années 1960, le recrutement des universitaires a été multiplié par dix pour faire face à l'arrivée massive d'étudiants. La concurrence dans la profession s'est accrue. Il fallait publier, faire partie de chapelles. «Celui qui rédigeait les programmes scolaires ou les influençait se distinguait», observe André Chervel. Sans compter les IUFM, instituts de formation des maîtres, dans lesquels les linguistes, souvent sans expérience de l'école, ont remplacé les vieux professeurs des écoles normales.
Des années d'errance
Point d'orgue, dans les années 1980-1990, la notion de «grammaire de texte» fait son apparition. Il s'agit d'apprendre la grammaire par le texte, de façon globale. «On disait qu'il fallait partir du discours. C'était trop compliqué. On a laissé tomber les fondamentaux, alors que les conjugaisons, par exemple, c'est du par cœur», se rappelle Danièle Manesse, pour qui «la grammaire sert pour l'orthographe. La grammaire qui réfléchit sur le sens de la langue doit être introduite bien plus tard».
En 2008, Xavier Darcos décide d'en finir avec le jargon de «l'observation réfléchie de la langue» et revient à un apprentissage plus classique. Mais les dégâts des années d'errance antérieures se font toujours sentir. «Déboussolés par ces changements, les enseignants se sont mis à moins enseigner la grammaire. On leur imposait des notions que l'on retirait ensuite. C'était décourageant», explique Antoine Gautier, maître de conférences à Paris Sorbonne. «Toute une génération a en fait très peu fait de grammaire», observe Danièle Manesse. Les jeunes enseignants qui ont par ailleurs bénéficié de cet enseignement déstructuré sont aujourd'hui, à leur tour, mal à l'aise devant leurs élèves…
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Jeu 19 Jan - 23:38

La démolition de l'école continue. Ca devient systématique. Terminés les accords avec les COD et les COi. Et vive le prédicat!
Cette affirmation est fausse.
as tu conscience que tu ne fais que répéter la désinformation que certains s'amusent à te communiquer ? que tu te fais manipuler facilement quand même.

Le prédicat c'est pour expliquer le fonctionnement d'une phrase en CM1 CM2 6°.

En 5° lescollégiens apprendront le COD, COI and co.

Moi la question que je me pose : si l'enseignement va mal n'est ce pas à cause de tous ceux qui systématiquement s'opposent à toute réforme en poussant des cris d'horreur....

En un mot as tu conscience que tu défends une méthode qui marche mal ?

Personnellement je ne vois pas où est le problème de commencer à apprendre l'addition avant la multiplication comme je ne vois pas le problème d'apprendre le prédicat avant le COD.

Cela relève de la même logique.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Ven 20 Jan - 9:14

L'enseignement à l'Ecole est-il fait pour l'individu ou pour la société ?
L'individu doit-il recevoir un enseignement conforme à ce qu'il est en droit d'attendre ou ce que l'économie attend ?
je parles de la base de l'enseignement, bien sur!

Laquelle des citations préférez vous? Développez votre réponse.

De l'instruction nait la grandeur des nations . Jules Ferry
ou
Après le Pain l'éducation est le premier besoin d'un peuple. Danton


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Ven 20 Jan - 18:24

troubaa a écrit:
La démolition de l'école continue. Ca devient systématique. Terminés les accords avec les COD et les COi. Et vive le prédicat!
Cette affirmation est fausse.
as tu conscience que tu ne fais que répéter la désinformation que certains s'amusent à te communiquer ? que tu te fais manipuler facilement quand même.

Le prédicat c'est pour expliquer le fonctionnement d'une phrase en CM1 CM2 6°.

En 5° lescollégiens apprendront le COD, COI and co.

Moi la question que je me pose : si l'enseignement va mal n'est ce pas à cause de tous ceux qui systématiquement s'opposent à toute réforme en poussant des cris d'horreur....

En un mot as tu conscience que tu défends une méthode qui marche mal ?

Personnellement je ne vois pas où est le problème de commencer à apprendre l'addition avant la multiplication comme je ne vois pas le problème d'apprendre le prédicat avant le COD.

Cela relève de la même logique.

Troubaa, ce que tu me dis sur le prédicat, je le savais auparavant, bien sûr. Je constate simplement que le niveau d'instruction de nos enfants s'écroule. Et je n'accuse ni la droite ni la gauche, mais le système.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Sam 21 Jan - 10:30

Prédi...cons, prédi...cons!

Natacha Polony: «La prédication des fossoyeurs de l'école»  (Le Figaro)

CHRONIQUE - L'introduction du prédicat n'est que le prolongement de quarante ans de mise à bas des programmes d'enseignement primaire. Les jeunes enseignants en sont aujourd'hui le produit, et eux-mêmes ne voient pas toujours la nécessité d'une analyse grammaticale rigoureuse.


Incorrigibles Français! Mais quel atavisme étrange les incite donc à s'émouvoir pour des sujets annexes, à se lancer dans des guerres picrocholines quand la modernité les requiert pour tant de plus nobles engagements? Prenez ce débat surgi début 2017 sur les nouveaux programmes du primaire et sur cette notion grammaticale: le prédicat. Lors d'un des débats à la primaire de gauche, un ex-ministre de l'Éducation nationale s'indigne loin des micros: «En venir à des débats aussi médiocres! J'aspireà être président de la République, pas directeur des programmes!»
C'est vrai, quand on prétend aux plus hautes fonctions, on peut se contenter de quelques poncifs sur «plus de maîtres que de classes» (c'est la version «de gauche») ou sur «l'autonomie des chefs d'établissement» (c'est la version «de droite»). Pourquoi rentrer dans les détails? Pourquoi se demander ce qui peut expliquer que l'école française soit devenue la plus inégalitaire des paysde l'OCDE?
«Aujourd'hui, l'origine sociale d'un enfant détermine son destin scolaire»
On a bien dit «soit devenue». Car c'est bien là tout l'enjeu. Aujourd'hui, l'origine sociale d'un enfant détermine son destin scolaire. Et ce n'était pas le cas, ou du moins ça l'était beaucoup moins, il y a quarante ans. Pourtant, il y a quarante ans, le système était totalement centralisé et les classes de CP n'étaient pas dédoublées. On ne disposait pas d'instituteurs en surnombre pour prendre en main les élèves en difficultés. Alors, qui, parmi les candidats à l'élection présidentielle, voudra bien nous expliquer ce qui s'est passé?
Il en va de la grammaire comme des mathématiques, comme de l'ensemble des enseignements. Leur transmission à des enfants n'a rien à voir avec ce qui peut agiter les débats universitaires. Le prédicat, notion philosophique avant que d'être importée par la linguistique, a permis d'animer les joutes entre métaphysiciens sur les preuves de l'existence de Dieu, mais dans la tête des didacticiens qui président au tripatouillage des programmes scolaires, il n'a pour objet que de masquer le désastre. Les preuves de la déconfiture auraient pu apparaître dans l'apprentissage des langues à déclinaison, impossible sans quelques bases de grammaire, mais latin, grec et allemand sont voués à l'éradication au nom de la lutte contre l'élitisme.
«Il est des savoirs dont on ne comprend l'utilité que lorsqu'on les maîtrise»
Les élèves de primaire n'ont pas besoin de considérations ronflantes sur «l'accès au sens» (quand on est illettré, l'accès au sens ne passe pas par le prédicat mais par le déchiffrage et l'apprentissage du vocabulaire) mais d'un enseignement progressif qui leur assure des bases solides, seule chance pour qu'ils puissent avoir un jour les moyens d'en questionner les subtilités. Hélas, puisque l'introduction du prédicat n'est que le prolongement de quarante ans de mise à bas des programmes d'enseignement primaire, les jeunes enseignants en sont aujourd'hui le produit, et eux-mêmes ne voient pas toujours la nécessité d'une analyse grammaticale rigoureuse. Il est des savoirs dont on ne comprend l'utilité que lorsqu'on les maîtrise.
Grammaire «négociable»
La querelle du prédicat a surgi parce qu'une enseignante avait raconté surnson blog hébergé par Télérama la réunion organisée par le ministère pour permettre aux professeurs d'appliquer la réforme du collège. Résultats: discours lunaire d'un inspecteur qui, visiblement, n'a, lui-même, pas compris ce qu'est un prédicat et estime que la grammaire est finalement «négociable», et petit exercice pratique sur une interview de… Kev Adams!
«Les résultats déplorables de notre système scolaire ne sont pas tant dus à des problèmes de structure qu'à un problème de méthodes»
Combien faudra-t-il de témoignages de ce genre pour que les politiques ouvrent les yeux (on ne parle pas des auteurs de ces réformes: il y a bien longtemps qu'ils ne sortent plus du bunker de l'entre-soi idéologique pour n'être pas confrontés aux résultats de leur guerre systématique contre le bon sens et l'expérience)? Qu'est-ce qui les empêche de comprendre cette évidence: les résultats déplorables de notre système scolaire ne sont pas tant dus à des problèmes de structure (même s'il peut être intéressant de les rénover) qu'à un problème de méthodes?
Première hypothèse: le snobisme ; pour paraître moderne, il faut «dépasser ces vieilles querelles» et se proposer de «casser la baraque» (version François Fillon), de «redistribuer les moyens» (version PS) ou de s'appuyer sur les «pédagogies innovantes» (tous les candidats).
«Ceux dont l'école est la seule richesse n'ont plus rien»
Deuxième hypothèse: la lâcheté ; le premier acte d'un politique vraiment responsable serait de reprendre le pouvoir sur une administration en roue libre qui déverse ses théories fumeuses depuis quarante ans et de mettre en place une évaluation rigoureuse des méthodes d'apprentissage à travers un véritable institut indépendant de recherche pédagogique.
Troisième hypothèse: le mépris de classe ; le désarroi de professeurs qui sentent que les réformes successives ont tué le métier qu'ils défendent de toute leur âme ne compte pas plus que celui des paysans acculés au suicide ou des citoyens qui voient fermer le dernier petit commerce de leur ville. Les trois peut-être. Ceux dont l'école est la seule richesse n'ont plus rien. Déterminez dans cette phrase le sujet, le prédicat… et les coupables.
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Lun 10 Avr - 16:40

Une ministre qui aura fait beaucoup de mal à l'école, comme son prédécesseur! Tout le monde au même niveau...médiocre! Qu'aucune tête ne dépasse! Il est grand temps que ça "dégage", comme le dit qui vous savez!

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-l-enseignement-professionnel-peut-etre-une-voie-d-excellence-10-04-2017-2118554_1886.php
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Mer 19 Avr - 2:54

Je pense qu'il faudra sortir de tous ces tabous et préjugés sur la voie professionnelle concernant l'école. La politique allemande a bien des faiblesses, mais je reconnais que la voie professionnelle (manuelle, certaines professions tertiaires,...) est bien mieux considérée qu'en France. Alors qu'ici elle est synonyme d'échec scolaire, d'élèves pas doués et j'en passe et des meilleures.

Notre pays souffre de cette image décadente de certaines filières intellectuelles d'élite. Or, si un ingénieur est capable de concevoir un projet de construction, il a bien besoin d'un mécanicien pour changer sa roue ou pour faire une construction par des ouvriers en bâtiment. C'est pareil pour un menuisier qui a bien besoin aussi de professions médicales pour être soigné correctement.

Nous avons trop d'échecs scolaires et parfois liées à des enseignants qui devraient plutôt pointer à Pôle Emploi pour avoir démoli des élèves qui ont perdu confiance en eux ("t'es pas bon en maths, tu ne feras jamais rien dans la vie."). Certains élèves n'aiment pas l'école classique, donc pourquoi les embêter avec des idioties de calculs algébriques ou de littérature si lui voudrait travailler dans la restauration par exemple ? Un enseignant n'est pas là pour dévaloriser un élève ni de juger son projet professionnel : c'est sa vie et non la sienne. Certains enseignants sont bien contents de trouver des ouvriers, des paysans et des éboueurs, alors pourquoi les dénigrent-ils ? Je comprends aussi certains élèves qui trouvent certains insupportables : il n'y a pas de sot métier !

Il faudrait créer dès la fin de la 6e une véritable filière professionnelle d'élite, avec des formations en apprentissage et/ou en alternance. La France n'a que 400 000 apprentis actuellement contre près 1,4 million en Allemagne. De nombreuses entreprises ont beaucoup de difficultés à trouver des apprentis dans certains secteurs.




_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Mer 19 Avr - 8:05

Un apprentissage sur le tas, qui souvent est de l'exploitation d'une main d'œuvre bon marché?
Créer une filiaire professionnelle dès l'age de 11 ans c'est limiter l'enseignement générale, qui ne se limite pas au lire, écrire, compter, et spécialiser dès cet age c'est en revenir aux absurdité des années 50, l'orientation professionnelle (j'ai connu), votre fils André fera un bon manuel, il aime bricoler, alors que je suis plus intello que manuel!
C'est aussi la porte ouverte à l'exploitation.
Comme si à 11 ans on connaissait les capacités futures de l'individu.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Mer 19 Avr - 11:01

Il faut reconnaître que notre école , livrée à ceux qui se proclament "sachants", a été systématiquement mise à mal. Et la dernière réforme des rythmes scolaires, ajoutée à la désastreuse politique de notre fameuse ministre de l'Education Nationale, l'a encore tirée vers le bas.
Oui, c'est une erreur de vouloir systématiquement pousser tous les enfants au bac. Résultat? Un bac "bouffé aux mites", artificiel et qui n'a plus aucune valeur. Et des facs encombrées de jeunes manifestement "paumés" qui y perdent deux ans de leur jeunesse pour se retrouver sans emploi sûr.
Oui, il faudrait revoir tout ça et entre autres en orienter beaucoup vers l'apprentissage et des métiers où ils pourraient s'épanouir. Il n'y a pas de sot métier. Et puis, rien n'empêche éventuellement de reprendre plus tard une nouvelle orientation. J'ai connu un jeune qui a "patiné" longtemps à l'école, est entré en apprentissage puis qui a fini brillent ingénieur. Une petite fille de mon épouse, âgée aujourd'hui de vingt ans, prend le même chemin.
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Mer 19 Avr - 13:28

oui , il y aurait beaucoup à revoir pour l'école , les basiques , les rythmes scolaires , l'orientation parfois trop systématique , parfois pas assez
(je me suis battue pour que mon fils n'aille pas en apprentissage , il était surdoué et je le savais mais cela ne s'est révélé aux autres qu'en seconde , malgré tout je n'ai pas pu éviter un redoublement malgré mon désaccord ,( dans certains niveaux le dernier mot n'était pas laissé aux parents à l'époque ) , ce redoublement n'a servi à rien car le programme n'était pas assez intéressant pour mon fils , de la 6ème à la 3ème , on a galéré , heureusement la seconde est arrivée et là plus de problème : de belles études en mathématiques et une belle carrière )
tout ça pour dire qu'il ne faut pas généraliser , il y a toujours des exceptions , et dans ce cas présent l'Education Nationale aurait dû être capable de comprendre le problème et d'écouter les parents
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Lun 24 Avr - 1:39

Dédé 95 a écrit:Un apprentissage sur le tas, qui souvent est de l'exploitation d'une main d'œuvre bon marché?
Créer une filiaire professionnelle dès l'age de 11 ans c'est limiter l'enseignement générale, qui ne se limite pas au lire, écrire, compter, et spécialiser dès cet age c'est en revenir aux absurdité des années 50, l'orientation professionnelle (j'ai connu), votre fils André fera un bon manuel, il aime bricoler, alors que je suis plus intello que manuel!
C'est aussi la porte ouverte à l'exploitation.
Comme si à 11 ans on connaissait les capacités futures de l'individu.

Je ne le vois pas comme cela. J'observe juste que certains élèves ont une propension à s'engager vers des études plus ou moins longues (le baccalauréat au minimum), alors que d'autres n'en ont rien à faire de l'école. Ce qu'ils veulent, c'est en sortir le plus vite possible pour exercer des métiers notamment manuels. Je trouverais inutile de forcer des élèves d'aller à l'école pendant des lustres si cela ne les intéresse pas.

Me concernant, n'étant pas assez manuel pour faire un métier dans ce domaine à plein temps, je ne me voyais pas arrêter les études tôt dans ma scolarité. Un ami qui n'a jamais été branché école n'avait qu'une seule envie : en sortir le plus vite possible. Ses notes n'étaient pas extraordinaires, mais il est débrouillard ce qui compense ses faiblesses dans de nombreuses matières.

C'est comme forcer un élève à faire du dessin jusqu'à la troisième : quelle perte de temps pour celui qui ne sait pas dessiner, alors qu'on pourrait le consacrer à des disciplines dans lesquels il pourrait s'employer à mieux investir son temps.

L'apprentissage sur le tas, c'est sortir de tous ces schémas scolaires qui formatent trop les élèves, ce qui les empêche justement de savoir se débrouiller. Et je ne dis pas que cela devrait être de la suffisance surtout dans notre époque actuelle. La France a besoin de personnel (dont ouvrier) hautement qualifié : donc une partie de son travail doit être d'apprendre sur le tas par compagnonnage, une autre concerne des formations qualifiantes pouvant éventuellement déboucher sur un diplôme.

Pourquoi je propose une filière professionnelle après la sixième ? Parce que beaucoup d'élèves s'emmerdent dans la voie classique de l'école. A quoi cela sert de leur faire lire du Molière, de l'algèbre ou l'histoire des châteaux forts d'autant qu'ils n'écouteront pas ou n'apprendront rien ? Je t'en parle comme vécu : ces élèves s'en fichaient, avaient du mal à comprendre et préféraient soit dormir, mettre le bazar quand parfois ils n'étaient pas exclus régulièrement des cours. La voie professionnelle ne consiste pas à leur faire faire que du professionnel : on leur apporte un socle de connaissance et savoir-faire minimum dans certaines matières, et on appuie le reste dans des disciplines liées à leur boulot.

Comment veux-tu aujourd'hui former un plombier à faire juste de la plomberie ? Actuellement, la plomberie est confrontée aux nouvelles technologies plus de savoir faire des devis, ou chercher des pièces détachées sur Internet. L'usage d'une langue étrangère est même importante, car tu peux commander parfois des pièces dans un pays étranger (car non disponible en France) et certains fournisseurs ont une interface web en anglais. Il faut tenir compte que les métiers ont évolué et je reste sur le principe que tous les ouvriers, personnels doivent être hautement qualifiés. C'est pour cela que je propose une filière professionnelle d'excellence pour former du personnel à la pointe des métiers actuels.

Je ne vois pas d'exploitation, car les métiers peu formés disparaîtront en France (ils sont aujourd'hui présents dans les pays émergents). Or, les filières professionnelles actuellement sont dévalorisées en France, à tort bien sûr car on a aussi réellement besoin de personnes qui savent se servir de leurs mains. Tu ne fais pas le même métier de plombier en Indonésie et en France actuellement.

Je me contente juste d'être pragmatique : arrêtons de forcer les élèves à faire des études et des études si eux veulent faire autre chose et souhaitent aller vers une filière professionnelle.


_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Lun 24 Avr - 14:33

Pour moi le problème principal vient du fait que c'est aux enfants de s'adapter au système scolaire et non l'inverse.

La rigidité de notre système entraîne l’échec de ceux qui ont du mal à s'y faire. C'est pourquoi je suis pour un enseignement par niveau afin que chacun avance à son rythme. Ce qui éviterait redoublement et frustration.

Je trouve aussi que l'apprentissage à 11 ans c'est trop tot. Il faut laisser du temps à l'enfant pour se révéler avant de le classer d'autorité.

Par contre je serais pour que les bons et très bons élèves soient obligatoirement orienté vers des filières techniques en plus de général.

Il faudrait un bas S option mécanique ou un bac S option comptabilité etc... avec une journée par semaine en lycée pro.
A partir de ce moment l les filières technologiques ne seraient plus perçues comme étant des filières poubelle mais nécessaires.
Et "les probables futures élites ou cadres" auraient au moins une connaissance de la difficulté du métier de base.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Dim 30 Avr - 19:51

Je n'ai pas dit que je souhaitais un apprentissage dès l'âge de 11 ans, car en effet, c'est trop tôt : je partage donc ce que tu dis. Je pense pertinent que la classe de sixième soit une classe de détermination avec un enseignement pluridisciplinaire que ce soit dans les disciplines fondamentales (français, maths, histoire-géo), les disciplines complémentaires de l'enseignement général et les disciplines artistiques, manuelles et sportives. Ceci est là pour favoriser l'ouverture d'esprit de ces élèves et de voir dans quoi ils se sentent le plus à l'aise. Après cela, c'est là que j'en termine avec le collège unique, et de le remplacer par deux systèmes éducatifs de parcours différents :

* la voie générale comme celle actuelle jusqu'au baccalauréat.
* la voie technico-professionnelle : métiers plus manuels et tertiaires mais avec une alternance entre des enseignements théoriques et pratiques et l'apprentissage. Comme cela, l'élève peut d'entrée s'immiscer plus aisément dans le milieu professionnel, gagner de l'argent et toujours accorder une place correcte à l'acquisition des savoirs fondamentaux et des disciplines pratiques. Sauf qu'au lieu de leur donner une simple formation de base que beaucoup considèrent comme des sous-diplômes vu le niveau de beaucoup d'élèves, on les encadre mieux et on les pousse au plus haut de leurs capacités, de leur créativité et de leur savoir-faire vers des métiers qualifiés et non plus de base. La voie professionnelle ne doit plus être une voix considérée comme un échec scolaire mais une façon de mieux considérer tous les métiers qu'ils soient manuels ou intellectuels.

Donc, il n'est pas du tout question de mettre un élève en apprentissage dès 12 ans et de lui dire, "tu seras content, l'école, c'est fini, tu n'en auras plus". Tout simplement parce que la mission de l'école doit veiller aussi que les élèves aient une culture générale de base, car si on ne donne que des formations purement en rapport avec le boulot, c'est considérer que l'élève travaillera plus tard 24 heures sur 24. Or, il ne passe pas la majorité de son temps au boulot, il le passe aussi en dehors et doit aussi mieux comprendre de quoi est composée notre société (et celle des autres).

Ensuite, je partage ce que tu dis loli83 : j'ai cette impression que l'éducation nationale fait de sacrés erreurs de diagnostic sur les élèves en ne se basant que sur les notes. L'école semble n'effectuer qu'une photo partielle de ce que l'élève est capable de faire. Si l'élève ne s'adapte pas au système scolaire actuel, il est considéré comme en échec scolaire. Le système scolaire a une lourde responsabilité dans le parcours d'élèves. Excepté si l'élève a 03/20 de moyenne générale, le redoublement ne se justifie pas, car c'est parfois refaire le même enseignement pour gagner les 1 ou 2 points qui manquent par rapport à un élève qui passe tout juste dans la classe supérieure. C'est contre-productif et une perte de temps.

J'ai connu des élèves qui ont complètement loupé leur année pour diverses raisons mais sont quand même passés en classe supérieure. Certains savaient qu'ils ne partaient pas favoris pour réussir leur année scolaire : ils ont reçu parfois des cours de soutien pendant l'été, ont repris certains points de leur cours qui posait souci et ont été plus vigilants en priorisant les matières à enjeux forts. Eh bien certains sont arrivés à mieux s'en sortir que ceux qui sont passés tout juste. Je fais partie de ceux-là, ayant loupé ma classe de seconde également mais alors quand on appelle loupé, c'est du loupé complet. J'ai refusé de redoubler car le programme de seconde ne me plaisait pas du tout et que cela ne me rapportait rien. Le lycée, excédé, a prononcé la vie active considérant même qu'aller en BEP, j'étais trop mauvais pour y aller. Comme quoi, prendre une claque, ça calme.

Je n'ai pas tenu compte de leur avis et j'ai cherché un lycée qui m'accepterait en première malgré mes notes. Un seul lycée a pris ce risque sans être très inquiet. J'ai eu cette année-là une très grande vigilance ne laissant pas un seul point délicat où j'étais en difficulté. Certes, j'ai bossé, mais j'avais fini avec la meilleure moyenne de toute la classe. Et je ne suis pas seul (bon, c'est pas fréquent) à avoir connu cela.

On peut comprendre que parfois le passage peut aggraver les choses si on n'est pas au niveau. Seulement, ça requiert un encadrement très spécifique d'autant que certains points du programme sont revus lors de la classe supérieure.

Nous pouvons nous dire que parmi des élèves en échec scolaire, beaucoup auraient pu réussir dans une voie qui est la leur si l'école avait été à la hauteur, car lâcher un élève en perdition du système scolaire, c'est quelqu'un qui finira exclu de la société. Crying or Very sad Dans un pays comme la France, le pays a quand même les moyens et la maturité d'être plus respectueux, en apprenant à mieux connaître les capacités et les motivations de chaque élève.

Si un enseignant doit être respecté pour ce qu'il fait (discipline), il doit aussi respecter ses élèves en devenant davantage un allié pour la réussite de ses élèves, une sorte de coach, et pas un simple fonctionnaire qui se contente de cracher un cours, quelques devoirs et se dire que son travail est en fait. Il y a beaucoup trop de distance entre les enseignants et les élèves, ce n'est pas bon alors qu'ils doivent composer non pas l'un contre l'autre mais l'un avec l'autre.

Des élèves peuvent être très mauvais dans le bachotage et d'apprendre par cœur, mais être redoutables pour se servir du peu qu'ils savent et de savoir se débrouiller, d'être malins et stratégiques. L'école met trop en valeur le côté très scolaire des disciplines enseignées, et pas assez de faire sortir de chaque élève ce qu'il a dans les tripes. C'est cela que je dénonce, et peut être optimisé.Smile


_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Dim 30 Avr - 20:32

Je préfères ce que tu viens d'écrire à ce que tu as écrit précédemment!

L'école met trop en valeur le côté très scolaire des disciplines enseignées, et pas assez de faire sortir de chaque élève ce qu'il a dans les tripes.
C'est certain, mais quand tu as une classe avec 30 élèves de niveau intellectuel différent, je vois mal comment le prof pourrait prendre chacun pour lui sortir les tripes...

L'école, du primaire à la fac n'a qu'un but :
"De l'instruction naît la grandeur des nations.  Jules ferry", sous entendu la grandeur des besoins de l'économie capitaliste!

Je préfère celle de Danton:
"Après le pain, l'instruction est le premier besoin d'un peuple"

Deux conceptions du rôle de l'enseignement!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Dim 30 Avr - 23:27

Je pense que notre système scolaire n'est pas là uniquement pour tester le niveau intellectuel des élèves mais aussi de ce qu'ils savent faire autre qu'avec leur cerveau.

Je partage l'idée que les classes de 30 élèves, c'est un peu beaucoup, mais je crois savoir que dans les années 1950, les classes étaient aussi très nombreuses.

Je reste sur l'idée que le système scolaire français est complètement dépassé et inadapté à l'époque actuelle empreinte aussi des nouvelles technologies. Certes, l'école s'en préoccupe davantage mais ne s'en sert pas suffisamment. Cependant, la présence humaine pour l'enseignement est primordiale : c'est lui qui est l'interlocuteur privilégié et le spécialiste de ces questions de transmissions des savoirs et de leur évaluation.

C'est le rapport avec les élèves qui me pose souci, qu'ils soient ou non nombreux. Car certains élèves sont plus autonomes (donc l'enseignant s'en occupe moins) et d'autres ont besoin de davantage d'attention.

Lorsque le système scolaire aura compris qu'il est primordial de s'adapter à chaque élève, en y mettant de la méthode et des moyens cohérents, je pense que notre système scolaire aura fait un grand pas dans l'efficacité.


_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Lun 1 Mai - 0:54

tout à fait d'accord kamelo ! et je peux témoigner aussi que le nombre n'est pas le problème , faisant partie de la génération baby boom , nous étions 40 par classe et cela ne posait pas de problèmes particuliers
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 1 Mai - 9:05

loli83 a écrit:tout à fait d'accord kamelo ! et je peux témoigner aussi que le nombre n'est pas le problème , faisant partie de la génération baby boom , nous étions 40 par classe et cela ne posait pas de problèmes particuliers
...parce que les besoins de la société n'étaient pas les mêmes.
On demandais quoi à l'éducation nationale ? De préparer les jeunes à rentrer dans le monde actif le plus rapidement possible, l'obligation scolaire était jusqu'à 14 ans.
Lire, écrire, compter, un peu de morale sur le tableau chaque matin, et la Marseillaise pour la remise des prix le 14 Juillet, pas besoin d'être à 20 pour l'encadrement individualisé, 40 n'est pas un problème dans ce type d'enseignement!
L'Ecole c'était le primaire jusqu'au Cours Supérieur c'est à dire 2 ans de plus qu'aujourd'hui, 70% des élèves quittaient le primaire avec un CEP pour aller travailler ou en apprentissage, les 30% restant sortaient du primaire dès le CM2 (ou même avant) pour rejoindre les lycées, les collèges n'existaient pas, sinon on les appelaient les Cours Complémentaires pour accueillir ceux qui étaient "inutiles" dans l'immédiat à la production, mais pas ORIENTES vers des études longues.

En plus la discipline n'était pas la même, le maitre était tout puissant, respecté car il montrait l'exemple, c'était celui qui remplaçait le père pendant la scolarité, et une retenue le soir nous valait une remontrance de la part du père familial!

Aujourd'hui les besoins économiques ne sont plus les mêmes, il faut à l'économie filtrer le plus possible ses besoins en main d'oeuvre, au boulot à 14 ans en sachant juste écrire et compter ? même pas! Trop de main d'oeuvre, tout est automatisé et à la campagne on industrialise à outrance!
Pour l'éducation de la masse....Google est l'ami des élèves!
Quand à l'élite, il suffit de payer....ou d'être un fils à papa!




_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Lun 1 Mai - 10:11

mis à part pour la discipline , je ne suis pas d'accord avec toi Dédé

et même pour la discipline  , le problème n'est pas le nombre , mais la méthode et les moyens

je trouve que tu parles plutôt de la génération de mon père qui en effet a quitté l'école à 12 ans avec le certificat , mais à l'époque c'était quelque chose le certificat , comme nous ensuite le bac

ma génération du baby boom , ne passait presque plus le certificat , beaucoup arrivaient jusqu'en terminale  , non Dédé , je pense que tu te rompes , pour moi je maintiens que le nombre n'est pas un problème , l'expérience a montré que jusqu'à 40 c'était faisable , tout dépend de l'autorité du prof , même avec 10 élèves un prof sans autorité se fera chahuter et n'arrivera pas à transmettre son savoir
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 1 Mai - 13:03

Ah ?
Je suis né en 43
Et à cette époque là c'est a dire le début des années 50 il n'y avait que le CEP en Cours supérieur, et pour quelques autres la possibilité du Brevet d'Etudes secondaires qui ne s'appelait pas le Brevet des Collèges!
Quand à ceux qui passaient le BAC 1ère et 2ème partie, il était réservé à ceux qui avaient suivi le lycée.
Dans la fin des années 40, début 50 la plupart des enfants allaient, sortis du Certificat (14 ans), vers les écoles d'apprentissage ou "sur le tas"! Même chez les citadins...
J'ai une photo de CM2 (10 ans) et j'ai fait des recherches grâce à "Copains d'Avant", pour nous retrouver, c'est édifiant, 80% sont devenus des ouvriers ou employés, et Cormeilles en Parisis n'est pas une ville "ouvrière", très petite bourgeoise même!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Lun 1 Mai - 18:16

A mon avis, une des plus grosses erreurs commises a été la suppression quasi systématique du redoublement et le passage quasi automatique en classe supérieure. Le développement psychique des enfants est variable d'un enfant à l'autre: l'un avance très vite, l'autre mûrit plus lentement; il faut tenir compte aussi de la date de naissance, selon que l'on est du début d'année ou de fin d'année. L'enfant qu'on veut faire avancer trop vite se retrouve dans une classe qui ne correspond pas à son âge mental ; il a de la peine à s'adapter, se décourage et lâche la course; et ce n'est plus rattrapable, alors que le redoublement lui aurait permis de se remettre à niveau. Mais voilà, une année scolaire de plus, ça coûte cher! Le temps, c'est de l'argent...Et tant pis pour les dommages collatéraux...
Après le bac, j'ai enseigné deux ans dans un collège privé; j'ai fait ensuite mon service militaire prolongé...puis j'ai fait trois mois d'instituteur remplaçant dans le public; on voulait me garder; mais avec 27000 anciens francs de l'époque, en 1957, j'allais "claquer du bec"!
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Lun 1 Mai - 19:15

pourtant Dédé ,le sud de la france n'était pas plus prévilégié que la région parisienne , à croire que nous n'étions pas dans le même pays !

gaston , non je t'assure tu as tort , le redoublement n'est pas la solution , mais je n'insiste pas , je te connais bien , quand tu as quelque chose en tête , impossible de te faire changer d'avis
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 1 Mai - 19:46

Loli donne moi ton parcours, tu verra qu'il est ce que je décris, les collèges existaient mais rares (sauf dans le privé) moi je parle du public, et l'obligation scolaire s’arrêtait à 14 ans.
Primaire de CP à CS sortie à 14 ans le certificat d'Etude Primaire.

De 1802 à 1959, le terme « lycée » désignait des établissements financés par l'État couvrant l'ensemble de l'enseignement secondaire long (de la sixième à la terminale), par opposition aux « collèges », qui pouvait également couvrir l'ensemble du cycle secondaire long, mais étaient financés par la municipalité. De 1959 à 1963, l'ensemble des collèges et lycées couvrant l'intégralité de l'enseignement secondaire long prirent la dénomination de « lycée »

Voilà c'est tout ce que j'exprimais et ce que j'ai vécu....en école privée jusqu'en 3ème, puis Ecole d'apprentissage!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
loli83
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 04/03/2012
Messages : 12988

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par loli83 le Lun 1 Mai - 21:00

moi aussi je parle du public , j'ai donc fait ma scolarité de la 6 ème à la terminale au Lycée de Toulon

mais je pense à une chose , c'est vrai que à Toulon existait le système de la société des écoles laïques qui faisait que l'on avait tout gratuit , livres , cahiers , matériel

mais tout ça n'empêche que j'ai très bien vécu les classes de 40 élèves , c'est de cela qu'on parlait au départ
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Lun 1 Mai - 22:51

Le problème des classes surchargées est surtout du au niveau hétéroclitique des élèves.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9726
Localisation : vallée du vent

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par dan 26 le Mar 2 Mai - 7:32

troubaa a écrit:Le problème des classes surchargées est surtout du au niveau hétéroclitique des élèves.
tout à fait ce qui d'ailleurs au fils des années a fait baisser le niveau d'une façon considérable .
Car pour eviter de"froisser" "ou la fameuse sélection " on calibre la machine au fruit depuis quelques temps .

amicalement
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Mar 2 Mai - 19:21

Oui, on a supprimé la sélection, les notes, les rangs...Tous au même niveau, celui du plancher, au nom de l'égalité et de la justice! Et on produit...des ânes! La vie pourtant est née de la sélection; le plus fort gagne, c'est la loi de la nature! J'ai réussi dans mes études parce que, dès le cours préparatoire, j'étais en concurrence avec ma copine Jeannette! Une fois elle, une fois moi! Et ça a continué jusqu'au CM2! Elle a mal tourné; elle a terminé inspectrice du Fisc!
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9726
Localisation : vallée du vent

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par dan 26 le Mar 2 Mai - 19:27

gaston21 a écrit:Oui, on a supprimé la sélection, les notes, les rangs...Tous au même niveau, celui du plancher, au nom de l'égalité et de la justice! Et on produit...des ânes! La vie pourtant est née de la sélection; le plus fort gagne, c'est la loi de la nature! J'ai réussi dans mes études parce que, dès le cours préparatoire, j'étais en concurrence avec ma copine Jeannette! Une fois elle, une fois moi! Et ça a continué jusqu'au CM2! Elle a mal tourné; elle a terminé inspectrice du Fisc!
Sans compter qu'il y a de nombreux moyens , accessibles à tous pour devenir plus fort !!!

Amicalement
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Mar 2 Mai - 20:54

....oui entre autre, avoir un papa ETABLI ! Siffle


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Dim 7 Mai - 3:07

Le souci concernant notre système scolaire dépasse largement le cadre des notes, et je reste convaincu que ce n'est pas qu'une question de moyens.

Les politiques pourront continuer à augmenter le nombre d'enseignants, de crédits s'ils le veulent, mais je pense que ce n'est pas de là d'où vient la préoccupation majeure de notre système scolaire. Ce n'est pas la quantité qui prime, mais la qualité.

Les programmes scolaires devraient être revus d'urgence tout comme aussi la façon d'enseigner.


_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Dim 7 Mai - 19:12

C'est quand même ahurissant que dans certaines Facultés, on recourt au tirage au sort pour sélectionner les futurs étudiants! C'est d'une injustice crasse et d'un mépris insolent pour ceux qui ont pris leurs études au sérieux et qui ont fait des efforts méritants pour accéder au niveau d'études qu'ils visaient! Voilà où on en est chez ces mandarins "de mes d..."!
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9726
Localisation : vallée du vent

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par dan 26 le Dim 7 Mai - 19:40

gaston21 a écrit:C'est quand même ahurissant que dans certaines Facultés, on recourt au tirage au sort pour sélectionner les futurs étudiants! C'est d'une injustice crasse et d'un mépris insolent pour ceux qui ont pris leurs études au sérieux et qui ont fait des efforts méritants pour accéder au niveau d'études qu'ils visaient! Voilà où on en est chez ces mandarins "de mes d..."!
entièrement d'accord avec toi !!!c'est le fameux égalitarisme , le nivellement vers le bas , tant apprécié par les bobos gauchos

amicalement
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Dim 7 Mai - 20:19

dan 26 a écrit:
gaston21 a écrit:C'est quand même ahurissant que dans certaines Facultés, on recourt au tirage au sort pour sélectionner les futurs étudiants! C'est d'une injustice crasse et d'un mépris insolent pour ceux qui ont pris leurs études au sérieux et qui ont fait des efforts méritants pour accéder au niveau d'études qu'ils visaient! Voilà où on en est chez ces mandarins "de mes d..."!
entièrement d'accord avec toi !!!c'est le fameux égalitarisme , le nivellement vers le bas , tant  apprécié  par les bobos gauchos

amicalement
Bah non tirer au sort, c'est pas de l'égalitarisme, c'est du hasard.
Du reste les mandarins sont choisis parmi une classe sociale, donc pas d'égalité des chances....d'un coté et de l'autre!
affraid affraid affraid affraid affraid


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Dim 7 Mai - 21:15

Avec le tirage au sort tout le monde a les mêmes chances que ce soit le fils de patron qui a eu des cours particuliers que le fils d'ouvrier qui n'en a pas eu.

Cela correspond à la philosophie marxiste.

Il faut assumer ton légalitarisme dédé !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 8 Mai - 9:06

troubaa a écrit:Avec le tirage au sort tout le monde a les mêmes chances que ce soit le fils de patron qui a eu des cours particuliers que le fils d'ouvrier qui n'en a pas eu.

Cela correspond à la philosophie marxiste.

Il faut assumer ton légalitarisme dédé !

Bah non tout le monde n'a pas la même chance puisque c'est une loterie.....un hasard.
Et comme l'arrivée en facultés n'est pas seulement du à la capacité de chacun à y arriver, mais aussi aux conditions d'existence de l'individu, ce "jeux de hasard" est faussé dès le début!

Ce principe d'égalitarisme n'a rien de marxiste, c'est un principe de l'utopie d'une société communiste:
"De chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins"...la justice sociale; pour l'instant on est selon ses possibilités et même pas selon ses moyens!

Moi je suis pour le socialisme, on élit les dirigeants selon leurs capacités (*) on ne les tire pas au sort, ce qui est valable pour l'Etat l'est aussi pour les entreprises!

(*) Et on leur donne les moyens d'acquérir ces capacités!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Lun 8 Mai - 11:19

Dédé 95 a écrit:
Bah non tout le monde n'a pas la même chance puisque c'est une loterie.....un hasard.
tout le monde  a les mêmes chances si il y a 10 places pour 1000 candidats tout le monde a 1 chance sur 100. Riche ou pauvre, bon ou mauvais, grand ou petit : tout le monde a 1 chance sur 100.

Haut Parleur  Haut Parleur  Haut Parleur C'est de legalitarisme pur !

La compétence la réussite le mérite n'ont plus aucune importance. Celui qui reussi n'a pas plus le droit de gagner plus d'argent que d'avoir plus de diplôme. Cela relève de la même logique !

Tu devrais applaudir !!!!!!!!

Tu imagines l'étudiant qui a hérité de parents cultivés n'a pas plus d'avantage sur celui qui n'a pas eu cette chance ...

Ton idéal !


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 8 Mai - 12:00

Toi tu parle de l'Egalitarisme absolu, celui de l'uniformité, de l'égalité des résultats et des traitements.

Moi de l'égalitarisme minimal, je cites:
Dans son ouvrage "La société ouverte et ses ennemis", le philosophe britannique Karl Popper (1902-1994) définit l'égalitarisme en tant que rapport entre l'individu et les institutions et non comme un rapport entre individus : "L'égalitarisme veut que tous les citoyens soient traités impartialement, sans qu'il soit tenu compte de leur naissance, de leurs relations ou de leur fortune. En d'autres termes, il ne reconnaît aucun privilège naturel,..."
Quelles que soient leurs races, leur religion, leur sexe, leur mode vie, leur orientations sexuelles, les hommes sont considérés comme ayant les mêmes droits. Seule l'utilité sociale permet de justifier les distinctions entre individus : responsabilité, reconnaissance, rémunération...
Le droit à la différence est reconnu mais n'entraîne pas de différence dans les droits.


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
kamelo
Comte

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Messages : 332
Localisation : Elsass

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par kamelo le Lun 8 Mai - 12:56

Je suis attaché à l'égalitarisme pour l'accès à l'école : toutes les couches sociales doivent bénéficier d'une instruction gratuite MAIS aussi de qualité. Car dans bien des écoles, c'est loin d'être l'égalité : entre des enseignants très mauvais, des écoles dans des ensembles urbains délicats, et d'autres écoles situées dans des quartiers plus aisés, les disparités restent présentes.

Une chose est certaine, quel que soit l'école : on doit encourager l'effort et l'envie de réussir. Le travail paie le plus souvent, et c'est ça l'essentiel.


_._._._._._._._._._._._


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Lun 8 Mai - 14:50

ce n'est pas l'égalitarisme dont tu parles kamelo mais l'égalité d'accès.
L'égalitarisme c'est l'égalité de résultat pas celui d'accès.

Tous pauvre - tous nuls - tous pareil : c'est l'égalitarisme.
Comme tous riches ou tous bons d'ailleurs mais comme il est plus facile de rendre un peuple pauvre et nul c'est la voie retenue pour atteindre l'égalitarisme. c'est ce qu'on appelle le nivellement par le bas pour y arriver.



_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Lun 8 Mai - 16:00


Certains riches, d'autre pauvres c'est le principe libéral, la loi de la nature qu'ils disent.
Que dire des pays riches devenus pauvres, par égalitarisme ?

http://regardsurlafrique.com/comment-la-france-pille-le-cameroun-et-lafrique-la-deputee-francaise-eva-joly-sindigne/

On peut parler aussi du Vénézuela ou les grandes mutinationales du pétrole dictent les conditions d'existence des gens de ce pays!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
dan 26
Roi des Mondes visible et invisible

Date d'inscription : 17/12/2012
Messages : 9726
Localisation : vallée du vent

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par dan 26 le Lun 8 Mai - 17:27

kamelo a écrit:
Je suis attaché à l'égalitarisme pour l'accès à l'école : toutes les couches sociales doivent bénéficier d'une instruction gratuite MAIS aussi de qualité. Car dans bien des écoles, c'est loin d'être l'égalité : entre des enseignants très mauvais, des écoles dans des ensembles urbains délicats, et d'autres écoles situées dans des quartiers plus aisés, les disparités restent présentes.

Une chose est certaine, quel que soit l'école : on doit encourager l'effort et l'envie de réussir. Le travail paie le plus souvent, et c'est ça l'essentiel.
d'accord à 100%
amicalement
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Jeu 25 Mai - 18:41

Pourquoi s'acharner à défendre notre si belle langue quand Macron et son équipe ne parlent que de "helpers"? Il est vrai que ça fait plus "in"! Assistant, bénévole, ne serait-ce-t'il pas préférable à ce salmigondis prétentieux?
Dans le même ordre d'idées, Paris lance le Bike Festival; non, ce n'est pas de bique qu'il s'agit, mais de vélo! Apprenons à nos enfants le globish plutôt que la langue de Racine et Molière!
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Ven 26 Mai - 9:36

...plutot le Brexit, Frexit plutot que sortie de "Sortie de l'Europe" ?
C'est plus court, moins le peuple en sais mieux ça vaut c'est eux qui paye et quand ils sont dans la rue c'est pas bon pour les affaires...

Je suis à Issoire , je fais une pose avant de partir au pays du sourire!


_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Ven 26 Mai - 9:58

gaston21 a écrit:Pourquoi s'acharner à défendre notre si belle langue quand Macron et son équipe ne parlent que de "helpers"? Il est vrai que ça fait plus "in"! Assistant, bénévole, ne serait-ce-t'il pas préférable à ce salmigondis prétentieux?

Je trouve que Macron manie très bien notre langue n'hésitant pas à employer le passé simple à bon escient et à utiliser un vocabulaire plus riche.

Par exemple :
Là où Hollande aurait dit : "Notre entretien il a été constructif"
Macron dira "notre entretien fut pragmatique".

Belle différence non ?

Enfin du beau parlé dans la bouche de nos dirigeants  !

Maintenant notre langue évolue c'est certain.


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray
avatar
Dédé 95
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 74
Messages : 8738
Localisation : Enfant du Monde

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Dédé 95 le Ven 26 Mai - 10:13

Pace y salute!
Elle évolue.

Là où Hollande aurait dit : "Notre entretien il a été constructif"
Macron dira "notre entretien fut pragmatique".

Normal, dans les écoles des "faubourgs" ont apprend à construire (surtout manier la pelle), pas à se pencher sur la signification du mot pragmatique!

Toujours dans le paraître Troubaa?




_._._._._._._._._._._._


"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
"Prenons nos désirs pour des réalités !"
avatar
gaston21
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 84
Messages : 7637
Localisation : Dijon

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par gaston21 le Ven 26 Mai - 11:00

Si seulement Macron pouvait nous faire revenir au passé simple, si simple! L'italien le privilégie par rapport au passé composé.
avatar
troubaa
Roi des Mondes visible et invisible

Masculin Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 53
Messages : 10605
Localisation : ici ou là

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par troubaa le Ven 26 Mai - 12:24

Dédé 95 a écrit:Pace y salute!
Elle évolue.

Là où Hollande aurait dit : "Notre entretien il a été constructif"
Macron dira "notre entretien fut pragmatique".

Normal, dans les écoles des "faubourgs" ont apprend à construire (surtout manier la pelle), pas à se pencher sur la signification du mot pragmatique!

hollande est issu des faubourgs ?  Very Happy  Very Happy  Very Happy
comme toi le fils d'expert-comptable vivant dans un propret pavillon de banlieue...   Very Happy  Very Happy  Very Happy

toujours le maux (  Laughing  ) pour rire hein dédé ! drunken


_._._._._._._._._._._._


«L'optimiste voit le meilleur partout et ne veut pas entendre parler du pire ; le pessimiste voit le pire partout et ne veut pas entendre parler du meilleur. » – Michel Onfray

Contenu sponsorisé

Re: Faut-il supprimer les notes à l'école?

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 23:36